Youpi, brûlons de l’ivoire ! Chouette, condamnons les éléphants !

Le braconnage des éléphants pour leur ivoire est un problème aigu puisqu'il menace ces animaux de disparition. Cependant, des solutions, libérales et capitalistes, existent. Par idéologie, elles ne seront pas appliquées.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elephants-roses

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Youpi, brûlons de l’ivoire ! Chouette, condamnons les éléphants !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 juin 2018
- A +

Il y a deux jours (le mercredi 30 mai), plus de 600 kilos d’ivoire ont été consciencieusement détruits à Antibes. Il ne s’agissait pas d’une erreur ni d’une malveillance, mais bien d’un acte délibéré mené par le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) et par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), tout heureux de d’accomplir ici « un geste fort en faveur de la protection des éléphants », comme le relate un Monde tout frétillant.

Ce n’est pas la première fois que cette Organisation Non Gouvernementale Mais Presque ou que cet Office détruisent allègrement de l’ivoire en grande quantité, au prétexte de sauver des animaux : en février 2014, trois tonnes en avaient été réduites en poudre ; le 24 avril, c’était une demi-tonne qui était détruite.

Cet ivoire provient, pour une petite partie, de saisies opérées par les douanes, mais, essentiellement, il s’agit d’ivoire librement donné par des particuliers français dont le sens économique n’est, comme il se doit en France pour des raisons de morale bien comme il faut, pas très affûté. D’ailleurs, pour faire bonne mesure, tout cela se drapera aussi d’une épaisse couche de moraline bien collante que Julie Matondo, porte-parole de l’IFAW, illustre par ses propos :

Il s’agit d’empêcher que cet ivoire ne se retrouve sur le marché, car son commerce encourage le braconnage des éléphants. Nous n’avons pas besoin d’ivoire. Les éléphants, si !

Eh oui, en détruisant ainsi de l’ivoire, on va décourager le braconnage des éléphants, c’est évident ! C’est trop mignon !

optimisme

Bon, en réalité, tout ceci montre une très mauvaise compréhension des ressorts humains et de l’économie, apporte une non-solution à un problème pourtant bien identifié et montre par là une ignorance assez stupéfiante (calculée ?) de vraies solutions opérationnelles.

Le problème est relativement simple à comprendre : des chasseurs braconnent des éléphants, c’est-à-dire les chassent sans autorisation pour en prélever les défenses qu’ils revendront à prix d’or sur le marché noir.

D’une part, on ne peut que noter l’augmentation du braconnage à mesure qu’ont été mises en place, à partir de 1989, des restrictions importantes du commerce de l’ivoire dans le monde. En substance, à mesure que les contrôles mondiaux sur l’ivoire se sont fait plus stricts et les sanctions encourues plus élevées, l’ivoire est devenu plus rare et donc plus cher ce qui a encouragé l’établissement d’un marché noir lucratif et, par voie de conséquence, un braconnage plus intense.

D’autre part et pour en revenir au sol français, il suffit de quelques minutes de réflexion pour comprendre que la destruction de tonnes d’ivoire aboutit à obtenir exactement l’effet inverse de celui qu’on recherche (la diminution du braconnage).

En effet, incinérer des tonnes de produit recherché rend ce qui reste sur le marché (noir et officiel) d’autant plus rare. Notons au passage qu’il ne s’agit en rien d’une affirmation morale, mais d’un simple fait économique indubitable qui provoque donc le renchérissement de l’ivoire et la montée mécanique de ses cours. Tout aussi mécaniquement, cela rend de facto plus précieux (et donc désirable) l’ivoire qui n’est pas encore sur le marché (i.e. celui qui trottine donc dans la bouche des éléphants), ce qui, toujours mécaniquement, rend plus rentable la prise de risque des braconniers.

Autrement dit, le fait de brûler, régulièrement, des stocks d’ivoire provoque directement la hausse des cours de l’ivoire restant et incite donc de façon logique les braconniers à passer à l’action, puisque le rapport gain/risque augmente mécaniquement à chaque destruction. L’association obtient donc exactement l’effet inverse de celui officiellement recherché.

Nous sommes en face d’un problème évident de ressources rares (l’ivoire des éléphants) avec une demande qui, sans être très forte, est néanmoins constante. De façon manifeste, les mesures prises jusqu’à présent, depuis l’interdiction jusqu’à la destruction des stocks en passant par la lutte plus ou moins violente contre le braconnage, n’ont pas donné de résultats probants.

En revanche, d’autres méthodes existent et, appliquées, montreraient leur efficacité.

Tout d’abord, on peut dans un premier temps s’attacher à faire s’effondrer les cours. Suite aux accords de 1989, la prohibition n’a fait que les augmenter. Une première idée simple consiste à mettre sur le marché, aussi souvent que possible, des stocks d’ivoire (saisis ou donnés) à des prix aussi bas que possible. En répétant l’opération le plus souvent possible, on rend l’opération des braconniers économiquement idiote (puisque ce sont eux qui font les efforts pour collecter l’ivoire, se font serrer puis jeter en prison et qu’en plus, les cours s’effondrent suite à leurs efforts).

Au passage, l’argent récolté par les ventes massives peut alimenter les campagnes de dons et la solution suivante, qui consiste à privatiser les éléphants. Et alors que montent déjà les hurlements outrés des associatifs à la morale en bandoulière, rappelons que cette solution a déjà été mise en place dans différents pays (Namibie, Afrique du Sud) et que, comme dans le cas d’autres animaux (bisons puis rhinocéros), c’est déjà un succès : l’histoire du bison en Amérique du Nord est tout à fait éclairante à ce sujet.

Et concrètement, la réintroduction d’un marché sain et protégé, ça marche : le braconnage est en baisse en Afrique.

Du reste, on n’est pas à l’abri de voir deux nouvelles solutions se développer : l’une, technologique, qui permettra l’introduction sur le marché de cornes et de défenses entièrement fabriquées industriellement et indistinguable des objets naturels, ce qui fera largement chuter les prix, et l’autre, issue de la sélection naturelle (les animaux ayant des défenses ou de grandes cornes se reproduisant moins ou pas du tout, ils tendent à disparaître au profit des autres).

Mais rassurez-vous : en attendant que ces deux dernières solutions prennent le pas, les solutions de marché proposées seront bien vite écartées car elles ont deux effets néfastes.

Le premier, c’est qu’une fois en place, les Organisations Non Gouvernementales Mais Presque se retrouveraient propulsées dans l’inutilité. C’est parfaitement insupportable (surtout pour ceux qui en tirent salaire et profits personnels), notamment parce qu’elles ne pourraient plus lever des fonds ou faire les intéressants devant les caméras.

Le second, c’est que ce faisant, on laisserait le capitalisme et le marché libre régler un problème que la gestion collectiviste et étatique ont été infoutus de résoudre depuis des décennies (et ont même créé en premier lieu). Outre un nouvel échec de ces idéologies, cela ferait un nouvel exemple de cette vérité qui dérange et que beaucoup refusent de voir ou de supporter. Ils s’y opposent donc de toute leur force, en mettant en avant des raisonnements émotionnels essentiellement basés sur une morale étrange où la commercialisation contrôlée, qui résout le problème, sera toujours considérée comme moins désirable que l’usage de la force et des sanctions, même si l’efficacité de ces dernières mesure leur donne tort.

Ces deux points suffisent donc à écarter toute application de ces solutions qui ont pourtant déjà montré qu’elles marchaient fort bien et résolvaient efficacement le problème. Nous pourrons mieux nous concentrer sur l’usage de la force, sur les interdictions les plus sévères possibles, et voir disparaître rhinos et éléphants.

Formidable, non ?


—-
Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Humpf, joli le Trumpolino, euh éléphantino 🙂

    Bien d’accord avec l’article, tout est dit. Ils vont continuer leur cirque, les clowns tristes.

  • Très juste. J’ajoute que la destruction de cet ivoire est une insulte à la mémoire des éléphants qui ont été tués pour leurs défenses. Si au moins il restait quelque chose de beau de leur passage sur terre ils ne seraient pas morts pour rien.

  • Bien raisonné car la seule loi qui régit le prix des choses est celle de l’offre et de la demande. Mais le concept de possession sous-tendu par l’idée de privatisation des animaux, qui procède me semble-t-il, du même mécanisme originel que le trafic d’ivoire, m’échappe. Quant à fabriquer du faux vrai ivoire, si c’est possible et que ça puisse faire s’effondrer le cours…bright idea…mais qui va s’y mettre? Il reste que j’ai toujours eu, sans exception aucune, d’excellents rapports avec les éléphants , y compris les africains et que je n’arrive pas à concevoir leur chasse qui reste du domaine du plus grand irrespect et de l’ignorance la plus crasse!

  • quand le coup de com accentue le problème..en fait les défenseurs des animaux sont leurs pires ennemis, parce qu’ils sont encore moins évolués qu’eux……..les boulets

  • jacques lemiere
    1 juin 2018 at 21 h 39 min

    se soucient ils vraiment des éléphants? là est la question. A vrai dire , hormis les éléphants eux même et ceux qui en tirent profit tout le monde s’en fout au fond.

  • « Nous n’avons pas besoin d’ ivoire  » et pourquoi pas ? parce que récupérer les cornes des animaux morts de vieillesse c’ est mal ?
    Ces animaux sont en compétition avec l’espèce humaine moins d’ éléphants meurent naturellement . Stupide de bruler l’ ivoire comme de les tuer . Pourquoi pas détruire aussi les poissons , civelle etc …pris hors quota
    MORILLE Alain

    • Pour les poissons c’est proche. Les poissons péchés hors quotas sont relâchés. On estime leur mortalité suite à la prise à 50%. D’où une faible efficacité des quotas de pêche et un gâchis économique. Baisser les subventions aux pêcheurs serait efficace par contre…

  • c’est un peu le même problème quand on fait brûler des tonnes de cannabis …..ça augmente le prix du produit ….;sans faire baisser le trafic…..

  • J’approuve tout-à-fait tout ce qui est exposé dans l’article et dans les commentaires. J’y rajoute que je perçois les actes théâtraux comme des feux d’artifice qui durent moins que le temps des roses, donc sans d’impact à long terme.
    D’autre part, ils obéissent à un concept simple si ce n’est simpliste alors que le problème qu’on veut éliminer est bien plus complexe.

  • Franchement avons nous besoin des éléphants?
    Avons nous besoin des abeilles ?
    Avons nous besoin des oiseaux ?
    Avons nous besoin des orques, baleines, requins ?
    Nous serions tellement bien sur la planète terre une fois que nous aurons détruit tout ce qui nous entoure pour le plus grand bénéfice de Bayer / Monsanto et consorts.

    Seuls mais heureux ?????????????

    • Bah, au moins le commerce de l’ivoire sera définitivement terminé quand les éléphants auront disparu, ça fera quelques associations et quelques ONG de moins et ça … ce sera pas mal, non ?

    • Elephant: Ivoire et safaris.
      Abeille: pollinisation (on peut les remplacer, mais ça couterait plus cher)
      Oiseau: Le poulet du dimanche, je ne m’en passe pas
      Requin: ailerons, aquarium
      Baleine: Viande, whale watching
      Je rappelle que « Monsanto et consorts » ne sont pas des humains, ils ne font que répondre à la demande. Et l’on préfère détruire la biodiversité pour nourrir des humains, car la valeur de la vie humaine est supérieure. Enfin, peut être pas pour les écologistes…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Par Mihailo Gajić[1. Mihailo Gajic est un économiste de Belgrade (Serbie) où il dirige les activités de recherche de Libek, un think-tank sur le marché libre, depuis 2014. Il est souvent cité dans la presse grand public serbe sur des sujets économiques. Ses principaux domaines d'intérêt sont les libertés économiques, le commerce international, la réglementation des affaires et les finances publiques. Fervent défenseur du marché libre, de la gouvernance démocratique et de l'état de droit en Serbie et dans les Balkans, et membre du Couvent Nati... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Anne Hidalgo a annoncé vouloir « débrider la vaccination » contre la Covid-19. Pourquoi ne pas aller plus loin et demander que le marché du vaccin soit complétement débridé, libéralisé ? Même si ce n’est pas réaliste compte tenu des circonstances politiques actuelles, il est important de comprendre à quel point le libre marché améliorerait le développement, la production, la vente et la distribution des vaccins.

Le libéral ne peut jamais décrire exactement les conséquences particulières sur le long terme d’une ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles