La passion de l’égalité. Essai sur la civilisation socialiste, de Drieu Godefridi

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La passion de l’égalité. Essai sur la civilisation socialiste, de Drieu Godefridi

Publié le 11 juillet 2018
- A +

Par Drieu Godefridi.

Quel est le plus grand dénominateur commun de tous les socialismes, qu’ils se revendiquent ou non de cette appellation incontrôlée ? La  passion de l’égalité. C’est à cette conclusion qu’aboutit Drieu Godefridi dans son Essai sur la civilisation socialiste.

Cette passion de l’égalité ne ressort pas toujours à première vue des textes des auteurs proto-socialistes ou socialistes, auxquels l’auteur se réfère, parce qu’elle se dissimule derrière d’autres mots, tels que justice ou liberté. Mais elle est essentielle à tout socialisme.

Le mot d’égalité pris isolément, sans précision, peut prêter à confusion. C’est pourquoi il convient de distinguer l’égalité matérielle de l’égalité des droits, que d’aucuns confondent, voire considèrent comme identiques, alors qu’elles sont en fait antinomiques.

Isonomie et isomoirie

Les Grecs de l’Antiquité faisaient justement la distinction entre l’isonomie – le droit est le même pour tous – et l’isomoirie – les parts sont les mêmes pour tous. Si le sens de l’isomoirie est évident, arithmétique, il convient de préciser que l’isonomie bannit la loi arbitraire.

Comme le dit l’auteur, pour montrer que les deux concepts ont des objectifs distincts, l’isomoirie peut parfaitement s’accommoder de l’arbitraire et l’isonomie de l’inégalité matérielle ; ils sont contradictoires si on tente de les mettre concurremment en oeuvre.

La confusion est patente dans les deux exemples qu’il donne, l’égalité des chances et la lutte contre les discriminations, parce que dans l’un et l’autre cas il s’agit d’un processus d’égalisation par la loi des conditions matérielles, ce qui est contraire à toute isonomie.

Quelle que soit la forme que prend le socialisme, c’est une question de périmètre : il peut être racial, sans frontière, transhumaniste… il est égalisation des hommes : matérielle par redistribution autoritaire de richesses ou corporelle par débarras des tares naturelles.

De quelle éthique le socialisme est-il le nom ?

–  Le socialisme politique se dresse entier sur la valeur de l’égalité, et le socialisme politique est son valet.

Ne pouvant remettre en cause ouvertement les principes bien ancrés du droit civil – autonomie de la volonté des parties, consentement entre elles, obligations entre elles, rien qu’entre elles – le socialisme politique le grève d’exceptions : d’où l’inflation des lois pour égaliser dans les détails, faute de pouvoir le faire en règle générale.

L’impôt est l’autre instrument de cette égalisation forcée : proportionnel, il est en réalité progressif ; progressif, il est en réalité exponentiel.

D’où vient cette éthique ?

L’égalité est née comme valeur le jour où un homme s’est levé pour dire : Vous avez, et je n’ai pas. Justice !

Fondé sur l’égalité matérielle, qualifiée par d’aucuns d’égalité réelle, le socialisme est voué à l’échec, parce que « l’inégalité […] est un indépassable fait de nature ». Pour en sortir, pour être libre tout simplement, il faut renoncer à cette valeur de ruine…

Drieu Godefridi, La passion de l’égalité. Essai sur la civilisation socialiste, Texquis, 176 pages.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Martin Giraud.

Une ritournelle revient constamment dans le débat public, affirmant que le libéralisme économique serait condamnable car il serait mauvais pour les personnes modestes.

Malgré la longue tradition libérale occidentale ayant abouti à une hausse sans précédent de notre niveau de vie depuis deux siècles, cette idée s’est ancrée chez une majorité de gens depuis quelques décennies.

Elle n’est bien sûr pas nouvelle, mais elle transcende désormais la plupart des courants politiques, alors qu’elle était auparavan... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Nicolas Jutzet. Un article de Liber-Thé

Le socialisme conserve un grand pouvoir de séduction et il bénéficie actuellement d'un retour à la mode particulier sous le couvert de diverses revendications sociales, écologiques et économiques. Entre plan de relance, mesures collectivistes et toute-puissance de l’État, il prend différentes formes.

Pourtant, cette idéologie a échoué dans le passé et continuera de le faire, pour deux raisons principales : c’est un système immoral et irréaliste. C’est sa nature qui explique ses échecs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles