Code du travail : les Français veulent la réforme

Selon un sondage BVA, 58 % des Français pensent que la réforme du Code du travail souhaitée par le gouvernement peut permettre d’améliorer la compétitivité de la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Code du travail : les Français veulent la réforme

Publié le 20 septembre 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour La Tribune de septembre 20171 s’intéresse à la perception des Français de la réforme du Code du travail.

 

Code du travail : le mouvement d’opposition divise

Un Français sur deux approuve le mouvement contre la réforme du Code du travail. Dans le détail, ce sont essentiellement les sympathisants de la gauche (74 %) qui l’approuvent (en particulier hors PS) et, sans surprise, ceux du Front National (63 %). Peu le soutiennent au sein de En Marche !, fort logiquement. Les jeunes et les femmes sont plutôt dans la moyenne concernant cette donnée alors que les catégories socio-professionnelles inférieures sont dans une opposition beaucoup plus forte (69 %).

Approuvez-vous le mouvement contre la réforme du Code du Travail ?
Approuvez-vous le mouvement contre la réforme du Code du travail ?

 

Ce niveau global d’opposition évolue peu au fil des mois, si l’on considère que la Loi travail était dans la lignée de cette réforme. Il a été plus élevé au printemps 2016, plus faible après le vote par l’Assemblée nationale de la Loi travail. Il est aujourd’hui dans sa moyenne.

Pour autant, les Français restent globalement favorable à ce que l’on réforme le Code du travail.

59 % d’entre eux le souhaitent (contre 63 % en juillet), et 38% y sont opposés (contre 36 % en juillet). Sans surprise, ce sont les sympathisants de la droite et de En Marche ! qui y sont le plus favorables, mais d’une manière générale, cette approbation n’est pas symétrique au soutien au mouvement d’opposition. À n’en pas douter, chaque sensibilité politique n’entend pas la même chose par « réforme du Code du travail »…

De manière générale, diriez-vous que vous êtes favorable ou opposé à ce que l’on réforme le Code du Travail ?
De manière générale, diriez-vous que vous êtes favorable ou opposé à ce que l’on réforme le Code du travail ?

 

Des mesures et des effets diversement appréciées

58 % des Français pensent que la réforme du Code du travail souhaitée par le gouvernement peut permettre d’améliorer la compétitivité de la France. C’est 17 % de plus qu’au printemps 2016 pour la Loi travail. De même, 45 % pensent que la réforme permettra de lutter contre le chômage (+15 %) et seuls 24 % pensent qu’elle permettra d’améliorer les conditions de travail des salariés (+9 %).

La perception des impacts de cette réforme, qui va plus loin que la Loi travail, est donc nettement meilleure, même si elle ne dégage pas de consensus.

Au niveau des mesures prévues par la réforme, seuls le CDI de projet et le plafonnement des indemnités déterminées par les prud’hommes ne rassemblent pas de majorité.

Etes-vous favorable ou opposé à chacune des mesures suivantes ?
Êtes-vous favorable ou opposé à chacune des mesures suivantes ?

 

La France ne serait plus impossible à réformer ?

Cette réforme a été bien mieux amenée par ce gouvernement que par le précédent.

Les élections sont récentes, et contrairement à François Hollande, Emmanuel Macron a été élu en annonçant cette réforme. Par ailleurs, le dialogue avec les syndicats a débouché sur de meilleurs résultats, même s’il reste à savoir quelles sont les contreparties qui ont conduit à ce que plusieurs organisations décident de ne pas en être…

Quoi qu’il en soit, l’idée que la réduction du chômage, l’amélioration de la compétitivité et des conditions de travail des salariés passe par une réforme du Code du travail progresse dans l’opinion. La plupart du temps, de forts clivages persistent mais une négociation bien menée et une réforme annoncée sont toujours préférables pour rendre la France plus gouvernable, et pourquoi pas, demain, ouvrir la porte à des réformes plus libérales ?

  1.  Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 14 au 15 septembre 2017. Échantillon de 1048 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Omniprésents dans les campagnes électorales, les sondages font l’objet de nombreux fantasmes et incompréhensions. Manipulation de l’opinion, destruction de la politique, outil indispensable, beaucoup les critiquent tout en en faisant usage. Analyse et décryptage de Frédéric Micheau.

Directeur général adjoint d'OpinionWay et enseignant à Sciences Po, Frédéric Micheau est spécialiste des études d'opinion. Il est l'auteur, au Cerf, de La Prophétie électorale (2018), Le Sacre de l’opinion (2022) et Le gouffre démocratique : les gouvernants... Poursuivre la lecture

Nommé ministre du logement jeudi 8 février, Guillaume Kasbarian avait accordé un entretien à Contrepoints en novembre dernier en tant que député Renaissance de la première circonscription d'Eure-et-Loir et président de la Commission des affaires économiques.

 

Contrepoints : Bonjour Monsieur le Député, merci d’avoir accepté de nous accorder cet entretien. Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas, pourriez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter ce qui vous a amené à vous engager en politique et à ... Poursuivre la lecture

Une semaine d’émeute, des policiers qui se mettent en arrêt maladie ou en service minimum suite à la mise en détention préventive de l'un des leurs. L’exécutif contrôle-t-il encore la situation ? Et s'il était responsable des évènements actuels ? Si le président Macron promettait de l’ordre dans son discours du 24 juillet, la réalité est tout autre. En jouant la carte du « en même temps », il ne parvient pas à gérer des contestations de plus en plus fréquentes.

L’incapacité du pouvoir à assurer ses missions régaliennes est une dynamiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles