Secteur public : si on faisait des bilans, comme dans les entreprises ?

Secteur public : et si on posait un bilan en face de chaque budget public ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Secteur public : si on faisait des bilans, comme dans les entreprises ?

Publié le 22 mars 2018
- A +

Par Xavier Fontanet.

Si le secteur public raisonnait en termes de bilan comme dans le privé, l’argent serait peut-être mieux géré. L’Agence des participations de l’État va vendre une partie du capital qu’elle détient dans Aéroports de Paris : un mouvement qui confirme la volonté de notre État de sortir des activités commerciales et se recentrer sur son cœur de métier, le régalien. Que va-t-on faire de la somme collectée ?

[related-post id=265955 mode=ModeLarge]

Subventionner certains budgets de recherche, prendre des participations dans des sociétés en développement ou rembourser la dette ?

Trois utilisations radicalement différentes

Ce sont trois utilisations radicalement différentes ; dans la première, on cède du capital pour combler des trous, pour parler cru on vend les bijoux de famille pour éviter d’avoir à baisser les dépenses ; dans le deuxième cas, l’État restera impliqué dans l’économie concurrentielle ; troisième version, là, c’est net, on réduit l’endettement !

Si la comptabilité publique utilisait le bilan, les choses seraient plus claires mais la France est un des seuls pays qui ne se soucie pas de ses actifs et de ses passifs alors que ce sont des données essentielles à connaître quand on a un souci de bonne gestion.

Un bilan en face de chaque budget public ?

L’exercice sera douloureux, parce que le bilan consolidé de départ montrera probablement un trou supérieur à 1000 milliards d’euros  (la dette s’élève à 2200 milliards et les actifs à 1000 milliards). Douloureux, mais salutaire, car c’est la façon de faire comprendre aux Français que seule la baisse des dépenses publiques (et pas la vente des actifs) permettra une réduction durable de cette dette dangereuse pour notre indépendance. Par exemple, le maire d’une ville gérera mieux ses coûts s’il sait qu’il peut être déclaré en faillite et que, dans ce cas, le pouvoir sera donné, comme cela se pratique dans certains pays, au maire de la ville voisine capable de combler le trou.

Si la pratique des bilans sécurise la gestion, elle est aussi une bonne façon de la juger. Être responsable, c’est être comptable : « A-t-on amélioré ou fragilisé l’entité qui vous a été confiée ? » En cette période où les esprits semblent bouger, l’idée mérite d’être lancée.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Excellente idée, que je conseillerais de compléter par une inclusion de l’enseignement de la lecture des bilans dans les programmes scolaires, parce que sinon…

    • Exactement. L’article utilise des mots étranges comme « actifs », « bilan », « dette »… que le commun des français ne comprend pas, la faute à une éducation nationale défaillante sur le sujet.
      — j’ai une formation scientifique / ingénieur, et je n’ai eu aucun cours d’économie de tout mon cursus sauf… en école d’ingénieur. Cherchez l’erreur.

  • Quand on pense que les comptes de Bercy sont tenus comme un journal de caisse et que tout commerçant, artisan, entrepreneur etc ont obligation de présenter des bilans, c’est juste hallucinant.

  • « c’est la façon de faire comprendre aux Français que »

    Bon déjà, « les français » c’est bien général et englobe trop facilement. Certains sont déjà au courant, d’autres non. Le problème n’est pas seulement de comprendre. Mais c’est d’être responsable. OR, la responsabilité n’est pas une valeur de ce pays, plutôt dissoute dans le confort le plus vile des aspirations humaines.
    Ensuite, combien même nous pourrions comprendre et aspirer à la responsabilité, pourquoi sommes nous toujours ici à commenter l’actualité politique ? Les socialistes actuellement au pouvoir ont plus d’impact sur l’avenir de la société que celles de nos petites interventions outrées.

    • @David J
      Ça fait plusieurs décennies maintenant que les  » socialistes au pouvoir ont plus d’impact sur l’avenir de la société »
      et ça ne fait que quelques années maintenant que  » nos petites interventions outrées  » trouvent voix au chapitre grâce au net.
      Ne négligeons pas les forces d’inertie. Principe physique s’il en est, mais d’une physique autrefois nommée philosophie naturelle.

      • Quant on voit comment justement ceux qui détiennent le pouvoir veulent museler le net, on a de quoi se faire des cheveux blancs…

  • Il fait HEC lui ? Ils apprennent quoi là dedans ? Heureusement les établissements publics ont des bilans, calqués sur la comptabilité du privé depuis déjà 10 ans, ils sont même validés 2 fois par l’assemblée représentative et par la trésorerie régionale, et une ville peut tout à fait être placée sous tutelle si ses comptes sont dans le rouge, il y en a environ 3000 dans ce cas de figure.

    • @Tigrou666
      Encore heureux que les établissements publics ont des bilans calqués sur la comptabilité du privé.
      Que ça ne se fasse que depuis 10 ans est plutôt révélateur de l’archaïsme de nos institutions.
      Nombre d’entités du secteur public se foutent de l’équilibre de leur compta (Sncf, La poste, les écoles . . . ).

  • sauf que le peuple n’a pas les moyens de faire déposer le bilan aux administrations et faire payer les responsables…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF France

Au mois de mars dernier, un rapport d’une commission d’enquête diligentée par le Sénat avait jeté un pavé dans la mare. Il s’agissait d’examiner les prestations à caractère intellectuel fournies par les grands cabinets de conseil à l’État, pour une somme annuelle avoisinant le milliard d’euros. Par nature, elles sont subjectives et sujettes à caution. Toutefois, ce coup de projecteur plutôt négatif sur les activités externalisées de l’État a fait un peu vite oublier l’intérêt que pouvait ... Poursuivre la lecture

spirale
2
Sauvegarder cet article

Nombreux sont ceux qui essaient de comprendre le sens du mot inflation.

L’inflation va-t-elle impacter notre façon de vivre ? Représente-t-elle un danger ? Les solutions existent-elles ? Est-il judicieux d’être résilient ou d’être résistant ?

Il semble évident que cette crise touche d’abord les populations les plus fragilisées et nous sommes face à une situation pour laquelle nous nous devons de trouver des solutions.

Le pourcentage de la dette mondiale par rapport au PIB est passé de 200 % en 1999 à 350 % en 2021.

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles