Bientôt des chats à l’Élysée et à l’Assemblée nationale ?

Aurore Bergé, députée et porte-parole LREM, milite pour qu’il y ait des chats à l’Assemblée nationale et à l’Élysée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
curl up and read_6 by ktyazoo (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt des chats à l’Élysée et à l’Assemblée nationale ?

Publié le 19 août 2018
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Aurore Bergé, député et porte-parole LREM à l’Assemblée, milite pour qu’il y ait des chats à l’Assemblée nationale et à l’Élysée. C’est ce qu’on apprend dans 20minutes.

On sait que depuis des décennies, le président de la République est bien inspiré d’avoir un chien photogénique (labrador de préférence) : ainsi, les Baltique, Philae, Clara et autres ont trottiné gaiement dans les couloirs rouge et or, et posé leurs présidentielles crottes sur les royales pelouses du palais.

Est-ce pour respecter la parité chien-chat qu’Aurore Bergé souhaite maintenant que les chats entrent dans ces lieux de pouvoir ? Après tout, il serait bien normal qu’il n’y ait pas de discrimination entre les espèces…

Ce serait, dit-elle dans une interview à Paris-Match, pour chasser les souris à l’Assemblée. « On est quelques-uns à militer pour en avoir car il y a beaucoup trop de souris à l’assemblée. »

De souris, on l’ignore, mais de vautours, c’est plus probable.

Ensuite l’article évoque la zoothérapie. Alors s’il y a bien un lieu où le stress du travail ne doit pas atteindre des sommets, c’est l’emploi de bureau. Mais on va supposer que caresser Minette entre deux votes ou laisser Minou pisser sur le dossier du parti opposé s’apparente à une bonne gestion du stress par zoothérapie.

Aurore Bergé déplore aussi le fait qu’une de ses collègues n’ait pas eu l’autorisation de venir au Palais Bourbon avec son chien. C’est vrai qu’un peu plus d’animaux, ça fleurerait bon le vivre-ensemble inter-espèces. Imaginez un peu si chacun amenait avec soi sa cause animale, à quoi ressembleraient les séjours au Palais Bourbon : Médor essayant de choper Minette, Félix occupé à sortir Nemo de son aquarium, tandis que Cadichon brouterait la passementerie et Biquette les pots de fleurs…

Une députée qui aime les bêtes, le fait savoir, et en fait un cheval de bataille à l’heure où le pays navigue tranquillement sur les eaux de la croissance retrouvée et du plein emploi. Voilà une preuve que l’on ne gaspille pas l’argent des impôts d’une autre espèce : les moutons…

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • si ils sont élus pourquoi pas?

  • avec aururo berge on a deja un cafard comme deputee qui bouffe a tous les rateliers

  • On ne pourrait plus se vanter que nos lois ne soient pas du pipi de chat !

  • OK pour Tom….il ne faudrait pas oublier Jerry….

  • sûr qu’il doit y avoir de gros rats à l’ assemblée ……

  • Et si on obligeait les LREM à faire un long passage politique dans les partis comme cela se faisait dans des temps anciens, peut être qu’ils diraient moins de bêtises

  • « La manière dont on traite les animaux reflète le niveau d’une société »

    Aurore, ma petite Aurore, comment t’expliquer ?
    Voyage donc en Inde et peut-être tes propos te faudra-t-il reconsidérer…

    • je trouve quelle a parfaitement raison , La manière dont on traite les animaux reflète le niveau d’une société surtout sur la façon dont on y traire les animaux.. les politiques sont surtout incompréhensibles ou ambigus..

      le niveau d’une société….
      et la manière de traiter les animaux…
      sont deux concepts « multidimensionnels. ».. quant à refléter…ça signifie que on s’autorise un peu de flou sur le lien..

      le nombre de chats dans les enceintes de représentation nationale rapporté au nombre de députés , le marqueur le meilleur de la manière dont on traite les animaux à mon opinion, est corrélé à l’altitude moyenne f’un pays meilleur marqueur de son niveau .. mouais…

      • J’en conclu que la société indienne, dans laquelle sont admis les mariages arrangées, viols, et autres crimes d’honneur, doit être plus avancée que nous, pauvres sauvages qui ne voyons en l’animal un être inférieur dépourvu d’essence divine…

        A mon très humble avis (que j’avais déjà eu l’occasion de donner dans ce même genre de discussion), faire du traitement de l’homme et de sa liberté le reflet du niveau d’une société serait un tantinet plus sage.
        N’êtes-vous pas de mon avis ?

  • Des chats….ce n’est pas bête car ses gens de lrm manque d’amour de leur papa et de leur maman..c’est bien a c que servent les chiens et les chats , compenser ?…pour le chien a l’Elysée ils n’ont pas encore ose le lévrier royal mais ça viendra.

  • Pour en chasser toutes les dindes.

  • Une ménagerie à l’Assemblée Nationales ? N’en est-elle pas déjà une, avec la composition (le four-tout) des députés LREM ?

  • Sans vouloir être vexant, je ne comprends pas que Contrepoints perde du temps avec des articles aussi courts et inintéressants, quand d’autres sur lesquels on passe des heures et qui ont des thématiques plus utiles pour le libéralisme ne reçoivent pas de réponses ou sont considérés comme trop longs….
    Ce journal devient une sorte de canard pour fainéants, c’est assez triste.

    • J’imagine qu’à l’école, vous auriez voulu la suppression des récréations…

      • A vrai dire j’aurais plutôt souhaité la liberté d’entrer et de sortir des salles à tout moment.

        • C’est un peu hors sujet, mais mon expérience est plutôt qu’on n’apprend rien de durable sans un minimum de contraintes et de désagréments, et de relaxation après ces contraintes et ces désagréments.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles