Les Verts ne sont plus anti-nucléaires… en Finlande !

« Nous n’avons pas de position dogmatique. Seule une petite minorité d’électeurs a voté catégoriquement contre l’énergie nucléaire » a déclaré le Président du parti Vert Touko Aaltoa au quotidien finlandais Helsingin Sanomat.

Par Michel Gay.

Le parti Vert finlandais a adopté un nouveau programme le 19 juin 2018 sous la houlette du député Olli-Poika Parviainen.

Concernant l’énergie nucléaire, et pour la première fois en Europe, ce parti écologiste est dorénavant « ouvert à toute recherche et développement sur les technologies à faible teneur en carbone et respectueuses de l’environnement. Les projets nucléaires les plus récents en Finlande ont été lents et problématiques. Nous ne voulons plus que cela recommence ».

Selon Parviainen, les Verts n’éludent pas les problèmes. Ils ne souhaitent pas imposer au futur gouvernement un seuil sur l’énergie nucléaire, notamment pour le troisième réacteur nucléaire de la centrale de Loviisa.

Aucune opposition ne s’est exprimée non plus au projet de construction d’un réacteur russe (AES 2006) de 1200 mégawatts.

« Nous n’avons pas de position dogmatique. Seule une petite minorité d’électeurs a voté catégoriquement contre l’énergie nucléaire » a déclaré le Président du parti Vert Touko Aaltoa au  quotidien finlandais Helsingin Sanomat.

«Auparavant et jusqu’à aujourd’hui, les gens résistaient à l’énergie nucléaire pour des raisons idéologiques« .

Une politique durable et raisonnable

Dorénavant, le nouveau programme considère que «la politique économique verte est fondée sur la durabilité et la raison», et que l’écologie doit faire appel à l’économie de marché pour promouvoir ses objectifs.

Selon Touko Aaltoa, le  «bien-être de l’humanité» est maintenant considéré comme étant d’une importance primordiale, ce qui explique ce changement.

Le parti Vert tient compte de la situation économique et souhaite protéger la Finlande contre le chômage et une baisse des rémunérations. «Dans une situation cyclique difficile, la baisse des revenus frappe les personnes les plus difficiles à embaucher» déclare Aalto.

Crédités de près de 15% des intentions de vote, les Verts finlandais dirigés par Touko Aalto ont fait leur coming-out ! Ils comptent bien devenir incontournables lors des élections législatives et européennes du printemps 2019.

Avant tous les autres partis verts en Europe, auraient-ils senti que les énergies renouvelables font de moins en moins rêver, et que le vent commence à tourner en faveur du nucléaire dans l’opinion publique ?