Euro : une monnaie sans État, c’est possible !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Images Money - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Euro : une monnaie sans État, c’est possible !

Publié le 28 octobre 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

La Zone euro a toujours été un projet politique. S’il n’était question que d’intégration économique, les gouvernements européens auraient par exemple accepté la proposition de Nigel Lawson, alors Chancelier de l’Échiquier sous Margaret Thatcher, faite en 1989.

Elle consistait à ouvrir toutes les zones monétaires nationales à la concurrence des banques centrales étrangères afin de favoriser la circulation des meilleures monnaies sur tout le territoire européen.

Cette proposition, plus facile à mettre en œuvre que l’instauration d’une monnaie unique, aurait conduit, par un concours de vertu, à un système monétaire de meilleure qualité.

Un tremplin vers l’État fédéral

L’euro a été conçu par les élites européennes comme un tremplin vers un État fédéral et non comme un outil destiné à faciliter le commerce. Mais à l’époque, cette idée d’État fédéral souffrait encore d’un manque de crédibilité.

Les dirigeants européens ont donc opté en premier lieu pour l’établissement d’une monnaie unique en espérant que le besoin d’intégration budgétaire et politique se fasse sentir ultérieurement.

C’est désormais chose faite. Les médias attribuent la stagnation de la Zone euro à un manque de gouvernance. Tout est donc en place pour convaincre les populations européennes de concéder davantage de libertés au profit d’un gouvernement central européen.

Le professeur Pascal Salin, ancien président de la Société du Mont-Pèlerin et auteur d’un récent ouvrage intitulé Les Systèmes monétaires : des besoins individuels aux réalités internationales, y voit la conséquence de préjugés politiques tenaces :

L’idée courante est que la création monétaire est un attribut de la souveraineté, ce qui est contestable puisque la monnaie a été inventée par la pratique des marchés.

La période de l’étalon-or

De nombreux exemples démentent la nécessité de doter une zone monétaire d’un gouvernement central pour bien fonctionner. La période de l’étalon-or classique (1870 – 1914) est à cet égard emblématique. La plupart des pays du monde utilisaient alors l’or comme monnaie commune. Or personne ne jugeait utile d’établir un gouvernement mondial pour maintenir l’équilibre du commerce international.

Les commentaires de John Maynard Keynes sur cette période sont éclairants :

Quelle période de progrès économique formidable ce fut pour l’homme avant qu’elle ne s’achève en août 1914 ! […] La majorité de la population, il est vrai, travaillait dur et vivait selon un faible niveau de confort […] Mais il était possible pour n’importe quel homme […] d’accéder à la classe moyenne et supérieure à un faible coût […] Celui qui habitait à Londres pouvait commander par téléphone divers produits venant du monde entier selon la quantité souhaitée tout en dégustant son thé dans son lit le matin et espérer leur livraison rapide au pas de sa porte […] Il pouvait obtenir immédiatement, s’il le souhaitait, des moyens de transit vers n’importe quel pays […] envoyer son domestique au bureau d’une banque de proximité pour la fourniture de métaux précieux, et pouvait alors opérer dans des pays étrangers, sans connaissance de la religion, de la langue ou des coutumes locales…

Pourquoi ce système ne s’est-il pas maintenu ? Pas en raison d’un manque de gouvernance mais à cause du déclenchement de la Première Guerre mondiale. La volonté des gouvernements d’utiliser l’inflation pour financer leurs dépenses de guerre a conduit ces derniers à répudier l’étalon-or et la discipline budgétaire que ce système imposait.

Une monnaie sans État est possible

Étrangement, le succès de l’intégration monétaire internationale sous le régime de l’étalon-or inspire très peu les théoriciens de la construction européenne. Interrogé sur cette question, Pascal Salin suggère un déficit de motivation personnelle pour les chercheurs :

S’ils reconnaissent que les marchés se suffisent à eux-mêmes pour procéder aux ajustements au sein d’une zone monétaire, les chercheurs en économie monétaire perdent leur fonds de commerce. Ils ne peuvent plus publier indéfiniment des articles sur la politique monétaire optimale et la meilleure combinaison de politiques monétaire, budgétaire et autres.

Une monnaie sans État est donc possible. L’émergence des crypto-monnaies est d’ailleurs une preuve supplémentaire que les échanges monétaires affranchis des gouvernements sont tout à fait viables.

La Zone euro n’a pas à rougir de son « manque » de gouvernance. Les causes de ses difficultés sont sans doute à rechercher ailleurs…

Pour plus d’informations et de conseils, c’est ici

Références :

Keynes, John Maynard. 1920. The Economic Consequences of the Peace. New York: Harcourt, Brace & World

Pascal Salin, Les systèmes monétaires : Des besoins individuels aux réalités internationales, Odile Jacob, 2016

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • hé ben , en France , nous avons un état sans monnaie……

  • non seulement c’est possible, mais ça a été comme ça pendant 5000 ans !

  • – Le problème ne se résume pas seulement à la monnaie commune – les ZMO de Mendel alors que les critères de convergence des Etats n’étaient pas remplis… l’€ est 1 monnaie faite pour l’Allemagne et voilà notre péché originel ). Donc la nature et au contenu du Traité de Maestritch mis en pratique par J.Delors, était 1 UE ouverte à tous vents et au Veau d’Or pour 1 libéralisme débridé, sans garde-fou pour les Etats les faibles qui sont au bord de la banqueroute ( de + en plus face à l’hégémonisme Allemand qui ne se préoccupe que de ses intérêts propres).
    -L’euro-fédéralisme comme disait B.Guigne, c’est le lit de Procuste . http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-euro-federalisme-ou-le-lit-de-182676
    Au prix d’une mutilation dont le préjudice est surmontable, on entend perpétuer l’espace mirifique du grand marché et en maintenir les règles, comme si rien de substantiel ne devait l’affecter. A ceux qui ne l’auraient pas compris, Jean-Claude Juncker a d’ailleurs adressé une formidable leçon de choses en annonçant, dès le lendemain du vote britannique, la poursuite à marche forcée de la Gouvernance UE d’1 UE convalescente non finie( sans défense commune, sans protection sociale, sans politique des flux migratoires,etc..) en passant les Etats-nation au rang de provinces UE. Voulue par les concepteurs de l’Union, cette impuissance n’est pas un raté du système, elle en est l’essence même. Si l’alibi fédéral est le ciment des USA ; il passe pour artificiel dans les gens des pays qui composent l’UE avec des histoires #, des langues # et des modes de fonctionnement aussi.
    Et donc, l’expression, faire un lit de Procuste, désigne la tentative de mettre tous les hommes dans le même moule, standardiser les opinions et les comportements. C’est uniformiser, quitte à déformer ou dégrader. C’est reconnaitre ne pas savoir/pouvoir s’adapter aux cas particuliers. Quelqu’un a dit totalitarisme ?

    • @ Alainet

      On ne voit que trop bien qu’en France, la population hésite encore à s’engager dans l’Union Européenne car pas sûre du tout de pouvoir en retirer tous les avantages obtenus, en « redistribution », « allocations » diverses et « protections sociales », obtenus d’un état qui prend plus pour distribuer, selon ses règles, plus aussi: c’est bien ça qui conduit l’état français à la faillite actuelle!

      Le seul remède envisagé: une Union Européenne calquée sur le modèle français qui permettrait de prélever sur la BCE et l’état allemand ou d’autres, de quoi distribuer aux Français les faveurs auxquelles ils se sont habitués, SANS en payer l’addition, par simple souci utopique d’égalité! « Un modèle pour l’Europe de redistribution internationale »: j’invente les allocations et subsides, toi, tu les paies!! ». Pourquoi? Mais parce que la France est la Lumière du monde! Tu n’étais pas au courant?

      M.Tatcher ne voulait pas autre chose: une totale liberté de vente et achat, sans aucune limite décidée de façon européenne et avec une unité monétaire copie conforme de la £ mais utilisée par d’autres pour diminuer les frais de change!

      C’est évidemment perdu d’avance! Comme imaginer

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

L'année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l'année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l'un ou l'autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j'en faisa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Les compagnies d’aviation remettent à plus tard le retour à la normale.

Le graphe d'Eurocontrol ci-dessous montre l’évolution du nombre de vols

Vous constaterez que le nombre de vols hebdomadaires est toujours inférieur de 25 % par rapport aux niveaux de 2019.

 

Même type de schéma dans l’automobile. Le nombre de véhicules neufs vendus aux particuliers dans l’Union européenne n’arrive pas à récupérer son niveau d’avant crise sanitaire. En novembre, ils ont sous-performé les niveaux de 2020 de 20 %, rap... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles