L’Éducation nationale, cette immense machine à broyer

Le mouvement #pasdevague dévoile le fonctionnement bureaucratique de l’éducation nationale. Plutôt que de soutenir ses enseignants, il cherche à les faire taire. Cela ne date pas d’hier. Témoignage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie credits photking (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Éducation nationale, cette immense machine à broyer

Publié le 23 octobre 2018
- A +

Par Najat, professeur dans un lycée lyonnais.

Chacun est persuadé que l’école va mal, mais la situation est pire encore que ce vous pouvez imaginer. Les parents d’élèves ne se rendent pas compte que cette structure est devenue une immense machine à broyer. Je relate ici deux événements récents vécus par des amies professeures.

Rassurez-vous c’est français, c’est la police française

Imaginez, vous êtes en train de faire cours un jour ordinaire et vous expliquez à vos élèves de 5ème les subtilités des théorèmes mathématiques. Soudain, débarquent dans votre classe deux inspecteurs qui entrent sans prévenir, s’installent au fond de la classe et auscultent tout ce que vous faites pendant le restant de l’heure.

Pendant que vous parlez, ils prennent les cahiers de vos élèves, ils les feuillettent, ils ouvrent les agendas, visiblement à la recherche de quelques propos subversifs.

En l’occurrence ici c’est la police de l’Éducation nationale qui est à la recherche des déviants.

La fin de l’heure, vous découvrez que tout votre établissement est inspecté et que deux autres inspecteurs viendront vous suivre dans vos autres cours, et cela pendant toute la matinée.

Votre tort ? Être un collège indépendant qui existe depuis maintenant depuis plus de dix ans. Or le gouvernement socialiste n’aime pas les écoles indépendantes qui ne suivent pas à la lettre les décrets de l’État. Donc il lance des campagnes d’inspection, envoyant des hordes d’inspecteurs traquer les dissidents de l’école. Ici, ce sont dix inspecteurs qui sont venus pour un collège qui compte quatre classes (une par niveau). Ils débarquent sans prévenir alors que normalement ils sont tenus de le faire.

Il est interdit de lire

Autre péripétie survenue cette fois à l’une de mes collègues professeures de français en 3ème dans un collège sous contrat d’association. Comme elle vient de se faire titulariser, après onze ans d’enseignement, elle a le privilège de se faire suivre par un inspecteur pendant toute l’année scolaire. Celui-ci vient la voir régulièrement pour s’assurer qu’elle respecte bien les normes du pédagogisme. Si ce n’est pas le cas, son concours interne ne sera pas validé et elle ne pourra pas être titularisée (et donc elle sera moins payée).

L’inspecteur vient au mois de novembre et lui demande combien de livres elle a fait lire à ses élèves. Ma collègue lui en annonce deux, avec un programme de lecture préparé pour le reste de l’année. Réponse de l’inspecteur : « Vous n’avez pas le droit de faire lire plus de deux livres à vos élèves. Il y a des établissements où on ne lit pas de livre. Si vous faites lire vos élèves, cela va créer une inégalité entre eux et les autres. Il est donc interdit de faire lire des livres. »

Propos véridiques : un professeur de français de classe de 3ème se voit interdire de faire lire des livres à ses élèves. Comme elle est courageuse, elle leur en fait toujours lire, mais en cachette, en leur disant bien qu’il ne faut surtout pas le dire à l’inspecteur quand il reviendra.

Voilà l’Éducation nationale aujourd’hui.

Cet article a été publié une première fois en 2016.

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • Oui c’est liberticide . La réponse à tout ça est que l’Etat sorte de l’éducation des enfants et décentralise cette administration vers les régions et de préférence vers les communes ou alors privatiser entièrement l’éducation nationale . Ce qu’il faut c’est une éducation privée , où tous les écoles , collèges et lycées du pays sont possédés par le privé , des établissement où les élèves portant un uniforme avec l’écusson de leur établissement , des brouilleurs de smartphones , levée du drapeau avec Marseillaise chaque matinée , des infrastructures scolaires qui possèdent des stades indoor d’athlétisme , une piscine , un terrain pour le foot ou le rugby , des parquets pour sports collectifs , des auditorium pour le théâtre et pour la musique , un studio d’enregistrement , et des élèves qui passent leur temps 1/3 en transmission des savoirs , 1/3 en sport et 1/3 en musique . Les cours devraient commencer à midi et se terminer à 18h , parce que les ados naturellement dorment tard à 1h et 2h du matin , les faire venir à 8h comme en ce moment est contraire à leur épanouissement biologique et à leur rythme de croissance . Les élèves dorment sur place et retrouvent leur familles les Dimanches et en vacances .
    Généraliser la méthode Montessori , faire de petites classes avec deux profs par classe permettant un suivi individualisé de chaque élève , permettre de diviser les classes par groupes , le groupe de surdouées et le groupe de larguées pour permettre à ceux qui n’y arrivent pas de rejoindre le niveau des autres , et puis faire de la filière technique la filière principale et proposer aux gosses dès 12 ans le choix entre la filière technique ou bien continuer les études , l’école doit etre aussi le lieu ou l’on apprend à devenir grand , comment cuisiner , utiliser une machine à coudre , utiliser une carte de crédit , comment conduire une voiture , comment utiliser les moyens de contraception , pourquoi pas aussi des videos sur comment est fait le corps d’une femme ou d’un homme .. parce que l’école est en ce moment l’endroit des réponses aux questions que l’on ne se pose jamais . Mon reve est que le gamin à 18 ans , l’école qui le forme depuis ses 6 ans en fasse un adulte de demain responsable , patriote , cultivé , grand sportif , grand musicien , qui sache comment se débrouiller si on le lâche seul dans une métropole . Faut faire ça pour que les jeunes adultes arretent de rejoindre le GUD , ou ISIS ou penser que l’Empire Soviétique c’était cool … et recentre leur utopie , parce que lorsqu’on est jeune on est utopique , recentrer leur utopie sur la République et ses valeurs de Liberté , d’Egalité , de Fraternité et de Laicité . Vive la France et Vive le Monde !

  • Il faut croire que le seul livre qu’aient lu les socialiste soient la ferme des animaux, 1984 et le meilleur des monde…et il semble qu’ils aient tellement peu de jugeote qu’ils les aient considérés comme des manuels à appliquer à la lettre…

  • Terrifiant ! Et c’est exactement ce que vivent mes enfants au collège et au lycée ! Au nom de l’égalité, on met tous les élèves au niveau des plus nuls…

    • Cela fait longtemps que cela dure…ayant certaines facilités j’aurais pu sauter quelques classes…d’autant qu’en primaire, j’étais dans une école du type de celle présentée dans le film « être et avoir » encensée par nombre de prof à l’époque…et cela m’a été refusé…et j’ai une amie qui a pu sauter quelques classes mais qui a été obligée d’attendre quelques années à la fac avant de pouvoir rentrer en fac de médecine du fait des limitations d’age…

    • pas des plus nuls, le niveau d’une façon de moyenne; et
      ce qui est le plus flippant c’est que cela FAIT baisser cette moyenne pas manque d’émulation!

  • Il faut faire un inventaire. Qui ne pourra que mettre bien en évidence le fait que nous sommes un pays communiste…

  • On devrait pouvoir inspecter les professeurs -comme tout serviteurs de l’état- n’importe quand. Depuis l’origine on à lâché la bride, et c’est d’abord les professeurs qui, livrés a eux mêmes, dans leur petite école-tour-d’ivoire, sont devenus fous-tout-seuls, bien avant le reste de la société. Le résultat, c’est qu’en France, un professeur titulaire ne doit rendre des comptes à personne, ni à sa direction, ni à son ministère, ni aux syndicats, et bien entendu ni aux parents.

    Cet article ne demande qu’une chose aux pauvres citoyens : continuez à payer et fermez les yeux car nous professeurs on sait ce que l’on fait !

    • vous avez raison sur un point si on travaille à l’ed nat on sert l’etat et pas les élèves, point barre! on suit les recommandations de l’etat, et alors un autre problèmes se fait jour, c’est que le dit état donne de très mauvaises directives pratiques, il pourrait assumer cette politique jusqu’au bout et donner moins de pseudo libertés aux professeurs. Leurs donner livres barèmes de notation, cours préparés, et en plus il n’aurait pas besoin de former les prof!!!un type qui sait lire devrait suffire.

      Une remarque, au nom de l’égalité des chances, combien de temps avant d’interdire le soutien scolaire privé..au nom de la cohérence?
      Le problème est que les parents acceptent ce bazar qui est certes leur est bien vendu et la majeure partie des prof a à coeur d’instruire les gosses, certains font aussi confiance à leur hiérarchie.
      Les parents qui n’y croient pas foutent leurs enfants ailleurs si ils le peuvent.

    • Les professeurs médiocres ont toujours existé et les inspections n’y font pas grand chose. La différence est qu’autrefois ce n’étaient pas es exemples à suivre…

  • Le nivellement par le bas…

  • Il est indispensable de priver les enfants de culture pour pouvoir les abrutir de propagande. Nous n’aurons bientôt plus rien à envier à l’URSS:
    Propagande massive: médias sous contrôle, relais intellectuels et artistiques omniprésents etc…
    Intimidation/condamnation des dissidents aboutissant de fait à l’autocensure
    Endoctrinement de la jeunesse (on peut y ajouter la perversion que n’avait pas osée l’URSS)
    Lyssenkisme: manipulation de la connaissance (histoire, sciences…) pour servir des objectifs politiques
    Surveillance généralisée de la population sous prétexte de terrorisme
    Prétention à instaurer une morale d’Etat
    Maintien du peuple dans la peur ou la précarité en vue d’une dépendance accrue vis-à-vis de l’Etat

    • Ne manquent plus que les haut-parleurs installés à chaque coin de rue, pour diffuser les pensées du parti (comme avec Mao), à une population qui ne sait pas lire et ne peut comprendre qu’une communication orale, bien entendu avec un vocabulaire limité. Le paradis en quelque sorte.

    • En URSS, toutes les lectures n’étaient pas interdites. Les livres qui passaient la censure pouvaient être lus, et les enseignants pouvaient même les faire lire par leurs élèves sans s’attirer les foudres des milices pédagogiques du régime. La France, c’est encore bien pire que l’URSS, puisque les milices de fonks du régime y considèrent que faire lire même des livres qui passent les filtres de la censure, c’est une atteinte à l’égalité vis-à-vis de ceux de ceux qui n’en lisent pas.

  • La conclusion que l’on puisse tirer de la lecture de « Les dangers de l’état policier souhaité par Bernard Cazeneuve » Contrepoint, Dec 7, est que la France dispose désormais d’un appareil complet pour le fonctionnement d’un état policier, mais jusqu’à présent il n’a pas d’appareil gouvernemental déterminé à exploiter pleinement les opportunités pour faire de l’état policeir une réalité terrifiante.

    Lorsque vous lisez «L’Éducation nationale, cette immense machine à broyer», vous pouvez imaginer ce que « la police de l’Éducation nationale » pourrait faire en appliquant les règles de l’état policeier pour garder les enseignants sous surveillance et avoir ceux qu’ils n’ont pas la confiance privée de leur droit d’enseigner. Les inspecteurs tels que décrits et leurs supérieurs sembleraient être le genre des fanatiques qui n’auraient aucune difficulté à justifier de telles activités.

  • La mémoire sélective de la gauche va leur sauter au nez avant qu’il soit longtemps !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_de_l'%C3%89cole_libre_de_1984
    – 24 juin 1984: Plus d’un million et demi de personnes selon les organisateurs, 850.000 selon le ministère de l’Intérieur, défilent pour la défense de l’enseignement privé, « l’école libre ». JDD
    http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2012/10/29/10001-20121029ARTFIG00588-le-24juin-1984-le-jour-o-la-droite-a-pris-la-bastille.php

    • Je me souviens de cette époque où la gauche avait pour ambition de faire disparaître l’école privée… Et où, pour avoir osé apposer sur ma voiture un autocollant  » oui à l’école libre », je l’ai retrouvée avec 2 pneus crevés !
      Mais c’est qu’ils sont tolérants tous ces gens là… et ce sont eux qui crient à la liberté d’expression !… (pour les Charlies bien sûr, pas pour les autres).

  • donner à tous les enfants des chances égales de réussir…
    réussir à quoi d’abord? à avoir un diplôme, un boulot, des connaissances ?
    donner des chances égales? interdire de lire des livres à la maison, interdire le soutien individuel ; les loisirs , la nourriture? etc…
    et puis donner des chances égales à des individus différents? ça signifie quoi au juste? donner des chances égales au lièvre et à la tortue ? les gosses sont tous différents!!!

    et puis comment savoir si des enfants ont eu des chances égales ..on regarde les moyens ou les fins? égaliser les moyens ça fait peur..on peut regarder si les fins ont été atteintes…

    Ce qu’on constate et qui fait rire , c’est que les résultats des écoliers français sont très inégaux… dans les classements internationaux…la conclusion est bien sur qu’on a pas eu tort , mais pas assez raison…plus d’égalitarisme!!!

    • Des chances égales, l’égalité des chances alors qu’on sait, tout le monde sait, que ce n’est pas une question de chance mais d’éducation, d’intelligence et de travail.

    • La réflexion de Philippe Némo « quelle éducation pour l’Europe de demain? », téléchargeable sur le site de sos éducation éclaire de façon très pertinente votre remarque

    • On devrait faire un réel effort et tenter d’être égaux avec les éthiopien tient, sans rire, pourquoi se limiter à l’égalité au frontières, c’est pas très vivre ensemble sur la même planète tout ca !

  • L’EN est une énorme bureaucratie pyramidale soviétisée, qui comme son modèle d’avant la fin de l’URSS, héritière des pires concepts de la période stalinienne, fonctionne par application de principes de management reconnus comme toxiques : diffusion de haut en bas des consignes, absence de prise en compte des informations remontant de la base, application outrancière du principe de Peters, promotion par conformisme plutôt que compétence, noyautage syndical et politique. Conséquence, comme on dit sur le marché du vieux port à Marseille, le poisson a pourri par la tête. Le système, complètement bloqué, ne peut se réformer de l’intérieur. Sans un(e) ministre compétent, décidé, lucide et capable d’imposer ses vues à la haute hiérarchie, voire de faire le ménage sans état d’âme, rien ne changera.

    • Si je ne me trompe pas, le poisson pourri par la tête est un proverbe chinois (Mao).

      M’enfin ‘Tant que les mots restent dans la bouche, ils sont à soi ; sitôt prononcés, ils sont à tout le monde.’

      • Et aussi :  » Il est plus facile de balayer les escaliers en commençant par le haut » proverbe chinois plus « dynamique » que le pauvre poisson qui pourriT par la tête sans espoir de s’en sortir !

  • C’est un vieux schnock qui parle. Au tout début des années 60, élève dans un lycée technique qui préparait au BEI (brevet d’enseignement industriel), c’est à dire un bac-1, qui valait largement ce que vaut aujourd’hui un BTS, j’ai vécu des années exceptionnelles. En seconde et première, les horaires hebdomadaires étaient lourds, 42 heures dont 22 en atelier et 20 en cours théoriques auxquelles il fallait ajouter 6 heures de sport. Le travail dans la rapidité et l’excellence en compétition permanente étaient notre règle d’or. Les professeurs étaient respectés et faisaient ce qu’il fallait pour ça, ils étaient compétents et rigoureux. J’ai assisté en classe de troisième (dans l’âge ingrat) à deux distributions gratuites d’une baffe à deux élèves, avec la grande satisfaction du reste de la classe car ils avaient poussé le bouchon un peu trop loin et tout le monde pensait que nous étions là pour apprendre et pas autre chose. L’un des deux ayant raconté l’affaire à son père s’était du reste trouvé « confirmé ». Ce régime n’a pas fait de nous des tarés. J’ai pu grâce au Web retrouver des anciens copains de classe, eh bien tous ont eu une réussite sociale enviable, votre serviteur inclus.
    Le nivellement par le bas pratiqué actuellement va transformer la France en pays du tiers monde.

    • quelle idée d’aller se plaindre à son père pour une baffe reçue de la part d’un prof !
      je suis né dans les années septante, donc bien après vous, mais il ne me serait jamais venu cette idée absurde d’aller le dire à mon père quand je recevais moi même une baffe.

      • Si le gamin a eu l’habitude de se plaindre avec succès, il recommence, mais si quand il se plaint d’une punition il en reçoit une seconde, il évite.
        Après, ça dépend de la culture familiale et locale.

    • « Le nivellement par le bas pratiqué actuellement va transformer la France en pays du tiers monde. »
      C’est pas tout à fait le but, mais presque. Le modèle, c’est Cuba.

    • quand la baffe est méritée que le mouflet le sait ça va, j’en ai vue donner des pas vraiment méritées…

      • C’est vrai. Mais même dans ce cas, je préfère dire à mon gamin : tu ne seras pas le plus fort, alors avale cette couleuvre et encaisse ta punition, c’est moins pénible pour tout le monde.

        • oui.. je veux juste dire que si la diabolisation de la gifle est ridicule , la rendre anodine est criminel pour certains mômes. Sinon la bonne baffe du maître redonnée par le papa ..bien sûr…
          mais….non…un baffe n’est pas grave un système à baffe est inacceptable. le monde est gris faut aller se placer là dedans.

    • Je suis de ces vieux « schnocks »/
      Pensionnaire depuis l’âge de 5 ans 1/2 en septembre 1956, comme la plus part des enfants de petits paysans pauvres de Basse Bretagne et de Haute Cornouailles, qui se sont privés de l’amour de leurs enfants sur l’autel de la réussite scolaire et sociale de leurs enfants.
      Avec en + interdiction de parler sa langue maternelle dans le pays des droits de l’homme ( Adieu Ratification de la charte UE des langues minoritaires – promesse électorale de M. Hollande).
      Les instituteurs n’étaient pas des « Lumières » mais ils avaient la volonté et la FOI en leur mission, dans des classes de 2 niveaux à 2x 25 /30 élèves … baby boom.
      Dans cette écoles les INTERNES – cad les + défavorisés socialement – ont pour la plus part fait des études sup. voire universitaires.
      Mais je ne connaît pas d’EXTERNES qui aient réussi , malgré leur niveau social supérieur.
      Jai lu, il a longtemps, une étude sur les résultats comparés des Internes et des Externe de Bretagne Ouest des années 50/60, qui confirmait cette avantage de l’Internat.
      Ce n’est certes pas l’IDEAL. Mais c’est un sacré « booster » de progression sociale.

    • Je disais à mes enfants ce midi que dans les années 70, années de mon bac, j’avais 8 heures de math en Terminale, 4 fois 2 heures. Ils n’en revenaient pas. A l’époque, la France était N°1 mondial au niveau scolaire. Je dois dire que je connaissais mes tables de multiplication par cœur en CE1-2. En dictée en CM2, 5 fautes nous valaient un zéro. Autres temps, autres mœurs ! Mais l’exigence élitiste était la norme. Nous n’en sommes pas morts, bien au contraire. Nous sommes encore capables, nous notre génération (55 ans), de tailler des croupières aux dragons asiatiques. Car nous avons ce niveau-là ! Je transmets ce même niveau d’exigence scolaire à mes enfants, et par le mécanisme de la tache d’huile, aux autres enfants dont les parents ont les mêmes objectifs. Nous sommes si nombreux ! Cela s’appelle la synergie positive et elle est très efficiente. Les économistes comprendront mes propos de Sciences Economiques, que nous adoptons par nature dans nos entreprises. Les professeurs adoubent de même notre exigence et font de même à la suite, soutenus par une volonté parentale d’exigence, comme nous devons le faire avec nos policiers et nos gendarmes qui sont au front actuellement. Notre petit microcosme (chaque petit microcosme qui se prend en charge « pédagogiquement », ici dans le sens étymologique du terme) s’en tire par le haut, nos enfants réussissent, sont premiers de classe. Ils fabriquent une ambiance concurrentielle qui tire toute la classe vers le haut. Chacun peut faire pareil dans son coin, avec ses enfants et ses écoles. Il ne faut plus compter sur l’administration de l’EN, mais les disjoncter, les extraire du processus d’excellence. Ne vous inquiétez pas, c’est facile, et plus encore car nous n’avons plus besoin d’eux, du Conseil Supérieur des Programmes. Le pire, c’est gratuit : tout est sur le Net. Wikipédia (mais pas que lui) tue les programmes revus à la baisse. Il suffit de chercher un peu. Disjonctons simplement l’EN, sa mafia, n’en faisons qu’un accessoire (parmi d’autres) de l’éducation/instruction de nos enfants, les profs et les administrations seront bien obligés de nous suivre, s’ils ne veulent pas être dépassés par le tsunami. La rue de Grenelle ? Un château en ruine. Laissons-le tomber tout seul. On s’en tape ! Ce n’est plus que des murs et des fous à l’intérieur : un asile psychiatrique à ciel ouvert.

  • Quelle différence avec les talibans ?

  • Les « inspecteurs » que j’ai connus ne sont en général pas des lumières …
    Il est tellement plus facile de régner sur et de manipuler une masse inculte, illettrée … elle vote comme on le lui dit à travers les médias aux ordres …

  • Entendu de la bouche d’une directice d’école maternelle: selon l’inspecteur les enfants qui découvrent la lecture avant le CP ne doivent pas être encouragés… Elle en est réduite à cacher les cahiers lorsque l’inspecteur passe!

    • Mais vous débarquez de quelle planète ?
      Je vais vous livrez un secret (pas grave, c’est un secret de Polichinelle) : il faut s’occuper de ses enfants soit même. C’est aux parents de les encourager, les faire lire, etc. Ce n’est pas le rôle de l’école, elle est là juste pour les mettre en contact avec le conformisme le plus affligeant. C’est cruel, mais la vie sociale l’exige. Et, bien sûr, il faut faire semblant de suivre les règles ineptes. Vous ferez donc lire vos enfants à la maison sans vous en vanter.
      Et la maitresse d’école au dessus du lot fera la même chose, comme elle le fait, s’en en parler, ou du moins pas plus d’une personne à la fois (ça fait partie du principe d’un « secret de Polichinelle »).
      Quant à l’inspecteur, et bien il ne créerait que du foutoir en encourageant ce genre de dissidence, et le système fonctionnerait encore plus mal, et il se ferait remplacer, à juste titre. Même en étant lucide, il n’est même pas en position de se permettre de parler comme la maitresse d’école. Dans ce cas il peut tout au plus espérer faire passer un message à demi-mot qui sera compris par une maitresse d’école un peu maline.
      Le système a déjà assez de mal avec les vrais problèmes, pour devoir, en plus, s’occuper de la révolte de gens qui ne comprennent pas que l’usine ne peut fonctionner (tant bien que mal) que si elle traite des cas standards (ou qui font semblant, au moins). Il faut du prof standard et de l’élève standard, pas de l’individu qui se croit digne d’être traiter comme un individu (à fortiori « d’élite »). Les vrais individus d’élite sont assez malins pour accepter de jouer ce jeu même en sachant qu’il est truqué.

      Alors soyez un peu cynique et contemplez les avantages
      Tout le monde veut, abstraitement, de « l’ascenseur social », ou plutôt prétend le vouloir. Mais concrètement, ceux qui sont en haut sont satisfaits d’un système qui favorise le maintient de leur rejeton à leur niveau (les enfants « de bonne famille », profs et cadres sup, liront à la maison, par goût ou par habitude, et resteront en haut de l’échelle, car leurs parents savent d’une part que c’est une échelle qui se monte à la force du poignée, pas un ascenseur, et d’autre part que les barreau du haut sont quand même plus facile que ceux du bas, donc si on a le choix, il est vite fait), tandis que ceux d’en bas ne tiennent pas du tout à voir l’un des leurs monter, et ainsi leur montrer que si ils restent en bas c’est de leur faute et pas celle du système. Une école médiocre suffit pour ça, elle est même nécessaire. Ce n’est pas pour rien si les plus révoltés contre la médiocrité de l’école sont des militants franchement de gauche, la vraie, la pure, de base, pas de la gauche caviar qui met ses enfants à « l’école alsacienne ».

  • Je suis tout de même étonnée de la deuxième anecdote, car elle ne reflète pas ce que stipulent les programmes (Chaque année du cycle, l’élève lit :
    » au moins trois œuvres complètes en lecture intégrale ;» au moins trois œuvres complètes en lecture cursive ;» au moins trois groupements de textes (lectures analytiques et cursives).http://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_11/67/3/2015_programmes_cycles234_4_12_ok_508673.pdf

    Elle ne reflète pas non plus ce que vivent mes enfants, au collège publique.

    Il ne faut pas s’arrêter à la première anecdote venue, qui peut avoir été mal comprise… Et franchement, je n’ai aucune raison de défendre l’Éducation Nationale. Mais râlons quand c’est justifié, pas la peine d’en inventer en plus…

    • Cette anecdote me laisse aussi très sceptique. C’est soit un cas isolé, il y a des cinglés partout, soit une invention. Le cas de l’educnat n’a pas besoin d’être alourdi par des assertions douteuses; il pèse déjà assez lourd.

  • Il n’y a pas de propos déplacés sur Contrepoints, aucun extrémisme, rien que des faits. Lisant ce site depuis bien longtemps, je peux confirmer qu’il ne s’y dit que des choses intelligentes, sensées, libérales (étym : liberté – il faut le préciser, vu le niveau scolaire en baisse ; la désinformation des médias « de gauche » quasi pléonasme ; la propagande d’État). Bon, lu ces deux témoignages. Je ne suis pas étonné. Je tonne personnellement depuis 35 ans que l’on est désormais dans une république bolchévique ; que les dissidents sont pourchassés (professionnellement, administrativement, politiquement, politiquement) comme en URSS ; que Beria a définitivement pris pied dans les esprits de la nomenklatura socialiste, qu’elle traque les déviants sans pitié. Collège privé ? Financement privé (en contrat avec l’État je présume) des locaux. Alors il faut que parents/enseignants/direction empêchent ces malfrats officiels d’accéder désormais aux classes des enfants. Par fermeture des portes et des accès. Il faut le faire physiquement : « Non, vous ne rentrez pas, vous dégagez, par la force s’il le faut ! » Et mettre la population, qui vomit désormais ce gouvernement et cette administration vichyssoise, comme témoin de leurs exactions monstrueuses. Chaque professeur doit témoigner de ces ignominies sur le net, et publiez ici et ailleurs les noms de ces procureurs staliniens avec photo, qu’ils ne puissent plus jamais travailler ailleurs. Battez-vous, même physiquement s’il le faut, arrêtez de faire classe s’ils s’imposent sans votre consentement ; faites une grève sur le tas ; faites sortir les élèves dans la cour ; organisez à ce moment-là une évacuation, un exercice de sécurité ; ne laissez plus rentrer ces fachos dans vos classes. devenez aussi intransigeants qu’ils le sont. Ne vous laissez plus intimider par ces commissaires politiques. Montrez-leurs qu’ils seront pourchassés dans peu de temps jusqu’à extinction finale de leur espèce prédatrice. Retournez-la pression en votre faveur. Devenez prédateurs et qu’ils deviennent la proie.

  • un conseil: ce professeur pourrait donner une liste de livres pour lire en dehors de la classe et de les encourager A parler en cours.. autrement il faut relire 1984.. nous en sommes plein de dedans.

  • Et qui inspecte les inspecteurs? Les avis des profs sur la qualité des inspections, et leu valeur ajoutée, devraient être intégrés…. mais la qualité dans l’EN ce n’est pas pour maintenant.

    • plus profondément : qui inspecte l’éducation nationale ?
      Quand on y pense deux secondes, il est complétement fou d’accorder la moindre valeur à un diplôme dont le résultat est prédéterminé par un objectif de taux de succès.

  • Entre l’auteur et liberal/libertaire, j’ai eu un choc, c’est triste de raconter les histoires des autres, et c’est encore plus triste d’imaginer l’ecole comme unique source d’apprentissage de la vie. Vous devez avoir une vie bien triste pour être aussi revendicatif par rapport a l’EN!

  • Depuis quand décourage t-on la lecture au collège ? Je crois que cet exemple est une exception. Encore heureux qu’il y ait des inspecteurs pour évaluer et récompenser le travail des enseignants.
    L’éducation comme la santé représentent des marchés ultra juteux que l’Europe souhaite voir ouverts à la concurrence.

    • Chic, un romain?

      Alors: « Encore heureux qu’il y ait des inspecteurs pour évaluer et récompenser le travail des enseignants »
      Ben voyons, comme si les inspecteurs étaient là pour « récompenser » le travail! D’ailleurs c’est pour ça qu’ils jouissent d’une telle popularité, nan?

      « L’éducation comme la santé représentent des marchés ultra juteux que l’Europe souhaite voir ouverts à la concurrence »
      Oui, une libéralisation destructrice est à l’oeuvre, et l’état se débarrasse de ce marché ultra-juteux, parce qu’il a déjà trop d’argent.

  • Je viens de réaliser que l’Ednat, c’est comme le bio:
    Obligation de moyens, pas obligation de résultats.

  • L’éducation nationale c’est le clergé du socialisme français.
    l’objectif c’est de fabriquer des consommateurs braques qui voteront bien ,donc qui seront incapable d’assurer leur subsistance avec le revenu de leur travail afin que ‘l’etat’ les nourrissent en échange de leur vote , point

    Avant on fabriquait de la chair a canon,aujourd’hui il faut fabriquer des consommateurs pour nourrir idéologie keynésienne , et le clergé vert

    • Oui, sauf que fabriquer des consommateurs crétins qui gagnent à peine le Smic, cela fait peu de consommation donc le pays va au trou, de plus en plus vite.
      Ce qui ralentit, ce sont les parents qui se substituent à cette EdNat minable et les grandes écoles qui forment encore des gens performants. Ce sont eux qui font tourner les grosses et moyennes boîtes.

  • oui sans doute ..mais il reste que nous avons la meilleure éducation nationale du monde entier.

  • Un peu de mal à croire à l’interdiction des livres quand même….

  • POURQUOI L’EDUCATION NATIONALE VA MOURIR ET COMMENT
    On sait que les nouvelles technologies vont bousculer les structures en place , mais on n’ose pas évoquer jusqu’où. Voici un exemple

    Prenons l’EDUCATION NATIONALE qui se vante d’offrir a tous l’égalité des chances , alors qu’il est clair que les taux de réussite sont parfaitement disparates et largement en faveur des lycées de centre ville versus la banlieue populaire.. Ne parlons pas de campagne reculées Qui imposent des frais de transport insupportables a des populations sans grands moyens.

    Imaginons 10 des meilleurs professeurs de mathématiques issus des meilleurs établissements du pays mettant au point ensemble les cours de mathématique de la classe de 4 ème par exemple, assistés par un groupe de support « corrections questions réponses de 100 personnes par exemple..
    Une fois les enregistrements terminés ils sont reproductibles a l’infini sans un euro de plus.. il s’agit là de passer d’une production scalaire a une distribution non scalaire..

    Donnons accès a ces cours par internet.
    Instantanément sur toute la planète des élèves chez eux ou dans une classe avec un support pédagogique pluridisciplinaire ,y auront accès.

    Les élèves auront la même qualité d’enseignement que les meilleurs établissements sont capables de produire et ceux a 50 000 fois moins cher puisque reconductibles chaque année.

    Voici un exemple qui augmente la qualité , baisse les coûts et est accessible a tous..de la creuse a Yaoundé
    si on fait çà pour toutes les matières?
    Quels arguments foireux pourraient s’y opposer? gageons que si l’éducation nationale ne le fait pas d’autres vont s »y coller

    • Il existe sur internet la Khan Academy, ne serait-ce pas ce que vous appelez de vos voeux ?

    • @claude henry de chasne

      Votre analyse très actuelle me semble pourtant succincte.
      La présence physique d’un professeur serait selon vous inutile avec un accès internet tout aussi efficace.
      Pour un élève de 4 ème en particulier,il semble vous avoir échappé que Snapchat,les jeux en lignes et autres « followers youtubers géniaux »,etc…etc…, sont nettement plus palpitants que d’insipides cours de mathématiques !
      Des notions importantes comme l’effort, la volonté,le travail,ne s’acquièrent pas avec l’aide de l’I.A.qui incite le plus souvent à la passivité et à l’hébétude chez un adolescent.
      L’I.A. ne peut enseigner, pour simple exemple, l’abstraction de la discipline qui est nécessaire pour tout adolescent dans le cadre de ses études.
      Cette notions semble obsolète,et pourtant l’actualité démontre de façon évidente que l’I.A.n’est pas la panacée en terme d’éducation.
      il serait à contrario absurde de l’ignorer.
      Ne serait-il pas temps de la positionner à sa juste place en comprenant que son rôle essentiel dans le cadre de la société numérique ne peut en aucune façon ignorer l’importance primordiale des échanges intellectuels directs, puisque « l’homme ne reste avant tout qu’un animal social »?

      • vous n’avez pas tout a fait compris le sens de mon propos.;
        il n’est pas question ici IA , de base de connaissances de bases de faits ou de moteurs d’inférence..

        Il s’agit de bon profs en chair en en os qui enregistrent un programme pour une classe donnée, comme pour a television , vous voyez?
        Avec des tests incorporés a chaque fin de chapitre , questions,
        exercices, notes etc.. gérés par logiciel , pouvant relayer sur un « support ‘ humain dédié..

        ces cours seraient mis au point par les meilleurs professeurs de la discipline, pour leur charisme et leur sens pédagogique, les meilleurs deviendront des vedettes ,et auront des fans , vous voyez?

        Ces cours pourraient etre accessibles pas tous , en classe avec un ‘ assistant local, ou chez soi a la demande..sur le net
        Il n’est pas question là d’éducation mais de transmission des savoirs, l »éducation est un autre probleme pour lequel les enseignants pas toujours « up to date’ échouent en permanence
        faute d’avoir le charisme ou la formation nécessaire.. Les parents ou des éducateurs bien formés et compétents feront l’affaire…

        De toute façon l’école aujourd’hui n’éduque personne, abêtit les plus soumis au mieux et révolte les autres

        Je ne parle pas ici des économies d’échelles colossales liés a la production des cours , pour enter enfin dans le non scalaire qui fera vraiment approcher l’enseignement de la gratuité pour tous

        • @claude henry de chasne

          Merci pour vos précisions bien dignes d’intérêt qui s’imposaient.
          Certes la transmission des savoirs et l’éducation sont deux problèmes distincts et le rôle des enseignants n’est certainement pas celui des parents parfois trop laxistes ou démissionnaires.
          L’encadrement « par des parents ou des éducateurs bien formés et compétents »que vous estimez nécessaire est à retenir.
          De même il était important de souligner que le charisme et le sens pédagogique sont essentiels pour la profession d’enseignant.
          J’ai un excellent souvenir de mon professeur agrégé de lettres dont l’érudition était exceptionnelle.
          il ne serait venu à l’idée d’aucun élève d’être incorrect pendant ses cours, car celui qui aurait osé certains écarts aujourd’hui habituels se serait mis d’office dans une situation ridicule.
          L’intelligence émanant de ce professeur était réellement communicative et permettait « aux meilleurs de devenir des vedettes et d’avoir de vrais fans ».
          Pourtant internet n’existait pas.
          Les méthodes d’enseignement ne doivent être figées en aucun cas ,et il serait en effet absurde de nier l’importance du numérique dans la transmission des savoirs qui doit aller de pair avec une nécessaire éducation.

  • Rien de bien nouveau.
    Si un Mammouth un peu gras,
    t’ « En Marche » dessus, tu te fais Broyer ! Allégre…ment .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Ce deuxième discours prononcé à la Sorbonne marque, cette fois, une grande humilité par rapport à la situation de la France. Le rêve enflammé d’Europe de 2017 fait place à un constat lucide.

https://www.youtube.com/watch?v=sNJv6zoBCzs

 

Un constat lucide

Il est courageux d’exprimer de telles critiques face à un parterre de recteurs d’Académie et de hauts fonctionnaires, en partie responsables du bilan des (cinq) dernières années.

Ce bilan est en effet très modeste : quelques centaines de milliers d’élèves conc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles