La France a-t-elle encore besoin du MEDEF ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
À vendre By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a-t-elle encore besoin du MEDEF ?

Publié le 29 août 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, élu à la présidence du MEDEF à l’arrachée et sans enthousiasme, cette première université est l’occasion de prendre possession du domaine qu’il va diriger pendant cinq ans. Mais c’est aussi le moment de faire un état des lieux d’une maison qui devra surmonter un certain nombre de défis.

Quel avenir pour les accords interprofessionnels après les ordonnances Macron ?
Le MEDEF est bien connu du grand public pour les accords interprofessionnels dont il mène la négociation entre ses murs. C’est peut-être même la principale source de rayonnement de l’organisation patronale.

Or, les « ordonnances Macron » réformant le Code du travail ont modifié en profondeur le paysage juridique, et elles ont fortement amenuisé l’intérêt de ces accords interprofessionnels. Désormais, il n’est pas évident que d’autres grands accords soient négociés et, dans tous les cas, les futurs accords auront une portée juridique moindre que celle des grands accords de ces dernières années.

Pour le MEDEF, l’inversion de la hiérarchie des normes signe la fin d’une époque. Le poids de l’organisation patronale dans la construction du droit du travail devrait rapidement s’étioler, au point que le maintien d’une équipe spécialisée dans les relations sociales pourrait se discuter.

Quel avenir pour la gestion paritaire dans les futures réformes ?

Parallèlement, l’exécutif prépare des réformes majeures qui auront un impact fort sur un autre pan des activités déployées au MEDEF : la gestion paritaire.

D’une manière générale, l’introduction dans la Constitution, cet été, du principe de la « loi de financement de la protection sociale » qui inclurait les régimes complémentaires, assurance chômage comprise, dans le champ de compétence du Parlement signe l’arrêt de mort de la gestion paritaire autonome. Cette disparition prochaine devrait être accélérée par les dispositions en préparation sur la gestion de l’UNEDIC et par la réforme systémique des retraites. Celle-ci conduira à la mort clinique des régimes AGIRC-ARRCO en tant que dispositifs indépendants du régime général.

Dans ce contexte, le rôle du MEDEF dans la gestion paritaire ressemblera beaucoup à celle qu’il peut avoir aujourd’hui pour l’assurance maladie ou pour la CNAV. Elle se résume à un jeu d’acteurs sans influence réelle sur les décisions finales.

En outre, la question du devenir des groupes paritaires de protection sociale reste ouverte.

Renforcer le rôle d’influence économique ?

Ces évolutions contextuelles, dont le MEDEF ne peut d’ailleurs guère revendiquer la paternité, l’obligeront à mettre l’accent sur le rôle majeur que jouent les organisations patronales à travers le monde, à savoir l’influence économique auprès des pouvoirs publics. Or l’opinion publique française est moins disposée que dans d’autres pays industrialisés à admettre ce type de jeu dans la décision collective.

Pour le MEDEF, l’investissement dans ce rôle constitue un exercice complexe. Dans la pratique, l’originalité de l’élection présidentielle de 2017 a fait que, discrètement, le candidat Macron a pu profiter d’une aide directe du MEDEF, notamment sur des sujets techniques. Toutefois, l’éviction de Jean-Dominique Sénard cet hiver, dans la course à la présidence du MEDEF, constitue une faute politique qui devrait compliquer le parcours d’un Roux de Bézieux élu de justesse.

Par ailleurs, le gouvernement ne manque pas de think tank proches des milieux patronaux qui l’abreuvent de notes en tous genres. C’est notamment le cas de l’institut Montaigne, issu d’Axa, à de nombreux égards plus flexibles, plus imaginatifs et plus Macron compatible que le MEDEF lui-même.

Roux de Bézieux toujours prisonnier des mêmes réflexes patronaux ?

Mais le principal défi de Geoffroy Roux de Bézieux consistera sans doute à renouveler les pratiques de l’organisation qu’il doit présider pendant cinq ans. En particulier, la subordination financière du MEDEF au financement paritaire obligatoire. L’organisation des universités d’été de 2018 n’a pas fondamentalement échappé aux pratiques installées de « sollicitation » des organismes paritaires nationaux pour financer l’opération. On retrouve, dans les « partenaires » une impressionnante liste d’organismes dont le MEDEF désigne les membres du conseil d’administration.

Cette collusion risque, dans les années à venir, d’être de moins en moins admise, et de porter de plus en plus atteinte à la crédibilité de l’organisation.

Pour en sortir, il faudra une bonne dose de dégagisme à Roux de Bézieux.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Après avoir pas trop mal réussi la désintégration des partis politiques, Macron va t’il réussir celle des syndicats ?
    C’est tout ce que l’on peut se souhaiter malgré la centralisation des pouvoirs qui en découle dans l’immédiat, avant une reconstruction de nos institutions sur des bases plus saines.

  • « La France a-t-elle encore besoin du MEDEF ».
    Mais alors à quoi servent les syndicats en général?
    Il est certain que, dans l’appréciation de l’Énarchie en général, les organisations syndicales constituent un obstacle aux décisions et aux expérimentations des membres d’une fonction publique envahissante qui entend règlementer et contrôler l’activité économique française.

    • Ca n’est pas tant un obstacle qu’un concurrent. Ce que vous dites de l’Enarchie vaut exactement de la même manière pour les dirigeants syndicaux.

  • Le MEDEF est un syndicat
    Le MEDEF est un corps intermédiaire
    Les 2 doivent disparaître !

    Maintenant si le MEDEF vit des cotisations de ses adhérents et qu’il engage leurs positions, cela ne me dérange nullement.
    Personnellement, je trouve que cette organisation est aussi rigide que ceux d’en face. Au final ils ne servent qu’à aggraver les situations conflictuelles et vont très bien ensemble….

    De mémoire, moins de 10% des salariés du privé travaillent dans des très grandes entreprises.
    Enfin, mélanger les décisions d’un étatiste socialiste et le MEDEF, c’est provoquer un dualiste bien Français auquel je ne m’intéresse pas.

    • Pierre Henri DREVON
      29 août 2018 at 22 h 16 min

      Selon l’INSEE, les 243 plus grandes entreprises (sur plus de 3 millions) emploient 30% des salariés…

      « En 2011, 3,14 millions d’entreprises marchandes non agricoles sont implantées en France : 243 grandes entreprises qui emploient à elles seules 30 % des salariés, 5 000 entreprises de taille intermédiaire (ETI), 138 000 petites et moyennes entreprises (PME) hors microentreprises, et 3 millions de microentreprises »

      (INSEE>Statistiques> les catégories d’entreprises en France…)

  • Le MEDEF va s’engager en politique au service de Macron pour lutter contre la montée du « Populisme ».
    le MEDEF va financer ouvertement la manipulation pour faire taire le peuple.

  • Fini les syndicats qui manipulent et profitent des subsides de l’Etat (nos impôts). La France crève de l’hypertrophie des syndicats depuis 50 ans…

    • @ ABar
      Ce qui est lamentable, c’est que le nombre de syndiqués cotisants n’est à 1/2 significatif que dans la fonction publique, eux, sans doute bien prêts et décidés à défendre leurs privilèges!

      C’est une exception dans l’U.E. .

      Mais le dialogue social est bien différent aussi dans les autres pays où on (la direction) « fait avec » en collaborant plutôt que la grève et le conflit!

      Avec la grève de 3 mois de la SNCF, l’entreprise a pris une balle dans le pied; tirée par qui? Vous avez vu ça où, ailleurs? Et qui va payer cette clownerie, à votre avis?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce 24 août, le MEDEF a inauguré son université d’été 2021 par deux demi-journées d’exposés et de débats internationaux sur la francophonie économique, avec des délégations venues de quatre continents, des chefs d’État et des personnalités issues de la communauté francophone d’affaires.

Les débats de la REF 2021 – rencontre des Entrepreneurs Francophones ont été rediffusés en direct sur YouTube :

Avec les autres organismes patronaux de la plupart des pays francophones, le MEDEF a publié à cette o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles