Hausse de la CSG : pour les malades aussi !

Quel est l’impact de la réforme de la CSG sur les malades ? Voici l’envers du décor à travers un témoignage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by GUE-NGL(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hausse de la CSG : pour les malades aussi !

Publié le 29 avril 2018
- A +

Par Catherine Barre Gascoin.

Réception ce matin de la pension d’invalidité mensuelle et du complément de la mutuelle. Je guettais un peu, tu penses, avec la hausse annoncée de la CSG. Je m’attendais, bien sûr, à contribuer moi aussi à l’effort collectif. Mais là, Emmanuel, j’ai calculé, c’est pas un effort,

c’est un foutu sacrifice, et il me fait foutrement mal à l’orifice !

Ce que tu me prends tous les ans avec ta CSG augmentée, c’est 5 séances de laser fractionné non prises en charge par la Sécurité sociale ; ou encore 5 allers-retours en TGV pour consulter le gynécologue parisien parce qu’ici, le laser pour l’atrophie, il est pas encore arrivé, tu comprends.

Ce que tu me prends tous les ans, c’est 100 flacons de Hyalugel pour mes aphtes ou 90 boîtes de probiotiques pour réparer les muqueuses buccales après les mucites.

Ce que tu me prends, c’est l’équivalent de 17 séances d’ostéopathie qui atténuent les tensions musculaires et articulaires des traitements, ou de 121 tubes de crème Weleda contre la sécheresse conséquente et consécutive aux hormonothérapies que je me les reçois dans le buffet depuis bientôt 10 années !

Merde Emmanuel, je suis furibarde ! Des exemples de dépenses non remboursées à cause du cancer, j’en ai à foison. Tiens, j’en suis plus là, mais même les perruques, faut qu’on se les finance tellement tu les rembourses mal ! Pourtant c’est pas du confort, c’est pas des zizi-panpans pour se faire plaisir ; c’est rien que les coûts incompressibles du cancer.

S’il n’y avait que ta CSG encore…

Mais nous ici, dans ma petite ville de Loire Atlantique, faut en plus qu’on se farcisse les folies de la Maire. La construction de sa médiathèque de 530 m2. 15000 ouvrages, des collections à acheter tous les ans, 3 salaires à temps complet aux frais du contribuable pour animer le bazar. Et attends, tout ça pour à peine plus de 4000 habitants très, trèèèèès seniors et très, trèèèèès sédentaires. Pas le genre à sortir pour lire les journaux en wifi à la Médiathèque du bourg, tu vois.

On se coltine aussi le coût de la toute nouvelle salle polyvalente estimée à plus de 3 millions d’euros… avant les dernières surprises du chantier. Depuis le temps que les pelleteuses creusent, on dépasserait les 4 millions à l’été que ça ne surprendrait personne. Et comme tu leur as dit, aux maires, qu’ils allaient bientôt pouvoir se coller la taxe d’habitation derrière l’oreille pour 80% des contribuables, moi qui n’en serai jamais exemptée d’après tes grilles, ben je le vois bien venir avec ce qu’elle nous flambe la pharaonne locale : je vais casquer davantage, pour compenser le trou de la caisse communale ! Tu veux parier Emmanuel ? Déjà que je paie davantage de taxes locales ici qu’à Paris, vu que dans notre bled à touristes, on n’a pas une entreprise pour financer la taxe d’apprentissage…

Tout ça pour dire une chose :

Les retraités ne sont pas les seuls dindons de la farce fiscale. Je les aime bien les retraités. J’en connais un paquet, et des croquignolets. Mais on ne voit qu’eux pour incarner les grands perdants de ta réforme au journal télévisé !

Quelqu’un s’est demandé ce qu’elle  allait donner pour les malades, les malades sérieux, les « ALD » comme on nous appelle à la Sécu, les Affections de Longue Durée, les ALD qui guériront jamais, les ALD exclues du salariat. La CSG pour nous, c’est plein pot pareil Emmanuel. Sans rien pour compenser ; et avec les dépenses liées au cancer non prises en charge, qu’aucun autre citoyen n’a à supporter.

Des bâtons dans les roues, on en avait déjà un bon peu. Je t’en avais parlé. Je croyais que tu allais t’occuper de nous en retirer un ou deux, pas que tu nous en ficherais un autre dans les rayons.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • la marche en avant vers la survie…nous allons vers le principe qu’une retraite à 1200 euros ce serait le plafond et le salaire aussi..c’est le rêve politique qui a commencé à germer dans la tête des 1995 le plus intelligent de tous :Alain Juppé. ..sauf bien entendu pour les élites. ..qui sont droit dans leurs bottes…sauf pour les conflits d’intérêt,fraude fiscale ,enrichissement personnel et la cerise sur le gâteau,proxénétisme aggravé !!!! du beau linge !!! à quand ces personnages seront-ils inéligible à vie et déchu de leurs droit administratif…

    • malheureusement les énarques ne sont pas élus , donc pas inéligibles , et sont embauchés à vie comme fonctionnaires à Bercy .
      Ils préparent les escroqueries pour tous les élus sans exception

  • à mon humble avis , le sieur macron se contrefiche royalement des problèmes des citoyens ; problèmes de santé , de logement , de banlieue etc …….ce qu’il veut le sieur macron , c’est que les gens bossent , pour pouvoir les taxer et continuer à vivre sur un grand pied lui et toute sa clique , car sans NOS revenus , LEUR salaire , ils n’en verraient pas la couleur ;

  • La CSG c’est L’ADM (Arme de Destruction Massive) des Retraités.

    • Les retraités ont massivement voté pour Macron. De quoi se plaignent-ils ?

      • De ne pas pouvoir revenir sur leur erreur.
        Accessoirement, il y a aussi beaucoup de retraités qui n’ont pas voté pour Macron, et qui sont des individus qui mériteraient d’être pris en considération.

        • « En même temps », le temps est venu de mettre un terme à la retraite par répartition et d’instaurer un régime de transition vers 100% de capitalisation. Il est temps que les retraités de la répartition comprennent que leur retraite n’est qu’une promesse politique non financée et, qu’à ce titre, ils vont perdre la majeure partie de leur pouvoir d’achat dans les années à venir.

          Les retraités de la répartition sont l’arme de destruction massive des actifs qui n’en peuvent plus de payer à fonds perdus les prélèvements obligatoires qui les empêchent de constituer une épargne personnelle, tout en sachant qu’ils n’auront presque aucun droit à leur propre retraite, compte tenu des évidentes évolutions économiques et démographiques.

          • @ Cavaignac

            Commentaire « pédagogique »: très bon!

            À remarquer: les retraités actuels sont aussi ceux qui ont connu (participé?), pendant les « 30 glorieuses », période de croissance « exceptionnelle »! En aurait-on trop « distribué les bénéfices », par hasard? En créant trop de « droits acquis » sur lesquels il est bien difficile de revenir?

            En jetant un oeil par-dessus vos frontières, vous pourriez constater que depuis des années, d’autres ont déjà créé d’autres « piliers » pour pérenniser le système en le complétant par des solutions collectives et individuelles libres, avec encouragements fiscaux pour ceux qui cotisent.

          • Parfaitement.
            Et tous les idiots de taper sur l’arme — les retraités de la répartition — en oubliant les doigts qui l’actionnent à l’exécutif, aux syndicats et à Bercy…

  • Analyse factuelle: avec votre pension d’invalidité mensuelle et du complément de la mutuelle vous êtes concernée par la hausse de la CSG et ne bénéficiez pas de la suppression de la taxe foncière.
    Vous avez une pension bien généreuse !
    Qui paie les retraites de nos retraités et leurs soins remboursés par la Sécu ?
    En grande majorité les actifs, que les retraités aimeraient plumer en augmentant leurs cotisations et en repoussant l’âge de départ à la retraite.

    • errata: taxe d’habitation au lieu de TF

    • Comme le fait très bien remarquer Cavaignac plus haut, ce sont les politiques et les actifs de concert qui ont plumé les retraités en les empêchant, via l’apologie de la répartition et la fiscalité confiscatoire du capital, de s’assurer correctement pour les ressources et les soins dont ils auraient besoin pour leurs vieux jours. Ceux qui paient aujourd’hui pour les vieux et les malades sont ceux qui ont toujours refusé de les laisser se rendre indépendants et autonomes. Pire, ils persistent à vouloir faire perdurer cette politique, et ne manquent pas une occasion de donner des leçons de solidarité. Eh bien, qui casse les verres les paie, il est légitime qu’ils assument les conséquences de leur refus délétère de laisser les retraités s’émanciper de la retraite publique obligatoire par répartition.

    • « et en repoussant l’âge de départ à la retraite »
      Un argument particulièrement indécent, puisque les actifs qui s’opposent à l’élévation de l’âge de départ montrent qu’eux n’ont aucun scrupule à faire payer leurs propres cadets…

  • Les retraités remercieront Micron à la prochaine élection

  • Le sociâlisme conduit toujours à l’eugénisme. Nous y voilà.

  • arrêtons de diviser le monde du travail…les privilèges de personnels d’État ou privé qui payent en final..le contribuable où le CLIENT pour le privé. ..le déficit des retraites ..avons nous besoin X nombre de caisses retraites ..!!!
    1 seule caisse de retraite et une seule caisse de retraite complémentaire c’est difficile à faire. !!!!
    comme pour la Sécurité Sociale 1 seule caisse…c’est très compliqué à faire et l’état paye ses cotisations des fonctionnaires qu’il emploi …à pardon, il faut faire les grandes écoles pour simplifier ce système archaïque !!!

  • Theo 31 bonsoir,aux dernières élections présidentielles ,nous avions le choix entre la peste et le choléra.. et depuis des decenies nous avons homme ou femme qui de toute façon une même vision être élus et puis on verra d’où vient le vent .!!! quand à là retraite par capitaux privé. .vous pouver certifié que l’es règles ne changerons pas en court-chemin..!!!!
    l’on parle du déficit de là SÉCURITÉ SOCIALE
    avant il n’y avait pas de mutuel et elle était excédentaire. ..quand Aubry a imposé les 35 h00 l’excédent de la sécurité sociale a été transféré pour sudventionné les entreprises pour qu’ils acceptent la transition des 35h00
    et depuis ce jour là caisse de sécurité sociale est déficitaires. ..quand aux mutuelles quand vous voyer le montant annuel de leurs adhérants en cotisation .et maintenant obligatoire ..posez vous la question à qui cela profite ..a mon humble avis pas pour du soin mais plus pour faire du Fric ..et ils ont une belle réserve avec monopole puisque c’est obligatoire ils fixent leur prix comme ils l’entendent..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles