Mieux que le gilet jaune : la résistance active à l’État

Mettre un gilet jaune pour résister à la spoliation de l'Etat n'est pas forcément la méthode la plus efficace pour le faire plier. En voici d'autres...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilet jaune karl lagerfeld

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mieux que le gilet jaune : la résistance active à l’État

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 novembre 2018
- A +

C’est décidé : le 17 novembre, ça va barder, des gens vont fermement saisir leur gilet jaune de sécurité routière à pleines mains, l’enfiler vigoureusement et organiser un gros embouteillage à Trifouilly-en-Gonesse. Et ensuite c’est sûr, le prix du gasoil va baisser.

C’est à peu près ce que certains espèrent des différentes manifestations qui semblent s’organiser via des réseaux sociaux à mesure que la taxation délirante des carburants fait sortir de leurs gonds les consommateurs/contribuables brigandés à chaque passage à la pompe.

Et pendant que la presse s’emploie, par tous les moyens possibles (y compris un journalimse débridé), à dénigrer la réalité de l’effarant tabassage fiscal que subissent les Français, pendant que la coterie politique se mure dans un dangereux mépris, une partie du peuple s’organise donc pour tenter de faire passer un message à ceux qu’il a pourtant élus.

Malheureusement, même si l’on peut éprouver une franche sympathie à l’égard de ces mouvements spontanés en ce qu’ils rappellent à certains (journalistes et politiciens d’un Camp du Bien de plus en plus autiste) que la taxation tous azimuts ne peut constituer une réponse à quelque problème que ce soit, l’inculture économique et politique dans laquelle on a consciencieusement tenu le peuple français jusqu’à présent oblige à tempérer tout espoir d’une sortie positive de ce genre de mouvements.

En effet, cette action offre, outre un mode opérationnel peu efficace (créer des bouchons coûteux en carburant, sérieusement ?), un message brouillé : si l’on comprend bien que la baisse des taxations sur les carburants est un élément-clé voire fédérateur, l’absence totale de solution opérationnelle (i.e. une baisse drastique et palpable du train de vie de l’État) voire la présence de « solutions » qui n’en sont pas (i.e. instaurer de nouveaux impôts sur différentes catégories de dindons) pose l’ensemble sur une pente glissante à l’issue dangereuse.

À ce titre et quel que soit le résultat de ce mouvement, il apparaît intéressant de proposer d’autres moyens de résistance à un État qui semble résolument parti pour asservir son peuple, si ce n’est par les armes, au moins par ses finances et ses administrations pléthoriques.

Parmi ces autres moyens, citons toujours ceux qui visent à réduire les ressources de l’État, par exemple en diminuant son empreinte fiscale, ce qui peut s’obtenir en diminuant son activité professionnelle, en passant toutes ses options fiscales en revue, en réduisant ses achats à leur portion congrue, en favorisant au maximum le troc et la discrétion, les échanges de bons procédés qui n’appartiennent pas à l’économie courante et visible. De ce point de vue, les « décroissants » sont les ennemis objectifs de l’État et leurs buts sont donc louables tant que cette façon d’opérer n’est imposée à personne.

Bien sûr, l’expatriation pure et simple constitue aussi une excellente option, tout comme le travail au noir qui permet d’échapper aux radars fiscaux et impose à celui qui le pratique le sens de la clientèle : le travailleur au noir est obligé, pour que son activité lui permette d’en vivre, d’offrir un niveau de service décent, loin de toute la paperasserie administrative qui l’empêche souvent. Ceci comporte évidemment des risques d’autant plus que la jalousie et la délation sont des sports nationaux.

Le pays se collectivise et vous tabasse de taxes ? Une idée peut être de monétiser les files d’attente aux caisses de Sécu, aux préfectures, etc. L’uberisation de cette idée est d’ailleurs possible : il existe ainsi une application en Inde qui permet déjà d’embaucher quelqu’un pour faire la queue de façon rémunérée.

À toutes fins utiles et puisque c’est dans le sujet de ce billet, je signale innocemment que bâcher des radars n’est pas les dégrader, de même qu’il me semble utile de rappeler qu’il est extrêmement rare de se faire prendre, pour ceux qui empêchent leur bon fonctionnement. Il faut dire que la maréchaussée est déjà fort débordée avec sa paperasserie administrative et ses effectifs systématiquement déployés à des tâches subalternes, à tel point qu’elle n’a plus de temps à consacrer pour arrêter les malfaisants, qu’ils soient trafiquants d’armes, de drogue, braqueurs de supérettes ou bâcheurs de radars…

Car oui, police et gendarmerie n’échappent pas à la paperasserie débordante que l’État produit, demande et manipule chaque jour de façon croissante.

D’ailleurs, si l’on cherche réellement à encombrer la machine étatique, c’est probablement cet aspect qui constitue le plus sûr chemin d’une réussite flamboyante, bien plus que le port d’un bonnet rouge, d’un gilet jaune ou d’une bouteille de vaseline bleue qui va s’avérer indispensable avec l’avalanche de taxes en cours.

En effet, l’État bénéficie bien trop souvent de la clémence voire de l’insouciance de ses administrés qui oublient largement de réclamer tout ce qu’il leur doit.

On découvre ainsi qu’un nombre affolant d’aides ne sont pas réclamées. Le budget alloué n’est donc pas distribué, au plus grand profit de l’État qui peut alors fanfaronner sur le montant disponible et non effectivement versé. Il ne s’agit pas de petits montants puisqu’on évoque plus de 12 milliards d’euros d’aides qui ne sont finalement pas versées parce que non réclamées. 5 milliards d’euros de RSA ne sont ainsi jamais réclamés alors qu’ils pourraient l’être.

Si l’on ajoute les prestations familiales et logement, l’allocation personnalisée d’autonomie, la CMU-C (très méconnue) et l’Aide au paiement d’une Complémentaire Santé, on a un tableau des six aides que les Français sous-emploient.

Or, s’il venait à ceux qui y ont droit la fantaisie de réclamer systématiquement ces aides, plus d’une dizaine de milliards d’euros manqueraient subitement au budget de l’État qui compte ardemment sur la capacité de son peuple à oublier de demander son dû.

Si l’on se rappelle que la baisse de quelques milliards de l’une ou l’autre rentrée fiscale met nos gouvernants dans une quasi-panique (il n’y a qu’à regarder les gesticulations actuelles autour des carburants pour bien saisir l’ampleur de la crise réelle sous-jacente), la disparition subite de cette marge de manœuvre méconnue leur provoquerait une crise aiguë.

Notons que ce ne serait probablement pas suffisant pour gripper durablement la machine, mais cela aiderait nettement l’effondrement du système quasi-soviétique dans lequel la France est maintenant plongée sans s’en rendre compte.

Une autre méthode efficace consiste à se rappeler que l’administration elle-même se perd dans ses propres décrets, directives, règlements et autres circulaires foireuses au sabir amphigourique.

Tous, nous avons subi les affres d’un dossier perdu, de pièces administratives soi-disant manquantes, de photocopies prétendûment illisibles, de ce foutu cerfa n°bidule truc dont personne ne nous avait indiqué l’existence et qui s’avère indispensable pour avoir l’autorisation de pisser droit.

Dans tous ces cas, qu’elle soit de Sécurité sociale, de son funeste organe de recouvrement, du fisc, d’une préfecture lambda ou d’une mairie quelconque, l’administration démontre amplement sa parfaite froideur inhumaine, son incapacité à gérer calmement le problème et à en proposer une solution opérationnelle. Là où la société privée fera tout son possible pour garantir malgré tout la satisfaction de son client, oublieux d’un élément d’information ou d’une pièce de dossier, l’administration, elle, préfère amplement mépriser le cloporte qui lui est assujetti et lui fait perdre son temps précieux lorsqu’il a omis (probablement par vice ou méchanceté, c’est évident !) l’un ou l’autre justificatif obscur et non spécifié au départ.

Devant ce constat, pourquoi ne pas retourner contre ces administrations leur fâcheuse tendance à s’emmêler les pinceaux ?

Prenez les paiements divers et variés que vous auriez à faire à l’un de ces organismes qui n’a pour vous que la plus pure aversion. Si rien ne vous oblige à payer en ligne, procédez par chèque. Plusieurs. Agrafez-les. En ligne ou autrement, ne payez jamais la somme demandée, mais payez 0,53 euros de plus : entre le différentiel qui provoquera des boutons à toute leur comptabilité et l’obligation pour eux de vous le rembourser, un jour, peut-être, et qui déclenchera toute une série de traitements d’exceptions, on peut garantir que la peine générée sur l’administration ciblée compensera le mépris qu’elle vous déverse habituellement. Bonus : si suffisamment d’assujettis procèdent ainsi, l’entropie augmentera de façon exponentielle (et je ne parle même pas des bourrages de papiers dans les rotatives chargées d’éditer les lettres de suivi de ces trop perçus, ou des frais financiers encourus pour leur gestion, leur annulation ou les affranchissements de courrier).

Puisque la constitution d’un dossier nécessite toujours des pièces farfelues et inventives, n’hésitez plus : constituez vos prochains dossiers en multipliant les pièces justificatives afin de couvrir absolument toute la palette des pièces possibles. Votre imagination est votre limite, soyez créatif !

Mieux encore : puisque votre dossier sera perdu après un temps indéterminable dans les tubulures incompréhensibles du Brazil franchouillard, autant lui permettre de s’en donner à cœur joie. Pondez comme jamais des demandes d’information ou d’aide, des réclamations pour des dossiers qui n’existent pas de la part de gens qui sont inconnus de leur système. Puisque ces administrations vous font perdre, tous les jours, un temps précieux, puisqu’elles sabotent régulièrement vos efforts et votre vie, rendez la pareille : si quelques milliers de Français introduisent quelques douzaines de dossiers à des caisses, administrations ou institutions diverses, pour des motifs ou des demandes crédibles (mais bidons), la nouvelle charge de traitement induite par ces arrivées entraînera mécaniquement l’engourdissement global du mammouth qui doit les gérer.

C’est d’autant plus vrai que le nombre de ces demandes est fort et ciblé. À ce titre, les inévitables erreurs de traitement que provoquera le passage du prélèvement à la source promettent des sueurs froides dans les perceptions.

Comment semblent être les administrations et insitutions gouvernementales, et comment elles sont en réalité.

Ne nous leurrons pas : la résistance active à l’État est une action de longue haleine, semée d’embûches, de difficultés et de risques importants. Mais elle participe d’une absolue nécessité, pour rappeler à tous et à chacun, politiciens en premier, que l’État sert le peuple et non l’inverse, et qu’il doit toujours rester dans la crainte de celui-ci.

C’est lorsque le peuple craint l’État que s’ouvrent les périodes les plus funestes. Elles ne sont pas une fatalité : vous pouvez résister.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (75)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (75)
  • claude henry de chasne
    14 novembre 2018 at 9 h 31 min

    La meilleure methode pour résister a l’etat , c’est de baisser sa consommation.
    çà le contraint a augmenter les taxes , qui ont pour effet de baisser la consommation..
    et le chomage augmente.
    a terme le système meurt, de sa belle mort..

    On me ponctionne de la CSG? je baisse ma consommation au prorata du montant de la TVA.. hop
    On m’augmente les taxes sur les carburants ? je réduis mes déplacements, hop..
    donc on sera conduit a ré augmenter la CSG et/ou la TVA .. jusqu’au jour ou? Le systeme construit autour d’une pseudo démocratie s’écroule
    et çà çà remet les compteurs a Zéro , tout le reste c’est de la flûte
    a serins

    • Oui, mais les actions se complètent. Je dirais que, face â un Etat, qui comme tous les Etats totalitaires, atomise la population et par la propagande minimise l’opposition, prendre conscience du caractère massif de la ćontestation peut être un plus. Le début de la solidarité en lieu et place de du conflit de tous contre tous

  • « Lorsque le peuple craint l’état »…
    Lorsque les élus se comportent envers le peuple en petits kapos frustrés, il ne suffit que de les regarder intervenir dans les médias pour le constater, ça ne peut durer que jusqu’à la prise de conscience… Le problème, c’est après, parce que ceux qui comprennent un minimum à l’économie et qui sont capables de poser et de résoudre une question arithmétique simple sont rares et n’ont pas la moindre influence. Par exemple, verser 4000 euros pour remplacer une voiture par une autre qui consommera 3l de moins aux 100km et effectuera 120000 km avant de subir le même sort que la première, à 60c HT le litre, c’est pour la société préférer une dépense certaine de 4000 tout de suite à une dépense possible de l’ordre de 2160 étalée sur les années à venir…

    • claude henry de chasne
      14 novembre 2018 at 10 h 11 min

      bien vu, on aurait voulu relancer la machine industrielle d’etat on aurait pas fait mieux.. la réduction de 4000 n’est pas pour tout le monde , pour les autres çà sera surtout un baisse de tva présentée comme une aide de l’etat

    • Le plus fantastique de l’histoire, c’est que les constructeurs fabriquent des autos électriques qui sont très chers. Pour essayer de concurrencer les autos thermiques, l’Etat offre 10.000 euros puis bientôt 14.000 euros aux acheteurs d’e-véhicules. Et ce sont tous les contribuables qui paient pour rendre les joujoux des bobos à peu près abordables. Ceux qui vont à pieds ou en RER apprécieront.

      • La Renault Zoe d’entrée de gamme est à 23.000 euros, plus 119€ de location de batterie mensuels.
        Heureusement qu’ils donnent des primes à l’achat, parce que personne ne pourait se l’offrir et à ce prix-là on a une berline qui tient 1000 bornes avec un plein ; heureusement qu’ils peuvent pondre des lois à voter en petit comité la nuit, pour faire disparaître les véhicules diesel avant 2025.

        • Avant 2025, ce n’est pas le diesel qui aura disparu, mais les subventions aux voitures électriques, pour cause de faillite de l’Etat. Et donc les voitures électriques disparaîtront aussi, sauf pour les pigeons qui les auront achetées en étant certains que les subventions sont éternelles.

      • claude henry de chasne
        14 novembre 2018 at 16 h 44 min

        c’est que l’etat , de la voiture électrique il n’en veut pas en réalité
        ,c’est comme la cigarette on veut bien que les gens arrêtent de fumer a condition qu’ils continuent de payer

  • Il y a aussi la technique allez tous sur le médecin vous foutre en arrêt, payez directement le médecin en espèces et demandez au médecin de vous faire un arrêt de travail en papier…

    • Bon, ça soulage, mais après ?

    • @eirente
      Bonjour,
      Vous n’êtes pas sympa avec votre médecin, la Sécu va lui envoyer un médecin pour lui apprendre à bien prescrire.

      • Les médecins qui se font enm***** par la Sécu sont ceux qui le veulent bien . Il suffit de les menacer avec la fermeture de votre cabinet et un départ à la retraite anticipe et d’un coup la Sécu devient votre meilleure amie. 🙂

  • « Là où la société privée fera tout son possible pour garantir malgré tout la satisfaction de son client »
    Hum…

    Pas plus tard qu’hier, une banque en ligne connue, chèque déposés vendredi dernier.
    Déjà, 4 jours pour les voir apparaître sur mon compte (on est en 2018 non ? les serveurs s’arrêtent le week end ?)

    Tentative de virement auprès d’un fournisseur.
    Message : votre demande ne peut aboutir, merci de contacter le service client.
    Ce que je fais.
    « Ah oui Monsieur, mais voyez-vous, s’agissant de chèques, il y a un délai de 13 jours francs avant que vous ne puissiez vous-même faire un virement ».
    Je répète, on est en 2018.
    Le Pompon :
    « En revanche Monsieur, si vous pouvez payer votre fournisseur par chèque ou retirer des espèces, pas de problème »

    Elle a bon dos la société privée.
    Elle est dans la faits tout aussi sclérosée que l’administration publique.
    La seule différence ? En cas de concurrence, on peut en changer.

    • jesuisunhommelibre
      14 novembre 2018 at 10 h 42 min

      Il y a une autre différence : Elle ne vous met pas un pistolet sur la tempe.

    • claude henry de chasne
      14 novembre 2018 at 11 h 51 min

      il n’y a pas de concurrence bancaire en france, pas plus que dans les assurances d’ailleurs ..

      • Vous dites des betises pour les assurances c’est un marché hyper-concurrentiel . C’est un marché qui s’est concentré reduisant le.nombre d’acteurs mais la bataille entre ceux qui restent est bien là .

    • L’Etat contrôle les banques et réciproquement. Essayez donc de monter une banque ou une assurance en France, même en étant milliardaire.

  • @michelO et après ? Il n’y aura pas besoin d’élites qui font ces calculs certes intelligents mais qui se feront d’eux même dans un marché libre. C’est du comportement humain. Cela passera peut être par un gouvernement populiste d’abord (et c’est déjà le cas) mais les français choisiront

  • Réclamer systématiquement les aides qui ne le sont que partiellement aujourd’hui n’atteindrait probablement pas le but escompté par l’auteur. Au contraire, il est plus que probable que de nouvelles taxes apparaîtraient pour financer le bazar…
    De la même manière, le retour à l’envoyeur des tracesseries administratives nécessite du temps et des moyens. L’Etat en a beaucoup plus que nous. Il y avait un truc évident à faire lors de la mise en place des radars automatiques : la contestation systématique. Personne ne la fait. Pourquoi ? D’une part, parce que tout le monde ne se sentait pas concerné. D’autre part, parce que l’Etat s’est arrangé pour que la contestation soit bien plus coûteuse que l’acceptation. Dès lors les gens, qui sont rationnels, ont su parfaitement où était leur intérêt…
    Je crois beaucoup plus à la manifestation des mécontentements : bonnets rouges, gilets jaunes, zadistes, motards en colère, etc.
    Les bonnets rouges ont gagné. Les zadistes ont gagné. Les gilets jaunes ont déjà remporté une bataille : le fric destiné à la transition énergétique, sur toutes les taxes prélevées, va augmenter…
    Le pouvoir en place ne craint rien de plus qu’une récolte susceptible de virer à la révolution, rien de plus qu’une contagion médiatique lancée par quelques individus ou groupes qui maîtrisent parfaitement les codes de la « jacquerie ».

    • claude henry de chasne
      14 novembre 2018 at 11 h 52 min

      il sont gagné quoi.. arfff

    • Et pourtant, rien n’est plus efficace pour empêcher un véhicule d’avancer que de lui gripper le moteur…

    • « le fric destiné à la transition énergétique va augmenter »
      Et vous appelez ça remporter une bataille…

    • « Les zadistes ont gagné » : les zadistes ont simplement gagné le pouvoir de spolier des cultivateurs qui n’ont certainement pas les moyens de l’être ! les zadistes ne sont que la réminiscence des gauchos soixante-huitards qui sont aujourd’hui pour la plupart devenus des écolobobos ! si c’est cela que l’ont attend d’une révolte citoyenne, je crains le pire !

    • « Le pouvoir en place ne craint rien de plus qu’une récolte susceptible de virer à la révolution, »
      récolte, lapsus calami, ou volontaire ? Si c’est volontaire, excellent ^^.

  • @michelO ce que vous dites c’est juste dire que les gens ne savent pas tenir leur comptes et qu’ils préfèrerait que d’autres s’en occupent….sachant que les niches fiscales sont un sport national il ne faut pas trop prendre les moutons pour des agneaux égarés…

    • Je dis surtout que du fait que les gens ne savent pas faire leurs comptes, ils acceptent de les confier à des grandes gueules ou des enjôleurs qui leur murmurent à l’oreille, et qui ne le savent pas plus.

    • Les niches fiscales sont un sport national qui passe par des sociétés de conseil qui s’occupent de tout, de la recherche du meilleur investissement à la déclaration au fisc, en passant par l’accord avec la banque prêteuse, l’assurance et tout. Donc oui, les Français ne savent pas tenir leurs comptes, même quand ils ont des sous (ou plutôt surtout quand ils en ont…)

  • Bonjour,
    ce matin sur RTL (première radio écoutée par les français, donc pas choisi au hasard), le premier ministre soutenant le ministre de l’intérieur qui a clairement rappelé la loi.
    Ceux qui bloqueront les axes de transport s’exposent à des sanctions pénales.
    ah bon, d’accord.
    Faudra alors m’expliquer pourquoi depuis 40-50 ans lorsque ce sont les syndicats de fonctionnaires ou d’entreprises publiques qui font de même, eux auraient le droit. Ne serions nous pas tous égaux devant la loi ?

  • Système parlementaire, suppression de la tva et des taxes indirectes, impôt consenti et voté serait peut être un bon début de solution….

    • Non, la TVA est une taxe sur la consommation. Plus vous consommez plus vous payez, or vous n’êtes pas obligé de consommer. C’est les taxes sur le travail et les investissements dans les sociétés qui doivent disparaître.

      • @AlfredSG
        Il n’y a pas d’impôt neutre. Tout impôt ou taxe, qu’on prétende qu’il soit payé par les uns ou par les autres pour entretenir l’illusion fiscale (« ce sont les autres qui paient, pas moi ») est un prélèvement sur la production. Le produit des impôts et taxes sert toujours à acheter quelque chose à quelqu’un qui l’a produit. Que le gouvernement prélève sous la dénomination « d’impôt sur les sociétés », de « TVA », de « cotisation sociales » ou avec de la fausse monnaie ne change rien à l’affaire : ce sont toujours des producteurs qui paient, et personne d’autres.

    • « Système parlementaire » pas avec les députés actuels qui se complaisent largement dans leur rôle de godillot comme on dit…

  • Sans doute que la méthode n’est pas idéale, mais ces gilets jaunes partent des tripes du peuple. Alors sans doute que je me sentirai un peu con en poussin (le peuple est toujours un peu con), mais j’irai, si ça peut foutre la trouille à tous ces journalistes, ces syndicats, ces politiques -oui tous les politiques, même et surtout ceux qui font semblant de nous soutenir-.
    Et j’ajouterai que ceux qui ne se sentent jamais un peu cons le sont souvent complètement.

    • même si je comprends le billet d ‘H16 parce qu’il a surement raison et que cette manif ne résoudra pas tout , je pense néanmoins comme vous, que le fait de se montrer et de montrer sa colère ça peut faire changer quelques mentalités et leur foutre la trouille..habitué aux manifs ffmc c’est peut être pour ça que ça coule de source et que pour d’autres ça ne sert à rien, c’est dommage parce que ça les bride et ils passent à mes yeux pour des trouillards aussi.

  • Et quand j’entends mlp déclarer qu’il faut lutter contre le libre marché elle n’a rien compris, elle devrait travailler comme conseillère de com pour LREM ? connerie sur connerie

  • Mlp veut une république national socialismus, le prolongement exact de ce que Macron a commencé et maintenant il nous dit que ça pue les années 30. Ce n’est que les résultats de politiques socialistes accumulées sur des années et l’instrumentalisation par ceux ci des gilets jaunes. Quand le bateau coule, les moules se collent au mât et le capitaine panique…

  • Perso, depuis la hausse des taxes sur l’essence, je limite tout déplacement non indispensable. Du coup, je dépense moins, surtout les weekends.
    Augmenter le coût de l’énergie me semble une aberration dans un pays à l’économie atone. Le faire ne prenant les gens pour des cons (écologie…) est une autre erreur.
    Comment avons nous fait pour avoir un gouvernement aussi imprudent ?

  • H16 est « on ne peut plus clair » : la vraie résistance à un « état qui nous enfume » est de détourner les règles qu’il nous impose.
    En plus de ce que suggère h16, j’ajouterais le non-consentement à l’impôt et faisant des « omissions compréhensibles » dans vos déclarations (IR, IS ou autres . . .).
    Dans le pire des cas, le fisc vous dit que vous vous êtes trompé et vous corrigez . . .
    Dans le meilleur des cas, le fisc ne constate pas l’omission (possible car il est de plus en plus débordé avec le prélèvement à la source) et son manque à gagner tombe dans votre poche.

  • L’etat doit craindre le peuple, l’essence même du second amendement de la constitution américaine: Le peuple américain a le droit de porter une arme pour pouvoir résister à un gouvernement opresseur, avant meme de se défendre à titre personnel. Héritage des minutemen.
    J’adore la constitution américaine 🙂
    Comment faire comprendre aux français que c’est la Liberté, et non l’Egalité, le véritable Humanisme…

    • claude henry de chasne
      14 novembre 2018 at 16 h 49 min

      oui comment?

      • C’est simple. Actuellement, on encourage l’improductivité. De plus, il est insensé d’entreprendre quoi que ce soit.
        Rendons la liberté d’entreprendre, les individus mauvais par nature seront mis en concurrence d’une part, et d’autre part toute production supplémentaire ne peut être que positive pour la nation, et en particulier pour les plus pauvres.

        Il n’y a rien d’autre à expliquer.

        • claude henry de chasne
          15 novembre 2018 at 7 h 20 min

          çà ne réponds pas a la question , çà c’est ce qu’il faut faire , la question c’est comment faire pour rende la liberté d’entreprendre.
          çà passe forcement par une baisse drastique des charges urssaf , taxes etc. comment payer un population habituée a tout recevoir?

      • OU alors, rien de tel qu’une bonne oppression pour redonner le gout de la liberté.
        Après, en étant totalement utopiste, une grosse prise de conscience de l’éducation nationale pour formater les esprits dans le bon sens (« les hussards noirs de la République après 1870 ») . Mais ca prendrai une ou deux générations, et il faudrait un changement brutal.
        Ou un homme providentiel. Comme Micron. Il a été élu car il était providentiel par rapport à ce qu’on connaissait, et au reste de l’offre. Bon, un échec flagrant, on s’en doutait, mais le principe est la.
        Un mec courageux, qui lance quelques réformes brutales (toutes réformes libérales, dans un pays socialiste, sont brutales pour le « bien_etre » du peuple, au départ) et qui portent rapidement leurs fruits. C’est possible, Trump le fait aux états-unis.
        Je renvoie à la dictature Chilienne de Pinochet. Je sais, ça pique, mais économiquement, ca a été efficace. Et comme dictature, il y a eu BIEN pire.

  • Gripper le moteur ? Ce n’est pas en faisant chier les français que ca va gripper quoique ce soit. Vous voulez gripper le moteur ? Plutot que de renvoyer vos cerfas, il faut taper la ou les cerfas sont traités. Attaquer et bruler une ou deux préfectures, un ou deux centres des impots, un ou deux tribunaux. LA OUI, ca mettrait le bordel, et forcerait le gouvernement à réagir. Surtout si l’action est anonyme, de nuit, etc. Quelques cocktails molotovs ni vus ni connus. Et après 17h, on est sur de pas faire de victimes…

    MAIS la VRAI difficulté n’est pas de faire bruler une préfecture ou un centre des impôts. Mais qu’est ce qu’on fait APRES ?
    Si c’est pour envoyer le message de Jacqline du genre: il faut remettre l’ISF, bon… Moi c’est ca qui me dérange, toutes les « solutions » que j’entends, en dehors d’ici, vont vers plus de collectivisme, d’égalité, etc…

  • Je vais y aller avec un gilet jaune.
    Parce que je ne suis pas content de l’augmentation des taxes du carburant, des taxes en général, de l’Etat, et de l’état morne du pays tout simplement.
    Je redoute un lacher de racailles plus qu’autre chose, car cela ruinera à coup sûr le sens de la manif’.

    • De toute façon, ce mouvement va être détruit par les médias gauchos, subventionnés à mort.

      • Surement mais ils aiment aussi remuer la merde pour faire de l’audience. Il reste une possibilité que ça envoie tout ça au tapis. Ça fout la trouille car rien ne dit que la resultante ne sera pas pire. Pas sur que le libéralisme soit au bout de ce processus.

  • Je viens de renter dans ce beau pays bien trop habité par ces ponctionnaires.
    En passant par La Cure, gendarmes et douaniers. Les douaniers, chaque fois que vous êtes seul, ou une fois sur deux, vous arrêtent, vous posent deux ou trois questions débiles dans le genre : avez des valeurs billets ou autres pour plus de 10000 Euros. pas riche, et à l’heure des cartes de crédit, des cryptomonnaies, je n’ai rarement que plus de 50 Euros sur moi. A chaque fois, ou 9 fois / 10, c’est rangez vous sur le coté. Fouille de 5 à 10 mn.
    Il y a deux ans, ces débiles de voleurs au pantalon à bande rouge m’ont fait perdre 45 mn à éplucher des facturettes. Duc oup ces glands ont loupé le camion rempli d’AK47 qui passait derrière.
    Si c’est comme cela, la prochaine fois je leur répondrai que j’ai été faire le plein en Suisse.
    Au moins, j’aurai du GO de qualité, pas la merde hyper taxée qui vous colmate la vanne EGR. Oseront-ils me demander pourquoi ❓

    Pour la présence des gendarmes à la frontière, quand on veut déposer une plainte ou main courante pour signaler une tentative d’escroquerie, personne à la brigade. Du coup, les escrocs ont une chance de plus d’arnaquer des pauvres gens.

    De la à dire que les escrocs au pouvoir et les autres sont de mèche, le pas est petit à franchir 🙁

    CPEF 🙁

    • J’ai honte pour les français, quand je pense aux touristes étrangers importunés par les voleurs au pantalon à bande rouge.

      pendant ce temps, les escrocs galopent sur internet… 🙁

    • Oui enfin, accuser les gendarmes et les douaniers de faire leur boulot, c’est comme regarder le doigt qui te montre la lune. Tu te plante de cible.

  • @Cernu. liberté, égalité et fraternité, telle est notre devise.
    Donc, il faut avoir la liberté et l’égalité (notamment devant la loi) et non l’égalitarisme des gens de gauche pour obtenir tout naturellement la Fraternité.

    • Une devise n’est qu’une devise. Travail, famille, patrie ne me dérangeait pas le moins du monde, dans les termes.
      Mais la ou je te rejoins, c’est la seule égalité valable est devant la loi et le vote. Point barre. Ras le bol de l’égalitarisme, qui renie la nature humaine.
      En quoi la fraternité découle de l’égalité et de la liberté ?

  • @AlfredSG sisi on peut créer une banque sans être milliardaire !!!!
    voyez ce qui commence à apparaître et ce n’est que le début.
    https://www.journaldugeek.com/2016/02/17/test-revolut-banque-sans-frais/

  • @Cernu, msg du 14/11 17h16:. en quoi la Fraternité découle des deux premiers ?
    Prenons comme exemple nos deux personnes.
    Tu es libre de vivre ta vie comme tu le désires et je suis d’accord pour cela et vice versa.
    Nous sommes tous les deux égaux devant la loi, devant le fait de candidater sur le même emploi, etc…. jusqu’à ni avoir aucun système qui me prendrai mon argent pour te l’offrir et vice versa.
    Dans ce cas-là, il n’y a aucune raison que nous ne soyons pas fraternels l’un envers l’autre, car nous sommes traités de la même manière comme dans une fratrie…

    • claude henry de chasne
      15 novembre 2018 at 7 h 25 min

      oui jusqu’au moment ou l’un des deux par implication chance et acharnement se met a s’enrichir et que l’autre a des difficultés a faire pareil..
      là deux solutions l’admettre des deux cotés ou aller voter pour des gens qui prétendent corriger ce qu’ils appellent une injustice..
      et comme il y a plus de gens qui échouent que de gens qui réussissent, on se retrouve a la case départ

    • « Dans ce cas-là, il n’y a aucune raison que nous ne soyons pas fraternels l’un envers l’autre » Ok, mais il n’y a non plus aucune raison que nous soyons fraternels. Il y a autre chose derriere la fraternité, l’adhésion a une cause commune, les épreuves surmontées ensemble, le sentiment d’appartenir à une meme famille. Je ne vois toujours pas en quoi la fraternité découlerait de l’égalité ou de la liberté.

  • @AlfredSG je pense que vous avez tort, la tva a toujours été la variable d’ajustement des planistes qui leur permet de favoriser les plus riches aux détriment des plus pauvres, de façon à détourner le conflit vers une « lutte des classes ». Au final ils sont persuadés qu’ils « protègent » l’humanité et empêchent ainsi la « surconsommation » et dès lors ont la présomption de favoriser la survie de « l’espèce ». Vous n’avez pas compris qu’un « pauvre » aura plus de choix que la merde bas de gamme si la tva est supprimée, prendra de la meilleure qualité et donc renouvellera moins. L’avenir c’est le progrès, pas la décroissance..,

    • claude henry de chasne
      15 novembre 2018 at 7 h 32 min

      non , le probleme c’est la gestion des ressources .
      Si on distribue les ressources a tout le monde en encourageant la production de masse , il nous faudra 3 planètes..
      c’est facile a comprendre , le homard pour tous ce n’est pas possible, il faudra l’élever le nourrir avec de la merde et çà finira comme le saumon dégueulasse et pollueur..
      fabriquons des produits de qualité chers ,que seuls ceux qui arriveront a s’enrichir puisse payer, et permettons a tous de pouvoir s’enrichir en baissant les taxes . et bonne chance a tout le monde

    • +10000000000

  • « …l’inculture économique et politique dans laquelle on a consciencieusement tenu le peuple français jusqu’à présent ». Cette inculture a été sciemment organisée car les manuels scolaires d’école primaire des années 60 contenaient de nombreux exercices pratiques à caractère économique et financier qui ont disparu.

  • Participer, physiquement, à une manifestation, permet de se sentir moins isolé.
    L’Etat souhaite avoir des moutons impassibles qui allument leur télé à 19:00 tous les jours.

  • @Claude vous croyez vraiment ce que vous dites ou c’est de l’humour ? Parce que le malthusianisme a 2 balles et vos arguments sont bcp plus socialistes que libéraux. En plus maintenant les fameuses ong (qui ne vivent en grande partie grâce à l’argent des contribuables) et la gauche commencent à faire comme les résistants de la dernière heure et comme d’habitude leur analyse ne sert qu’à casser le mouvement et à faire revenir les moutons dans la bergerie pour qu’ils continuent à payer pour leur idéologie reditributive debile… les nationalistes derrière. Les gens vont finir j’espère par se rendre compte qu’ils sont tous socialistes !

    • Peut-être. Ils sont bien en train de se rendre compte que même pour ceux qui ne sont pas riches, ce sont leurs sous que l’état leur redistribue. Il n’y a plus qu’à leur faire comprendre que le montant gaspillé et perdu dans le processus est faramineux et qu’ils auraient tout à gagner à ne pas passer par l’état…

  • Intéressant en théorie mais le problème est que ce genre d’action ne va ennuyer que les agents en bas de l’échelle, et non les décisionnaires.
    Ce qui ferait paniquer l’état et spécialement les techno de Bercy serait une action sur la TVA ou l’impôt sur le revenu…

  • Payer d’avantage est en effet un bon truc pour les emm…
    On paye 50 euros de trop, plusieurs fois de suite (ils encaissent et ne disent rien!)
    Ensuite on paye 100 euros de moins.
    Commencent alors les lettres de rappel, recommandées, mises en demeure, et puis au dernier moment, on leur dit: « mais c’est vous qui me devez du pognon! »
    Bien sûr il faut conserver les justificatifs de payement.

  • L’état obèse de ses ponx devrait effectivement faire une cure d’amaigrissement drastique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Par Pierre Chasseray.

Mais où est passé notre bon sens ? notre mémoire ?…

Le confinement aurait-il eu pour effet de déclencher une forme d’amnésie gouvernementale au point d’oublier la France de la colère ? Pour quelques centimes de plus d’une taxe carbone poussée médiatiquement par une frange de bobos-écolos nourris au caviar bio à la louche, la France s’embrasait. On touchait à la voiture, à la mobilité…

Nous ne sommes que quelques semaines plus tard si nous mettons entre parenthèses cette période de crise sanitaire, et... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles