Grace à la mondialisation, l’Humanité se porte nettement mieux !

Smiley by ghatamos(CC BY 2.0)

Éradication de la pauvreté, amélioration de la nutrition, hausse de l’espérance de vie, chute de la mortalité infantile et progrès en matière d’éducation : le bien-être de l’humanité s’améliore, y compris dans les pays les plus pauvres.

Par Marian L. Tupy

Dans un article récent, ma collègue Chelsea Follett a évoqué la baisse des taux de pauvreté absolue. Ces données sont en effet encourageantes, mais l’augmentation des revenus n’est qu’une façon de mesurer l’amélioration de l’état de l’humanité. N’oublions pas les autres indicateurs.

Parce qu’en matière de nutrition, d’espérance de vie, de mortalité infantile et d’éducation, de grands progrès sont réalisés dans le monde entier. C’est particulièrement vrai pour les pays pauvres. En Afrique subsaharienne, des améliorations absolues du bien-être humain sont en train de se produire, tandis que l’écart en matière de qualité de vie avec le reste du monde se réduit également.

Une chute de l’extrême pauvreté sans précédent

Selon les données les plus récentes, la part de l’humanité vivant avec moins de 1,90 dollar par personne et par jour (données corrigées des évolutions de pouvoir d’achat) est passée de 42,2% en 1981 à 10,7% en 2013 (dernière année pour laquelle des données sont disponibles). Cela représente une réduction de 75% sur une période relativement courte de 32 ans. Selon les chercheurs de la Brookings Institution, « une réduction de la pauvreté d’une telle ampleur est sans précédent dans l’histoire : jamais autant de gens n’ont été sortis de la pauvreté en si peu de temps. »

Cette baisse de l’extrême pauvreté est d’autant plus remarquable que la population mondiale a augmenté de 59% au cours de la même période. Loin d’être un problème, comme on le croyait autrefois, cette population croissante va de pair avec une prospérité accrue. La spécialisation et le commerce, ou la mondialisation, ont fait en sorte qu’une augmentation de la population mondiale s’est traduite par une augmentation de la productivité mondiale. Ainsi, le revenu moyen réel par habitant a également augmenté de 59% entre 1981 et 2013.

La plus forte réduction de l’extrême pauvreté a été observée en Asie de l’Est (de 81% à 3,7%) et en Asie du Sud (de 55% à 15%). Les données pour l’Afrique subsaharienne sont incomplètes. En 1990, on estimait que 54% de la population vivait dans la pauvreté absolue. La pauvreté a culminé à 59% en 1993. Depuis, elle est tombé à 41%. Ainsi, en matière de réduction absolue de pauvreté, l’Afrique subsaharienne est à la traîne. Mais, pour d’autres indicateurs du bien-être humain, l’Afrique subsaharienne affiche des résultats supérieurs à la moyenne mondiale.

Même en Afrique subsaharienne, les choses s’améliorent !

Par exemple, l’apport calorifique quotidien mondial par personne est passé d’une moyenne de 2 550 en 1981 à 2 850 en 2013, soit une augmentation de 12%. En Afrique subsaharienne, l’apport calorique est passé de 2 138 à 2 448 sur la même période. C’est une augmentation de 15%. Pour mettre ces chiffres en perspective, le ministère américain de l’Agriculture recommande que les hommes adultes modérément actifs consomment entre 2 200 et 2 800 calories par jour et que les femmes modérément actives consomment entre 1 800 et 2 000 calories par jour.

Entre 1981 et 2015, l’espérance de vie mondiale est passée de 63,2 ans à 71,9 ans, ce qui représente un bond remarquable de 12%, sans aucun doute lié à l’augmentation des revenus et, par conséquent, à l’amélioration de la nutrition. En Afrique subsaharienne, l’espérance de vie est passée de 48,5 à 59,9 ans. Il s’agit d’une amélioration de 24% (soit le double de la moyenne mondiale). La propagation du VIH/SIDA, qui menaçait de décimer la population africaine, a été arrêtée en grande partie grâce à la générosité des contribuables britanniques et américains, qui subventionnent la distribution de médicaments antirétroviraux en Afrique subsaharienne.

Passons maintenant aux Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, qui mesurent les progrès humains sur une période plus courte. Selon l’ONU, le taux de mortalité infantile est passé de 64,8 pour 1 000 naissances vivantes en 1990 à 30,5 en 2016. C’est une réduction de 53%. En Afrique subsaharienne, il est tombé de 108 à 53, soit une réduction de 51%. Au cours de la même période, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est passé de 93,4 pour 1 000 à 40,8 pour 1 000. C’est une réduction de 56%. Mais en Afrique subsaharienne, le déclin a été encore plus marqué : de 180 pour 1 000 à 78 pour 1 000 (soit 57%).

De grands progrès en matière d’éducation

Les inscriptions à tous les niveaux d’enseignement sont en hausse. Globalement, le taux d’achèvement du cycle primaire est passé de 80% en 1981 à 90% en 2015, soit une amélioration de 13%. En Afrique subsaharienne, il est passé de 55% à 69% au cours de la même période, soit une amélioration de 26% (soit le double de la moyenne mondiale).

Le taux d’achèvement du premier cycle du secondaire dans le monde est passé de 53% en 1986 à 77% en 2015, soit une augmentation de 42%. En Afrique subsaharienne, il est passé de 22% à 42%, c’est-à-dire une amélioration de 91% (soit plus du double de la moyenne mondiale).

Entre 1981 et 2014, la part de la population mondiale et subsaharienne inscrite dans les établissements d’enseignement supérieur est passée respectivement de 13% et 2% à 36% et 9%. Une fois de plus, l’amélioration en Afrique subsaharienne a été plus forte (350%) que la moyenne mondiale (177%).

Le 17 octobre dernier était la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Et en effet il y avait beaucoup à célébrer. La pauvreté absolue a été considérablement réduite dans une grande partie du monde en développement. Mais même dans les régions où la pauvreté absolue persiste à des niveaux inacceptables, comme l’Afrique subsaharienne, de nombreux progrès ont été réalisés dans d’autres domaines du bien-être humain. En fait, la région la plus pauvre du monde rattrape la moyenne mondiale à un rythme très rapide.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.