Un libertarien au Parlement européen

Au sein du Parlement Européen, Bill Etheridge s’est engagé à poursuivre son combat pour la démocratie et la défense de la liberté individuelle, ainsi que pour une application effective mais négociée et mutuellement bénéfique du Brexit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un libertarien au Parlement européen

Publié le 11 octobre 2018
- A +

Par Jean-François Nimsgern.

Le Parlement Européen compte désormais en ses rangs un (nouveau) député européen libertarien, affiché et assumé comme tel.

En effet, Bill Etheridge, élu dans la circonscription des West Midlands en Angleterre, a annoncé ce samedi 6 octobre qu’il rejoignait le Libertarian Party UK, lors de la conférence annuelle de ce mouvement réunie à Milton Keynes.

[related-post id=314523 mode=ModeSquare]

L’annonce de son ralliement a été accueillie par une ovation debout des quelques deux cents délégués qui avaient fait le déplacement.

Élu député européen en 2014 sur la liste UKIP de Nigel Farage, Bill Etheridge était considéré comme le chef de file de la tendance libertarienne au sein du UKIP, et avait à ce titre exprimé à plusieurs reprises son désaccord sur le virage nationaliste pris par ce parti.

Il pense en particulier qu’une immigration contrôlée et respectueuse des droits de propriété n’implique pas pour autant le rejet de l’autre, et que la xénophobie et la prise à partie systématique de certaines communautés sont indignes.

Constatant que sa position se trouvait en minorité, et n’étant plus en mesure de faire entendre sa voix, il avait annoncé son départ du UKIP le 2 octobre.

Libertarien, pas nationaliste

Au sein du Parlement Européen, Bill Etheridge s’est engagé à poursuivre son combat pour davantage de démocratie et la défense de la liberté individuelle, ainsi que pour une application effective mais négociée et mutuellement bénéfique du Brexit.

Tout au long de son mandat, il s’est illustré par son refus des réglementations liberticides, de l’omnipotence de la Commission Européenne, à laquelle il préfère une Europe faite de coopérations volontaires, et par sa parcimonie à consentir à la dépense publique.

Bill Etheridge a par ailleurs annoncé son soutien à l’initiative Alternative.eu du député tchèque Jiri Payne, du parti des citoyens libres (parti membre de l’Alliance Internationale des Partis Libertariens) qui vise à refonder l’Union Européenne sur la base d’accord bilatéraux et/ou multilatéraux, et qui tiendra sa conférence de lancement à Prague le 20 octobre.

L’Alliance Internationale des Partis Libertariens (IALP), qui était présente à Milton Keynes, en la personne de Jean-François Nimsgern, se réjouit de l’arrivée de Bill Etheridge, et des deux autres responsables UKIP qui l’ont imité ce même jour, chez son membre le Libertarian Party UK.

Elle démontre à nouveau que les idées libertariennes peuvent et doivent être défendues, y compris sur le plan politique. Elles ont trouvé en Bill Etheridge un défenseur sincère et passionné.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Bravo à Bill Etheridge.

  • aucune importance , l’Angleterre quitte l’Europe !!

  • « combat pour davantage de démocratie et la défense de la liberté individuelle ».
    Vaste programme, parce que tout de même la démocratie est un instrument diablement efficace de restriction des libertés individuelles.

  • @mc2 bonjour ,vous avez bien résumé la démocratie à la Française plus on n’évolue et plus, il y a des restrictions sur notre vie privé..et encore une nouvelle taxe en prévision sur l’alcool !!! l’inflation de taxes en tout genre … sujétion : une taxe sur l’air que nous respirons ! ! suis je responsable des gens addictifs à l’alcool ?? et bien interdisons l’alcool ! ! comme çà le problème sera réglé ! .. quoique abusé du jus de carotte ,vous aurez une cirose du foi ! ! Alors il faudra interdire la carotte..ou le jus d’orange ! !

    • Vous avez vu de la démocratie dans la bonne république française? Première nouvelle.
      Un régime où les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire, médiatique, culturel, administratif (central, local et de sécurité sociale), et tout pouvoir de la moindre importance, sont tous réunis dans la même main cela n’a pas grand chose à voir avec la démocratie, même affublées de ses oripeaux.
      Cela s’appelle un régime totalitaire dictatorial.

  • Puisse t ‘ il faire des émules en France ! Mais attention le terrain est miné car tous les politicaillons défendent farouchement leur pré gardé et ses avantages .

  • l’europe ,n’est elle pas déjà outrageusement néo libérale?

    • C’est quoi néo libéral ?

    • Votre question est peut-être ironique mais je la prends au 1er degré. Ça dépend de quoi on parle : l’UE prélève (indirectement) moins de 1% du PIB et n’a pas de dette, ce qui est très libéral en effet. Mais l’UE est à l’origine d’un très grand nombre de réglementations. En particulier elle réglemente le temps de travail et elle impose des taux d’impôts minimum à ses Etats membres, ce qui ne l’est pas du tout !

      En fait on ne peut pas vraiment analyser l’UE selon quelle est libérale ou pas. Ce qui est sûr c’est que ses membres ne le sont pas. Disons que l’UE est un cartel d’Etats socialistes…

      Il reste à savoir quelle est l’impact de l’UE sur la liberté (individuelle évidemment) dans les différents pays. Pour la France il me semble que la concurrence fiscale et la fin de certains monopoles comme la sncf permettent de freiner les lubies socialistes des français. Mais cela reste en débat…

      • c’était ironique…

        mais bon..le programme politique d’un libéral est relativement simple laisser faire et donc…tout défaire et pour dire vrai c’est une gestion que je me pose souvent les modalités d’une libéralisation peuvent être la source d’injustices et d’aubaines.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stéphanie Slade.

Les temps sont durs pour le partenariat conservateur-libertarien qui a caractérisé la politique américaine de centre-droit dans la seconde moitié du XXe siècle.

Une attention considérable a récemment été accordée à la montée du post-libéralisme : les populistes de droite, les nationalistes et les intégristes catholiques adoptent pleinement un gouvernement musclé comme force du bien tel qu'ils le définissent. Mais rien ne prouve encore que la plupart des conservateurs partagent une telle affinité pour l’État.... Poursuivre la lecture

La première partie de l'entretien avec Gloria Alvarez (dirigé par Raphael Krivine) est ici/The first part of the interview with Gloria Alvarez is here

En France, il y a un débat sur le protectionnisme. Dans les années 1990, au siècle dernier, nous étions en faveur du marché libre, de la loi de Ricardo. Mais aujourd'hui, notre industrie ne représente plus que 12 % de l'économie. Sommes-nous allés trop loin, en faisant le choix d'acheter des produits industriels à des pays qui n'utilisent pas les mêmes règles ? Quelle est votre position ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles