Belgique-Angleterre : le match rêvé pour résoudre la crise du Brexit !

Le temps d’une Coupe du Monde, il n’est pas interdit de rêver et d’imaginer que les grands problèmes géopolitiques internationaux puissent se régler en 90 minutes avec un ballon rond derrière lequel courent 22 joueurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique-Angleterre : le match rêvé pour résoudre la crise du Brexit !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 juillet 2018
- A +

Par Benoît Rittaud.

Pour les extraterrestres qui n’auraient pas suivi, les demi-finales de la Coupe du Monde de foot opposeront ce mardi la France à la Belgique, et mercredi la Croatie à l’Angleterre. Je vote pour que l’issue de ces demi-finales nous permette d’assister ensuite à un match entre la Belgique et l’Angleterre. Question de symboles.

L’idée est réinventée périodiquement en période de tensions : au lieu de se battre, les nations ennemies pourraient organiser par exemple un match de boxe (pourquoi pas entre leurs dirigeants). Le gagnant verrait son pays déclaré vainqueur d’une guerre qui, pour le bien de tous, n’aurait pas à avoir lieu.

La symbolique du sport comme métaphore de la guerre est depuis longtemps un cliché de la géopolitique de comptoir, qui peut même se révéler performatif (au moins en apparence). On pense bien sûr aux derniers Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud, qui ont servi de décor (de mise en scène, diront les sceptiques) au prélude de dégel auquel on a assisté ensuite entre la Corée du Nord et les États-Unis. Parfois hélas c’est l’inverse qui se produit, quand le sport devient catalyseur d’un conflit, comme dans la guerre dite « du football » de 1969 entre le Honduras et le Salvador.

Le temps d’une Coupe du Monde, il n’est pas interdit de rêver et d’imaginer que les grands problèmes géopolitiques internationaux puissent se régler en 90 minutes avec un ballon rond derrière lequel courent 22 joueurs. Et au vu du dernier carré de la Coupe du Monde, Belgique – Angleterre serait le match parfait pour avancer sur la question du Brexit.

Dans la foulée de la démission de David Davis, pourquoi ne pas décréter que l’issue des négociations du Brexit se décide sur le terrain ? J’entends déjà l’objection selon laquelle l’Angleterre n’est pas le Royaume-Uni. La Belgique n’est pas davantage l’Union Européenne. Mais c’est tout de même en Angleterre qu’il y a Londres et en Belgique qu’il y a Bruxelles. (Si on y tient, on peut aussi dire que c’est en France qu’il y a Strasbourg, mais une finale France – Angleterre m’est fortement déconseillée par mon cardiologue.) Et il y a sûrement plein de manières de prolonger l’analogie (Thierry Henry dans le rôle de Michel Barnier ?)

Pour les brexiters comme pour leurs opposants, le pire ne serait pas que leur équipe représentative soit défaite lors de cet hypothétique Belgique – Angleterre. Le pire, ce serait que ce match se déroule en tant que finale pour la troisième place. Car le symbole principal serait alors que l’Europe, Union ou pas, joue un rôle désormais secondaire dans les affaires du monde. Un problème contre lequel, même en rêve, il faudrait faire bien davantage qu’un simple match de foot.

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • un match de boxe entre dirigeants…..ce serait rigolo , mais je vois mal ces chochottes se mettrent des patates , ils n’ont pas l’habitude de se battre et ils préfèrent que ce soit  » les autres  » qui prennent des coups ;

    • Poutine ne serait pas mauvais, à la boxe. Notre premier ministre aussi, d’après la rumeur, s’il parvient à dépasser les 80 coups à l’heure…

  • OUi : en effet.
    Mais CF Wikipédia « le Combat des trente  » : la victoire le 26 mars 1351 des champions de Bretagne sur les champions anglais n’avait finalement rien réglé…
    Perfide albion!

  • C’est très agréable d’être considéré comme extraterrestre !
    Je hais le foot « absolument » depuis que j’ai découvert au Brésil, ce pays du vivrensemble , de fait des tribus qui ne se côtoient que pendant les festivals et se supportent grâce à la nouvelle religion foot avec ses Dieux, demi-Dieux etc. L’Argentine serait dans le même cas mais je n’y ai pas mis les feet. François ser

  • Vous n’avez sans doute pas suivi cette coupe du monde.
    Le match entre Angleterre et Belgique a déjà eu lieu. Ces deux équipes faisait partie de la même poule. Elles ont accédé au tour final – par élimination directe – en terminant première et seconde du leur groupe.
    Je vous laisse consulter les résultats pour savoir qui avait remporter leur confrontation.
    Aussi pour les amateurs de sport, il n’est pas sûr que le remake de ce match en finale ait leur préférence. Pour les Français, cette occurrence relèverait du cauchemar !

  • je veux juste que la france perde conter la belgique histoire que toute cette merde finisse…..marre du foot .

  • désolé les gars, mais l’équipe de France est bien partie pour gagner, très peu probable un Angleterre Belgique en finale ? bonne chance aux belges quand même…

    • que des gens se passionnent pour le truc je m’en cogne …par contre qu’ils emmerdent la populace en klaxonnant une bonne partie de la nuit et même ce matin là ça m’énerve…la manetalité des supporters qui ne respectent pas leurs voisins ça m’horripile.un peu comme les fumeurs qui jettent meurs mégots partout et qu’on fasse payer toute le monde pour nettoyer…

  • « Je vote pour que l’issue de ces demi-finales nous permette d’assister ensuite à un match entre la Belgique et l’Angleterre » donc pour que la France soit battue …. et par les Belges en plus !

    J’ai arrêté ma lecture de l’article à ce stade.

  • Dommage! Ce combat n’aura pas lieu malgré la grande qualité des joueurs belges.

    • Match pour la 3e place, du coup.

      Avec moins d’enjeu, c’est vrai.

      • La résolution de la crise du Brexit, ce serait moins d’enjeu ?
        Enfin, si ce match résout effectivement la crise, je veux bien me peinturlurer en bleu-blanc-rouge dimanche et aller faire le zouave avec les supporters français…

  • Le principal avantage du foot reste quand même de permettre à des imbéciles de gagner beaucoup d’argent.
    Il y a bien sûr des exceptions comme Mbappé, qui aurait pu faire un vrai boulot ailleurs, mais dans l’ensemble, c’est bien ça…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Sibony.

De la débâcle du PSG au Camp Nou, on peut tirer toutes les leçons de leadership et de management des hommes. Et la presse ne s’en prive pas (pour en obtenir un résumé rapide, lisez à haute voix la première partie du titre de ce post, sans les virgules).

Mais il peut être amusant d’y voir aussi un bel exemple de prévision probabiliste. On se souvient que Luis Enrique, l’entraîneur de Barcelone, a eu, la veille du match, des propos prémonitoires : « S’ils en ont marqué quatre, on peut en mettre six ». Ce qui pa... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles