Fiction : l’affaire Benalla en 2022

Et si l’affaire Benalla avait éclaté au moment de la présidentielle de 2022, dans une France qui pénalise les Fake News ? Petit essai de science fiction pour préserver les libertés publiques d’aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Macron président by Lorie Shaull(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiction : l’affaire Benalla en 2022

Publié le 26 juillet 2018
- A +

Par Yannick Chatelain.

Une fake news dans le collimateur de l’exécutif !

À quelques semaines du premier tour des élections présidentielles 2022, le journal Le Monde affirme avoir identifié l’homme – dont une vidéo circulait sur YouTube – filmé en train de s’en prendre violemment à un jeune homme, avant qu’une seconde vidéo, prise sous un autre angle, ne soit postée sur Twitter, le montrant en train de molester quelques instants auparavant une jeune femme sur la place de la Contrescarpe à Paris. Il s’agirait, selon le quotidien, d’Alexandre Benalla « Un proche conseiller du Président de la République ».

Selon des sources proches de l’Élysée, la première vidéo, rapidement relayée sur les réseaux sociaux, et qui est à l’origine de l’article du Monde, vise intentionnellement à déstabiliser le bon déroulement du scrutin national.

De nombreux députés de la majorité se sont par ailleurs insurgés du caractère odieux des allégations faites par les journalistes, ces derniers fondant leur article sur le fait qu’ils ont pu clairement identifier Alexandre Benalla déguisé en policier – portant casque, brassard et disposant d’une radio de police – alors que ce chargé de mission auprès du président de la République n’est en aucun cas un représentant de l’autorité publique. Les proches du candidat ont, de plus, exprimé leur étonnement sur la temporalité opportune de la mise en ligne de cette vidéo et de celle qui suivra.

 

 

Pour rappel, en France, selon l’article Article 433-17 modifié par la LOI n°2009-1437 du 24 novembre 2009 – art. 50  l’usage, sans droit, d’un titre attaché à une profession réglementée par l’autorité publique ou d’un diplôme officiel ou d’une qualité dont les conditions d’attribution sont fixées par l’autorité publique est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. À cela viennent s’ajouter les sanctions encourues pour des violences volontaires en réunion.

 

 

L’exécutif dénonce une tentative de déstabilisation ignominieuse !

Devant la gravité des faits, visant à altérer le bon déroulement du scrutin en mettant en cause directement la probité du Président-candidat, selon son entourage, et à semer le doute dans l’opinion publique dans une période sensible, l’exécutif considère que la loi relative aux fake news – qui a été déclarée conforme à la Constitution en 2018 par le Conseil constitutionnel – s’applique. Elle permet, entre autres, à un candidat ou à un parti, de saisir le Juge des Référés pour faire cesser la diffusion de «fausses informations» durant les trois mois précédant un scrutin national. La justice a donc été saisie.

Le Président-candidat saisit le Juge des Référés

Le Président-candidat s’estimant victime a saisi, comme la Loi le lui autorise, le Juge des Référés pour faire cesser la diffusion de ces « fausses informations » ! Comme le stipule la Loi : « Toute allégation ou imputation d’un fait inexacte ou trompeuse constitue une fausse information ». Pour le candidat et son entourage, le relais massif par les réseaux de ces deux vidéos sur la simple base d’une identification visuelle d’un homme casqué par des journalistes et, qui plus est, de façon décontextualisée et avant toute enquête approfondie, ne peut permettre les interprétations qui en ont été faites.

Prolongation de la garde à vue des journalistes du Monde. Sonia B-C placée en garde à vue.

Dans le même temps,  nous apprenons de sources proches de l’enquête que la garde à vue des auteurs de l’article a été prolongée. Quant à la personne ayant mis une première vidéo en ligne sur la plateforme YouTube, elle est toujours activement recherchée. Pour ce qui concerne la seconde video postée sur Twitter par Sonia B-C, donnant à voir des maltraitances de ce « faux policier » à l’encontre d’une jeune femme, cette dernière a été interpellée et placée en garde à vue pour répondre de ses motivations.

 

Il va de soi qu’à ce jour, une procédure étant engagée, toute personne qui relaierait l’une ou l’autre des vidéos incriminées qualifiées par le porte-parole du parti du Président-candidat « d’intentionnellement nuisibles » pourrait tomber, à très court terme, sous le coup de la loi.

 

 

Une loi efficace… s’enthousiasme le porteur de projet

Le porteur de la proposition de loi originelle relative à la lutte contre les fausses informations, tout en faisant part de son indignation devant l’usage de telles méthodes, s’est félicité du bien-fondé de la loi fake news, pourtant tant décriée avant son adoption – la diffusion de fausses informations étant déjà très largement encadrée par la loi depuis… 1881 –  et qui, selon ses propres mots, s’avère dans les faits un moyen de lutte efficace contre des pratiques nauséabondes, des « boules puantes » d’un autre temps, d’une époque définitivement révolue.

Le Juge des Référés statuera dans les 48 heures, pour  prononcer le retrait ou le blocage du contenu illicite à l’encontre des hébergeurs de contenus et fournisseurs d’accès à Internet.

Retour en 2018 ! Il n’est pas encore trop tard

Pour conclure cette contre-utopie, ne nous méprenons pas. Si de telles vidéos sont mises en ligne dans une période où s’appliquerait une telle loi fake news, comme cela pourrait être le cas lors des élections de 2022, il est vraisemblable que des actions en justice seraient immédiatement entreprises par lesdites « victimes » qui ne manqueraient pas de pointer des méthodes infâmes. Je fais confiance aux avocats mandatés par les plaignants, et dotés de cette « arme », lourde de censure potentielle, pour trouver l’angle d’attaque permettant de tuer l’information au plus tôt. À moins que les journalistes eux-mêmes ne s’autocensurent et taisent une telle découverte pour ne pas se retrouver à répondre de leur article devant la Justice.

Si cette mise en perspective peut donner à réfléchir, au moins n’aura-t-elle pas été inutile.  Il est encore temps pour nos représentants de faire machine arrière toute,  même s’il ne fait pas de doute que nos institutions sont solides et que je n’imagine pas que le Conseil constitutionnel, tel qu’il est actuellement constitué, puisse laisser passer cela.

Je vous donne rendez-vous en 2022 pour prendre toute la mesure d’un pays qui, après avoir vécu un « État d’urgence » à prolongation, ne deviendra pas, je l’espère, un « État de censure potentielle » dans des périodes déterminées de type pré-électorales.

« Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus. »

François René de Chateaubriand

 

« Pas mieux, bonnes vacances ! »

Yannick Chatelain

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Et pourquoi croyez-vous que Macron tenait tellement à sa loi fake news?

  • avec un dirigeant parano ( les frais concernant la sécurité de macron ont considérablement augmente d’après la cour des comptes )et plus ou moins psychopathe , il faut s’attendre à tout ; et puis tout le monde sait que quand la bête se sent acculée , elle devient dangereuse…..

  • Et ils veulent voter une loi contre les fake alors même que le groupe LaREM essaye de d’étouffer l’affaire au parlement en s’opposant aux interrogatoires?

  • Contourner la supposée censure française à venir sera un jeu d’enfant pour certains experts de l’informatique. L’info passerait de toute façon, quel que soit le support. Sauf à museler le web, mais à cela, personne ne se risquera.

    • C’est probable en effet, et la loi anti-fake news a tout du boomerang. Mais bien sûr, le sachant, certains tenteront de la déclencher sur de « vraies fake » news publiées à l’étranger, avec comme résultat un embrouillamini qui ne trompera pas les électeurs mais les convertira à l’abstention.

    • « jupiter » est capable de tout pour arriver à ses fins !

  • On peut même considerer que la période d’election d’un président en exercice attaquant le jour de son éleciton précédente, OU ces fait dont déjà reprehensible, OU tout le monde sortira tous les rats crevés possible sur macron AVANT sa declaration de candidature …

  • « Comme le stipule la Loi »
    Juste pour dire que le contrat stipule, et que la loi dispose.

  • Le discours pour 2022 est déjà connu:
    Je donnerai de l’argent à tous ceux qui auront voté pour moi,
    en plumant ceux qui auront voté contre moi.

    Pour le reste je ferai tout ce qu’il me plait !
    C’est simple comme programme …

  • Ne jouons pas à nous faire peur. Même si je suis contre la loi sur les fake news, je dois reconnaître que face à une vidéo montrant Benalla avec un brassard police cassant du jeune dans une manif, cette affaire n’a aucune chance de tomber sous le coup de cette loi. On pourrait d’ailleurs compter sur l’opposition pour ruer dans les brancards si le gouvernement tentait ce genre de farces, qui lui retomberait d’ailleurs dessus aussi sec. En revanche je ne donne pas cher de la rumeur selon laquelle Benalla serait l’amant du président.

    • A Guido Brasletti. Avec l’assurance et l’arrogance de Benalla… seule une relation très particulière entraîne ces attitudes !

  • Mais qui avait intérêt à la diffusion de cette vidéo ? Mais qui a renseigné le monde? Mais qui avait intérêt à ralentir la restructuration de la sécurité du président de la république,
    Qui avait intérêt à faire reporter et peut être annuler la réforme des institutions ?

    • La haute-flicaille qui n’aimait pas Benalla ? …

      [Aujourd’hui Benalla laissait entendre dans la presse que des pandores l’avaient invité à la manif du 1er mai en lui fournissant tout le nécessaire de toilette et en lui demandant sur place de prêter main forte… Veut-il laisser croire qu’on l’a piégé – revêtir indûment la tenue d’un policier étant un délit ? Ou voulait-on lui faire plaisir en lui offrant une petite virée musclée ? ]

    • A clés. C’est peut-être le ras le bol de certains journalistes ou autres personnes saturés par l’arrogance du blanc-bec.

  • on s’en fou amant ou pas …Ce que nous demandons au Président de la REPUBLIQUE .1).de réduire la Dépense Publique et la spirale
    de la dette dû PIB…jusqu’à preuve du contraire sa politique ne va pas dans ce sens là ..!!!
    Par contre faire des TAXES ça il s’est faire !!!

  • Yannick Chatelain nous propose un article fiction basé uniquement sur « l’affaire » de Monsieur BENALLA…
    Mais, en 2022 l’affaire sera largemet amortie et monsieur BENALLA aura certainement pris des galons et, peut être même, des étoiles, ce que je lui souhaite sincèrement au vu et au su de ses états de service contribuant au rayonnement de la France.
    Il risque par contre d’y avoir d’autres problèmes tel que celui lié à une accélération de l’immigration illégale avec tous les couts financiers induits (construction de logements, d’hôpitaux, d’écoles, de centres d’apprentissages, de camps de rétention, de prisons….) couts qui devront être intégrés dans les dépenses publiques et qui ne pourront plus être financés par des prêts car les taux pourraient, d’ici là, augmenter fortement…
    Mais, pas de catastrophisme, il suffira de créer une Contribution Sociales Immigration Illégale (CSII) à prélever à la source donc « indolore » mais réductrice de pouvoir d’achat des français…

  • Magouilles et pourritures sont les deux mamelles de la France de « jupiter » !

  • c’est bien ecrit et bien fait. Bravo.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles