Fiscalité : les députés pénalisent les petits revenus locatifs

Un amendement au Projet de loi de finances 2019 vise directement AirBnB, et promet d’atteindre aussi les chambres d’hôtes partout dans le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Château de Méouilles By: ADT 04 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité : les députés pénalisent les petits revenus locatifs

Publié le 23 octobre 2018
- A +

Par Matthieu Loonis.

Le 5 octobre dernier, le député LREM (et ex-LR) François Jolivet, directeur général d’ICF Habitat Atlantique, est parvenu à faire adopter un amendement  au Projet de Loi de Finances 2019, malgré l’opposition du rapporteur général Joël Giraud (étiquette LREM, et ex-Parti Radical de Gauche), en vue de la suppression de l’article 35 bis du Code Général des impôts.

Cet article permettait notamment d’exonérer d’impôts les revenus tirés de la location meublée d’une ou plusieurs pièces de sa résidence principale à condition que ces revenus n’excèdent pas 760 € par an. Dans cette hypothèse il n’était pas nécessaire de déclarer ces modestes revenus. Cette niche fiscale datant du début des années 80 avait pour objectif de stimuler l’offre de chambres d’hôtes dans le pays.

Pénaliser les locations occasionnelles

Aujourd’hui, cette niche fiscale intéressait certes les retraités louant à des étudiants, mais surtout la bête noire des mairies et des hôteliers : Airbnb. En effet, la majorité des locations sur les plateformes sont le fait de propriétaires (et locataires) agissant occasionnellement, pour quelques nuitées par an.

Désormais, les revenus tirés de ce type de location devront être déclarés dès le premier euro. Cette obligation est à mettre en perspective avec l’obligation, à compter du 1er janvier 2019, pour les plateformes en ligne, de déclarer au fisc les revenus bruts perçus par les particuliers.

[related-post id=296481 mode=ModeSquare]

Concrètement, un individu ayant une tranche fiscale à 30 %, percevant 760 € de revenus locatifs par an, pourra par chance bénéficier de l’abattement de 50 % du régime des micro-BIC, mais il devra payer l’impôt sur ses revenus ainsi que les prélèvements sociaux sur ces derniers, ce qui donne :

Revenus locatifs = 760 € / 2 (abattement) = 380 € ; IR= 380 € x 30 % = 114 € ; Prélèvements sociaux = 380 € x 17,2 % = 65,36 €

Soit une imposition totale de 179,36 € au lieu de 0 €.

L’impact global de cette suppression est inconnu, et il possible d’entendre François Jolivet  ironiser en commission sur cette niche « au nombre indéterminé de chiens », reprenant à son compte l’adage selon lequel « dans chaque niche fiscale, il y a un chien qui mord ».

Après tout, peu importe le nombre de chiens en France si on y compte toujours plus de vaches à lait.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  •  » enrichissez vous  » qu’il nous disait le sieur macron ( qui a beaucoup maigri d’ailleurs selon son entourage )……ça va être dur de profiter de son argent avec ce gouvernement qui vous incite à vous enrichir et qui  » en même temps  » vous ponctionne à tour de bras ……

    • Que lèvent le doigt ceux qui n’avaient pas compris le premier jour que derrière « enrichissez-vous » il y avait « ça nous permettra de lever plus d’impôts » !

  • Avec tous ces chiens, il va se faire mordre le député-clown LREM ❗

  • le black est l’exil fiscal du pauvre.

  • une personne âgée pour ne pas subir la solitude loué une chambre a un prix très modique… bande de cons ..qu’elle honte ..

  • Voilà qui n’a pas dû entrer dans le calcul de baisses d’impôts de M. Darmanin…
    Pour noyer le poisson, ils utilisent des méthodes de voyous:
    – changer discrètement les assiettes et/ou les taux de taxes existantes
    – créer de nouveaux impôts qui ne concernent qu’une minorité de la population
    – faire voter des impôts qui n’entreront en vigueur plusieurs mois, voire années, plus tard
    Un nour, le peuple va kes virer manu militari… C’est toujours ainsi que se termine l’oppression fiscale.

  • De vrais communistes au pouvoir et en plein travail de sape.

  • Darmanin ce sale type etait de droite sois-disant ..le collabo qui a révélé sa vrai personnalité… Après une compagne pour favoriser l’entraide de la solitude des personnes âgées , loué ou prêté une chambre pour rompre la solitude les taxer !! pour recuperer un peu d’argent de taxer , le seul mot qu’il connait ..par contre reduire la depense du budget là..sa compétence montre sa limite ..encore un instruit inutile …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend souvent, et pas plus tard que la semaine dernière, qu’un parti cherche des idées, des propositions pour construire un programme. En novlangue : « pour nourrir le débat ». Comme si les partis politiques étaient des lieux de débat.

C’est donc le parti RDLREM (Renaissance De La République En Marche) qui sollicitait ses élus pour faire remonter des idées récemment.

Ce parti au pouvoir depuis 5 ans, élu sur un projet, est à la recherche d’idées pour gouverner la France.

Qu’est-ce à dire ? A-t-il déjà réalisé son proj... Poursuivre la lecture

Vinted, Leboncoin, eBay, Airbnb… vous avez pris l’habitude de vendre ou même louer sur ces sites d’intermédiation ? Cette année, les montants de vos transactions apparaissent sur votre déclaration de revenus pré-remplie.

C’est le fruit de la réglementation qui depuis 2020 oblige ces plateformes de mise en correspondance de communiquer à l’administration française l'identité des personnes cumulant plus de 3000 euros annuels de ventes ou effectuant plus de 200 ventes annuelles. Pour les locations meublées, le plafond est fixé à 365 euros... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Youpi, les législatives approchent et c'est de nouveau l'occasion de découvrir ce que le paysage politique français peut offrir de plus dodu : des politiciens qui s'égaillent en liberté pendant cette courte période leur permettant de se dégourdir les jambes et de gambader dans la campagne (électorale) à la rencontre du gogo de l'électeur qu'il devra convaincre. Cependant, la fête a parfois un goût amer : il semble que - horreur ! - le Français moyen soit de plus en plus attiré par un populisme des extrêmes.

Eh oui : alors que, pourtant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles