Carburants : taxer plus vert pour taxer plus

Verdir, taxer, mécontenter. Le gouvernement français réalise un triplé mortifère pour l’économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carburant Laurence Vagner (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Carburants : taxer plus vert pour taxer plus

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 novembre 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Un tel niveau de tromperie ne pouvait laisser l’État français indifférent. On sait à quel point il est toujours aux avant-postes pour protéger les malheureux consommateurs des abus sournois du grand capital. C’est ainsi que l’ADEME, notre Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, a pondu un guide pour dénoncer les comportements coupables et “réconcilier les messages de communication et l’écologie.”

On y apprend donc que le greenwashing consiste, en substance, à :

Utiliser l’argument écologique ou l’argument du développement durable alors que l’intérêt du produit pour l’environnement est minime.

À voir se dérouler la polémique sur la hausse des taxes sur les carburants qui fait rage depuis quelques semaines, on se demande si le gouvernement Macron-Philippe ne ferait pas mieux de consulter son propre document et de s’appliquer les excellents préceptes qu’il est toujours prêt à recommander, voire imposer aux autres.

Au passage, on remarquera à quel point le gouvernement a un chic consommé pour s’empêtrer dans des décisions qu’il est incapable de défendre de façon argumentée sauf à dire et répéter en boucle qu’il assume, qu’il est courageux, que la planète ne peut plus attendre, qu’il n’y a pas le choix et que tout le reste n’est que démagogie – pour reprendre un florilège des éléments de langage diffusés par le gouvernement depuis quelques jours.

La 5008 du ministre

Mais franchement, quand on entend le ministre de l’Économie Bruno Le Maire nous jouer chez Bourdin (vidéo, 01′ 23″) le sketch de l’empathie profonde sur le mode “Ich bin ein Berliner”, on se demande qui est démagogue. “Nous sommes tous des automobilistes !” s’exclame-t-il, faisant mine de comprendre la colère des Français. Et de se lancer dans une tirade du style “je raconte ma life” sur son 5008 diesel qu’il a changé pour passer à un 5008 essence parce qu’il ne voulait pas que son véhicule émette trop de particules fines. Et de raconter que son plein, il le sent passer pour son portefeuille !

Et de conclure, sans la moindre honte et sans aucun rapport avec la choucroute :

Les Français aiment la voiture et j’aime la voiture !

Quand je vous disais que ce Bruno, grand benêt de Bercy s’il en est, mérite haut la main le prix spécial du jury des contribuables pour son gnangnan politique !

Qui croit-il duper de cette façon ? Il est possible que les Français aiment la voiture, mais il est surtout évident que ce moyen de transport est souvent le seul qui puisse assurer les déplacements d’une multitude de familles pour leur travail, pour l’école de leurs enfants, pour leurs courses et leurs diverses activités sociales, sportives ou culturelles.

Il est également évident que les constructeurs améliorent leurs modèles en permanence et que le parc évolue petit à petit vers des véhicules de plus en plus propres et de moins en moins consommateurs d’énergie sans qu’il soit nécessaire de forcer le pas en taxant à tout va.

Et il est surtout évident que tout est fait pour amener les Français à abandonner la voiture au profit de transports en commun pas toujours disponibles – qu’ils soient inexistants, archi-bondés ou en grève – et de mobilités douces, sans doute agréables quand on est célibataire à Paris, mais qui sont loin de rendre tous les services de la voiture aux nombreuses familles installées hors des centres-villes.

Sans compter que toutes les entreprises qui intègrent une logistique de transport ou qui utilisent du carburant non routier (pour les machines de chantier, notamment) sont touchées.

C’est dire si Bruno Le Maire nous amuse avec son 5008 essence puisque dans le plan du gouvernement, il ne s’agit plus seulement de remettre à parité le diesel et l’essence, mais de pousser au changement global de comportement par hausse de tous les carburants via une fiscalité dissuasive qui va se poursuivre jusqu’à la fin du quinquennat. Pour 2019, ce sont respectivement 6,5 et 2,9 centimes en plus par litre qui viendront encore alourdir le prix du diesel et de l’essence.

La croisade des gilets jaunes

Donc les automobilistes grognent, notamment ceux qui sont les plus dépendants de leur voiture dans leur vie quotidienne et ils s’organisent via les réseaux sociaux pour se faire entendre lors d’une manifestation très relayée prévue le 17 novembre prochain. Déjà mécontents de se voir limités à 80 km/h sur les routes nationales au prétexte fallacieux de “sauver des vies”, ils observent maintenant avec angoisse que le prix des carburants ne fait que grimper, et pas seulement à cause de la hausse récente du prix du baril, impactant à la baisse leur pouvoir d’achat.

Pour Jérôme Fourquet de l’IFOP, dont le tableau de bord de novembre 2018 note que le prix des carburants est le premier sujet de conversation des Français :

Ce n’est pas une révolte de nantis ni de défense d’un statut, souligne-t-il. C’est la révolte du salarié qui n’a pas d’autre choix que d’aller bosser en voiture et qui se sent taxé de façon injuste.

Voulant déminer le terrain, le gouvernement s’est donc mis à faire de la “pédagogie”. Et c’est là qu’on s’est aperçu que l’écologie avait vraiment bon dos.

François de Rugy, notre tout nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, anxieux de ne pas passer pour un ministre falot après le flamboyant Nicolas Hulot, peut bien se vanter d’avoir obtenu un budget 2019 en augmentation d’un milliard sur 2018 et de piloter un total pachydermique de 34,2 milliards d’euros parfaitement couverts par les recettes de la TICPE (taxe sur les carburants), la réalité de ses comptes oblige à dire que d’un point de vue écologique, ce parallèle n’a pas de sens.

D’une part, il ne récupère que 20 % de la TICPE (7 milliards environ) pour financer son budget, le reste étant à la discrétion du budget général de l’État et des collectivités locales ; et d’autre part, ses dépenses ne sont pas toutes liées à la transition écologique. Elles comprennent par exemple la charge des pensions de retraite des anciens fonctionnaires du ministère ainsi que les sommes investies par SNCF Réseau pour la remise à niveau du réseau ferré – même si ce budget typique des transports s’appelle maintenant “mobilités”.

De plus, la fiscalité écologique ne se limite pas aux taxes sur les carburants et le ministère de M. de Rugy n’est pas le seul à se lancer dans des dépenses de transition écologique. Il est donc assez difficile de savoir exactement ce qu’il en est.

La grogne à la pompe et derrière le volant

Mais l’impression générale qui se dégage de cette polémique, c’est qu’Emmanuel Macron est brillamment parvenu à mécontenter tout le monde. Les automobilistes ne supportent plus de voir qu’on veut leur faire payer le dispendieux projet de faire monter en puissance les énergies renouvelables contre les énergies fossiles, tandis que les écologistes les plus enragés ne supportent plus de voir que la transition écologique du gouvernement relève pour partie de l’incantation et de slogans du style “Make our planet great again”.

Quand on demande à Gilles Le Gendre, Président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, ce que l’État fait du “pognon” – de dingue, pourrait-on ajouter puisque la TICPE atteindra 34 milliards d’euros en 2018 et presque 38 milliards en 2019 – il n’est pas embarrassé de nous faire une longue liste de dépenses publiques mais évoque curieusement fort peu des actions en faveur de l’écologie (vidéo, 34″) :

Nous baissons massivement les charges sur les salariés, nous augmentons l’allocation adultes handicapés, nous augmentons le minimum vieillesse, nous augmentons les accompagnements de garde des familles monoparentales, 140 € par mois, ça fait beaucoup plus que l’augmentation des taxes sur l’essence.

Et pour ce qui est de l’écologie, d’après lui, ce sont 35 milliards sur le quinquennat qui seront mobilisés, du jamais vu à ce jour, mais – attention on découvre le pot-aux-roses :

Nous le faisons en remettant, aussi, en ordre nos finances publiques.

Autrement dit, dans un contexte où la croissance ralentit et où il devient difficile de compter uniquement sur la conjoncture internationale pour équilibrer les comptes de la nation, le gouvernement fait feu de tout bois pour obtenir les ressources qui lui permettront de continuer à dépenser dans tous les domaines (écologie comprise, naturellement) tout en se maintenant en dessous des 3 % de déficit autorisé par l’Union européenne.

Très commodément, il recouvre tout cela du pieux discours sur la transition énergétique, la politique climatique, le développement durable etc., quitte à utiliser la culpabilisation écologique à l’égard de millions de Français pour assouvir son délire de dépenses tous azimuts. (Et quitte à envisager maintenant quelques dépenses supplémentaires pour atténuer l’impact négatif de cette fiscalité punitive via des chèques-carburant qui à leur tour appelleront de la dette ou de nouveaux impôts !)

Taxer plus vert pour taxer plus, en somme ; du greenwashing fiscal en bonne et due forme, qui affecte en priorité cette France périphérique mal dégrossie qui pousse la faute de goût jusqu’à rouler au diesel, comme le signalait si finement et sans mépris aucun le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • Je n’ai pas constaté une hausse du baril ces derniers temps.
    Sur un an 77$ à 55$ est une variation acceptable. 61,58$ hier.

  • je clope , je roule au diesel et j’emmerde le gouvernement ; pour payer mon gaz oil , je fais du black ; c’est le seul moyen que j’ai pour m’en sortir ;

  • « Nous le faisons en remettant, aussi, en ordre nos finances publiques »

    Ce qui s’appelle vendre la mèche ! A ce compte là, on comprend bien mieux l’origine du 80 km/h et l’empressement de sa mise en place, malgré l’absence de justification experimentale…

  • 80 km/h, « prétexte fallacieux de “sauver des vies”  » : quant au résultat, il faudra sans doute attendre fin 2019, et espérer que l’administration publiera enfin des chiffres par type de route ( autoroutes, départementales, locales ) et de véhicule ( camions, véhicules privés, motos, etc ). La seule chose qui est publiée est que :  » pour la première fois un 3ème trimestre enregistre moins de 900 personnes décédées. La baisse concerne en particulier les automobilistes (35 tués de moins que l’an dernier) » http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere

  • Il faut quand même dire qu’à part le gasoil dont le prix est un des plus fort d Europe
    l ET 10 lui est dans la moyenne européenne.
    Ce qui n empêche pas qu’il y a une injustice car ces augmentations touchent plus les provinciaux que les urbains et à que je sache ce ne sont pas les plus riches
    En plus le prétexte du rattrapage est faux puisque dans ce cas là ils auraient pu se contenter d’augmenter les taxes sur le diesel et non l essence
    Par contre protester contre des contrôles techniques plus sérieux pour moi n’est pas justifiées car de nombreuses épaves roulent dans ma province et pourtant elles ont le contrôle technique à jour et sincèrement ça fait peur
    Je parle en connaissance de cause des voisins étant dans ce cas.

    • Le précédent contrôle technique était déjà fait pour éliminer les épaves. En réalité, certains « achètent » leur contrôle technique. Pas sûr que ça change.

    • à la base y’a double injuste parce que c’est l’Etat qui a incité les français à roule au diesel (magouille entre PSA et l’Etat à une certaine époque) et deux le diesel est plus cher à raffiner alors pourquoi est il moins cher que l’essence?

  • Rien n’interdit un commerçant de pratiquer un prix prohibitif surtout sur un produit de première nécessité…et quand ce commercant est un état….et alors ,n’est-ce pas de bonne guerre de faire de bonnes affaires en situation de monopole ?
    Et pas question de changer ça grâce a la pseudo démocratie a la française..ou européenne ,ailleurs ,c’est pareil.

  • Quand je pense a Macron qui accuse V. Oban de mentir à son peuple…

  • Faire un parallèle entre Orban et Macron c’est quand même osé. Même si je ne suis pas pro Macron et même pro personne je n oserais pas faire ce genre de comparaison.

  • Vous qui vous dites libérale Orban c’est tout l inverse

  • extrait de ce blog : https://insolentiae.com/preferer-taxer-le-carburant-plutot-que-le-travail-revient-a-taxer-le-travailleur-ledito-de-charles-sannat/

    En province, l’essentiel des boulots est rémunéré entre 1 200 et 1 500 euros nets par mois, pour la simple et bonne raison qu’au-delà de 1 500 euros de salaires, les charges sur le travail explosent. En dessous, les abattements sont très importants et les charges, limitées à moins de 15 %.

    Résultat, en dehors des bobos parisiens et des ingénieurs informaticiens des grandes villes, les salaires sont mornes dans notre pays.

    Pour les salaires faibles des grandes villes, les gens n’ont pas la même sensibilité à l’augmentation du carburant puisque, évidemment, l’offre de transport en commun permet une véritable alternative.

    Dans les campagnes, il n’y a pas cela et il n’y aura pas cela. C’est impossible. Donc, il faut compter sur la voiture. L’augmentation de la fiscalité c’est entre 1 000 et 1 500 euros de plus chaque année de carburant…

    Autant le dire.

    Macron vient de retirer le 12e mois de salaire aux gens.

    • déjà qu’il nous pique la moitié de notre salaire annuel en taxes, prélèvements et autres impôts du quotidien , je comprends aisément le gens qui veulent faire le 17

  • Tout ce baratin de la part du Gouvernement n’est que du pipeau. La seule raison de cette augmentation c’est une question budgétaire, c’est à dire « que l’Etat a besoin de fric ». Et il tape, et il taxe et dur;!!!

  • « Et il est surtout évident que tout est fait pour amener les Français à abandonner la voiture au profit de transports en commun  »

    Euh…. l’état voudrait abandonner une si belle vache à lait, qui fournit par ailleurs de l’emploi à 440.000 personnes ? Étrange… Le pays est-il dans une si belle situation économique qu’il pourra gérer cette transition ?
    Et non….
    A quand les coûteuses mesures afin de sauvegarder ce secteur économique ?

    • @claire
      Bonsoir,
      « Euh…. l’état voudrait abandonner une si belle vache à lait, qui fournit par ailleurs de l’emploi à 440.000 personnes ? »
      Ca il s’en moque, et par ailleurs il l’a déjà fait en plombant tout simplement des secteurs industriels tels que l’armement, les chantiers navals, acier, mines, et autres. Fermer une centrale nucléaire et mettre au tapis 5000 employés ne le dérange pas, par contre, « sauver » 3000 emplois de chez Alstom, qu’il a lui même mis dans la panade, ne lui pose aucun soucis.
      L’industrie en France ne représente que 11% des secteurs d’activités.
      « A quand les coûteuses mesures afin de sauvegarder ce secteur économique ? »
      Si le secteur économique ne colle pas au plan, il sera purement et simplement coulé.
      Si le secteur économique sert le plan, il sera abondamment arrosé. Dès qu’il ne servira plus; il sera coulé.

    • Et alors ? Déjà, c’est une comparaison avant l’augmentation des taxes, et ensuite l’existence de pire n’a jamais justifié le mauvais.

  • c’est pourtant simple a comprendre

    1) l’etat ne sait pas réduire ses dépenses sans toucher a son clergé
    2) les salaires de la fonction publique augmentent mécaniquement
    2) toute hausse des taxes sur l’énergie entraîne une baisse de la consommation qui justifie la prochaine hausse des taxes…

    les futur hausses SONT DEJA programmée jusqu’en 2020.. grâce a la fantastique segolene royale qui laissera une trace indélébile sur le déclin de ce pays

  • Il manque juste sego reine des neiges, méchancon roi du quinoa, hidalgotte qui dépote. C’est une vraie cata ce pays. On voudrait faire pire que cela serait impossible. Ils utilisent NOTRE pognon (de dingue) pour nous ruiner, nous humilier, nous épuiser, puis nous en redonnent un petit peu pour manger. J’ai envie de les défoncer avec une pelle. Est-ce mal ?

  • super article, seul bémol Macron n’a pas mécontenté tout le monde vu qu’il continue a serrer des paluches et à faire des selfies lors de ses déplacements…que les gens sont cons.

  • Je commencerais à éventuellement prendre au sérieux les discours écologiques des pouvoirs publics lorsque tous les élus, hauts fonctionnaires et ministres se déplaceront en transports en commun dans les villes qui en sont équipées au lieu des cortèges qui font pimpon…

    • @RB83
      Bonsoir
      « Je commencerais à… des cortèges qui font pimpon… » et quand ils habiteront les quartiers mixés socialement, d’où ils prendront le R.E.R quand il fait froid, ou chaud, de nuit… pour l’ambiance, bon enfant, hein ? (Après tout, « il faut bien que jeunesse se passe ! » comme disait Mme Taubira.)

  • Je rajouterai que Monsieur Le Maire, soit n’y connait rien en automobile, soit il est de mauvaise foi car les nouveaux diésels ne polluent pas plus que les essences grâce aux nouveaux filtres anti nox et des additifs d’ADBlue. Les essences consommant beaucoup plus émettent plus de CO2. Moralité, le Ministre des finances incite les Gens à acheter des essences pour faire rentrer plus de taxes dans les caisses de l’Etat. Toujours la pompe à fric.

  • bon on s’en doutait.. et quand bien m^me le gouvernement serait il disons sincère , il y a un mensonge qui est celui d’une croissance verte.. parce que au final, et au moins dans le court terme , vous n’aurez pas changé votre voiture diesel pour une électrique mais contre rien. vous aurez fiancé des trucs qui ne vous seront que d’un interet fort distant.

    SI le gouvernement voire l’onu et l’ue sont sincères,i ls veulent se passer des fossiles…qui croit à ça???? la réalité est plus dans un contrôle des fossiles pour s’assurer une forme de rente.

  • Je mets 50% d’E85 dans ma voiture essence, je pense même à y passer à 100% avec une reprogrammation flex fuel en attendant une meilleure solution car ce n’est que temporaire: le prix est raisonnable pour le moment mais avec la loi de l’offre et de la demande, le prix va mécaniquement monter (et il y a déjà des pénuries..) puis nos blaireaux vont nous sortir une taxe car nous utilisons des surfaces agricoles pour faire du méchant carburant au lieu de faire des légumes bio… la suite sera l’ électrique mais à coups de CSPE et taxes socialobiobobo, le prix pour 100 km sera le même que l’essence…il ne restera plus que le cheval..

  • A chaque jour ses nouvelles arrogances et stupidités !
    L’ambiance en France devient irrespirable, et me fait penser à l’époque Pétain où tout un chacun suspectait et dénonçait tout le monde, comme Griveaux fustigeant Wauquier parce qu’il roule au diesel et fume des clopes. C’est consternant d’arrogance. Cette ingérence dans la vie privée est absolument INADMISSIBLE ET INTOLÉRABLE !!!! C’est pur est simplement la pensée unique, qui s’impose dans notre pays, le communisme étant annoncé dans la phrase de Griveaux à Wauquier : « ce n’est pas la France du XXI ème siècle que nous voulons ».
    Il y a longtemps que l’argument écolo est avancé comme prétexte aux nouvelles taxes. On culpabilise les citoyens, les stigmatisant par le « sauver la planète ». Quelle escroquerie ! Ce ne sont pas les automobiles françaises, même nombreuses qui « asphyxie » la planète. Que dire des milliers d’avions dans le monde qui sillonnent quotidiennement le ciel ? De la Chine ultra polluante ? Des pétroliers qui dégazent leurs cargos dans les mers et océans ? De la guerre (en France) contre les sacs en plastique … remplacés par d’autres (en plastique) soit disant non polluant ? C’est tout simplement une dictature intolérable et la « croisade » anti diesel entreprise par le gouvernement aura un effet zéro pour la planète.
    « jupiter » et sa clique, emprisonnées dans cet univers parisien étriqué et nauséabonde, sont absolument incapables de voir au delà des limites de ce cercle.
    Quand Bruno Le Maire affirme que « son plein, il le sent passer pour son portefeuille ! » de qui se moque-t-il ? Il utilise la plus part du temps les voitures de service, mise à la disposition des gouvernants, et payés par nos impôts. Le plein pour sa 5008 essence est-il aussi payé par le contribuable ? Ou par lui ? Bénéficie-t-il de tarifs hors taxe… ? Il veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! N’empêche qu’il est absolument écoeurant d’entendre de tels propos.
    Merci pour cet article qui complète notre information.

    • et à niveau de vie donné et population donnée , les fossiles sont plutôt bons pour la planète, la théorie du réchauffement climatique est tombée à pic pour le diaboliser..
      sinon si tu ne brûle pas de charbon tu brûles des arbres…

  • Ben, vu que la TVA s’applique au coût du carburant à la pompe augmenté de la TICPE (double taxation scandaleuse), quand l’Etat décide d’augmenter la TICPE, il augmente de fait le fruit de la TVA. Alors après, il peut tenter de persuader les pétroliers de faire des efforts, les quelques pouillièmes qu’ils feront sous la contrainte ne compenseront jamais les augmentations « échelonnées » de la TICPE. Déjà que l’ensemble des taxes sur le litron représente 62%…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Le gouvernement a publié mardi de nouvelles données sur l'inflation. Malheureusement, les résultats ne sont que de mauvaises nouvelles.

Selon le Wall Street Journal, l'inflation américaine a atteint en mars le niveau le plus élevé depuis quatre décennies, soit 8,5 %, par rapport à l'année précédente, en raison principalement de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et de l'augmentation de la demande de biens par les consommateurs... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles