Plan pauvreté : parce qu’il faut encore plus de pauvres ?

Un Plan Pauvreté pour financer la lutte contre la pauvreté. Avec l’argent des pauvres. Il fallait y penser !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pauvreté SDF (Crédits : Franco Folini, licence CC-BY-SA), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plan pauvreté : parce qu’il faut encore plus de pauvres ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 septembre 2018
- A +

Voilà voilà, mes petits amis, c’est décidé, c’est lancé, plus raison de paniquer, enfin le Grand Plan Qui Se Déroulera Sans Accrocs vient d’être lancé par Manu La Présidence et sa fine équipe de plombiers fiscaux ! Ouf, il était temps : la pauvreté est bientôt quelque chose du passé parce qu’Emmanuel Notre Président à Tous a pris le sujet à bras-le-corps.

C’est ainsi que le jeudi 13 septembre 2018, la République Française aura marqué d’une pierre blanche l’une de ses victoires les plus décisives avec l’allocution du chef de l’État visant à lancer le Plan Pauvreté qui, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas officiellement un plan destiné à la répartir le plus également possible, mais bien à la combattre, âprement, pied à pied, vaille que vaille et surtout, bien sûr, coûte que coûte.

J’écris « bien sûr » parce qu’il faut comprendre que mener une guerre contre la pauvreté, cela ne sera pas gratuit. D’autant qu’en détaillant le plan de bataille, le Président Macron n’a pas fait mystère des sommes qui seront engagées.

On pouvait s’y attendre : tous les dossiers les plus brûlants de cette pauvreté qui sévit en France sont ainsi méticuleusement abordés par le chef de l’État qui a bien décidé de pilonner avec acharnement toutes les poches de pauvreté identifiées. Jugez plutôt :

  • à la cantoche, les petits-déjeuners seront à 1 euro,
  • des euros par milliers pour les places de crèches s’adonnant à la mixité sociale ou intégrant les familles défavorisées,
  • des troupes, plein de troupes : 600.000 professionnels de santé formés à la petite enfance !
  • un nouveau Service Public de l’Insertion,
  • plus de couverture maladie universelle, encore plus payée par les autres gratuite,
  • extension de la Garantie Jeune,
  • un Revenu Universel d’Activité (qui s’assortira tout de même de quelques petites obligations, z’inquiétez pas, tout va très bien se passer),
  • des sous, par millions, pour le logement,
  • des sous, par millions aussi, pour l’insertion économique…

Bref, il va y avoir du sérieux, du lourd, du gros montant : on parle en effet ici de 8 milliards d’euros sur 4 années, ce qui fait tout de même une jolie somme, et ce d’autant plus qu’actuellement, ce n’est pas comme si l’argent coulait à flots.

Cependant, ce plan appelle quelques questions.

D’une part, il y a bien sûr le souci purement marketing, le branding comme on dit hardiment de nos jours : n’est-il pas particulièrement symptomatique que ce plan soit ainsi nommé « Plan Pauvreté » ? Peut-on, doit-on réellement planifier la pauvreté ? Pourquoi diable n’ont-ils pas choisi de faire plutôt un Plan Richesse ? Outre un optimisme nettement plus évident, cela permet de clairement identifier le problème qui n’est pas qu’il y ait des pauvres, mais bien qu’ils le restent.

Bien sûr, on peut mettre ce choix sur le compte d’une boulette de communication. Après tout, il n’est qu’à voir la dernière trouvaille de l’Élysée qui cherche maintenant à vendre des mugs et des t-shirts à la gloire du Président pour se rappeler qu’en matière de n’importe quoi mal troussé, tout est possible et souvent le pire.

Mais plus probablement, ce nom montre surtout le véritable tabou qui existe en France au sujet de la richesse et sa création : c’est tout un état d’esprit qui permet de créer de la richesse, de viser celle-ci pour tous, et cet esprit est fondamentalement différent de celui qui consiste essentiellement à combattre les effets (la pauvreté) sans s’attaquer aux causes (à commencer par l’étatisme galopant et son pendant, le collectivisme pervasif).

D’autre part, on ne pourra s’empêcher de noter qu’avec 8,5 millions de pauvres en France, répartir 8 milliards d’euros en quatre ans soit donc deux milliards à l’année, cela nous fait un bon petit 235 € par pauvre et par an. Soit, tout calcul fait, environ 64 centimes d’euros par personne et par jour. Ce plan, aussi volontaire soit-il, permet tout juste de fournir à ces 8,5 millions de personnes le beurre d’un jambon-beurre.

Dit autrement, il suffit de repasser la liste des propositions pour comprendre qu’on ne risquera pas d’obtenir un effet quelconque avec le saupoudrage épileptique d’une somme finalement fort peu élevée au regard de la masse de citoyens concernés. Si le chiffre de 8 milliards d’euros semble gros, c’est par un effet de loupe (on regroupe les 4 années de budget, on mélange les choux des services avec les carottes des réductions diverses, des créations d’emplois ou des distributions budgétaires plus ou moins calibrées).

Et bien évidemment, cela cache l’essentiel : que ce soit 2 milliards par an ou 8 en quatre, l’argent devra bien sortir de quelque part. Selon toute vraisemblance, les étables à licornes de la République étant maintenant à court de canassons miraculeux, on ne pourra pas en extraire cette richesse attendue. L’État ne produisant jamais de richesse directement, il lui faudra donc faire appel – je vous le donne en mille – au contribuable.

Surprise et rigolisme : une partie non négligeable de ceux qui paieront pour ce Plan Pauvreté seront ceux qui souhaiteront en bénéficier. Et une partie de ceux qui n’en bénéficieront pas au début pourront y prétendre à la fin, la ponction correspondante ayant contribué à les pousser dans la pénible catégorie.

Car oui, cela ne fait aucun doute : comme l’essentiel des taxes et autres impôts sont finalement prélevés sur le corps le plus large des contribuables, donc les classes moyennes et modestes, ce plan Pauvreté sera donc financé (au moins en partie) par ceux auxquels il s’adresse.

Malin ?

On se le demande, parce qu’en parallèle, les domaines où l’État doit piocher pour trouver des financements s’étendent tous les jours un peu plus : les taxes sur les carburants (comme le fioul par exemple) continuent de grimper vigoureusement. La redevance télévisuelle portera bientôt mal son nom si elle doit s’étendre aux tablettes, ordinateurs et autres supports…

Et question tabous, si la richesse en France en est un, la fiscalité sur l’héritage, en revanche, n’en sera pas : la majorité veut s’y attaquer très prochainement. Or, en la matière, force est de constater que la fiscalité « sans tabou », c’est un peu comme la sodomie sans vaseline, sans prévenir et sans consentement : ça laisse de mauvais souvenirs.

Bref, ce « Plan Pauvreté », tout empreint d’un volontarisme macronien d’apparence, n’en reste pas moins un simple transfert de « moindre-pauvreté » des classes modestes vers les classes les plus dénuées, sans aucune volonté d’aller créer de la richesse en premier lieu. Or, avant de distribuer l’argent qu’on n’a pas, on devrait déjà faire en sorte de créer des richesses, ou, plus exactement, que chacun puisse en créer sans être systématiquement entravé par des ponctions, règlements et interdictions tous azimuts.

Encore une fois, on a complètement inversé la charrue, les bœufs et leur chargement.

Forcément, ça va bien se passer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • C’est ça la nouvelle politique : pareil qu’avant!
    Pourtant c’est ballot : y’aura plus de pauvres quand ils auront compris qu’ils doivent traverser la rue pour aller bosser. Pas la peine de dépenser tout ce pognon de dingue, donc.
    L’est pas cohérent, notre Jupiter…

  • de la com et des impôts en plus ———-> bilan: on met de l’huile sur le feu et on augmente le mal qu’on était supposé combattre..il est fort ce Macron, très con mais fort.

  • Avec nos champions du monde de polytocards, je doute que le RUA ne se passe comme sur des roulettes.
    Du coup, les milliards annoncés ne pourraient être qu’un anesthésiant : c’est pas cher et c’est l’état qui paye…
    La probabilité d’un dérapage sérieux n’est pas nulle dans un pays ou pour simplifier des lois il faut en créer des tonnes.

    • MichelC
      Bonjour,
      « Du coup, les milliards annoncés ne pourraient être qu’un anesthésiant : c’est pas cher et c’est l’état qui paye… »
      Surtout, il risquent d’être mal estimés, vu la propantion à la dépense de notre gouvernemet et de son chef, 8Mds€ semblent légers. Les frais de gestion par des fonctionnaires nouvellement créés alourdira la note, la doublant au minimum.
      On est toujours dans « 1 ponctionné, 4 dépensés. »

  • les fonctionnaires sont comme les livres dans une bibliothèque, les plus hauts placés
    servent le moins.
    Clemenceau.

  • C’est du bon socialisme : la redistribution de richesses, rares en France cependant, voire inexistantes dans un pays en hyper-méga-turbo-endettement. C’est « déshabiller Paul pour habiller Pierre » et Jacques, puis filer son caleçon et ses chaussettes à Yves.

    • Les Restos du Coeur, le Secours Populaire/Catholique, Emmaüs, etc, ont encore de « beaux » jours.

      • @ STF
        Oui, heureusement que ceux-là sont efficaces!

        235 €/an/pauvre X 4 ans = 940 € par personne: si on confiait cette somme à l’association qui se chargerait, bénévolement ou par des dons privés, à faire sortir un pauvre de sa pauvreté, ça, ça pourrait marcher! (Alors que l’état n’y parviendra sans doute pas.)

        • @mikylux
          Bonjour,
          Si l’Etat laissait à ses habitants le soin de faire des dons à qui ils le souhaitent, il y aurait moins de gaspillage, et peut-être aussi un peu plus de pouvoir au peuple.
          Coluche a monté les Restos du Coeur, en 1985, parce qu’il y avait des personnes en France qui avaient faim, et que d’après lui, c’était le rôle de l’Etat de s’en occuper. Comme l’Etat ne faisait rien, lui et d’autres l’ont fait. Un bon mélange de socialisme et de libéralisme dans la même phrase. Je n’écris pas sa phrase exacte parce que je ne m’en souviens pas dans son intégralité.
          En 1985, 8.5 millions de repas ont été distribués, en 2016/17, 136 milllions.
          Il leur a fallu plus de 30 ans pour atteindre le milliard de repas servis depuis la création. Atteindre le second milliard leur a pris moins de 10 ans. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Restos_du_c%C5%93ur)

  • Au lieu de l’appeler le plan pauvreté, il aurait mieux fait de l’appeler le « Plan traverse la rue »!

  • Approche typiquement socialiste : au lieu de prendre des mesures pour faire en sorte qu’il y ait moins de « pauvres » (par exemple en cessant d’étrangler les entrepreneurs pour qu’ils puissent embaucher), on fait tout pour les maintenir dans leur état de pauvres. Ça rappelle les dames patronnesses du XIX° siècle, qui s’occupaient de leurs « pauvres », en leur distribuant des aumônes et en leur expliquant comment gérer leur pauvreté, sans bien entendu essayer de les aider à s’en sortir.

    • @ Berliner
      Vous confondez la réalité du XIXième avec la chanson caricaturale!
      Alors qu’en fait, toute l’organisation sociale actuelle est née des initiatives philanthropiques bourgeoises du XIXième et première 1/2 du vingtième ou de mouvements coopératifs et solidaires ouvriers.

      La chanson moqueuse de Jacques Brel n’est pas à prendre au pied de la lettre!

  • z’ont également l’intention de taxer  » les ventes d’occasion « ; c’est un peu flou comme annonce , mais le fond reste le même : taxer . ils ne doivent pas connaitre le proverbe : si je te donne un poisson , je te donnes à manger pour un jour . si je t’apprend à pêcher , tu mangeras tout les jours……

    • Si je te donne un poisson, tu es dépendant de moi pour la suite de ta vie. Si je t’apprends à pêcher, tu ne me devras plus rien qu’une éventuelle reconnaissance morale.

      • Si je pique un poisson à ton voisin, en bouffe la moitié, gaspille le reste, et te file les arêtes en t’expliquant bien que c’est parce que cet enfoiré de voisin a planqué son poisson au lieu de le partager… Ça marche encore mieux.

  • Bon résumé de la « nouvelle politique » : un magnifique cocktail de recettes toutes plus socialistes que les autres….
    Je ne comprends même pas une seconde comment certains ont cru qu’un énarque socialiste, inspirateur de la géniale politique de Hollande, pouvait faire autrement !

  • faire un don , uniquement pour des raisons fiscal,ce n’est pas être généreux, c’est de l’optimisation fiscale !!! et nous le contribuable lambda, payons.!! là défiscalisation…quelle belle escroquerie …

  • le où les pauvres est une richesse pour l’emploi ,certains se servent et d’autres bossent gratos…

  • et si on rappelait la définition d’un pauvre avant de gloser ? Si le revenu médian augmente plus vite que le revenu des pauvres, alors la pauvreté augmente. Or, il se trouve que le revenu médian a augmenté depuis 10 ans. Donc il y a plus de pauvres qu’en 2008 !

  • Macron part du principe qu’il faut prendre aux « Pauvres » car s’ils n’ont pas beaucoup par contre ils sont beaucoup.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bertrand Nouel. Un article d'Entrepreneurs pour la France

L’INSEE publie régulièrement, avec une célérité assez appréciable, ses statistiques sur la pauvreté et les inégalités en France. C’est ainsi que tous les chiffres des indicateurs sont disponibles jusqu’à l’année 2017 comprise, et partiellement pour 2018.

La méthode utilisée par l’INSEE pour calculer la pauvreté, et qui est celle adoptée par Eurostat pour l’ensemble des pays d’Europe, comprend des biais et la lecture des statistiques conduit fréquemment dans les médias... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari. Un article de l'Iref-Europe

Le plan pauvreté annoncé par le gouvernement s’inscrit pourtant dans le prolongement de l’instinct que la misère ne pourrait être combattue que par des dispositifs redistributifs. L’enveloppe de 8 milliards d’euros débloquée pour les quatre prochaines années, les aides dirigées vers la petite enfance, les subventions accordées aux enfants dans les cantines ou l’annonce d’un « revenu universel d’activité » sont autant d’illustrations de la persistance du paradigme redistributif.

L... Poursuivre la lecture

Par Ludovic Delory.

Cochez la date du 17 octobre. Cette "journée internationale pour l'élimination de la pauvreté" marquera un tournant. Pour la première fois, moins de 10% de l'humanité sera officiellement considérée comme "extrêmement pauvre". Selon le président de la Banque Mondiale,

Au cours des 25 dernières années, plus d’un milliard de personnes dans le monde sont parvenues à sortir de l’extrême pauvreté, et le taux mondial de pauvreté n’a jamais été aussi bas qu’aujourd’hui. C’est l’une des plus grandes réussites de notre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles