Quand la fiscalité devient sournoise

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Etau Gressel by Brigitte Djajasasmita(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand la fiscalité devient sournoise

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 novembre 2017
- A +

Par Dominique Philos.

On sait que la fiscalité a atteint, en France, des niveaux à la limite du tolérable. Les politiciens le disent et pourtant la seule option choisie par le nouveau pouvoir a été de remettre une couche supplémentaire d’impôts (+1% pour 2018).

De là à penser que Bercy a imposé ses choix aux politiciens il n’y a qu’un pas franchi sans aucune difficulté.

Fiscalité oppressante et surveillance fiscale généralisée de la population

On peut évoquer l’augmentation de la CSG qui, grâce à un mécanisme vicieux, vous fait payer des impôts sur des impôts car les 17.2% de cotisations sociales qu’on va vous prendre au titre de la CSG ne sont en fait qu’un impôt sur votre revenu qui ne dit pas son nom. Et, miracle de la fiscalité confiscatoire, ces « cotisations » entrent dans votre revenu imposable en conférant à celui-ci un caractère fictif.

Seulement, une fiscalité appuyée sur des revenus fictifs n’est pas viable à terme car elle provoque, à mesure que le taux augmente, une distorsion de plus en plus importante entre le revenu réel et le revenu fiscal.

Par ailleurs, les sociétés civiles et commerciales doivent, avant le 1er avril prochain, sous peine de fortes amendes, indiquer le « nom du bénéficiaire effectif » c’est-à-dire en clair révéler les personnes qui se cachent derrière elles. Il s’agit en l’occurrence de faire « sauter » le verrou des sociétés écran par la collaboration active des contribuables qui se vont se dénoncer eux-mêmes et mettre à bas les mécanismes qu’ils ont eux-mêmes mis en place ; cela afin « d’adapter la fiscalité qui leur sera applicable ».

En outre, circule dans les sphères du pouvoir et de Bercy l’idée que la fraude fiscale s’élève à 80 milliards d’euros par an et que la supprimer serait de nature à résoudre les problèmes chroniques de déficit budgétaire de l’État ; vision purement technocratique de la fiscalité orientée vers toujours plus d’État et plus de dépenses publiques.

C’est pour cela que, comme me l’a aimablement indiqué un lecteur, le Journal officiel du 14 novembre a publié un arrêté n°265 du 28 août dernier (ici) autorisant la Direction générale des finances publiques (DGFIP) à utiliser un système informatique de traitement automatisé de lutte contre la fraude fiscale dénommé « ciblage de la fraude et valorisation des requêtes » pour une durée de deux ans qui, bien évidemment, deviendra ensuite définitive.

Cette périphrase n’a pas d’autre signification que la validation de l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) aux fins de traque généralisée de la population, quasiment à l’insu de celle-ci, par le croisement et l’exploitation de 23 fichiers informatisés.

Curieusement, le Parlement, représentant les Français concernés au premier chef par ces mesures, n’a pas été consulté et la CNIL (qui n’a d’ailleurs aucun pouvoir) n’y voit pas matière à critique.

On ne compte déjà plus les contrôles fiscaux qui aboutissent purement et simplement à la mort de l’entreprise contrôlée dans la mesure où le Trésor Public poursuit son but sans autre considération que celle de percevoir un maximum d’impôts et on peut donc s’attendre, dans les prochaines années, à une explosion des redressements fiscaux des particuliers.

On comprend dès lors mieux l’offensive récente contre les paradise papers et l’optimisation fiscale dont l’origine n’est peut-être pas celle que l’on croit ou qu’on essaie de nous faire croire.

L’impunité de l’administration fiscale

Le dernier gouvernement du quinquennat Hollande a été pris la main dans le sac de manipulations de la comptabilité publique puisque son dernier budget a été qualifié d’ « insincère » par la Cour des comptes ; c’est-à-dire, en langage moins diplomatique, trafiqué !

Seulement, il faut être conscient que Sapin, ancien ministre des Finances, selon une formule facile, est l’arbre qui cache la forêt car il est évident que celui-ci n’a aucune compétence en la matière et que le maître d’œuvre de la manœuvre n’est autre que Bercy puisque c’est ce service qui établit les comptes publics et qu’il a pu le faire en toute impunité !

La taxe de 3% sur les bénéfices distribués (qui remonte à 2012), retoquée récemment par le Conseil Constitutionnel, a été mise en place parce qu’il fallait déjà en remplacer une autre, elle-même illégale, et que la rembourser allait « coûter » 5 milliards d’euros alors que l’État n’a pas d’argent.

Aujourd’hui, on en est à 10 milliards d’euros et on n’a toujours pas l’argent !

Évidemment, on a parlé de « scandale » et on a voulu savoir qui était à l’origine d’une idée aussi désastreuse. L’Inspection Générale des Finances a lancé une enquête auprès de Bercy mais cela n’a rien donné…

On est donc face à l’omerta d’une administration toute puissante qui n’est pas responsable et surtout qui estime n’avoir pas à rendre de comptes.

Seulement, quand une administration, censée effectuer un travail d’exécution, trafique les comptes publics et refuse ensuite de rendre des comptes sur ses propres agissements il est évident que cette administration a pris l’ascendant sur ses supérieurs… avec toutes les conséquences en découlant.

Les aides sociales et les niches fiscales

On sait que le système des aides sociales comporte en lui-même les ferments de sa propre perversion car on se trouve face à un système où l’administration se perçoit au centre de toutes choses et seule habilitée à distribuer les revenus aux personnes qu’elle a désignées ou choisies.

Or, la distribution ciblée de ces aides n’est rien moins qu’une manière clientéliste de tenir en laisse la population qui finit par être persuadée que son bien-être et ses revenus dépendent de l’État et de son administration qui apparaissent faussement protecteurs parce qu’ils sont dispensateurs de bonheur et d’argent gratuit.

Seulement, lorsque l’État distribue à certains l’argent qu’il a extorqué à d’autres, il se sent obligé d’organiser ensuite une surveillance généralisée de la population afin de vérifier s’il est légitime que les récipiendaires de cet argent sont bien habilités à le recevoir. Car la perversion du système de l’assistanat est que celui-ci n’est jamais suffisant et que l’individu assisté sera toujours tenté de profiter davantage de cet argent gratuit.

Par ailleurs la multiplication des règles aboutit à complexifier le système administratif au delà de toute raison ; ce qui fait que, plus il y a de règles, plus il y a de tentations de contourner les règles d’attribution et fatalement plus il y a besoin de contrôles et de contrôleurs.

En général, les prévisions budgétaires allouées à ces aides sont toujours largement dépassées et les dépenses deviennent incontrôlables car si les critères d’attribution sont trop stricts personne n’y a droit et s’ils sont trop souples les fraudes sont nombreuses, car on ne peut pas tout prévoir ; compte non tenu du fait que la population assistée prend l’habitude de percevoir ces aides et ne supporte évidemment pas qu’on puisse un jour ne serait-ce que les diminuer, même faiblement (comme les APL).

La création de nouvelles aides crée souvent aussi des effets d’aubaine bien connus (même de la part des entreprises qui montent des structures ad hoc pour pouvoir en bénéficier) sans compter la mise en place de mécanismes complexes (usines à gaz) dont l’administration a seule la maitrise.

Et quand des mesures fiscales apparaissent à l’usage trop pénalisantes, l’État, plutôt que de logiquement les supprimer, crée des dérogations pour en atténuer les effets négatifs ; d’où les fameuses niches fiscales qui rendent l’impôt illisible (il y n’a pas moins de 457 niches fiscales … un véritable maquis) !

Tous ces mécanismes ont un double effet pervers : d’une part ils rendent leurs bénéficiaires (entreprises et particuliers) dépendants de l’administration ; d’autre part ces niches fiscales sont mal perçues par ceux qui n’en bénéficient pas et qui les voient comme des cadeaux faits à certains, alors qu’il s’agit juste de réduire la pression fiscale. Payer moins d’impôt n’est pas un cadeau mais seulement un moindre vol de la part de l’État.

Seulement, la mainmise de l’administration ne s’arrête pas là et le droit du travail est l’exemple même d’un secteur où l’accumulation de règles contraignantes a des effets négatifs désormais bien connus.

La logique actuelle considère qu’il est « normal » que les entreprises privées soient soumises à une administration seule compétente pour dire si les licenciements sont justifiés ou non car il est certain que des fonctionnaires qui ne connaissent rien au monde de l’entreprise qu’ils contrôlent et dans laquelle ils n’ont jamais mis les pieds sont les seuls compétents pour décider de ce qui est bon pour elle et ses employés.

Le seul résultat incontestable est que le chômage a atteint des niveaux records intolérables mais on sait que ce n’est pas la faute de l’administration ; c’est juste celle des entreprises et de ces salauds de patrons qui fraudent ou qui ne veulent pas embaucher.

On est en pleine caricature et le plus étonnant est que ce dévoiement de la pensée ne choque personne.

Fatalement, devant des difficultés qui peuvent apparaître insurmontables, les entreprises renoncent à leurs projets ou à leurs investissements ; elles n’embauchent plus puisqu’elles ne peuvent plus licencier pour s’adapter au marché et à l’évolution de celui-ci.

En conclusion

Il est manifeste que nous sommes passés de l’État de droit à un système qui ne prend en considération que les droits de l’État et à une socialisation rampante de la société avec une administration omnipotente qui fait la pluie et le beau temps ; ce qui permet de se demander si cette régression démocratique est raisonnable ou seulement viable à terme ?

Car, combien de temps peut tenir un système où tout est prétexte à impôt, contrôle et taxation ; même si la population a été éduquée dans la religion de son administration ?

Aujourd’hui, le système ne tient que par un édifice complexe et artificiel d’aides canalisant une population qui accepte pour l’instant son sort mais que se passera-t-il le jour où l’État ne pourra plus verser ces aides et ces allocations parce que les limites de la spoliation auront été atteintes ?

Selon Margaret Thatcher, « le socialisme ne dure que tant que dure l’argent des autres » ; ce qui veut dire que lorsqu’on sera arrivé au bout de cette logique tout l’édifice s’écroulera d’un coup et on en arrivera alors à l’austérité, la vraie, avec la suppression brutale des aides sociales, la fermeture de services publics et des licenciements massifs de fonctionnaires qu’on ne pourra plus payer.

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Bien dit … Merci l’Ami

  • Oui bien dit. Mais quant à la conclusion, avant l’étape de la pauvreté, il y en aura une autre. Si E. Macron ne fait rien pour diminuer les dépenses de l’état, il n’en est pas moins intelligent et expert en économie. Pour le jour à les taux monteront et où la catastrophe arrivera, il a déjà son plan B : puiser dans le patrimoine immobilier des Français. Concrètement, demander à tous ces rentiers propriétaires de leurs appartements et maisons secondaires, de payer un pourcentage de leur propriété, au titre de la solidarité nationale face à l’impératif de réduire la dette. Sortez les porte-monnaie !

    • ça ne pourra pas marcher ainsi, car les fonks voudront leurs salaires payés en euros, pas en pourcentage de part dans des immeubles. et le propriétaire d’un immeuble de 200 000 euros par exemple, il a un immeuble, il n’a pas 200 000 euros, ni même 20 000 euros. ou si il a 20 000 euros et que l’état lui vole ces 20 000 euros, ben l’année suivante, il ne les a plus.
      le risque est grand de voir beaucoup de propriétaires vouloir vendre en même temps sans trouver suffisamment d’acheteurs. donc l’ensemble du parc immobilier verra sa valeur chuter et on s’apercevra une fois de plus qu’il suffit que l’état touche quelque chose pour le plomber.
      on n’échappera pas à l’appauvrissement généralisé.

      • Le plus simple est de rincer les français au moment des successions. Finalement ce sera une manière, pour les jeunes générations, de « reprendre l’argent » à ceux qui se sont attribuer des « droits » sociaux que plus personne ne verra à l’avenir.

        • Simple comme un fusil à un coup ! La possibilité de laisser quelque chose à ses enfants est de très loin la motivation principale chez les créateurs de richesses, on ne peut pas s’y attaquer sans effets pervers démesurés.

          • Et oui, un coup pour payer la dette. Et pour ceux qui suivent, il n’y aura plus de retraite à 60ans, ce sera plus simple.
            Le côté immoral, c’est que les faibles seront rincés, les autres auront eu le temps de créer de montages fiscaux adéquats.

    • Macron n’est PAS expert en économie! La preuve, toutes ses mesures vont à rebours. Il est en train de détruire le peu qui reste en France. Il n’a AUCUNE notion en économie, c’est un pur technocrate de l’ENA, qui ne pense qu’à ponctionner partout, comme il l’a fait sous Hollande!

  • La question est : Combien est collecté et sur cette manne combien est distribué en résultat combien est piraté pour la gestion ?
    Bien qu’il y ait de nombreux contrôles on peut voir des bénéficiaires du RSA et autres aides, rouler dans des grosses BMW récentes…

  • Dire que les français ont voté en masse pour se faire punir par un bourreau dont on savait qu’il était au courant de tous les supplices qu’il pouvait nous infliger

  • Simplifier la fiscalité ? L’Etat ne doit « vivre » que du produit de la nation (PNB). Le CA des entreprises de France est a peu près de 2x le PNB. Si on consolide tous les prélèvements obligataires en une seule « TVA 2.0 » (Taxe sur le Volume d’Affaires), cela revient à la placer a 24%. Donc un Etat 2.0 prélève un impôt sur le CA de 24% (qu’il sera clairement temps de faire baisser), et on vire absolument tout le reste. Surement quelques effets de bord, mais tellement plus simple… et plus aucun bricolage fiscal possible.. sauf a planquer le CA 🙂

    • Ca n’a pas de sens d’encourager à faire le minimum de CA. La seule solution sensée est de s’interroger sur les dépenses de l’Etat et d’en supprimer impitoyablement tout ce qui n’est pas justifié par une supériorité de l’Etat sur le reste du monde pour l’engager. La question de trouver ensuite un financement pour les dépenses publiques restantes en deviendra d’une simplicité étonnante, à la fois parce que la charge en sera réduite et aussi parce que le consentement à l’impôt sera facile à obtenir.

      • Alors vous n’avez rien compris. En quoi un Impôt sur le CA encourage a faire moins de CA ? La TVA encourage-t-elle a faire moins de CA ? Elle est de 20%… Un presta de service paye 20% de TVA sur la quasi totalité de son chiffre d’affaire aujourd’hui.. aucun changement de principe… On parle du même fondamental, sauf qu’avec un impôt sur le CA, plus d’évasion.. plus de dumping, d’achat de marques souterraines pour évader l’argent… Soit on veut vendre en France, et on fait du CA, soit on ne veut pas, et alors, impôt ou pas ne change rien.
        Par ailleurs, en déplaçant tout sur cette base, plus de cotisations sociales, et donc plus d’excuses de ne pas embaucher, ou débaucher rapidement… Plus d’impôt à la con sur le patrimoine pour lequel on a déjà payé l’impôt. Plus de taxes en tous genres inventées pour boucher les trous. Une charge globale, basée sur la richesse créée dans le pays. Et c’est tout.

        • L’impôt sur le CA n’a pas de sens parce que le CA ne reflète en rien une capacité contributive. L’effet serait dévastateur puisque un gros CA avec des pertes conduirait immédiatement à la faillite parce que l’impôt creuserait ces pertes. Chacun chercherait à faire le maximum de profit sur le minimum de CA, ne serait-ce pas votre propre réaction ?
          Quant à la « jurisprudence favorable » observée avec la TVA, qu’en savez-vous ? La TVA n’est-elle pas elle-même une mauvaise taxation, en l’absence de laquelle l’économie se porterait mieux ? Avez-vous fait l’expérience ? Moi, je constate que depuis que les travaux du bâtiment bénéficient d’un taux réduit à 10%, leur CA a bien augmenté, alors…
          En fait, la taxation du CA relève à mon avis de la manie de taxer tout ce qui bouge jusqu’à le faire mourir, afin de donner de l’argent aux puissants pour qu’ils puissent le dépenser n’importe comment, mais en favorisant leurs amis et eux-mêmes, quand même…

          • Je pense quand même qu’une taxe sur le chiffre d’affaire est une bonne piste; pas de bricolage fiscale, simplicité, universalité.

            Vous dites: « Chacun chercherait à faire le maximum de profit sur le minimum de CA, »
            Mais c’est de la bonne gestion, c’est une bonne allocation de ressources.

            Une taxe universelle à un taux raisonnable, moins de 5-10 %, et supprimer toutes les taxes qui pèsent sur les entreprises, TVA, CET, IRPP(maintenant) et autres URSSAF.

  • Il y a longtemps que l’on sait que la France n’est PAS une démocratie. Elle n’a jamais été rien d’autre qu’une oligarchie où le peuple est l’esclave qui bosse pour assurer le financement du pouvoir. Cela en dépit de la Constitution bafouée par ce dernier!

    • @ Virgile
      Conclusion logique de votre raisonnement!
      Ce n’est pas nouveau: les fautes « théoriques » sont:
      – la perméabilité entre l’exécutif et la magistrature debout (souvent constatée)!
      – les domaines réservés de la présidence de la république dont les choix ne sont pas soumis à la représentation populaire
      – et, de façon bien plus opaque encore, le réel pouvoir d’une administration pléthorique non élue à l’organisation morcelée, et compliquée à souhaits par elle même, où le ministre est officiellement responsable de tout mais protégé par une certaine immunité, les fonctionnaires étant rarement poursuivis par le tribunal, lui-même « administratif » peu enclin à l’auto-critique!

      Le système est donc verrouillé et si les élus passent, l’administration (et son arbitraire) demeure et grossit: l’avenir des enfants de fonctionnaires en dépend!

      Fr.Fillon n’aurait pas atteint son objectif de – 500 000 fonctionnaires en 5 ans: qui l’aurait laissé faire?

      Le tout dans une pyramide de Ponzi dont l’issue est, comme on sait, inéluctable!

  • Tous ça est très amusant , on cherche à supprimer la fraude fiscale alors que nous sommes tous déjà assaillis par la fiscalité à hauteur de plus de 55% du PIB..avec l’aide de l’intelligence artificielle compte t’il obtenir un record de 100% ?

  • On en revient à Atlas Shrugged: ce système durera tant que ceux qui produisent acceptent de se faire tondre par ceux qui ne produisent rien.
    Fuyez ou produisez le moins possible de façon à rentrer dans la catégorie des « plus démunis » et le système s’écroulera.

    • Les entrepreneurs dont l’activité est principalement « immatérielle » sont déjà en mode Atlas Shrugged : ils se barrent bien avant de voir leurs bénéfices grimper aux cimes.

  • L’issue décrite par l’auteur à la fin de son excellent article n’est pas pour demain : nous sommes nombreux à avoir encore suffisamment d’économies pour alimenter ce système. C’est sans doute ce que se disent les étatistes démagogues qui se font élire en promettant toujours plus de droits et de moyens à ceux qui en réclament. Et ils seront à la retraite ou morts quand nos poches seront vides.

  • Si les entreprises et particuliers qui passent leur temps à frauder ou à défiscaliser, payaient normalement leurs impôts, l’état ne passerait pas son temps à inventer de nouveaux impôts.

  • En finir avec les régimes spéciaux de retraite (fabrique d’inégalité n°1), l’emploi à vie (fabrique de fainéants), l’avancement à l’ancienneté (fabrique de bons à rien), l’ena et Bercy (fabrique d’enculeurs de mouche), les syndicats et les médias subventionnés (fabrique de ripou et d’idéologues) etc…
    Bref, facile

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Lors de ses vœux, Bruno Le Maire a critiqué les industriels qui ont délocalisé sans justification. Ils manqueraient de patriotisme.

Monsieur le ministre de l’Économie, avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rappeler ce que vous n’ignorez pas : si les entreprises industrielles délocalisent ce n’est pas, comme vous le dites, pour « gagner un centime par pièce » mais parce que depuis quarante ans, aucun gouvernement n’a mis en œuvre les réformes effectuées par nos voisins et que, concernant ce sujet, Nous attendons t... Poursuivre la lecture

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles