Demain, le monde mangera encore plus de viande

Que mangera le monde en 2050 ? Avec l’accroissement des richesses et de la population, la demande en graisses animales s’annonce extrêmement élevée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Demain, le monde mangera encore plus de viande

Publié le 17 août 2018
- A +

Par Jayson Lusk.1

Serons-nous capables de produire suffisamment de nourriture pour alimenter un monde plus peuplé, et probablement plus riche, en 2050 ? La réponse à cette question dépend des technologies que nous développons, mais aussi de ce que les gens des différentes parties du monde voudront manger en 2050.

Un nouvel article de Christophe Gouel et Houssein Guimbard dans l’American Journal of Agricultural Economics reprend des données de consommation de sept catégories d’aliments dans plus de cent pays différents pour explorer comment la demande alimentaire change avec le revenu et la population. Ces estimations servent à projeter la demande alimentaire future en fonction des estimations du revenu et de la croissance démographique.

Plus de graisses animales, moins de féculents

Premièrement, ils montrent qu’à mesure que les revenus augmentent, la demande d’huiles et de graisses et d‘aliments d’origine animale augmente.2

Le graphique suivant (de leur annexe) montre les changements projetés de la demande mondiale pour différents types d’aliments jusqu’en 2100.

Voici un résumé de leurs projections jusqu’en 2050 :

(a) la demande alimentaire augmentera de 47%, ce qui représente moins de la moitié de la croissance enregistrée au cours des quatre décennies précédant 2010 ;

(b) cette croissance viendra principalement des pays en développement parce que dans les pays à revenu élevé, la demande alimentaire est déjà élevée par habitant et la croissance démographique sera faible ;

(c) la croissance des féculents sera faible à 19%, soutenue par une augmentation de la population car la consommation par habitant devrait diminuer alors que la demande d’aliments d’origine animale doublera, augmentant ainsi la part mondiale des calories animales de 17% en 2010 à 23% en 2050 ;

(d) ces projections présentent de grandes incertitudes qui sont négligées dans les études connexes : sous des scénarios alternatifs plausibles pour le PIB et la population, la demande en calories animales augmente entre 74% et 114%. »

Si ces projections se confirment, les protéines animales ont encore de beaux jours devant elles.

Sur le web

  1. Jayson Lusk est un économiste de l’agriculture et de l’alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l’Économie Agricole de l’Université de Purdue.
  2.  Attention de ne pas se laisser abuser par le deuxième graphique : la demande réelle en production devra augmenter davantage car il faudra nourrir les animaux et alimenter les filières bio-industrielles.
Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Cela ne sont que des hypothèse, Mais peut-être pas faux car ce sont les pays à gros producteurs comme les USA qui à l’instar du Coca vont éduquer les pays en voie de développement à s’engraisser avec leur viande aux hormone et leur fromage fait avec tout sauf du lait.

    • En France, on est passé de la poule au pot une fois par semaine, à la viande trois fois par semaine pour les travailleurs de force, puis une fois par jour pour tous, et enfin à tous les repas, et cela sans demander l’avis des pays producteurs genre Argentine à l’époque. Ne dites pas que nous n’étions pas un pays en voie de développement, et arrêtez de croire qu’il faut toujours un agent extérieur pour inciter les gens à faire ce qu’ils font.

      • L’Argentine était la 6ème puissance économique mondiale à l’époque et ne demandait qu’à satisfaire nos demandes. Ensuite, nous avons du bétail et notamment de belles races à viande (blonde de Gascogne,… ici ou alentour, Simmenthal, Galice,…) ou intermédiaire (Charolais,..).

    • Arrêtez vos stupidités, je rentre des USA, et le dernier soir avec mon gendre qui m’a ramené à NY nous sommes allés chez Gallahager, nous envoyer une cote de bœuf d’anthologie, surement hormonée pour être tendre et persillée à point….
      Les anabolisant en élevage sont un faux problème alimenté par nos journaleux politicards pour exister….
      Le risque santé? Pour avoir le même effet progestatif qu’une pilule anticonceptionnelle microdosée, une femme devrait ingurgiter 450kg de viande de veau hormonée ou plus d’une tonne de bœuf QUOTIDIENNEMENT……
      -Ref.: Professeur Étienne Beaulieu

    • beaucoup de suffisance dans la forme et le fond. quand on songe qu’il y a peu les prophètes prévoyaient la famine pour tous… pourriez vous avoir un peu de gratitude pour un monde dans lequel vous étés en vie… autrement dit dans lesquels les gosses ne crèvent pas en masse ..où vous vivez confortablement vieux… peut être gras…mais il ne faut pas faire tant d’effort que ça pour ne pas l’être..
      mais peut être que si vous nous expliquiez le modèle qu’on devrait suivre..
      éduquer à manger sainement je présume et étant responsable vis à vis de la planète ce genre de chose…mais en pratique…???

  • Attention aux prévisions ,elles se révèlent toujours fausses..la viande ,j’aime mais d moins en moins comme sans doute de plus en plus de personnes au fur et a mesure que sa qualité baisse et elle baissera aubligatoirement si on en consomme d’avantage …..

  • la viande , ce sera pour les plus riches ; les autres ils boufferont des insectes et des vers de terre …parait que c’est plein de protéines également……

    • Ca ne sera que mieux. La viande à déconseiller. Les gens aiment se laisser contaminer à petits feux. Malheureusement c’est nous qui payons la sécu!

      • La France a fait le choix d’un système de santé collectiviste déresponsabilisant. Payer pour les autres quoiqu’ils fassent, est la conséquence de ce choix.

  • Tout dépendra effectivement de l’offre et la demande. De la viande in vitro?

  • Notre organisme est très rationnel; s’il prend plaisir à manger de la viande, c’est qu’il en a besoin. Laissons donc le faire et suivons nos instincts (raisonnablement)…

  • Des articles en bon français s’il vous plaît, sans fautes de traduction. Pour le reste, cet article est une ânerie, puisque les conséquences environnementales d’une tel accroissement de la consommation de viande se heurtera nécessairement aux inévitables ruptures écologiques, notamment l’effondrement des chaînes trophiques.

    • et en bon français, ça fait quoi? ruptures écologiques? chaines trophiques?

      • « et en bon français, ça fait quoi? ruptures écologiques? chaines trophiques? »
        Du blabla pour les pro de l’onanisme escroloverdatre.
        le B.A.BA de l’envoironnementeur enverdeur escrologiste
        Cela leur permet d’alimenter avec un vocabulaire qu’ils ne comprennent pas forcement eux même (mais qui fait bien et sérieux) leurs peurs anxiogènes qui leurs donnent ainsi une raison d’exister et de se sentir concerné par des « choses » qu’ils ne maitrisent/comprennent pas d’un yota.
        Des idiots qui (sincèrement ce qui est triste pour eux) essayent d’exister dans un monde qui les à dépassé.
        (suis je excessif ? non mais je sort quand même!)

    • @Etienne Maillet

      Sans être un inconditionnel de consommation de viande, que pensez vous d’un accord de libre échange comme le CETA (accord commercial UE-CANADA),qui pourrait nous faire prochainement connaître dans les grandes surfaces les nouveaux plaisirs divins du terroir,comme la consommation de vers de farine soigneusement mitonnés, que nous pourrions apprécier,publicité persuasive oblige!
      il sera difficile pour le consommateur lambda Français, habitué à une toute autre nourriture, de prendre conscience lors de ses achats alimentaires « de l’effondrement possible des chaînes trophiques »!

  • Curieux qu’il y ait encore des êtres humains capables par déni de la réalité de sortir encore les sempiternelles sornettes sur l’expansion économique continue sans réaliser que nous sommes plutôt dirigés vers un déclin en raison d’une démographie galopante, de ressources de matières premières et alimentaires qui déclinent lentement mais sûrement. Dire cela n’est pas par idéologie. Dire cela est simplement un constat que tout à chacun peut faire si son son regard sur le monde n’est pas brouillée par l’ignorance ou la peur du vide.
    P.S: je ne réponds jamais aux commentaires de mes commentaires pour la plupart trop agressifs .

    • Saint Malthus, la messe est dite :).

      • Très juste ; comment croire que la planète sera capable de produire encore plus de viande pour une population qui croît à un niveau de folie ? Je suis né en 1953. La pop mondiale était d’un peu plus de 2,5 milliards. Nous en sommes à peu près à 7,5 milliards. On pense qu’en 2050, le nombre pourrait être de 9.7 milliards, selon la moyenne des estimations qui table sur un tassement de la fécondité… Or l’Afrique, qui représente la plus forte augmentation de population, explose en matière de natalité. La zone subsaharienne en particulier, montre un taux de fécondité en hausse…
        Quand on connait déjà l’extrême productivité des agricultures modernes, on se demande comment la terre pourrait être capable de produire encore plus sans continuer à détruire inéluctablement l’environnement. L’idée que le niveau développement humain permettra de réduire le taux de fécondité avant la destruction de l’environnement est une vue de l’esprit. Les courbes se rejoignent toujours et sans nul doute notre planète mondialisée subira, quelqu’en soit la cause, un retour de bâton sanglant.

        • En Suisse, un steak coûte 8 €, est-ce à dire que le monde entier le paie ce prix là? Non bien sûr! La viande n’est pas rare, il faut simplement l’importer de pays qui la produisent pour moins cher que chez nous. Il y a en a pour tout le monde , ne vous inquiétez pas! Et arrêtez de croire que ce qui est produit ailleurs est mauvais pour la santé ou moins bon, il faut voyager, découvrir le monde pour se faire une idée de la qualité des produits français. Certains seront déçus…

        • @ caffer ==> de la part de .458 LOTT
          « On pense qu’en 2050, le nombre pourrait être de 9.7 milliards »

          Vous pensez mal. Ce chiffre parait peut crédible dans la mesure où vous ne faites mention d’aucune épidémies .
          Regarder l’histoire de l’humanité, elles sont beaucoup plus dévastatrices que les guerres.
          Peut être qu’en 2050 nous ne serons plus que quelques centaines de milliers sur terre, nul ne le sait…

        • Vos parents, en 1953, imaginaient-ils qu’en 2018 il y aurait 3 fois plus d’humains sur terre et que non seulement la faim dans le monde aurait presque disparu, mais encore qu’une immense majorité mangerait à peu près ce qui lui fait envie ?

    • Et plus on constate que l’expansion est forte et bénéficie à beaucoup, plus le déclin en deviendrait inéluctable ?

    • S’il me paraît hasardeux de conjecturer comme le fait l’article uniquement à partir du passé pour extrapoler sur l’avenir, il est encore plus hasardeux de votre part de ne même pas prendre en compte les données existantes dans vos prédictions. Quelques faits :
      – Nous n’avons jamais été aussi nombreux sur terre avec aussi peu de pauvreté et de faim dans le monde
      – La consommation de pétrole par habitant chute depuis les années 70
      – Aucune matière première n’a jamais été épuisée au niveau mondial. Nous pratiquons toujours la substitution avant que cela n’arrive, et ce sans intervention autoritaire.

      Le marché est un très bon mécanisme de régulation de la rareté : plus une ressource se raréfie, plus son prix augmente, ce qui favorise les solutions alternatives.
      Dire cela n’est pas par idéologie. Dire cela est simplement un constat que tout à chacun peut faire.

      P.S: c’est dommage, il est toujours bon de prendre en compte les opinions divergentes, c’est comme ça que l’on progresse, même lorsque l’on ne croit pas que l’on croît.

      • « La consommation de pétrole par habitant chute depuis les années 70 »

        Bon après vérification, « chute » est un grand mot, après une forte baisse, elle stagne depuis les années 80. Mais dans le même temps le PIB mondial a crû fortement, comme quoi on sait faire de la croissance sans trop tirer sur la corde.

        C’est un grand oubli des malthusiens depuis toujours : la hausse de la productivité et de l’efficience dans l’utilisation des ressources.

    •  » dirigés vers un déclin en raison d’une démographie galopante, de ressources de matières premières et alimentaires qui déclinent lentement mais sûrement.  »

      Et la famine dans le monde continue à reculer. Allez comprendre?

    • vos arguments sont valables depuis le début de la croissance démographique de l’humanité… vous avez raison depuis longtemps…on va vers le déclin pour autant.. le constat que vous prétendez faire la sagesse que vous prétendez montrer est creuse car vous ne quantifiez rien…

    • Un autolyse me semble nécessaire.

  • Le choix de la nourriture et de l’alimentation n’est qu’une question de moyens financiers. C’est comme cela depuis l’apparition de l’Homme sur terre.

  • Pour faire honneur à l’article et un clin d’œil à un autre,

    Je pense que rien ne vaut un bon steak cuit sur le pot d’échappement d’une Harley Davidson, surtout si la dégustation se fait le long d’une route juxtaposant une prairie remplie de vaches en train de brouter.

    Bon appétit les ami(e)s

  • le titre est un appel du pied au malthusien..
    si on projette les tendances…

    le monde mangera ce qu’il veut et qu’il peut s’offrir..comme d’hab…
    bordel qu’est ce que je vais me faire à bouffer demain…on est pas en 2050 donc pas nécessairement de la viande…je ‘ai pas l »impression que mon niveau de vie a augmenté..je suis perdu.
    et en 2050 je suis mort donc..je ne pourrai pas aller voir l’auteur et lui reprocher que le monde n’a pas suivi les tendances ou plus exactement a osé sortir des marges d’erreurs..
    La nature même de ce genre d’exercice est bizarre, ça me semble très politique…
    ça semble s’adresser aux autres prévisionnistes malthusiens..

  • Et la planête sera plus polluée !

    • comme depuis le début de l’agriculture et la destruction des écosystèmes , on pollue certes la vraie question a toujours été est ce qu’on pollue trop et personne n’est capable d’y répondre.

      et surtout vous polluez…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

uerss
4
Sauvegarder cet article

Le monde vacille au bord de multiples crises de sécurité alimentaire qui entraîneront des famines, des troubles politiques et sociaux et un effondrement économique dans un grand nombre de régions.

La guerre en Ukraine (qui a entraîné des pertes d'exportations de denrées alimentaires et une réduction des semis de printemps), les coûts élevés de l'énergie, les restrictions à l'exportation d'un grand nombre d'engrais, la spéculation sur les prix des denrées alimentaires, les goulets d'étranglement logistiques, les vulnérabilités financièr... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles