De leur voiture à leur cercueil, nos élus vous saluent bien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hémicycle en 2012 by Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De leur voiture à leur cercueil, nos élus vous saluent bien

Publié le 10 juin 2018
- A +

Par Nicolas Perrin.

Nous avons vu que rien ne rend plus heureux nos dirigeants que de disposer de votre argent pour organiser la société comme ils l’entendent : placements, retraites… tout doit y passer. Eux, par contre, s’abstiennent de jouer selon les règles qu’ils établissent spécialement pour vous.

Je vous propose donc, aujourd’hui, de poursuivre notre tour d’horizon des dernières évolutions législatives et réglementaires, ce qui va nous amener à inaugurer une nouvelle rubrique.

Auto-moto : vous reprendrez bien une petite louche d’impôts ?

Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République, avait laissé entendre qu’il était contre l’abaissement de la vitesse de circulation à 80 km/h sur les routes secondaires. Depuis, le gouvernement d’Emmanuel Macron a indiqué qu’il comptait entériner cette limitation sur les routes secondaire à double sens qui ne sont pas séparées par un rail ou par un muret, avec effet au 1er juillet.

Ainsi, le Premier ministre Édouard Philippe a-t-il adopté, début janvier, la posture du héros épris de rectitude morale pour justifier cette mesure qui permettrait de sauver jusqu’à « 450 vies par an ».

Officiellement, aucun rapport avec une hausse des rentrées d’argent frais consécutives au probable surcroît d’amendes à venir, dans la lignée du déploiement des mitrailleuses à PV que sont les voitures-radars banalisées. Soyez-en sûr, ces mesures sont pensées pour votre bien.

Depuis, le gouvernement s’est décidé à publier le rapport sur les tests de la baisse de la vitesse à 80km/h qui ont été menés entre juillet 2015 et juin 2016. Le problème, comme le rapporte BFM TV, c’est que « le rapport du Cerema ne livre aucun détail sur l’évolution du nombre de décès et de blessés sur ces trois tronçons, ni sur les causes d’éventuels accidents pendant la période de l’expérimentation ».

Voici ce qu’en conclut le magistrat Charles Prats :

Ajoutez à cela qu’Emmanuel Macron (le candidat) avait laissé entendre qu’il n’augmenterait que la taxation du diesel (afin de « réduire massivement la pollution liée aux particules fines ») et pas celle de l’essence, pour finalement augmenter dès le 1er janvier 2018 la fiscalité des deux types de carburants… et vous commencez à avoir de quoi remplir un tombereau de carabistouilles de campagne électorale.

Mais, bien sûr, ces hausses d’impôts frapperont l’ensemble de la population, peu importe que vous soyez un politicien ou un contribuable lambda.

À moins qu’Arnaud Montebourg et ses confrères ne prennent le volant que lorsqu’il s’agit de faire de la communication, par exemple pour mieux convaincre les électeurs que le gouvernement se démène en vue de mener à bien le « redressement productif » de la France.

Il est vrai que des impôts sont nécessaires… surtout si l’on veut continuer à gaspiller de l’argent public.

Gabegie : l’ « argent public », dépensé avec toujours plus de parcimonie

Le 6 décembre dernier, Édouard Philippe a profité de votre argent pour s’offrir un vol privé dont le coût est estimé entre 350 000 et 480 000 €.

Peut-être l’avion privé utilisé par le Premier ministre disposait-il d’une technologie permettant de « réduire massivement la pollution liée aux particules fines », comme le voudrait notre bon président. Et puis, sans doute, Édouard Philippe devait-il se rendre à une réunion urgente du type colloque sur le manspreading avec Marlène Schiappa…

Je préfère ne pas creuser le sujet de peur d’être déçu ou agacé. D’ailleurs, pour vous parler franchement, j’en viens parfois même à me demander s’il ne faudrait pas que je m’offre quelques séances de méditation afin de pouvoir continuer à rédiger cette chronique dans de bonnes conditions.

Le problème, c’est qu’il faudrait que j’abonde de ma poche et qu’au prix de la séance avec un coach privé, je préfère pour le moment m’en passer… Heureusement, un espoir se fait jour : me faire élire député !

La Croix rapporte les propos du député LREM Pacôme Rupin :

« La méditation est recommandée pour les responsables politiques. […] Un travail sur notre intériorité peut nous aider à prendre du recul et à mieux gérer des situations tendues. »

Après tout, les contribuables britanniques offrent ce type de prestation à leurs parlementaires depuis 2004, alors pourquoi nos représentants n’y auraient-ils pas droit eux aussi, surtout si cela leur permet d’être moins stressés dans leur activité professionnelle ?

À propos de vos élus à l’Assemblée, j’espère que vous avez pensé à leur envoyer un message de soutien après la réforme de leurs frais d’obsèques, et de ce ceux des membres de leur famille.

Et même devant la mort, les députés ne sont pas comme les autres

Le plus croustillant, c’est que nos élus croulent à ce point sous les privilèges que Le Figaro précise qu’il s’agit d’ « un avantage parlementaire peu connu du grand public et parfois des députés et sénateurs eux-mêmes » !

Car cette allocation funéraire n’est pas spécifique aux députés. Prévue par les règlements des deux chambres parlementaires, elle couvre le décès des députés et des sénateurs qui viendraient à trépasser au cours de leur mandat… ou après celui-ci… ainsi que le décès de leur conjoint… et de leurs enfants à charge.

Le 14 mars, le bureau de l’Assemblée nationale a décidé de réduire le montant de cette allocation funéraire. Son homologue au Palais du Luxembourg n’a pas réagi à ce jour.

Espérons au moins que si elles sont décidées, les séances de méditation à venir permettront à nos députés de mourir détendus et l’esprit libre.

Parenthèse : si vous trouvez que ces mesures relèvent du gaspillage, sachez que Jacques Attali risque de hurler à l’amalgame. L’ancien conseiller d’État considère en effet que le gaspillage, c’est avant tout quand l’être humain quitte la planète bleue pour aller voir ce qui se passe un peu plus loin que chez lui…

Au final, en dépit du fait que nos dirigeants et nos élus se servent de notre argent comme s’ils tapaient dans un bol de punch à la garden party de l’Élysée, ils ne parviennent pas à dépenser autant qu’il le faudrait pour que la France maintienne son rang dans la compétition internationale de jetée d’argent par les fenêtres.

Comme les recettes fiscales de 2017 sont supérieures à ce qui avait été prévu – quoi qu’insuffisantes pour couvrir les dépenses de l’État – il s’est naturellement trouvé des députés de la majorité pour demander au gouvernement de redistribuer cette « cagnotte fiscale ».

Même si le président et le gouvernement ont une fâcheuse tendance à confondre baisse des dépenses et ralentissement de leur hausse, l’exécutif a heureusement coupé court aux aspirations de ces apprentis pyromanes. À l’Élysée et à Matignon, l’heure est plutôt à l’innovation fiscale et sociale, comme nous le verrons très bientôt.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • ainsi va la France ….déjà , au moyen age , les rois et leur entourage vivaient grassement avec l’argent public ; rien n’a changé …..et rien ne changera tant il est agréable de dépenser l’argent des autres …..

    • C’est faux. La fiscalité de l’ancien régime était très faible. Les impôts étaient collectés par des sociétés privées qui elles se gavaient. En revanche, l’endettement de l’Etat était gigantesque comme en témoignent les défauts de paiement souverains de cette époque.

  • Moi aussi, je suis pour la limitation à 80 !
    A 80 député macronistes aux prochaines législatives…

    Juste pour une petite satisfaction personnelle, car je sais bien que cet état est incurable.
     » L’Etat est un alcoolique gravement atteint qui souffre à présent de problèmes de manque. Il en est à un stade où son addiction le rend incapable de travailler et où ses maigres revenus en constante baisse ne suffisent plus à subvenir à sa consommation d’alcool en augmentation. Il n’arrive plus à acheter assez pour éviter les sueurs et les tremblements. Votre diagnostic consiste à dire que le problème est seulement causé par un manque d’alcool et qu’il suffit de donner un peu de vodka au patient pour que tout aille mieux dans le meilleur des monde…  » (lu sur libéraux.org)

    • Edouard Bracame
      10 juin 2018 at 13 h 02 min

      Le problème n’est pas tant celui de l’Etat que celui de nos technocrates… Dans certains États, on roule à 100 sur les routes, voire no limit sur les autoroutes…
      Mais en France nos technos sont obtus, incapables de vrais dialogues ou négos, persuadés d’être dans le vrai. Et ils sont épaulés par des politiques à la fois retors (Macron sur le 80 en est un bon exemple) et stupides (car ils n’ont tjs pas compris qu’ils ont tt à perdre à balancer des mesures honnies et inefficaces)…

      • Ne séparez pas l’état et les technocrates, ils sont uns et indivisibles.
        Cela voudrait dire que l’état est bienveillant, mais que ses sbires sont mauvais, et ce n’et pas le cas.
        Aujourd’hui encore, pour caricaturer certaines situations politiques ou économiques, les Allemands citent une phrase attribuée aux soldat de la Wehrmacht décimés à Stalingrad : « Wenn der Führer das wusste !  » ( si le fuhrer savait ça).
        Cela sous entendait que le fuhrer bienveillant ne pouvait qu’ ignorer dans quel pétrin ils sont pas la faute d’un état-major incompétent.
        A interpréter aujourd’hui par : si les fonctionnaires font des conneries, c’est à l’insu du bon président …

  • La peau ou la carcasse d’un élu mort vaut plus cher au contribuable que celle d’un citoyen « lambda ».? Mais cette pratique en principe devrait remettre en cause la devise étalée au front de tous les établissements publics, celle de « l’Egalité ». Il est vrai que nous sommes tous égaux devant la loi mais qu’ il y en a de plus égaux que d’autres d’après ce que j’essaie de comprendre.

    • Les égaux plus égaux que d’autres, menés par un certain Napoleon, n’est une référence que pour les esprits anglo-saxons. Pour les Français, la ferme des animaux est une animalerie en ligne…

  • Ce que l’on oublie souvent c’est qu’à chaque fois que l’on impose une obligation administrative supplémentaire comme un diagnostic, une déclaration, un droit supplémentaire, c’est que cela à un coût systématiquement soumis à la TVA ou à des charges sociales ce qui de fait constitue un impôt supplémentaire tout en communiquant sur l’absence d’impôts supplémentaires.

  • Contrepoints ne pourrait-il pas lancer une PETITION pour un droit à la VITESSE ILLIMITEE sur certaines portions d’autoroutes en France ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

En cinq ans, Emmanuel Macron aura réussi à anéantir la gauche, à enterrer la droite, à ridiculiser l’Assemblée nationale et à faire disparaître le Sénat. La France n’est plus une République reposant sur des institutions, mais le terrain de jeu d’une administration toute-puissante qui s’amuse avec des petits avatars virtuels qui ont été autrefois des individus et des citoyens.

Instinctivement, l’immense majorité des Français sent bien que quelque chose ne va pas, que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce qui aurait dû être la repr... Poursuivre la lecture

Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d'Emmanuel Macron, prêt à « emmerder » les non-vaccinés, l'Assemblée nationale a adopté jeudi 6 janvier au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal.

« Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie », avait clamé le chef de l'État dans un entretien au Parisien mardi. « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je devi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles