Être leader : un combat quotidien

Vouloir être un leader, quel que soit le domaine choisi, ne repose pas simplement sur l’expression d’un vœu. Ce rôle exige une discipline quotidienne, illimitée dans le temps, presqu’un sacerdoce !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Être leader : un combat quotidien

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 avril 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

Tout le monde sait, aujourd’hui, que les régimes ne marchent jamais. Pourquoi ? Parce qu’une fois l’objectif de poids atteint, souvent à force de terribles privations, la discipline se relâche et le corps se rebelle, re-stockant les graisses à la moindre occasion. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que la conséquence d’un régime soit, une fois celui-ci interrompu, un gain de poids net par rapport à la situation antérieure. Tous les diététiciens sérieux vous le diront : la seule façon de modeler sa silhouette est de changer définitivement d’hygiène alimentaire, ce qui suppose de faire un choix et de s’y tenir, d’accepter que ce qui vous a fait arriver où vous êtes ne soit pas ce qui vous permettra d’aller où vous voulez aller.

Dans votre rôle de dirigeant, c’est un peu la même chose. Si vous voulez développer votre leadership, vous devez vous astreindre à une discipline personnelle que vous ne relâcherez jamais, en tous cas, tant que vous dirigerez. « L’exemple n’est pas une façon d’influencer les autres, c’est la seule », soutenait, à juste titre, Albert Schweitzer.

L’importance du management de soi

Voilà une attitude et un comportement auxquels vous ne pourrez plus renoncer une fois que vous les aurez adoptés. Le management des autres exige toujours d’abord un bon management de soi. Tous les aspects de votre personnalité doivent être revus à l’aune de cette règle.

  • L’attention aux autres. Pour motiver et obtenir de ses équipes les résultats souhaités, il faut être attentif, pratiquer l’écoute active, se documenter, susciter la confiance qui permettra à vos interlocuteurs de s’ouvrir à vous et de vous donner de nombreuses informations qui enrichiront votre processus de décision. Car il vous faudra souvent trancher, faire des choix qui ne sont pas forcément consensuels et, malgré tout, être pénétré de la certitude d’être ensuite suivi par tous, chacun à sa place, participant à la manœuvre avec efficacité.
  • S’enrichir intellectuellement. Si les femmes et les hommes autour de vous sont indispensables dans leur rôle de transmetteurs d’informations précises et pertinentes, en provenance de ce corps social complexe qu’est l’entreprise, vous devez aussi nourrir en permanence votre intellect et vous assurer que ces informations seront éclairées par la richesse de votre connaissance de l’environnement et de votre culture générale. En scrutant les pratiques en vigueur dans votre métier, en travaillant les techniques de management, en lisant beaucoup, dans de nombreux domaines, vous augmenterez, jour après jour, votre stock de connaissances. Plus ce stock sera élevé, plus larges seront les sources d’inspiration de vos décisions.

Vouloir être un leader, quel que soit le domaine choisi, ne repose pas simplement sur l’expression d’un vœu. Ce rôle exige une discipline quotidienne, illimitée dans le temps, presqu’un sacerdoce !

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Les skieurs de fond, ces premiers de cordées vendeurs de livres gratuits !
    Article intéressant, mais ça ne s’applique pas qu’aux leaders, la culture et la connaissance sont à promouvoir au plus grand nombre.

  • je confirme le contenu de cet article

    c’est d’ailleur pourquoi la demande de parité homme femmes me parait une escroquerie intellectuelle, non pas que les femmes soient moins capable que les hommes, mais parce qu’elles ont, en général, la sagesse (ou l(intelligence) de ne pas briguer des postes qui, pour un peu de gloriole ou quelques dollars, détruiront leur vie personnelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes vieux comme le monde continuent de prési... Poursuivre la lecture

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles