JO d’hiver : la détente entre Corée du Nord et Corée du Sud ?

Les jeux olympiques vont-ils être l’occasion d’une réconciliation diplomatique par le sport de la Corée du Nord et de celle du Sud ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Korea_Park_Seunghi_Gold_Sochi_Shorttrack by Republic of Korea(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

JO d’hiver : la détente entre Corée du Nord et Corée du Sud ?

Publié le 11 février 2018
- A +

Par Alexandre Freu.
Un article de Trop Libre

Qui imagine Henry Kissinger régler le sort de la guerre froide autour d’une partie de tennis de table avec Leonid Brejnev ? Hé bien la réalité n’est pas si éloignée que ça. Le sport et la diplomatie font-ils bon ménage ? Oui, peuvent dire Américains et Chinois en raison de la reprise de leurs relations entamée officiellement en 1972 grâce à une tournée de tennis de table, cette fameuse « diplomatie du ping-pong » entrainant une rupture sino-soviétique qui bouleversera profondément les équilibres mondiaux, jusqu’à aujourd’hui.

Déjà, dans la Grèce antique, la trêve sacrée (ekekheiria), d’une durée de sept jours avant et après les épreuves sportives, était annoncée par des porteurs de trêve qui indiquaient également les dates des jeux. Les autorités de chaque cité étaient libres d’y adhérer ou non.

De l’engagement à la respecter naissaient des obligations. La ville organisatrice des compétitions ne pouvait être attaquée. De même, les compétiteurs qui se rendaient à Olympie, site des Olympiades dans l’Antiquité, devaient pouvoir rester libres dans leurs déplacements. La trêve avait essentiellement un but utilitaire car sans elle, les jeux ne pouvaient avoir lieu.

Le sport, source de paix comme de conflit

Cette trêve fut seulement réinstaurée en 1993 par l’ONU à la suite d’une résolution intitulée «Pour l’édification d’un monde meilleur grâce au sport et a l’idéal olympique ». On en note rapidement les limites, ainsi en 2008, la Russie et la Géorgie ont continué les hostilités en dépit de la trêve décrétée lors des Jeux de Pékin.

Le sport n’est parfois pas un justificatif de paix mais peut devenir un prétexte de conflit. Le 28 juin 1969, le Salvador s’imposait contre le Honduras 3-2 dans un climat de tensions diplomatiques. Mais le plus important, c’est l’après-match, quand les deux pays entrent en guerre l’un contre l’autre. C’est le journaliste polonais Ryszard Kapuscinski, sur place au moment des faits, qui avait pour la première fois utilisé l’expression de « Guerre du Football ».

En Amérique centrale, cette appellation est assez justement réfutée, car ce ne sont pas les matches qui ont déclenché la guerre. Les Salvadoriens et les Honduriens ne se sont pas déclarés la guerre pour un but hors-jeu. Si aucune partie de ballon n’avait eu lieu en ce mois de juin 1969, une autre étincelle aurait été à coup sûr trouvée pour déclencher les hostilités. Il n’empêche, le sport a servi de parfaite justification au déclenchement des hostilités.

Le sport et les deux Corée

Le sport est-il toujours un élément important pour les chancelleries ? Oui, au regard de nombreux événements récents ou à venir. C’est le cas, comme le prouve la relation ô combien fluctuante entre les deux Corée.

Divisées depuis l’occupation japonaise en 1945, la Corée du Nord et la Corée du Sud ont parfois profité des jeux olympiques pour effectuer des gestes de rapprochement. Pendant les cérémonies d’ouverture des JO de Sydney en 2000 et d’Athènes en 2004, les deux pays avaient défilé ensemble lors des cérémonies d’ouverture. Leurs relations s’étant par la suite détériorées, ce geste n’avait pas été réitéré lors des JO de Pékin en 2008.

Même mouvement pendulaire, alors qu’en 2003 et 2007 la République Populaire de Corée avait soutenu la candidature de Séoul aux JO d’hiver, il n’en a pas été de même en 2011.  La participation ou la non-participation de la Corée du Nord aux compétitions sportives organisées au Sud a toujours été tributaire de la situation politique et militaire sur la péninsule. La Corée du Nord avait boycotté les Jeux Olympiques de Séoul en 1988. Mais elle avait envoyé ses athlètes aux Jeux Asiatiques de 2014 à Incheon.

Message positif de la Corée du Nord

«J’espère sincèrement que les Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang seront menés avec succès. Nous sommes disposés à prendre les mesures nécessaires, y compris à envoyer notre délégation», avait assuré Kim Jong-un, lundi 1er janvier 2018, dans son message du nouvel an.

Une annonce qui semble déjà reçue positivement chez le voisin du Sud. Le ministre sud-coréen de l’Unification, Cho Myoung-gyon, a fait part de sa satisfaction : «Nous espérons que le Sud et le Nord pourront s’asseoir face à face pour discuter de la participation de la Corée du Nord aux Jeux de Pyeongchang de même que d’autres questions d’intérêt mutuel pour l’amélioration des relations intercoréennes.»

Séoul et les organisateurs des JO souhaitent que Pyongyang participe aux jeux afin de faire baisser la tension créée dans la péninsule coréenne par les programmes nucléaire et balistique poursuivis par Pyongyang en violation des résolutions de l’ONU.

L’enjeu de la réunification

Les deux Corée sont toujours techniquement en état de guerre depuis 1953, la fin de la guerre dans la péninsule n’ayant été marquée que par un armistice et non par un traité de paix. Le sport met ici en lumière les différences d’appréciations vis-à-vis des possibilités de réunification entre celles des deux Corées et celles des grandes puissances.

Une Corée réunifiée, alliant le dynamisme économique et technologique du Sud avec potentiellement l’arme atomique du Nord déstabiliserait à moyen terme l’équilibre régional. Le Japon verrait l’apparition d’un rival direct quand Chine et Russie perdraient une partie de leur influence sur la péninsule coréenne.

Là aussi, le sport est significatif pour révéler les objectifs contradictoires des puissances régionales. Cette offre de participation aux JO constitue d’ailleurs un des derniers éléments suggérant l’option d’une réunification qui semble toujours autant compromise.

Tension dans la péninsule

Par ailleurs, Washington et Séoul ont convenu de reporter après les jeux Olympiques leurs manœuvres militaires annuelles qui suscitent à chaque fois une aggravation de la tension dans la péninsule, signe que malgré les annonces du président Trump, l’administration américaine n’est pas catégoriquement opposée à une forme de détente dans la péninsule.

Si le sport demeure un atout diplomatique indéniable et parfois occulté, l’autre erreur reviendrait à surestimer son importance. Il agit comme prétexte, comme symbole mais ne saurait tout seul incarner une réalité géopolitique. Il convient néanmoins de donner une légitimité politique aux grandes manifestations sportives. Ce sera tout l’enjeu des JO de Paris en 2024.

N’oublions pas que tandis que le CIO est exonéré d’impôts et que les retombées économiques ne bénéficient qu’au secteur privé, les populations sont obligées de supporter le poids de la dette pendant plusieurs années. Mais après tout, si l’olympisme a survécu à deux guerres mondiales et à la Guerre froide, qui en a d’ailleurs fait un levier d’action géopolitique, il convient maintenant pour lui de survivre aux réalités de la mondialisation économique et de la crise de la démocratie.

Article initialement publié en janvier 2018.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • L’esprit de paix olympique n’est à mon avis qu’un moyen commode de concrétiser un changement majeur de la situation entre les deux Corées. Par le passé, la RDC faisait chanter le monde et entretenait la misère de son peuple pour obtenir des aides. En affirmant qu’il avait un plus gros bouton rouge et en concluant avec Xi, au moins sur ce dossier, une trêve voire un pacte, Trump a rendu la réunification plus profitable pour la RDC que toute autre solution. Sous des dehors de malotru, Trump est un as de la négociation marchande : on ne se fait pas élire Président des USA avec les seuls défauts que nous rabâchent les médias français…

    • Oui.
      N’empêche que son vice-président arrivant en Corée…. pour snober le dîner d’honneur entre les délégués Nord et Sud aux Jeux olympiques… cela n’est pas très-amical?!

      • Il nous faudrait un diplomate pour décoder le message, personnellement je n’ai pas la moindre idée de la conclusion qu’on peut en tirer.

        • Simplement, si D.T. voulait pacifier la relation Nord-Sud, son Vice président a vexé tout le monde en restant MOINS D’UNE MINUTE à cette soirée amicale.
          Difficile, en effet, de décoder les intentions d’un tel diplomate. Attendons de voir.

          • D’un autre côté, l’ambition sud-coréenne était manifestement de lui faire démontrer un soutien appuyé à la réunification, et à moins de vouloir lui en faire symboliser plus qu’il ne veut, on ne place pas à table le représentant américain à côté du nord-coréen si ça n’est pas convenu d’avance !

            • Ah, il se serait donc laissé manipuler?

              • Il aurait refusé de se laisser manipuler. Contentons-nous pour le moment des faits : les photographes l’ont pris en le faisant apparaître assis à côté du président nord-coréen alors qu’il était un rang devant et que des tiers masquaient au contraire aux photographes les poignées de main entre nord- et sud-coréens, il ne s’est pas levé pour saluer le défilé de la délégation mixte, il ne s’est pas assis pour dîner avec les nord-coréens. Difficile d’en déduire une position officielle US, difficile de rendre la position officielle US plus difficile à deviner, même !

                • C’était plus simple, en effet, au Congrès de Vienne. Et pourtant Talleyrand avait toute l’Europe contre lui….. au moins au début.

  • Bonjour,
    Vous avez bien raison de dire que la réunification de la péninsule coréenne fera beaucoup de mécontents parmi les Chancelleries des « Grandes Puissances ».
    Mais peut-on l’empêcher éternellement?
    Par contre, le schisme russo-chinois a peu de liens causals avec le sport ou même le rapprochement Nixon-Mao qui s’en est suivi. En effet.
    Des personnes de ma famille, proches du Colonel u.s. Joseph Gurfein ((commandant le Bataillon français en Corée, en particulier à la Bataille de..… Crève-Cœur!!!)) en parlaient déjà. La brouille idéologique irréconciliable ((Chine et Russie s’accusant mutuellement de « Révisionnisme » insupportable)) était déjà très-acrimonieuse, et commentée par nos Services de Renseignement…. dès le Printemps 1962.
    Le changement
    (semble-t-il), c’est qu’en 1950, les deux semi-états étaient DES ENJEUX contrôlés par des étrangers BEAUCOUP plus forts. Aujourd’hui, comme vous le rappelez, le Sud compte vraiment par son économie, et le Nord compte vraiment par sa capacité militaire : Rien n’indique que deux gouvernements profondément convaincus d’avoir avantage à S’Unir Pour le Meilleur et Pour le Pire », pourraient être tenus en laisse et FORCES DE RENONCER quand leurs populations se sont prises à espérer copier les deux Allemagne.
    C’est justement cette dynamique, impossible à circonscrire et bâillonner, que les Jeux Olympiques sont probablement en train de déclencher.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

croissance chinoise Zéro Covid Shanghai
0
Sauvegarder cet article

Depuis mon article « Quand la Chine s’effondrera » paru dans Les Échos en 2014, le contexte a beaucoup changé et l’admiration excessive pour la réussite chinoise a fait place à une crainte grandissante des Occidentaux face à cette superpuissance. Pourtant les fragilités de l’économie chinoise, que je soulignais alors, se sont en partie concrétisées et, à mon avis, ce n’est pas fini…

Pourquoi la croissance chinoise est en panne 

Au début des années 2010, il apparaissait déjà qu’une partie des grands travaux chinois étaient ar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles