Rentrée scolaire : c’est horrible, les prix baissent !

Les chiffres sont formels : les prix des fournitures baissent. Alors heureux ? Surtout pas ! Cela veut dire que des fournisseurs sont en danger, pardi !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ecole-Musée national de l'Education(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rentrée scolaire : c’est horrible, les prix baissent !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 août 2018
- A +

Et voilà que le mois d’août s’achève mollement avec, entre deux attaques de couteaux déséquilibrés sans amalgames, la rentrée scolaire qui pointe à l’horizon. Avec elle et comme à chaque année ressortent les marronniers journalistiques.

Entre le poids des cartables et les nouvelles tendances des fournitures à la mode (cette année, agenda Reine des Neiges, stylos aux effigies Marvel ou taille-crayon Croc-croc ?), difficile de passer entre les palpitants sujets d’une presse qui sort difficilement de la léthargie estivale pour se glisser douillettement dans la monotonie automnale. Et tout comme les précédents sujets, celui de l’allocation de rentrée scolaire nourrit lui aussi quelques vibrants papiers tentant de montrer comment on peut arriver à équiper un écolier moderne avec la si misérable aumône que nous accorde l’État français.

Et grâce à cette profusion d’articles, on découvre qu’il existe moult solutions pour réduire la facture et utiliser à bon escient cet argent tombé du ciel en droite provenance de la poche des autres. Pour ne pas gâcher une belle occasion de faire un peu de prosélytisme écologique gluant, on pourra même en profiter pour caser l’une ou l’autre remarque sur le recyclage des fournitures de l’année dernière (comme si les parents réellement organisés n’y avaient pas déjà pensé) et les « bons plans » ou autres « astuces » afin de faire des achats écolos, bios ou respectueux de la nature (youpi).

Bref, toutes les rédactions sont mobilisées pour que cette rentrée se passe bien et soit la moins coûteuse possible pour les parents d’élèves. Pensez-donc ! Même le gouvernement s’est fendu d’une liste officielle de cahiers et de gommes pour que les établissements de France et de Navarre puissent orienter leurs professeurs et leurs élèves vers les bonnes fournitures ! L’État-maman à la rescousse des parents perdus, voilà qui serait très croquignolet si ce n’était pas devenu une habitude parfaitement standard, depuis les messages dégoulinants de niaiserie agressive sur les autoroutes (en été, il faut « boire régulièrement » et en hiver, il faut « rouler prudemment ») jusqu’aux recommandations alimentaires idiotes (voire néfastes) qu’on découvre à chaque encart publicitaire ou par le truchement d’applications téléphoniques navrantes.

Mais à force, des résultats sont palpables puisque les chiffres sont formels. Alors qu’il y a dix ans, la sueur perlait sur le front de Darcos, alors ministre de l’Éducation nationale, devant les prix des fournitures qui n’arrêtaient pas d’augmenter (au point que j’en faisais un petit billet lisible ici), la situation est à présent complètement différente : les prix baissent ! Pour la première fois depuis 2013 et selon une étude annuelle publiée il y a quelques jours par la Confédération Syndicale des Familles (CSF), le coût de la scolarité recule de 2,91% en 2018.

Ce qui, à en lire certains papiers du quotidien Le Monde, véritable phare de la pensée actuelle en France, n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. En effet, cette baisse du coût pour les familles s’explique de deux façons.

D’une part, par une attention plus grande des parents aux dépenses familiales, en focalisant celles-ci sur les fournitures réellement indispensables et en diminuant donc la part superflue (comme, par exemple, l’achat de vêtements de marques au profit d’habillements plus fonctionnels et moins chers). On comprend que cette méthode ne peut pas déclencher le moindre commentaire négatif tant elle recouvre une réalité qu’on sent diffuse mais réelle dans le pays : les gens s’appauvrissent et font donc plus attention.

D’autre part et en revanche, l’autre méthode pour diminuer les coûts des familles consiste à diminuer les prix. Or, à en lire l’article du Monde, aucun doute n’est permis : cette diminution des prix ne peut s’obtenir que grâce à une concurrence exacerbée entre les différents fabricants et distributeurs. Le règne d’un capitalisme féroce, débridé même, semble consacré avec la baisse des prix des fournitures scolaires.

On apprend ainsi que certaines grandes enseignes de distribution n’hésitent pas à demander des promotions énormes (« à moins 70%, comme celle du Nutella« ). Bien évidemment, on retiendra que ce genre de tactiques commerciales est « malsain. Il faut que le consommateur connaisse la valeur des choses. »

Selon la fine analyse du Monde, tout se passe comme si la pression qui ne pouvait plus être exercée sur les rayons alimentaires se reportait sauvagement sur les rayons gommes & stylos : là où les pouvoirs publics ont décidé de restreindre les promotions sur les produits alimentaires à la suite des états généraux de l’alimentation (EGA), pour les autres rayons, il n’en est rien et c’est donc la loi de la jungle, avec les distributeurs qui « cherchent le prix le plus bas pour augmenter le trafic dans les magasins ».

Quelle bande de salauds ! Vouloir des prix toujours plus bas pour les consommateurs, vouloir avoir du trafic dans les magasins, alors que tout le monde sait qu’il y a, derrière ces articles en vente, des hommes et des femmes qui reviennent de la mine ou des enfants qui travaillent dans des caves humides pour obtenir ces résultats (au minimum) !

On lit même de l’inquiétude chez les fournisseurs qui doivent trouver des moyens de produire moins cher, alors que tout le monde sait qu’en réalité, il faudrait que les prix augmentent ! Tout le monde préfère à l’évidence payer sa baguette 8 € plutôt que 0.85, rembourser un prêt à 25 % plutôt qu’à 2.5 % et avoir un salaire avec un, deux ou quatre zéros de plus, comme au Venezuela par exemple.

Décidément, pas de doute : l’acharnement de certains à vouloir ainsi faire baisser les prix ne peut mener qu’à une catastrophe. Peut-être faudra-t-il en passer par une nationalisation complète de la liste de fournitures scolaires, avec des Ateliers Nationaux de Gommes, Cahiers et Crayons Citoyens ? Rien n’est pour le moment décidé, mais à l’évidence, de même qu’il fallait, il y a dix ans, mettre un terme à la hausse des prix qui embarrassait les familles les plus modestes, il faut maintenant en finir avec la baisse des prix qui embarrasse les fournisseurs les plus modestes !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • … ce genre de tactiques commerciales est « malsain. Il faut que le consommateur connaisse la valeur des choses. »

    Comme pour les services ‘publiques’, la SNCF ou autres RATP.

    • la loi du marché est mauvais sachez le bien… la preuve est que je peux vous montrer un vendeur malheureux qui lui n’est pas cupide comme le propriétaire lambda louant son appartement « trop cher » mais victime de la cupidité non pas du consommateur ce serait troporib de penser ça mais de » l’intermédiaire » ou de concurrent déloyaux qui ne méritent pas vivre au passage…

      la loi du marché est donc mauvaise ..ce n’est pas comme ça qu’on « fixe  » un prix..car on fixe un prix…
      je fais un truc qui sert à rien, je compte mes heures je m’attribue un taux horaire « décent », les frais pour le fabriquer matériel , énergie…sa valeur de ce bidule inutile est donc la somme de ces choses… et ce doit être son prix…prix qui existe sans acheteur…ne riez pas..c’est souvent comme ça…

  • à moins 70%

    Attention, vous allez réveiller la bête du Gévaudan. Euh du Poitou :mrgreen:

    Superbe le coup du sherpa 🙂

  • rejouissez-vous ,on nous dit que cela baisse enfin une bonne nouvelle !!! la seule de la journée…

  • « Il faut que le consommateur connaisse la valeur des choses. »

    Parbleu! C’est aussi pour cela qu’il ne faut pas diminuer la taille ou la gabelle: le manant ne connaîtrait plus la valeur de l’Etat.

    Décidément si le Monde n’existait pas, il faudrait l’inventer, le regarder longuement, avec une immense commisération, puis l’abandonner dans la forêt.

  • Les prix baissent sauf pour les services rendus par l’état..faudrait il changer de fournisseur ,pour un état premier prix ou discount , le consommateur fera surement le bon choix la prochaine fois……si on l’éduque un peu ,on y arrivera.

  • Intéressant,
    lors d’un séjour en Allemagne de l’est au début des années 80, j’ai séjourné chez un habitant qui nourrissait ses poules et lapins avec du pain.
    En effet le kg de pain subventionné coûtait moins cher que le kg de céréale vendu à prix libre.
    Hors sujet, mais pour l’anecdote, cet ingénieur agronome employé par une LPG (Landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaft, coopérative agricole) me disait que les moissonneuses étaient partagées avec d’autres LPG, avec un calendrier d’utilisation.
    Il devaient donc moissonner à une date imposée, que le blé ou le seigle soient mûrs ou non, et même sous une pluie battante, il n’avaient pas le choix…

  • De la même manière qu’il publie une liste des vrais news avec son « décodex », le monde devrait publier une liste des vrais prix…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Thomas.

La période de rentrée scolaire est propice à toutes les annonces et polémiques sur les sujets les plus mineurs concernant l’éducation. C’est à croire que ces bruits médiatiques stériles constituent une diversion face à l’absence totale de perspectives et de débats sur les grands sujets de fond concernant l'élaboration des programmes (imposés d'en haut), les pratiques pédagogiques ou encore les carrières des enseignants. La grande absente des discussions de cette rentrée est la question de l’enseignement numérique ... Poursuivre la lecture

l'école
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En cette rentrée, où un certain nombre d’enfants manifestent peut-être des réticences à l’idée de revenir sur les bancs de l’école, voici un documentaire passionnant qui rappellera que l’école peut en un sens être considérée comme un luxe, en tous les cas comme un précieux instrument d’accès potentiel à la liberté.

L’école est une sorte de luxe dont on mésestime trop souvent la valeur, surtout lorsqu’on est un enfant vivant dans un pays aisé, pour qui s’y rendre va de soi, celle-ci étant jusqu’à un certain â... Poursuivre la lecture

Par Jean Level.

C'est au mois d'août que l’allocation de rentrée scolaire est versée. Et nombreux sont ceux qui critiquent une distribution d’argent qui servirait à acheter du matériel hi-fi ou d’autres produits divers, et non à faire face au coût de la rentrée pour les familles.

Cela entraîne évidemment des velléités réglementaires chez certains, qui pensent qu’il faudrait s’assurer que cet argent serve bien à ce à quoi il est destiné, c'est-à-dire acheter des livres, des cahiers et des crayons de couleur.

Certains propo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles