Remaniement ministériel : et pourquoi pas Aurore Bergé ?

Aurore Bergé pourrait-elle être la nouvelle Ségolène Royal de ce gouvernement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aurore Bergé by Jean-Luc Hauser Wikipedia CC BY-SA 4.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Remaniement ministériel : et pourquoi pas Aurore Bergé ?

Publié le 8 octobre 2018
- A +

Par Nathalie MP.

Le printemps d’Emmanuel Macron s’est fracassé sur un été meurtrier et winter is coming à vive allure. Hagard et déboussolé par de multiples cafouillages et des défections en série, le Président affirme qu’il garde le « cap » et que rien ne le distraira de sa détermination à réformer le pays. Mais rien n’y fait, les Français se dérobent. À croire même que chaque nouvelle tentative d’Emmanuel Macron pour remonter la pente l’enfonce un peu plus.

Déjà l’automne et les difficultés persistent. La colère gronde chez les retraités, les étudiants, les travailleurs. Résumons : chez tout le monde, ou pas loin, et jusque dans les rangs des ministres encore en poste. Il se murmure qu’ils cogitent maintenant sur la meilleure façon de se refaire une virginité épurée de tout macronisme ostensible en vue des municipales de 2020.

Quant aux députés LREM, ces citoyens de tous horizons tombés sous le charme télévangélique du printemps macronien et impatients de faire de la politique « autrement », certains quittent bruyamment le navire et font savoir par voie de presse tout le mal qu’ils pensent du parti présidentiel tandis que d’autres exposent publiquement et hargneusement leurs différends idéologiques sur Twitter.

Pour couronner le tout, les syndicats d’extrême-gauche ont trouvé une excellente occasion de se refaire une santé dans les remous de l’affaire Benalla. Les grèves du printemps contre la réforme de la SNCF n’ont rien donné, mais la sacro-sainte « convergence des luttes » est à nouveau d’actualité, alimentée par les couacs de Parcoursup, la grogne des retraités et les sombres perspectives de la réforme de la fonction publique et de l’indemnisation du chômage.

Alors qu’une journée d’action syndicale presque parfaitement unitaire est prévue pour mardi 9 octobre prochain, on s’attend également à tout moment à un remaniement ministériel rendu inéluctable par l’invraisemblable psychodrame du vrai-faux-vrai départ de Gérard Collomb du ministère de l’Intérieur. Inéluctable, mais moche : un mini remaniement a déjà eu lieu il y a un mois, après la démission aussi spectaculaire qu’inattendue de Nicolas Hulot de son poste de ministre de l’Écologie, et il faut déjà s’y remettre.

L’erreur n’est plus permise. Il est donc question de repenser l’intégralité du casting. Au-delà du remplacement de Collomb, certains ministres “fatigués” ou trop “fragiles” pour suivre le rythme macronien pourraient quitter le gouvernement. De ce fait, tous les subtils dosages entre gauche et droite, hommes et femmes, monde politique vs société civile, personnalité médiatique vs profil d’expert sont à revoir.

C’est là que j’aimerais faire une suggestion à MM. Macron et Philippe : et pourquoi pas Aurore Bergé ? À regarder son CV de près, elle a tout ce qu’on attend d’un ministre du nouveau monde.

Il faut lui reconnaître un premier talent très appréciable en ces périodes de parité méticuleuse. En plus d’être jeune (32 ans), Aurore Bergé est une femme. À lire la presse, on nous parle beaucoup de Darmanin, Castaner, Le Drian, François Mollins ou Frédéric Péchenard pour remplacer Collomb ; on nous parle de Bruno Julliard à la culture ou dans un secrétariat d’État à la jeunesse ; on nous parle de Marc Fesneau à l’agriculture, histoire de se rabibocher avec le Modem. Tous ces noms manquent cruellement et inexplicablement de féminité.

Ensuite, alors que Macron a perdu un fidèle de la première heure en la personne de Gérard Collomb, il pourrait compter sur une adoratrice d’autant plus dévouée qu’elle n’est pas arrivée au macronisme sur un coup de tête ou une inspiration soudaine. Non, son ralliement au futur Président a été longuement mûri et réfléchi.

Venue de l’UMP, engagée d’abord auprès de NKM pour la primaire de droite, elle se retrouve dans l’organigramme d’Alain Juppé puis rejoint finalement DroiteLib, le mouvement fondé par Virginie Calmels en soutien au vainqueur de la primaire, François Fillon. Les ennuis de ce dernier à propos des emplois de sa femme agissent sur elle comme une révélation : Macron est tout ce qu’elle a toujours cherché en politique sans jamais le trouver auparavant.

Aurore Bergé est d’ailleurs l’expression vivante du dépassement des clivages. Déjà en 2013, alors qu’elle faisait campagne pour décrocher la mairie de Magny-les-Hameaux dans les Yvelines, l’Obs voyait en elle « la candidate UMP qui a tout pour plaire à la gauche ». Une caractéristique qui la suivra jusque dans sa vie privée : en tant que femme de droite, n’a-t-elle pas épousé un homme de gauche, le socialiste Nicolas Bays ? Une situation dont elle a immédiatement perçu le potentiel médiatique et qu’elle n’a jamais hésité à mettre en avant pour faire la preuve de sa large disponibilité politique.

Devenue députée des Yvelines et porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale en juin 2017 dans la foulée de l’élection de son idole, elle a rapidement mis toute son énergie au service des droits du Parlement. C’est ainsi que fidèle à son engagement de dépasser tous les clivages, elle milite activement pour avoir… des chats à l’Assemblée !

En tant que membre de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée, elle sait faire preuve du pluralisme culturel le plus élargi. C’est ainsi que l’émotion suscitée par le décès de Johnny Halliday lui imposa irrésistiblement la comparaison avec les obsèques de Victor Hugo.

Elle est également l’auteur – que dis-je, l’auteure avec e – d’un livre de recettes rapport sur l’école dans lequel elle préconise de rehausser notre Éducation nationale au niveau des pays les plus performants au travers de « prétextes inclusifs » et de « rituels positifs » comme la « semaine du goût » qui permettrait à « chaque parent d’apporter une spécialité culinaire de son pays »

Mais surtout, et c’est sa grande force tant cela tranche sur l’aplomb prétentieux de ses collègues masculins, Aurore Bergé ne se comporte en aucun cas en madame « Je sais tout ».  Personne ne pourra l’accuser de vouloir en mettre plein la vue aux électeurs ou aux téléspectateurs.

Prenons son tout récent rapport sur l’audiovisuel public à l’ère du numérique dans lequel elle recommande d’étendre la redevance TV à tous les Français, qu’ils possèdent ou non un téléviseur. Jeudi dernier sur RTL (vidéo ci-dessous, 11′ 34″), elle n’a pas cherché à masquer qu’elle ignorait totalement combien de foyers la payaient aujourd’hui (à 04′ 45″) :

Ce qu’elle sait, en revanche, c’est que la mesure rapportera 100 millions d’euros supplémentaires et qu’il est parfaitement normal que tout le monde paye. Non seulement parce que les programmes de Radio France et France Télé sont disponibles aussi sur tablettes et smartphones, mais également parce que :

« La télévision publique, la radio publique, c’est un service public, et donc il y a une logique et une cohérence à ce que tout le monde contribue au service public. »(à 03′ 50″)

À terme, l’ambition serait que la publicité disparaisse complètement de l’audiovisuel public :

« La logique, c’est que l’audiovisuel public n’ait pas à dépendre de la publicité et donc aussi de la contrainte d’audience que cela suppose. »

Nous y voilà ! La contrainte d’audience, quel ennui ! Plutôt augmenter les impôts de tous les Français, c’est-à-dire s’assurer un financement universel obligatoire sous les dehors aimables du « service public », de l’intérêt général, de l’exception culturelle française, du soutien à la création, de la solidarité avec les intermittents du spectacle et que sais-je encore, et continuer à « informer » et « distraire » avec la bénédiction de l’État sans se préoccuper des préférences des premiers intéressés et payeurs, à savoir les contribuables.

Je crois qu’à ce stade éminemment socialiste de compréhension économique et de respect des libertés individuelles en matière d’information et de divertissement, Aurore Bergé a montré qu’elle passait haut la main le test d’entrée dans un gouvernement Macron-Philippe. Bruno Le Maire n’a qu’à bien se tenir, la concurrence s’annonce rudissime !

Alors que François Hollande se gausse ouvertement des difficultés de son ancien collaborateur et ministre, j’invite donc le président de la République à faire la preuve qu’il est tout aussi capable que son prédécesseur d’intégrer dans son gouvernement des personnalités féminines du calibre, réputé à tort indépassable, de Ségolène Royal.

Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Cette personne est bien sympathique ,elle est libre pour rejouuer dans le’remake du dîner de con ?

  • Au fait, elle était de qui cette citation « Tout ce qui est excessif est insignifiant » ?

    • Talleyrand…
      Objectivement, ça me gène de nommer cet homme dans un post au sujet d’Aurore Bergé.
      La différence de niveau est telle…

  • En bref, c est une soce déguisée.
    Rien de nouveau sous le soleil.

  • saviez vous que c’est notre « sir » qui désormais nomme lui meme et au poste qu’il veut ou qu’il crée ses petits copains ou les lécheurs de bottes ?
    l’explication par Michel Onfray:
    https://youtu.be/-1VOlFQ6BYY

  • quand elle dit que la hausse de la CSG pour les retraités : ce sera moins de chocolat , bonbons et de la culture à la con…. pour leurs petits enfants .. je dis dit , qu’elle réfléchisse ,
    charité bien ordonné commence par soi-même. Ces retraités qui ont travaillé toute
    leur vie préfèrent donner à leurs enfants ou petits enfants plus tôt qu’à des assistés profiteurs qui n’ont jamais rien fait de leur vie .

  • celle là ou un autre , ça ne changera pas grand chose ;

  • Très bon choix pour un gouvernement de c… Et super compatible avec notre cher Édouard qui ne fonctionne qu’à la conviction c.a.d. sans réfléchir. Nathalie vous avez trouvé un parfait cheval de Croire pour exploser le prochain gouvernement, une femme choisie par une Dame, n’est-ce pas ?

  • Article intéressant mais Nathalie MP a oublié les déclarations de Aurore Bergé sur les retraités qui peuvent faire un effort pour redresser les comptes publics. Elle rajoute que les retraités semblent avoir oublié que ce sont les actifs qui leur payent leur retraite. Comment pourrions nous l’oublier quand on regarde ses anciennes feuilles de paie bien ponctionnées pour abonder le régime par répartition ? Cette jeune incompétente pourtant qui semble détenir la science infuse était encore dans ses couches quand les autres, actifs en leur temps, abondaient les caisses des allocations familiales dont ses parents ont sans doute des subsides pour elle-même. Alors qu’elle se taise d’autant que le but des 1.7 % de CSG n’était pas destiné à renflouer les comptes publics comme elle le prétendait mais pour donner plus de pouvoir d’achat aux actifs. Avant de parler à ce niveau de responsabilité, on se renseigne, cela fait moche dans le tableau de raconter des âneries.
    Merci à Nathalie MP d’être la plus exhaustive possible ans son propos.

    • Pour les couches, elle en tient encore une, au moins.

    • Retraité aujourd’hui mais pourvoyeur des caisses pendant 43 ans à raison de 52 heures de travail effectif par semaine, je crois pouvoir dire à cette dame que je mérite bien ma faible retraite du secteur privé rabotée par Baladur et les suivants (CSG, RDS etc…) et que les gens qui paient ma retraite aujourd’hui devraient me remercier que leur père ou grand père est pu bien vivre leur retraite.

  • On avait un bon paquet de mâles complètement véreux et stupides aux manettes, vive la parité H/F 🙂

  • y a une pie dans le poirier
    ,j’entends la pie qui chante
    y a une pie dans le poirier
    j’entends la pie chanter

  • C’est avec l’exemple de cette personne que l’on s’aperçoit que la politique (avec un petit pet )..rend frapadingue : enfin .. l’étoile du berger peut continuer à luire dans le ciel ce n’est pas elle qui lui fera de l’ombre

  • Est-ce que Madame Nathalie NP se rend compte de la stupidité de son article ? Chat m’étonnerait .

  • ah oui c’est du lourd…elle aura sa place en Nyssen, schiappa, Beloubet et Penicaud,le duel des cruches ……… j’avoue j’ai ri en lisant cette petite phrase « suivre le rythme macronien  » , il a un rythme?

  • avec toutes les nouilles qu’il y a au gouvernement, ils vont bientot se faire un bon plat de pâtes.
    et celle la c’est le gâteau de dessert , elle critique les retraités mais est bien contente de mener grand train avec leur « fric » .la csg va ou au fait ? et c’est plus de 8% sur toutes les retraites , encore une sinistrée de la toiture qu »on case !

  • x’te photo …ce genre de sourire commence à me faire peur..ça a l’air sympatoche en fait complémentent certain d’etre dans le vrai et le bien.

  • Il faut cette nullité à l’économie. Moins ils en feront, mieux ce sera.

  • Excellent papier. J’adore la conclusion!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Quel est le point commun entre Donald Trump, Christian Prudhomme, Bruno Le Maire, Zlatan Ibrahimovitch, Édouard Balladur, Dominique Bussereau… ?

Ils ont tous été testés positifs pour la Covid… et vont bien.

Ils ne sont pas les seuls, on ne compte plus les maires, les députés, les sportifs testés positifs et qui sont de nouveau fringants. Mais certes, les sportifs ont le privilège de l’âge et de la santé.

Nos hommes politiques sont pourtant bien de retour au travail après un test positif et un conf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Qu’y a-t-il de commun entre un ancien ministre du Redressement productif chantre de la démondialisation et un candidat malheureux à la présidence des Républicains se revendiquant « national-libéral » ?

Hormis leur terre d’élection et leur fibre patriotique marquée, Arnaud Montebourg et Guillaume Larrivé, deux Bourguignons, ont en commun d’avoir été pressentis pour rejoindre le tout jeune gouvernement Castex.

Contrairement à certains autres candidats malheureux, ils semblent avoir su digérer ce refus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles