Vivatech : derrière le succès, la révolution à venir

Vivatech : vanter les start-ups et les valoriser doit être vivement applaudi. Mais ce discours restera un peu vain, si les conditions de l’innovation ne sont pas réunies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vivatech : derrière le succès, la révolution à venir

Publié le 30 mai 2018
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Le salon VivaTech a été, de l’avis de tous, une immense réussite. Les leaders du numérique du monde entier se sont pressés à l’Élysée et les meilleurs créateurs se sont retrouvés Porte de Versailles. L’espace de quelques heures, la France a pu se targuer d’incarner la Nation start-up, selon le terme consacré que le président de la République a repris à Israël1.

Il faut s’en féliciter. L’événement a consacré le succès d’une tendance forte : la multiplication des start-ups en France, engagée probablement avec la crise de 2008, l’apparition du Smartphone (en 2007) et la volonté de jeunes diplômés (souvent même très diplômés) de créer leurs propre emploi et activité, par défiance avec le monde ancien endetté et gangrené par le chômage. Elle illustre aussi l’intérêt que certains grands groupes digitaux portent pour notre pays et ses meilleurs talents.

Succès paradoxal

Pour autant, ce succès est en partie paradoxal.

Paradoxal car, alors que la France économique vante l’innovation, son Gouvernement, tout en prétendant la soutenir, ne cesse en réalité de répéter « régulation » et « taxation », les deux mots semblant en devenir synonymes. C’est même le cœur de son projet européen : créer de nouvelles taxes et de nouvelles normes dans le digital : le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire se dépense pour généraliser la fiscalité française aux sites internet ; Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du numérique, explique que « l’Europe doit continuer à s’imposer comme le régulateur mondial » du numérique. Comme toujours, la France se pose à l’avant-garde de la multiplication des réglementations et des prélèvements obligatoires. Ce faisant, ces projets illustrent à la fois une défiance persistante vis-à-vis du marché et une croyance non fondée dans la nature nécessairement bienveillante de l’État.

Contraintes sur les entreprises

Paradoxal ensuite car, au même moment où s’épanouissaient mille start-ups, le président de la République vantait la tech for good, au nom d’un nouvel impératif moral à la mode qui voudrait que désormais les entreprises soient contraintes de faire œuvre sociale. Ce discours, qui rejoint le projet du gouvernement d’amender l’objet social des entreprises, traduit une emprise latente, implicite mais implacable, et un contrôle croissant de la puissance publique sur les acteurs privés.

Paradoxal enfin car si une partie des commentateurs et décideurs s’afflige de l’absence d’un Google européen, ils ne font rien qui pourrait le permettre demain. Comment imaginer qu’un géant du numérique émerge réellement en France, quand on connait notre niveau record de fiscalité et sa complexité, quand on constate la rareté des universités européennes à rayonnement mondial, quand on ne peut que déplorer l’inexistence du marché unique du numérique en Europe ? Une étude récente du cabinet Roland Berger vient encore de montrer que la fragmentation toujours si forte de l’Europe nuit à la capacité du Vieux Continent de développer la recherche dans l’intelligence artificielle.

Vanter les start-ups et les valoriser doit être vivement applaudi. Mais ce discours restera un peu vain, si les conditions de l’innovation ne sont pas réunies, ce qui ne pourra être atteint avec une vision centralisatrice, hyper-régulatrice et purement fiscale de l’économie ! En visant des géants, la France risque de détruire des jeunes pousses. Là aussi, elle à encore bien des révolutions à accomplir.

Sur le web

  1. Dan Senor, Saul Singer, Start up nation, 2009.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un titre bien optimiste, pour un article qui rappelle le problème récurrent de cette révolution qui ne vient justement pas !

  • C’est comme d’habitude en France: tout dans le discours mais aucune action! Ils font même le contraire en décourageant les start-ups.

  • c’est vecteur d’emploi ? j’ai un gros doute..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles