Frédéric Bastiat : la spoliation par l’impôt (13)

L’impôt est-il toujours juste ? Treizième session sur Bastiat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Bastiat : la spoliation par l’impôt (13)

Publié le 24 mai 2018
- A +

Par Damien Theillier.

L’impôt est-il toujours juste ? Sert-il toujours la dépense réellement « commune ». Frédéric Bastiat en doutait fortement et voyait déjà la manipulation fiscale que les gouvernements pouvaient entreprendre, comme le montre Damien Theillier dans cette treizième session sur Bastiat.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • L’impôt est-il juste ? Assurément non !

    Seule une minorité de con-tribuables y sont soumis.

    Je suis moi pour que tous revenus soient imposables y compris les prestations sociales !

    • Avec un peu plus de fonctionnaires pour reprendre ce que d’autres ont distribué.
      Ce serait quand même plus simple de donner du net que de créer un système kafkaïen.

      • Pas besoin de système kafkaïen, une flat tax et pas d’exemptions sur l’assiette. Il est très mauvais de donner du net, le citoyen doit savoir ce qu’il verse comme impôt.

        • « Il est très mauvais de donner du net, le citoyen doit savoir ce qu’il verse comme impôt. »
          Et pourtant, le gouvernement fait tout le contraire avec le prélèvement à la source.

    • Il serait peut-être plus judicieux de s’attaquer en priorité aux 477 niches fiscales évaluées à près de 100 milliards d’euros !!!

      • C’est à la fois vrai et faux. Avec 100 milliards d’euros de pression fiscale supplémentaire, le pays aurait le plus grand mal à survivre. La suppression de niches fiscales doit donc s’accompagner d’une diminution au moins égale des impôts nominaux, et même supérieure car la simplification induite conduirait à quelques milliards au moins d’économies supplémentaires.

    • Amusant, personne ne remet en cause le fait qu’il faille un impôt.
      Pourquoi passer par un impôt pour financer des services publics ????
      Pourquoi ne pas tout bonnement créer cet argent ???

  • Moi aussi, un revenu est un revenu. Que l’on gagne 1200€ par son travail ou par des allocations diverses, c’est un revenu. D’autant que celui qui touche 1200€ d’allocations a droit à toutes sortes d’autres choses (bons CAF, HLM) qui font qu’au final, il a un reste à vivre supérieur à celui qui les gagne par son travail (paie des impôts dessus).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
neutralité fiscale
3
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici Douzième partie de la série ici Treizième partie de la série ici Quatorzième partie de la série ici

Impôts neutres ?

La recherche de la neutralit... Poursuivre la lecture

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles