En votant pour les extrêmes, les jeunes se sont trompés de colère

Les jeunes plébiscitent les politiciens qui font tout pour détruire leur avenir. Ils méritent pourtant bien mieux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En votant pour les extrêmes, les jeunes se sont trompés de colère

Publié le 17 juin 2017
- A +

Par Trevor Smith.

Lors du premier tour des élections législatives françaises, le dimanche 11 juin 2017, les jeunes ont été deux fois plus nombreux que le reste de la population à accorder leur suffrage à des idées qui datent pourtant d’un autre siècle, celles de la France Insoumise. Ainsi, 18 % des 18-24 ans et 21 % des 25-34 ans ont voté pour le parti de Jean-Luc Mélenchon, contre 11 % pour la population dans son ensemble (ce qui est déjà une proportion effrayante).

Ce faisant, ils ont confirmé leur vote exprimé lors de l’élection présidentielle : au premier tour, pas moins de 30 % des électeurs âgés entre 18 et 24 ans ont accordé leur voix à « Méluche », contre 19,2 % pour l’ensemble de la population ! Ce qui en fait le premier candidat, de loin, pour cette génération…

De façon plus anecdotique, les jeunes étaient également surreprésentés parmi les amateurs des fantaisies de Benoît Hamon ou de la nostalgie trotskiste de Philippe Poutou et Nathalie Arthaud.

En ajoutant à ce panel Marine Le Pen, qui fait également de bons scores parmi cette génération, les candidats se déclarant « antisystème », c’est-à-dire en réalité les plus farouchement étatistes, sont donc ceux qui peuvent espérer le plus de votes de la part des jeunes.

La jeunesse en colère

On pourrait se contenter de mettre ces préférences électorales sur le compte d’un esprit de rébellion propre à cet âge, qui se manifeste partout et en tous temps. En mai 68, par exemple, n’a-t-on pas déjà assisté à la révolte des étudiants, avec des mots d’ordre que ne renierait pas Jean-Luc Mélenchon ? N’observe-t-on pas des phénomènes similaires d’engouement générationnel pour des personnalités contestataires à l’étranger, tels Bernie Sanders aux États-Unis ou Jeremy Corbyn au Royaume-Uni ?

Cela est vrai. Toutefois, ces explications ne doivent pas masquer le fait que la France a tout particulièrement échoué, depuis au moins une génération, non seulement à offrir une qualité de vie acceptable à sa jeunesse, mais également des opportunités pour qu’elle puisse s’épanouir. Il existe certainement peu de cas, dans l’Histoire, de pays qui ont si systématiquement saboté les espoirs d’une partie de leur population, représentant pourtant son futur.

Aucune préparation au monde du travail

La jeunesse a toutes les raisons du monde d’être en colère, quand la formation assurée par l’école de la République ne les prépare aucunement au monde du travail. 150.000 jeunes, soit une personne sur cinq, sortent chaque année du système scolaire sans qualification, alors que le taux d’échec en première année d’études supérieures atteint 48 %. Même le diplôme n’assure aucunement un emploi à la sortie.

La jeunesse a toutes les raisons du monde d’être en colère, quand 25 % des 16-25 ans est au chômage, contre une moyenne de 13,9 % dans les pays de l’OCDE (7,3 % en Allemagne). Et encore, ce chiffre masque la précarité des stages, des CDD, de l’intérim ou des emplois bidons « aidés ».

La jeunesse a toutes les raisons du monde d’être en colère, quand elle est débitrice de la facture des gabegies des politiques des 30 dernières années. Elle comprend très bien qui va devoir payer pour la dette laissée par ses aînés, en revanche elle n’a aucune assurance d’avoir elle-même une retraite le jour venu.

Le principal responsable de ce désastre : l’État !

Ce qu’il y a de particulièrement ironique dans cette histoire, c’est que tant de jeunes fassent porter la responsabilité de cet échec sur le « capitalisme », ou sur le  « libéralisme » (avec les préfixes de rigueur : « ultra- » ou « néo- » selon les écoles). Le vote massif de cette génération pour des candidats qui promettent encore davantage d’intervention étatique dans tous les secteurs de la société est à ce titre proprement tragique.

Le système scolaire, géré par l’État, les a laissé tomber. Le marché du travail, massivement régulé par l’État, les laisse à la porte, les politiques d’« insertion » les transformant en assistés. L’explosion de la dépense publique, déterminée par l’État, assombrit leur avenir. Dans de telles conditions, comment peut-on vouloir renforcer encore des politiques qui ont ainsi saboté les opportunités d’une génération ?

Faire son avenir à l’étranger

Bien entendu, l’ensemble de la jeunesse n’est pas dupe. 60 % des jeunes de moins de 25 ans déclare vouloir travailler hors de France, dans des pays où l’emprise de l’État ne les conduira pas à être des intrus. Mais un tel dénouement serait regrettable pour notre pays, qui serait vidé de talent et d’enthousiasme.

Cette génération, ma génération, doit aujourd’hui reprendre son destin en main, voir ce qu’il se passe à l’étranger, profiter des opportunités que nous offrent les nouvelles technologies, oser, créer, entreprendre, développer son savoir, refuser le statu quo, rejeter les démagogues qui prétendent la défendre,… avec à l’esprit le mot qui résume peut-être le mieux la jeunesse : liberté.

 

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Excellent article. Merci à Trevor Smith

  • Preuve que nos jeunes sont des crétins embrigadés! L’avenir de la France est mal barré avec des jeunes qui veulent être chômeurs!

  • @virgile totalement d’accord, les jeunes Français, dans leur majorité, s’acomodent​ bien de la protection de l état Maman. Ils veulent un job pépère à la mairie du coin où on ne leur en demandera pas trop, et comme ça ils peuvent vomir toute la journée sur ceux qui réussissent.
    Ceux qui sont valables s’en vont ailleurs de toute façon.
    Dans ma famille (cousin cousine, frère soeur entre 18 et 30 ans) 80/100 sont fonctionnaires ou veulent le devenir . ça fait peur.
    le vote des extrêmes, c’ est par jalousie envers ceux qui ont réussi.
    Les petits français jaloux feraient mieux de se sortir les doigts du c.l ?

  • L’éducation nationale est sensée former des esprits vifs et réfléchis.
    A la place, elle formate les jeunes pour servir l’état.
    Vous devriez la renommer en « formatation nationale »

  • ces jeunes ont d’abord un idéal de solidarité plus que de liberté ne vous en déplaise
    et ce n’est pas avec ce site de plus en plus libertarien qui crache ne serait-ce que sur une part d’aide sociale fondamentale en criant « l’impot c’est le vol! » sous prétexte que ça spolie les riches ou pour cause de soit disante jalousie sociale….sachant qu’il n’y aura jamais assez d’emplois pour tous et que tout le monde ne réagit pas aux malheurs de la vie. Que vous êtes les premiers à dire que nous sommes inégaux donc acceptez que certains se mettent dans la merde (drogue…) non pas que pour irresponsabilité mais pour des raisons autres qui se cumulent.
    Que Contrepoint croit défendre l’environnement en libéralisant tout…alors que c’est la porte ouverte à des abus…
    à quoi bon remettre en cause l’Etat si c’est pour transférer du pouvoir des corporations.

    En fait, je crois que le pb du libéralisme et surtout du libertarianisme…essentiellement du libertarianisme…c’est celui-ci: ne veulent pas avouer que ces doctrines, c’est du darwinisme social 🙂 les forts règnent, les faibles périssent. Une pensée qui n’a rien à envier au fond avec les pires totalitarismes. Il y a cette idée du surhomme, du nouvel homme libre et responsable…
    Et oui, vu que Herbert Spencer, libertarien, a inventé le darwinisme social, libéralisme et libertarianisme sont intimement liés au darwinisme social…

    Pour le reste, que tous ces jeunes créent des entreprises et assoc qui s’inscrivent dans le cadre de la transition écologique et sociale en se passant de l’Etat pour bien troller les libéraux…
    Le combat sera ardu… vu que l’esprit de compétition, darwinien, égoiste et j’en passe est déjà là chez les gens 🙂 l’Etat le seul pb? Je trouve que l’indifférence généralisée face à la souffrance, l’égoisme n’ont pas pour cause l’Etat qui soit disant étouffe la solidarité vu qu’il y a déjà un droit à des réductions fiscales si on donne! Cet esprit là ne sera que renforcé par la pensée libérale/libertarienne…et finalement le génocide des faibles se fera passivement, sans Etat, sans armée mais il se fera 🙂 de très belles dystopies sur le libertarianisme pourraient etre à écrire ou à réaliser…

    • Bonsoir Becurious,
      Cela faisait longtemps. La voix de l’extrême-gauche solidaire, généreuse, aimante de son prochain (sauf les riches) et désintéressée (sauf de l’argent des autres mais pour la bonne cause n’est-ce pas) manquait un peu pour l’animation des posts.

      « ces jeunes ont d’abord un idéal de solidarité plus que de liberté ne vous en déplaise ». Que c’est élégamment dit ! Vous confirmez donc qu’une majorité de jeunes souhaite devenir fonctionnaire (ce que vous appelez « un idéal de solidarité »). Nous avons tous les jours sous les yeux les preuves de cette grande solidarité de l’Etat avec les pauvres (lol).
      Le reste de votre prose toute en nuance (lol bis) véhicule toujours les mêmes affirmations gratuites, étendards de tous les gauchismes habituels. Manque de chance, la réalité vous dément : ce sont les pays les plus libéraux qui offre à sa population le meilleur niveau de vie (ou le meilleurs Indice de Développement Humains si vous préférez), le meilleur niveau de santé de sa population etc… Il est curieux les travailleurs étrangers affluer dans ces pays (ex : la Suisse, l’Allemagne, le RU…etc)). Ces travailleurs doivent être inconscients des risques et des horreurs qui les attendent, malchanceux qu’ils sont de ne pas avoir été éclairés par vos lumières et celles de vos condisciples. Peut-être nous direz-vous que ces malheureux fuient simplement l’exploitation et les réglementations liberticides de certains pays (par ex la France avec ses 3500 pages de code du travail, sa Sécu… préférant aller se faire « exploiter » par les patrons suisses). Quant au « génocide des faibles », il a eu lieu mais, pas de bol là encore, essentiellement dans les pays ayant appliqué la doxa socialiste.
      Et vous n’oubliez pas la petite touche écologique de la transition énergétique, doxa gauchisante créée de toute pièce pour répondre au mythe de l’anthropisme d’un réchauffement climatique dont l’histoire humaine a déjà connu plusieurs épisodes (et ce sans aucune intervention d’un capitalisme mortifère et polluant, lol Ter) et qui ont spontanément disparus sans aucune intervention d’écologistes conscientisés prônant une décroissance salvatrice. Et c’est heureux car, s’il y avait eu des écolos il y a 400000 ans (période interglaciaire de Mindel-Riss avec réchauffement climatique donc), ils auraient interdit l’usage du feu que nos ancêtres venaient juste de commencer à maîtriser…
      Merci de votre intervention et de cette petite piqûre de rappel sur l’origine des misères de notre pays.

    • il n’y aura jamais assez d’emplois pour tous

      Tiens, un adepte des théories de Benoit Hamon. On fait quoi alors, on tue ceux qui sont en trop? On stérilise la population pour forcer la décroissance? Ou bien on réduit en esclavage ceux qui sont en mesure de produire afin d’entretenir les autres?

      que tous ces jeunes créent des entreprises et assoc qui s’inscrivent dans le cadre de la transition écologique et sociale en se passant de l’Etat pour bien troller les libéraux…

      Tant que les jeunes en question créent des entreprises et des associoations librement et qu’ils les font vivre sans se gaver de subventions, les libéraux seront ravis.

      • bien sur qu’on aide les pauvres !
        ça s’appelle du secours! le mot « secours » vous connaissez ? oh non c vrai, encore un enfoiré égoiste et indifférent 🙂

        • Les insultes émaillent de plus en plus vos commentaires. Vous êtes au bout de vos arguments?

          • je hais l’égoïsme, l’égocentrisme, l’hypocrisie, l’indifférence 🙂
            et les défenseurs du libéralisme/libertarianisme sont hypocrites: « laisses mon argent en paix! » sachant qu’ils ne donneront jamais, une société libérale leur permettant d’être indifférent comme bon leur semble. C’est du foutage de gueule au mieux, du darwinisme social au pire.
            Et pour les subventions…ça fait une part des ressources de l’association. Les assoc diversifient leurs ressources (dons, subventions;….). Perso je ne vois pas en quoi des subventions à des assoc type restos du coeur sont mauvaises…stt si le travail social et associatif se professionnalise. Une assoc n’est pas une entreprise, la lucrativité n’est pas le but mais le role est tout autant essentiel. Pauvres== révoltes. Le vol par nécessité est un prélude. Et la révolte ne se ferait pas que contre l’Etat…contre les très riches en général. Et tous « ces gens là ont bien plus de sang sur les mains que les désespérés qui prennent les armes pour sortir de leur désespoir » pour citer l’abbé pierre.
            Secourir les pauvres est aussi essentiel que de financer la police, les magistrats ou l’armée. Bien sur leur trouver un travail décent (je pense aux prostituées qui font ce boulot pour manger alors qu’elles se sentent sales à exercer ce métier voilà en quoi on ne peut obliger ,meme passivement avec le libéralisme, les gens à travailler), mais stop le mythe « le libéralisme ça apportera le bonheur aux gens ». Des gens seront sur la paille et vu l’égoisme et l’indifférence actuel (qui n’est pas du au méchant et vilain Etat (il y a réduction d’impot donc si les gens étaient vraiment généreux ils choisiraient de financer des actions de charité plutot que l’Etat) soit disant mais à la connerie humaine…
            Donc oui il faut prévoir une aide sociale fondamentale sur le modèle scandinave ou décentralisée mais stop « chacun est LIBRE!! » (en gros faites pas chier avec vos pauvres laissez moi jouir de la vie).

            • Que vous vouliez aider la multitude de pauvres que le système socialiste crée, c’est encore heureux. Mais comment? Avec encore plus de socialisme? Toujours plus de redistribution? Vous prônez toujours les mêmes méthodes qui conduisent à la misère partout où elles ont été appliquées.
              Le fait que les indices de pauvreté ou de misère sont plus bas dans les pays avec une liberté économique importante, que les pays pauvres appliquant un libéralisme politique et économique s’en sortent mieux et plus vite, tout cela ne vous interpelle pas? Vous êtes étonnant.

              « stop le mythe « le libéralisme ça apportera le bonheur aux gens ».  » Le libéralisme n’a jamais dit cela. Le mythe des « lendemains qui chantent », c’est le domaine de la gauche!

            • la révolte ne se ferait pas que contre l’Etat…contre les très riches en général.
              L’Etat et les riches ont les moyens de se défendre. En pratique les premières victimes des révoltes sont les pauvres…

              Secourir les pauvres est aussi essentiel que de financer la police, les magistrats ou l’armée.
              Oui. Personne n’a écrit le contraire, ni dans l’article ni dans les commentaires.

              il y a réduction d’impot donc si les gens étaient vraiment généreux ils choisiraient de financer des actions de charité plutot que l’Etat

              Alors là les bras m’en tombent. Sachez que les Français donnent des sommes considérables chaque année. Le total des dons est même en augmentation régulière. Les succès les plus médiatisés (Téléthon, Restos du coeur) brassent des montants énormes.

              Dans un article de 2010 l’INSEE a étudié l’influence des incitation fiscales sur les dons. Une des conclusions de l’article est que « L’augmentation des réductions d’impôts n’a pas conduit les ménages à fortement augmenter leurs dons, du moins à court terme. »
              Source: https://www.insee.fr/fr/statistiques/1377126?sommaire=1377130

              L’Etat et la Sécu prétendent gérer la solidarité avec nos impôts et cotisations. C’est plutôt de nature a décourager les dons…

            • L’hypocrite c’est vous qui prêchez la solidarité avec les pauvres, mais seulement en parole, alors que vous ne faites rien, et de plus soutenez des régimes qui maintiennent le peuple dans la pauvreté et l’esclavage, au profit d’une nomenklatura qui l’oppresse! A Cuba les gens sont payés 15 dollars par mois, et sont envoyés en prison quand ils protestent. Vous dégoûtez les gens intègres! Gardez vos leçons pour les jobards ignorants! Tout le monde sait ce que font les gens de gauche là où ils ont réussi à prendre le pouvoir!

              • je ne sais pas où j’ai dit que je soutiens Cuba
                à vrai dire je ne connais pas bien les pays d’Amérique latine, je m’en bat donc je n’en parlerai pas 😉
                en revanche je parle de réalités vécues ayant passé 2 ans au mouvement du Nid avant de quitter l’association par manque de temps 😉 et que ces libéraux qui défendent la prostitution pour que la femme puisse manger quand bien meme elle a honte de son métier, plutot que de lui fournir un logement social le temps qu’elle se refasse et fasse un métier qui lui plait, rien du tout pcq c’est pas bien, beurk argent des autres pour aider…
                Les libéraux ne défendent pas la liberté qu’ils promettent, juste l’égoisme d’individus et la liberté d’etre indifférent pour manger son gentil petit big mac 🙂

            • Combien gagne un Cubain et combien gagne un Suisse, seul pays libéral au monde?

    • Liberté et égalité avec le communisme de Mélenchon, admirateur et soutient de Castro, où le peuple est payé 15 dollars par mois? Le seuil d’extrême pauvreté fixé par l’ONU est de 120 dollars, 10 fois ce que gagne un Cubain. Les frères Castro sont milliardaires, et la nomenklatura vit dans le luxe, ayant volé les biens des bourgeois assassinés. C’est cela la liberté et l’égalité pour les jeunes français et pour vous?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

En annonçant à la surprise générale qu'elle voterait la motion de censure de la Nupes – qui a finalement été rejetée lundi à l'Assemblée –, Marine Le Pen piège le gouvernement, et les oppositions.

 

Le coup d'éclat

Aucun commentateur de la vie politique ne l’a vu venir. Lundi 24 octobre, Marine Le Pen a en effet annoncé que son groupe voterait pour la motion endossée par les députés de la Nupes, revenant sur de précédentes déclarations. Certes, le nombre cumulé d'élus des groupes d'opposition n'a pas suffi pour renverser le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles