La réforme Blanquer, mythes et réalités

S’il n’y prend garde, au lieu de libérer, le ministre pourrait être en train de perpétuer le monopole asphyxiant de la rue de Grenelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Michel Blanquer par René Le Honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réforme Blanquer, mythes et réalités

Publié le 22 février 2018
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

La semaine passée a été celle du triomphe pour Jean-Michel Blanquer. La réforme du bac a été saluée, son émission de télévision un succès et Le Point l’a même intronisé « vice-président » ! Le ministre de l’Éducation nationale est plébiscité et les projets qu’il porte applaudis.

Les défis restent toutefois immenses : les mesures annoncées, bienvenues, ne peuvent constituer qu’une toute première étape à une vraie réforme. Plus encore, s’il n’y prend garde, au lieu de libérer, le ministre pourrait être en train de perpétuer le monopole asphyxiant de la rue de Grenelle.

Un bilan symboliquement fort

Son bilan est, à ce jour, symboliquement fort. Par son discours, il marque une rupture franche (et salutaire !) avec le précédent quinquennat : valorisation de la transmission (y compris latin et grec), de l’autorité (interdiction des portables), de l’effort scolaire.

Par ses mesures, il introduit des nouveautés, comme le dédoublement des classes de CP. Le tout sans heurt : alors qu’au ministère, de nombreux fonctionnaires s’attendaient à une tornade, ils constatent que le ministre avance avec une extrême prudence et une tactique de sioux. La droite proteste car, pour accroître les moyens par ici, il faut bien les retirer par là ; mais elle n’a rien à proposer.

Si les buts poursuivis sont mobilisateurs, ces premières étapes ne peuvent être que les prémisses d’une réforme. Le toilettage du bac est bienvenu, mais les vrais problèmes portent sur les seize années d’éducation en amont. Plusieurs dispositifs sont intéressants mais la mise en œuvre pratique est parfois décevante : par exemple, le dispositif « devoirs faits » se limite à une poignée d’heures hebdomadaires, en grands groupes.

Une démocratie qui prétend prévenir plutôt qu’elle ne corrige, qui régule la liberté plutôt qu’elle ne sanctionne les abus

L’éducation frémit, mais on est loin de la révolution.

D’abord, le fonctionnement du ministère reste profondément centralisateur. Annoncer une dictée quotidienne en CP est populaire (sans être structurel) mais contradictoire avec le discours favorable à l’autonomie (dont on ne voit toujours aucun indice). Ensuite, et c’est plus inquiétant, les réformes en cours pourraient porter un coup sévère à la liberté scolaire – déjà fragile.

Candidats libres. L’instauration du baccalauréat en contrôle continu pose un premier défi. En l’état, les établissements privés (hors contrat) ne savent pas si leurs élèves pourront se présenter en candidats libres, ni comment. Qu’adviendra-t-il de tous les modes de scolarisation alternatifs (établissement privé, cours à la maison, etc.) s’ils doivent demain être homologués par la très conservatrice et monopolistique Éducation nationale ?

Écoles hors contrat

Le second défi vient du Sénat qui envisage de considérablement renforcer les conditions d’ouverture des écoles hors contrat (en France, une école ne peut prétendre au « contrat » qu’après cinq années d’existence).

Ce projet, qui bénéfice du silence du gouvernement, reprend un texte déjà présenté par Najat Vallaud-Belkacem (et censuré par le Conseil constitutionnel pour « atteinte disproportionnée à la liberté constitutionnelle d’enseignement »).

Son objectif, plutôt inavoué, est de réguler l’ouverture des écoles musulmanes, pour lutter contre celles aux mains des extrémistes, sans l’assumer publiquement.

Mais la solution pratique est asphyxiante pour toutes les autres. C’est un signe supplémentaire d’une démocratie qui prétend prévenir plutôt qu’elle ne corrige, qui régule la liberté plutôt qu’elle ne sanctionne les abus. Son effet sera évident : renforcer les barrières à l’entrée et le monopole de l’Éducation nationale.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Et oui, les réformes Macron c’est beaucoup de com… sans corriger les problèmes de fond

  • A la lecture de ce papier bien ficelé on comprend bien que malgré la comm et un certain nombre de décisions qui vont dans le bons sens, Blanquer n’empêchera pas le mammouth de continuer à se précipiter dans le mur. Comme tout ce qui est initié par Macron on reste dans la comm et l’homéopathie…

  • Une réforme, c’est ce genre de truc d’état providentiellement obèse qui pousse le bouchon encore plus loin en ce qui concerne l’endoctrinement (écologie crasse, état omnipotent, religion dans le sens du poil, féminisme opportuniste, patriotisme aveugle, etc.)? Bref, le changement c’est pareil.

    A quel moment sera t-il question d’un retour au libre arbitre?

  • Le problème fondamental c’est la fascination des français pour le centralisme et le mythe égalitaire, tout le reste découle de cela…

    • @ Laurent
      Oui, Contrepoints et ses lecteurs-commentateurs sont « centralistes » et les Français, majoritairement « égalitaristes », en plus, détestent que d’autres jouissent de faveurs qui ne les concernent pas mais adorent bénéficier de privilèges dont tout le monde ne profite pas (les « statuts » spéciaux, e.a.).

      Ainsi « l’état » devient « Macron » comme sous Louis XIV!

      C’est Folklorique! Et ça se retrouve aussi sur le plan international où la France veut être considérée comme un pays à statut supérieur aux autres: ses performances actuelles ne justifient pas ce désir!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles