Funérailles de Johnny : j’y étais…

Je m’étais juré de n’aller, si je le pouvais, qu’aux funérailles de Johnny. Il faut rester fidèle à ses enthousiasmes, à ses passions, et ne pas oublier qu’on est vivant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cérémonie Johnny Hallyday-Capture d'écran TF1 sur YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Funérailles de Johnny : j’y étais…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 décembre 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

Immense. Phénoménal.

J’imaginais bien la multitude, l’hommage populaire, les larmes et la nostalgie.

Mais pas à ce point.

J’entends les questions des journalistes de terrain sur France 2 et, aussi banales qu’elles soient, elles ne parviennent pas à dissiper l’émotion de ceux qui répondent.

Il y a trop de monde. Je regarde la télévision et je me sens bien.

Je songe par exemple à François Reynaert qui sur Radio Classique développait brillamment la thèse que la France officiellement n’aurait pas dû être engagée dans le chagrin singulier et collectif de tous ceux, nombreux, pour qui Johnny était une idole. Et il me semblait pertinent.

Le président de la République l’a qualifié de « héros » et il me semble que c’est une dérive de la pensée et du vocabulaire.

En même temps, à la réflexion, on est bien obligé de se dire que Johnny incarnait d’une certaine manière la France.

Il a constitué une passerelle entre toutes les générations et pour chacune il a été une référence. Chaque Français avait la capacité d’avoir et de cultiver dans sa mémoire une chanson de Johnny et, à entendre cette foule, elle avait envie de le remercier parce que dans les moments difficiles, douloureux ou festifs de l’existence de chacun, Johnny avait été présent, les avait aidés, consolés. Un ami invisible mais solidaire.

Ce que je ne mesurais pas était la richesse intime que Johnny avait été pour beaucoup et que ce fabuleux émoi populaire, cette effervescence multiple, composite et hétérogène constituaient la manifestation d’une reconnaissance éperdue. Chaque Français va aujourd’hui vers Johnny bien plus qu’il n’allait vers eux. Sa mort a fait beaucoup d’orphelins.

Johnny
Philippe Bilger-Tous droits réservés

J’ai conscience aussi que la plénitude de cet hommage populaire signifie plus que la consécration d’un chanteur exceptionnel et d’une personnalité familière. Comme la politique est caractérisée par la mort de l’unité, l’unité de la mort, engendrée par la disparition de rares personnalités emblématiques – et Johnny plus que toute autre – démontre à quel point il y a une attente. Le besoin d’un lien, aussi funèbre qu’il soit.

Je n’ai que trop tendance à fuir le collectif parce qu’il me met mal à l’aise. Cette multitude au-delà du raisonnable me fait peur. Pourtant depuis toujours je m’étais juré de n’aller, si je le pouvais, qu’aux funérailles de Johnny. Mais cette immensité est si tendrement, si chaleureusement, si sincèrement populaire.

Je renâcle, j’ai mauvaise conscience. Mais mon épouse me stimule et me rappelle ma promesse.

Et j’y vais avec elle.

Il faut rester fidèle à ses enthousiasmes, à ses passions, et ne pas oublier qu’on est vivant.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je ne suis pas toujours d’accord avec vous, Monsieur Bilger, mais cette fois, oui, d’une certaine manière je partage votre étonnement devant tant de tendresse et de chaleur humaine, et aussi votre émotion.

    • Je crois aussi que cela doit nous conduire à nous interroger sur la vraie nature, plutôt rebelle libérale et néanmoins empathique, du peuple français dont on nous répète qu’il demande toujours plus d’Etat et qu’il faut lui imposer de la solidarité forcée.

  • Plutôt que de récupérer éhontément JH comme le font certains, le personnel politique ferait mieux d’essayer de comprendre ceux qui l’aimaient et pourquoi il plaisait à beaucoup, age et milieu confondus.
    Avec JH et Jean d’O, pour une fois et depuis longtemps, la France réelle était mise en avant. Pas celle que l’on montre avec le devoir de la voir, alors qu’elle est largement minoritaire.
    Ce que les mêmes politiques et les médias refusent d’admettre.

    • @ montesquieu
      Je crois que ni J.Hallyday, ni J.d’Ormesson n’étaient « clients » de la sinistrose ambiante!
      C’est de ce côté là qu’il faudrait chercher quand c’est l’heure (tardive!) de se retrousser les manches!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabio Rafael Fiallo.

Temps difficiles pour la culture européenne, et donc pour celle de la France, que le tournant des années 20 du siècle dernier. Voilà une Europe dévastée par une conflagration fratricide et qui subissait alors, de surcroît, la pénétration – politique, économique et culturelle – de la puissance montante de l’époque, celle-là même qui avait pesé de tout son poids dans la défaite du militarisme prussien.

Aussi fallait-il désormais faire face aux ambitions de cette Amérique et à l’arrivée sur sol européen du ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Bouchat.

À moins de se réveiller d’un coma profond ou de vivre dans une île déserte coupée du monde, personne n’ignore les décès quasi simultanés de Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday.

Tout autour de moi, j’entends beaucoup de personnes – certes minoritaires mais tellement virulentes – se dire choquées de l’émotion populaire et du traitement médiatique massif autour de la disparition de Johnny, alors que Jean d'Ormesson mériterait bien mieux ce traitement en raison de sa grande intelligence. Bref, en caricaturant à ... Poursuivre la lecture

Johnny
0
Sauvegarder cet article

Par Phoebe Ann Moses.

Près d'un million de personnes concentré dans le quartier de la Concorde, 3 présidents de la République présents à la cérémonie, un discours présidentiel... l'événement a été à la hauteur du personnage de Johnny Hallyday : démesuré.

Dans les rues, le public respectueux de Johnny

Dans les rues sont rassemblées des personnes de tous les coins de France : des jeunes, des moins jeunes ; des classes sociales visiblement différentes ; des piétons, des bikers ; des accents du Nord, du Sud ; des people, et des gens... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles