Et si Air France disparaissait prochainement ?

Comment Jean-Marc Janaillac, président du groupe Air France, peut-il faire accepter son plan de sauvetage de la compagnie lorsque les salariés ne sont pas convaincus de sa nécessité pour survivre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Air France (CC0 Public Domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si Air France disparaissait prochainement ?

Publié le 2 mai 2018
- A +

Par Michel Albouy.

Quand on est un pilote d’Air France, une compagnie prestigieuse qui porte les couleurs de la République française et qui a fait voler le Concorde, on peut se croire insubmersible et penser que tout continuera comme avant et qu’in fine l’État sera toujours là pour faire face aux petits problèmes comptables d’équilibre d’un compte d’exploitation.

Fondée en 1933, née de la fusion de quatre compagnies aériennes : Air Orient, Air Union, CIDNA, et des lignes Farman) et du rachat de la célèbre Aéropostale (en dépôt de bilan à l’époque), Air France devient propriété de l’État français. En 1954 Air Inter est fondée avec comme principaux actionnaires Air France, la SNCF, et la Caisse des dépôts et consignations.

Dans les années 1990, du fait de la conjoncture et de la guerre du Golfe, les résultats d’Air France se dégradent et en octobre 1993 un conflit social extrêmement dur paralyse la compagnie. Ce ne sera pas le dernier. Face à une situation de quasi faillite, l’État réinjecte en mai 1994 20 milliards de francs (3 milliards d’euros) ; une aide approuvée sous condition par la Commission Européenne.

Les attentats du 11 septembre 2001 à New York bouleversent à nouveau le secteur aérien et dégradent la situation financière des compagnies. Air France n’échappe pas à ce choc, perd un tiers de sa capitalisation boursière et doit réduire son offre. En 2004, Air France prend le contrôle de KLM et devient Air France-KLM. Cependant, la rentabilité financière du groupe reste chancelante. Malgré un retour aux bénéfices, la compagnie annonce en 2016 un plan de départ de 1600 personnes, un chiffre qui va défrayer la chronique.

Fin 2016, Jean-Marc Janaillac, président du groupe Air France KLM présente son plan « Trust Together » (qui fait suite au plan d’économies « Transform ») et dont la raison d’être est de sauver la compagnie. Mais comment faire accepter un tel plan lorsque les salariés ne sont pas convaincus de sa nécessité pour survivre ?

Le cimetière des compagnies aériennes

Même les plus prestigieuses compagnies aériennes? et notamment celles qui portent les couleurs de leur pays, ne sont pas immortelles contrairement à ce que le commun des mortels peut croire, y compris leurs pilotes. La liste des compagnies disparues est éloquente. En 1991, la célèbre PaN Am (Pan American Airways) fondée en 1926 et pionnière des vols transatlantiques avec le Constellation, victime de la libéralisation de l’espace aérien américain et de la guerre du Golfe, déposait son bilan.

En 2001, c’était AU tour de sa principale concurrente, la TWA (Trans World Airlines) créée en 1925, de disparaître suite à son rachat par American United Airlines. La Swissair, fondée en 1931, est devenue en 1947 la compagnie nationale suisse ; les pouvoirs publics acquérant 30 % du capital. Cela ne l’empêchera pas de disparaître définitivement en 2002, malgré sa réputation de qualité, suite à une trop mauvaise gestion : sureffectifs par rapport à ses concurrents, endettement trop élevé suite à des acquisitions trop onéreuses et non rentables, etc.

La Sabena (acronyme pour Société anonyme belge d’exploitation de la navigation aérienne), la compagnie aérienne nationale belge fondée en 1923, était également déclarée en faillite en 2001. À cette date elle était pourtant l’une des plus anciennes compagnies aériennes, juste derrière KLM qui sera rachetée par Air France via une OPE (offre publique d’échange) en 2004.

Iberia, la compagnie aérienne espagnole fondée en 1927 disparaîtra finalement et sera finalement rachetée en 2009 par British Airways. En 2008, Northwest Airlines était rachetée par Delta Airlines faisant de cette dernière l’une des plus grandes compagnies aérienne mondiale. En 2012, c’était le tour de Continental Airlines de fusionner avec United Airlines, alors qu’elle était la sixième plus grande compagnie aérienne mondiale. Ces exemples montrent à l’évidence que même les compagnies les plus prestigieuses ne sont pas éternelles, surtout si elles ne s’adaptent pas à la concurrence. Alitalia, la compagnie nationale italienne, est aujourd’hui dans une situation critique et risque la liquidation pure et simple dans un avenir proche.

L’exemple d’Alitalia

Le 25 avril 2017, le conseil d’administration d’Alitalia a jugé caduc le projet de recapitalisation de la compagnie aérienne, et a décidé de placer l’entreprise sous  administration extraordinaire ce qui signifie au mieux une reprise et au pire la liquidation pure et simple.

Lâchée par ses actionnaires suite au comportement jugé irresponsable du personnel naviguant, la compagnie a peu de chances de trouver des financements externes. Le plan de la direction prévoyait la suppression de 1700 emplois sur un total de 12 500 et une baisse de rémunération des salariés de 8 %. C’était le prix à payer pour pouvoir recapitaliser la compagnie aérienne à hauteur de deux milliards d’euros. Ce plan ayant été rejeté par les pilotes et les hôtesses à une large majorité (67 % des votants), les administrateurs ont jeté l’éponge.

Mais qui voudra reprendre une telle entreprise qui refuse de se réformer et de s’adapter à la concurrence des nouveaux opérateurs à bas coûts ? Selon de nombreux observateurs, la compagnie paye aussi son manque de réactivité stratégique, notamment sur l’offre moyen courrier. Elle paye également son refus de fusionner avec Air France KLM via une OPE fin 2007. Cette offre approuvée en mars 2008 était soumise à plusieurs conditions dont l’accord complet des syndicats.

Emblème national, Alitalia est devenue l’un des thèmes économiques principal des élections italiennes de mars 2008 et l’offre française a été finalement repoussée par le gouvernement italien conduit par Romano Prodi au nom du patriotisme économique. En soutien, Alitalia reçoit un prêt de 300 millions d’euros, une somme bien insuffisante pour faire face à ses difficultés.

En novembre 2014, la commission européenne autorise la compagnie d’Abu Dhabi, Etihad Airways, de monter au capital d’Alitalia à hauteur de 49 %. Cette opération permet de refinancer l’entreprise après plusieurs années de pertes. Malgré toutes ces opérations de restructurations financières, la situation de la compagnie italienne demeure toujours dans le rouge et continue de perdre des passagers. Aujourd’hui Etihad cherche à revendre ses parts au plus offrant. À noter qu’Etihad n’a jamais réussi à redresser les finances des huit compagnies dans lesquelles elle a des participations importantes mais minoritaires. De fait, Alitalia est davantage gouvernée par ses pilotes que par ses actionnaires. Un schéma que l’on retrouve en France.

Quel avenir pour Air France ?

Bien que dans un état plus solide qu’Alitalia, l’avenir d’Air France-KLM n’est pas assuré et fait l’objet de conflits internes violents depuis plusieurs années. Tout le monde se rappelle cette image du directeur des ressources humaines de la compagnie escaladant un grillage chemise déchirée et hué par la foule qui l’insulte. C’était en octobre 2015 à la suite de l’annonce du nouveau plan de restructuration d’Air France. Pourtant, sa situation financière nécessite des mesures pour améliorer sa rentabilité défaillante depuis de nombreuses années si elle ne veut pas suivre l’exemple d’Alitalia.

Le tableau ci-dessous montre l’évolution du chiffre d’affaires de la compagnie et du résultat net consolidé sur la période 2011-2015. Sur cette période, le total des pertes cumulées s’élève à 3872 millions d’euros, presque 4 milliards d’euros. Certes en 2016, le résultat net redevient positif à 792 millions d’euros grâce à une « stratégie de discipline des capacités afin de restaurer la compétitivité, tout en démontrant une agilité sur le réseau en ouvrant de nombreuses nouvelles liaisons et une accélération de la modernisation de la flotte », selon les propos de la direction. Cependant, bien qu’en amélioration ces résultats sont insuffisants.

C’est dans cet environnement que le 3 novembre 2016, Jean-Marc Janaillac a présenté le nouveau projet stratégique «Trust Together».

Avec « Trust Together », Air France – KLM reprend l’offensive. Notre projet est à la fois ambitieux et réaliste. Il nous permettra de capter notre part de la croissance du transport aérien en améliorant la compétitivité de nos activités. Avec nos neuf axes stratégiques, nous nous battrons sur tous les fronts. Nous sommes challengers, c’est notre force. Le statu quo n’est pas une option. Nous devons engager une nouvelle dynamique pour redevenir leader sur nos marchés. (Source : Air France, rapport annuel 2016)

Mais au premier trimestre 2017, et malgré un environnement jugé favorable, la perte d’exploitation s’est encore creusée, passant de de 44 millions à 143 millions, même si à changes constants l’agrégat s’améliore de 28 millions d’euros. La perte nette du groupe s’enfonce aussi dans le rouge : 216 millions d’euros de déficit, soit 61 millions de plus qu’un an plus tôt.

Faute d’être arrivé à un accord avec le syndicat SNPL-AF sur le plan stratégique « Trust Together » et le projet Boost de création d’une nouvelle compagnie à bas coûts, la direction s’en remet au vote des pilotes qui devrait avoir lieu prochainement. Afin de faire passer son plan, elle a renoncé à appliquer les dernières mesures du plan Transform et à revoir la structure juridique de la future filiale à bas coûts qui emploiera des pilotes d’Air France mais aura également ses propres personnels navigants.

Même si la direction de la compagnie se montre confiante, il est difficile de dire si les pilotes valideront le plan stratégique même amendé. Au-delà de cet accord, l’incertitude demeure également sur la capacité du projet Boost (qui arrive un peu tard ?) à relancer la croissance de l’entreprise et contrer la concurrence des compagnies du Golfe. Bref, le risque d’une évolution à l’italienne n’est malheureusement pas à exclure.

Chez Air France, les dirigeants passent, mais les pilotes restent. La liste des démissions des directeurs d’Air France est longue. En octobre 2011, Pierre-Henri Gourgeon présentait sa démission au conseil d’administration du groupe franco-néerlandais. Il était remplacé par Jean-Cyril Spinetta. En juillet 2013 Alexandre de Juniac prenait le poste de PDG d’Air France. En avril 2016, ce dernier claquait la porte en démissionnant. Parmi les raisons invoquées se trouvaient le peu de progrès dans les négociations avec le SNPL-AF sur le nouveau plan stratégique et la stratégie syndicale du « bouc émissaire » consistant à rejeter sur d’autres la responsabilité des difficultés de la compagnie.

Depuis, c’est Jean-Marc Janaillac qui a repris le flambeau avec son plan « Trust Together ». La difficulté de diriger Air France dans la durée montre bien la faiblesse des dirigeants face à un syndicat de pilotes tout-puissant. D’une certaine façon, on peut dire qu’Air France est une entreprise autogérée dans la mesure où son principal actionnaire, l’État (17,6 % du capital) ne joue pas vraiment son rôle et que sa principale préoccupation est surtout d’éviter à tout prix les conflits sociaux.

Ainsi, face à des dirigeants faibles et un actionnaire peu exigeant en termes de performances économiques, la rente de la compagnie est captée par son personnel et notamment son personnel navigant à travers des contrats de travail très favorables. Comme de plus, l’offre de la compagnie ne répond que très partiellement aux besoins de ses clients du fait de sa faible capacité d’adaptation à la concurrence, on peut craindre un éloignement de la clientèle.

Combien de temps cela pourra tenir ? Toute la question est là. Espérons néanmoins que la raison revienne et que les personnels navigants prendront conscience de la vulnérabilité de leur compagnie qui n’est pas immortelle. Sur un plan plus académique le cas Air France rejoint la problématique de la gouvernance des entreprises dont l’État est actionnaire et les difficultés qui en résultent.

Article initialement publié en mai 2017.

Sur le web-Article publié sous licence Creative CommonsThe Conversation

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Serait-il possible de comparer les résultats opérationnels de KLM et Air France ? ( le personnel naviguant de KLM s’est plusieurs fois insurgé contre le comportement de celui d’ Air France )

    • « Bernard Ziegler, le criminel (…) »

      Faites attention qu’en diffamant Bernard Ziegler vous engagez aussi la responsabilité de notre site Contrepoints.org qui je l’espère va rapidement effacer le fil de vos élucubrations.

      La construction du télécabine n’ayant pas été autorisée il n’était pas sur la documentation aéronautique et le cable tracteur mince, à grande hauteur et sans balisage était parfaitement invisible. Le non-lieu logique aurait certes dû être suivi d’une recherche des vrais responsables du danger objectif mais c’est un autre problème.

      Quant à Gourgeon, X-SupAero,MS-Caltech et ingénieur de l’Armement, cela m’étonnerait beaucoup qu’il ait postulé à un simple poste de pilote à Air France …
      Et je ne vois vraiment pas pourquoi il faudrait que la patron d’une compagnie aérienne soit pilote (ou que le patron de la SNCF soit conducteur de train).

  • « De fait, Alitalia est davantage gouvernée par ses pilotes que par ses actionnaires. Un schéma que l’on retrouve en France. »

    Euh… ce ne serait peut-être pas plus mal qu’une compagnie aérienne soit gouvernée par des pilotes plutôt que par des zouaves qui n’ont aucune notion de pilotage.

    Parce que si l’on prend le cas d’une compagnie qui obtient de bons résultats, la Norwegian Air Shuttle, c’est le cas : le P.D.G. Bjørn Kjos est pilote, à la base.

    Alors que chez Air France, si l’on prend la liste des quatre derniers ratés qui ont servit de P.D.G. dans l’ordre anti-chronologique, on obtient :

    – Janaillac, énarque, pilotage = zéro !
    – Juniac, énarque – encore un ! -, pilotage = zéro ! S’est particulièrement distingué à l’abbaye de Royaumont ; peut s’estimer heureux d’avoir encore toutes ses chemises …
    – Spinetta, énarque – encore un autre ! -, parti socialiste – tiens, tiens ! -, pilotage = zéro !
    – Gourgeon, polytechnique (tout comme Bernard Ziegler, le criminel qui causa la mort de six personnes avec son avion de chasse en 1961, que l’on aurait dû mettre en prison mais qui bénéficia d’un non-lieu digne des pires républiques bananières et qui fut par la suite en charge de concevoir les Airbus !), pilotage = a échoué à devenir pilote chez Air France ; formation en tant que pilote de chasse inachevée !

    En réaction à cet article que je trouve un peu trop à charge contre les pilotes, j’aimerais rappeler deux faits évidents :

    – sans les pilotes, aucun avion ne peut voler ; c’est une réalité qui demeurera encore longtemps vu que l’on ne sait toujours pas faire d’avion sans pilote
    – ce n’est pas la faute des pilotes si les compagnies citées dans l’article ont déposé le bilan suite à une mauvaise gestion de la part des équipes dirigeantes en place à l’époque

    • Ce ne serait peut-être pas plus mal qu’une compagnie soit dirigée par des hôtesses, des mécaniciens, des bagagistes,… On demande à un patron d’avoir une vue d’ensemble, pas d’être aussi compétent dans leur domaine que ses salariés. A l’inverse, il n’est pas sûr qu’un technicien comme un pilote fasse un bon gestionnaire.
      Ceci dit, je m’en tape. Les compagnies disparaissent, mais les liaisons rentables restent assurées car il y a toujours des capitalistes bénévoles pour les financer.

      • Vu la brochette d’imbéciles finis – comme particulièrement ce Juniac – qui se sont succédés aux commandes d’Air France, je ne suis pas certain que ces « patrons » aient eu cette vue d’ensemble ni même la moindre compétence.

        Quant à votre incertitude sur le fait qu’un pilote fasse un bon gestionnaire, j’ai cité l’exemple de la Norwegian Air Shuttle. Mais je pourrais citer celui de P.D.G. de la Japan Airlines qui succéda à Inamori Kazuo et qui, à la base, est lui aussi pilote.

        Pilote, après tout, c’est toujours mieux – ou moins pire, comme vous préférez – qu’énarque pour diriger une compagnie aérienne.

        • OK, prenons un pilote de KLM et je ne doute pas qu’il virera ses collègues français.

          • C’est une éventualité.

            • Les pilotes d’AF sont des enfants gâtés qui n’ont rien à faire d’AF. Un pilote n’est absolument pas formé à la gestion d’une entreprise aussi complexe. Certes, il a probablement le niveau mais pas les connaissances et je ne vois pas ce que la connaissance du métier de pilote apporterait de plus au patron ?
              Je suis personnellement favorable à une liquidation ou une cession de la compagnie au cas ou Jarnaillac ne gagnerait pas son référendum.
              J’en ai marre de penser qu’une grosse part de mes impôts finance des entreprises gouvernées par leurs syndicats.
              Je me souviens d’Hanon qui au 1er jour de son poste de PDG de Renault a été sommé de recevoir la CGT qui lui a dicté son plan d’entreprise. Le successeur d’Hanon, Georges Besse, a eu le feu vert du gouvernement pour informer les syndicats que s’ils ne suivaient pas son plan de route, on fermait Renault ! Depuis; Renault est devenu une entreprise performante et rentable.
              Faisons en autant avec AF et la SNCF. Nous en sortirons tous vainqueurs.

        • Le PDG de Lufthansa est aussi un pilote.

    • Ma réponse à Modern Coding est au dessus

  • D’après ce que j’ai lu sur le sujet, les pilotes profitent de la forte demande induite par les prévisions favorables en matière de transport aérien. Mais ils préfèrent se faire augmenter sur place plutôt que d’aller voir ailleurs si on leur propose de meilleures conditions. Le beurre et l’argent du beurre, comme on dit.

  • Depuis des années les pilotes d’Air France font des grèves. La faillite est la meuilleure solution et elle va arriver.

  • « la rente de la compagnie est captée par son personnel et notamment son personnel navigant à travers des contrats de travail très favorables »…
    Les pilotes contre le marché libre et la concurrence. Ils n’hésiteront pas à mettre AF en faillite car ils sont persuadés d’être les meilleurs pilotes du marché et qu’ils retrouveront toujours du travail.

    • La question ne se pose pas. Les pilotes, comme les cheminots, sont convaincus que l’Etat n’acceptera pas la faillite, et trouvera un compromis qui leur conservera la totalité de leurs avantages et quelques nouveaux tout en permettant aux deux camps de crier victoire avec la fin de la grève.

  • Je dirais en tant que contribuable français « Quelle bonne nouvelle ».

  • La solution française (établissement ou défense d’un monopole) étant inapplicable dans le cas d’une activité internationale, Air France est foutu.

  • c’est une entreprise privée. .si elle est en faillite ,elle sera remplacé. ..c’est la loi du marché. ..

  • que dieu vous entende…et pour la sncf?

  • Comme un certain nombre de personnes dans mon entourage, j’ai hâte qu’Air France mette la clé sous la porte. Il existe bon nombre de compagnies aériennes fiables et capables de remplacer cette société de privilégiés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles