Parce qu’il faut en finir avec les écoles hors-contrat, pardi !

Blanquer a rapidement rassuré tout le monde : ne vous inquiétez pas, il va devenir de plus en plus dur d'ouvrir des écoles hors-contrat en France. Il ne faudrait pas que trop d'individus autonomes soient formés dans ce pays, pardi !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ecole-biblioArchives-Dionne Quintuplets(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parce qu’il faut en finir avec les écoles hors-contrat, pardi !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 février 2018
- A +

Naturellement, l’État aime bien se mêler d’autre chose que ses affaires, notamment les vôtres. En France, il n’aime pas, il adore. Et lorsqu’il s’agit de se mêler de vos affaires en matière d’instruction, ce n’est plus une passion mais une véritable compulsion obsessionnelle. Dès lors, il était logique qu’il finisse un jour par entrer en guerre quasi-ouverte avec les écoles hors-contrat.

Les escarmouches ne sont pas nouvelles. Le conflit larvé dure entre l’État et ces établissements qui échappent en partie au contrôle national, républicain et administratif serré qu’il entend leur imposer. C’est ainsi que régulièrement, de nouvelles couches législatives, écrites avec plus ou moins de bonheur, viennent s’ajouter aux nombreuses strates déjà pondues pour s’assurer que la liberté d’instruction en France soit aussi réduite que possible.

On se souvient par exemple qu’il y a quasiment deux ans de cela, Najat Vallaud-Belkacem tentait de reprendre l’avantage sur ces établissements et autres pratiques douteuses d’enseignement à domicile : une bonne grosse loi et l’affaire serait vite réglée. Manque de bol ou, plus exactement, manque cruel de compétence de la ministre, le Conseil constitutionnel censurait un an après l’article 14 de sa loi « égalité et citoyenneté » visant à durcir le régime d’ouverture des écoles hors contrat.

Flûte et zut. La Lutte contre les méchantes écoles hors-contrat venait de connaître un hoquet.

Avec l’arrivée au ministère de l’Édulcoration Nationale d’un Jean-Michel Blanquer qui semblait, pour une fois, plus proche de la réalité de terrain et certainement moins dogmatique, on s’attendait à une saine période de répit pour ces écoles qui, rappelons-le, ne concernent qu’un tout petit nombre d’élèves (un peu plus de 65.000) pour un nombre d’établissements dépassant à peine 1300. Malheureusement, réalité de terrain et pragmatisme n’ont pas suffi : voilà que le débat est à nouveau relancé puisqu’on apprend que le Sénat examine à présent une proposition de loi soutenue par le gouvernement qui cherche à renforcer les contrôles face aux risques de dérives.

Pour beaucoup en effet, « école hors contrat » signifie forcément dérives, endoctrinement et recul évident de la République, une, indivisible et nutellisée. Si tous n’ont pas la certitude que ces écoles particulières cachent en fait des bastions du coranisme, beaucoup aiment le croire et ce d’autant plus que, dans l’imagerie populaire, ouvrir une école hors contrat est d’une facilité déconcertante :

Comment se fait-il que dans ce pays, il soit plus facile d’ouvrir une école qu’un kebab ou une laverie automatique ?

… se demande ainsi une militante Les Républicains dans une émission de France 2 où Blanquer était invité, montrant par là que tout le monde accepte avec décontraction qu’il soit particulièrement pénible d’ouvrir une laverie automatique dans ce pays en s’offusquant que ce ne soit pas le cas pour une école, dans un égalitarisme maximal de la souffrance et de l’emmerdement administratif qui, au passage, explique très bien la situation générale du pays.

Et plutôt qu’expliquer qu’on devrait plutôt s’affairer à faire en sorte que laveries automatiques, boulangeries ou kebabs devraient être aussi faciles à ouvrir qu’une école, Blanquer a rapidement poussé le fait que le Sénat veille : il examine donc une proposition de loi d’une centriste, Françoise Gatel, qui veut lutter contre les dérives idéologiques, sectaires et pas carbono-réchauffistes dans ces écoles « libres ». Autrement dit : puisque c’est un enfer administratif d’ouvrir une boutique en France, on va progressivement arriver au même résultat pour les écoles qui devront être un enfer administratif aussi.

Que voulez-vous : tout indique que ces établissements sont en pleine croissance puisqu’entre 2011 et 2017, on est passé de 31 ouvertures par an à 122. Pour les politiciens, il n’y a aucun doute possible : ceci ne peut être que le résultat d’un travail de sape des fondements de notre belle unité nationale, et laisser ces établissements se développer revient à signer la fin de notre beau vivrensemble multiculturel qui a jusqu’à présent montré une si franche réussite.

De ce point de vue, personne ne semble s’interroger sur les raisons de ce succès, ni le ministre Blanquer, ni la sénatrice Gatel ni tous ceux qui s’empressent derrière eux de pousser à la saine, ferme et stricte régulation de tous ces vilains établissements largement soupçonnés d’endoctriner méchamment nos têtes blondes et autres. Pour ceux-là, cette réussite ne provient que d’un prosélytisme débridé qu’il convient de freiner pour garantir une République laïque et, à cette fin, on n’aura aucun mal à exhiber l’une ou l’autre batterie de contrôles qui auront amplement démontré que les établissements visités distribuaient « des contenus erronés, tendancieux » ou évitaient certains enseignements, comme par exemple les sciences, l’histoire ou l’EPS.

Cependant, l’échec catastrophique de l’Éducation nationale dans sa mission initiale n’est même pas envisagé.

Pourtant, il n’est pas très compliqué d’imaginer que, devant la baisse du niveau des bacheliers (et de tous les diplômés du reste, prof compris), certains parents sont bêtement tentés de dégager leur progéniture des griffes de l’Éducation nationale pour les placer dans des établissements dont le contenu des enseignements serait plus en ligne avec ce qu’ils attendent.

Autrement dit, des contribuables qui paient déjà des impôts pour voir leurs enfants scolarisés dans les établissements prétendûment « gratuits » sont malgré tout prêts à payer à nouveau pour voir leurs enfants inscrits dans des établissements payants, mais non seulement aucun élu ou ministre ne semblent s’inquiéter des raisons du mouvement d’ensemble, mais – pire – s’emploient à rendre aussi misérable que possible la vie de ceux qui s’exfiltrent.

On pourrait peiner à comprendre cette attitude si on ne prend pas en compte l’idéologie qui se trouve maintenant profondément enracinée dans tout le système scolaire à la française : en réalité, ces établissements entrent bel et bien en concurrence frontale avec l’idéologie dominante, celle qui est valorisée par l’État et ses sbires, et qui impose que tout le monde soit traité (au sens « formaté ») de la même exacte façon, que tout le monde sache la même chose, et que cette chose corresponde parfaitement à ce qu’on attend du citoyen, à savoir outre son évidente obéissance, une saine absence de libre-arbitre.

Avec une concurrence libre et ouverte, impossible par exemple de faire totalement passer la propag les messages « essentiels » sur l’entreprise et l’économie qui ne peuvent se passer d’un ferme contrôle de l’État. Même chose pour la science, le progrès ou ce que vous voulez.

Avec une concurrence libre et ouverte, impossible de chanter unilatéralement les louanges de la Révolution française, quelque peu oublieuse du génocide vendéen ou des effets délétères du laïcardisme de combat ; impossible de complètement occulter le discours alternatif pondéré, scientifique et argumenté des sceptiques de l’aspect anthropique du réchauffement climatique, des OGM ou des pesticides ; impossible de faire taire ceux qui enseignent que non, tout ne se vaut pas, que tout ne peut pas se terminer dans un grand bain égalisant de moraline sirupeuse ; impossible aussi de museler ceux qui ont l’outrecuidance de s’en tenir aux méthodes éprouvées d’apprentissage de la lecture, de l’écriture, des mathématiques, de l’histoire (abominablement linéaire et scolairement chronologique !).

Avec une concurrence libre et ouverte, on peut raisonnablement obtenir des individus instruits, équilibrés et capables de penser pour eux-mêmes ce qui, dans une société où l’opinion dissidente est de plus en plus pourchassée, risque de créer des dissensions dans le vivrensemble.

Pire que tout : avec une concurrence libre et ouverte, on produit des individus qui comprennent le système et peuvent s’en servir ou s’en extraire facilement, qui passent pour des borgnes au milieu de ces millions d’aveugles mentaux que le système éducatif étatique officiel produit chaque année avec au mieux gourmandise ou, au pire, totale inconscience.

Et ça, en République du Bisounoursland du Vivrensemble Triomphant, c’est absolument impensable.

La lutte contre les écoles hors-contrat continuera donc.

République du Bisounoursland
—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • « Avec une concurrence libre et ouverte, on peut raisonnablement obtenir des individus instruits, équilibrés et capables de penser pour eux-mêmes  »

    Il faut aussi comprendre que notre société actuelle, si elle ne favorise pas des individus équilibrés, fait donc l’inverse : elle produit des individus mal dans leur peau, qui n’ont pas les moyens, noyés dans le vivrensemble, de découvrir qui ils sont, et d’être eux-mêmes. Le résultat se traduit par des suicides, de la violence, de l’obéissance aveugle, ou la fuite des réalités.

  • je propose le bisoucorne. le Français est un hybride. un croisement de bisounours et de licorne.
    Il faudrait aussi lui tartiner la bouche de Nutella. drogue dure qui devrait être massivement taxée tant le Français en est dépendant.

  • Les écoles hors contrat correspondent à mes idées, mais quand je vois des établissements religieux ou écolos radicaux, ça ne me tente pas plus que ça… Je doute que la pédagogie Steiner instille un grand esprit critique chez les petits.
    Néanmoins, les gens doivent pouvoir choisir et je réprouve toutes les formes de coercition visant à empêcher la création ou le développement de ces écoles.

    • C’est toute la difficulté. Des dérives il y en a, c’est certain. Mais il est difficile de les détecter et encore plus de les prévenir. Il est difficile aussi de décider que telle pratique est une dérive et que telle autre est une innovation pédagogique. Alors dans sa grande sagesse l’Etat préfère interdire tout ce qu’il ne peut pas contrôler. Et tant pis si le résultat est pitoyable.

      Comme disait Cocteau: « puisque toutes ces choses nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur ».

    • Les dérivent proviennent de l’existence même de l’État providence grâce auquel les individus n’ont pas à supporter les conséquences de leurs choix. Sans redistribution politique (RSA, allocations diverses et variées), les parents choisiraient naturellement et sans qu’il soit besoin de les y forcer, les écoles qui offriraient le plus de chance à leurs enfants de trouver le meilleur travail possible compte tenu de leurs goûts et de leurs capacités.

  • L’Etat décide ce qui est juste. L’Etat dicte ce qui est bon. L’Etat n’aime pas la concurrence. L’Etat hait les personnes libres et aborre la liberté.

  • Le problème des « dérives » vient essentiellement des écoles confessionnelles musulmanes, souvent ouvertes en toute illégalité où la part belle est faite à l’enseignement de la langue arabe et du coran au détriment du français et surtout des sciences puisque tout est déjà dans les miracles du coran. Donc, pour ne pas « stigmatiser » une communauté, on s’attaque à toutes. Ne pas oublier que si l’instruction est obligatoire, aller à l’école ne l’est pas et tant qu’à laver le cerveau autant que se soit dans le sens que veut le gouvernement.

  • Je ne sais pas si c’est hors de propos, mais cela me remet en mémoire le schéma de « Comment sortir de la Sécurité Sociale : mission impossible (?)… » surtout, que personne ne puisse s’évader de ce qui est BIEN POUR NOUS (et tous les moyens sont mis en œuvre pour que ce soit quasiment impossible)

  • Comme toujours, il s’agit en définitive d’une histoire de gros sous……Le seul moyen d’en sortir, c’est le « chèque-éducation ». Si chacun disposait d’un crédit qu’il affecterait à l’école de son choix, si l’État se contentait d’édicter des programmes, de vérifier qu’ils sont enseignés et s’abstenait de s’immiscer dans la méthode d’enseignement, nous nous en porterions bien mieux…..

  • Oui, enfin, soyons sérieux, il y a quand même 40 % d’écoles hors-contrat confessionnelles… et ce n’est pas sur celles qui sont chrétiennes ou juives qu’un suivi attentif va être réalisé…
    Et ce n’est pas parce que la droite de la manif pour tous, celle qui place ses rejetons au collège Notre-Dame-de-Trifouillis-du-petit-enfant-Jésus découvre soudainement les vertus du libéralisme sociétal qu’il faut défendre l’indéfendable. D’autant que le gouvernement a enfin compris qu’il y a mieux que la déradicalisation, il y a d’abord la non-radicalisation…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Les épreuves de spécialités du baccalauréat 2022 qui se sont tenues il y a une dizaine de jours ont ramené la question de l’enseignement des mathématiques et des sciences sur le devant de la scène éducative.

Si vous vous souvenez, au début de l’année, les sociétés savantes de mathématiques s’étaient alarmées du fait qu’au nouveau lycée, seuls 59 % des élèves de terminale générale suivaient un enseignement de maths contre 90 % avant la réforme du lycée de 2019. À peu près au même moment, le Medef réclamait d’urgence une réintroduction m... Poursuivre la lecture

Par Armand Lépiers, lycéen.

Il s'agit d'un secret de polichinelle, le niveau des élèves français est désormais faible. Selon les derniers classements PISA nous nous hissons péniblement au-dessus de la moyenne des résultats des pays de l'OCDE et à peu près au même niveau que le Portugal...

Cependant, les gouvernements successifs ne cessent de nous seriner que tout va bien, que le constat de la chute du niveau est une esbroufe tantôt réactionnaire tantôt élitiste (souvent les deux) et que nous devrions dormir tranquilles, la relèv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles