Les passions indépendantistes et la démocratie

Deux légitimités s’affrontent dans les récentes expériences indépendantistes, celle d’un État, de l’ordre, de la légalité, et celle d’une Nation minoritaire qui tente d’être reconnue et de se doter d’un État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Catalogne - Herminio Alcaraz (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les passions indépendantistes et la démocratie

Publié le 10 octobre 2017
- A +

Par Michel Wieviorka.
Un article de The Conversation

L’amour de la nation est souvent une passion conservatrice, voire réactionnaire ou extrémiste, il est plus rarement un sentiment adossé à l’idée de progrès. On le voit, aujourd’hui, avec partout dans le monde la poussée de forces d’extrême droite, souverainistes, soucieuses d’obtenir la fermeture de la société sur elle-même, et plus ou moins obsédées par l’homogénéité culturelle, voire ethnique ou raciale du corps social.

Pourtant, dans l’histoire, il est arrivé que le thème de la nation soit associé à des logiques d’émancipation : il en a été ainsi, notamment, en 1848 avec le « printemps des peuples » qui a fleuri dans plusieurs pays d’Europe. Et dans la période actuelle, ou récente, certaines mobilisations à forte teneur nationaliste ne peuvent en aucune façon être taxées d’extrémisme antidémocratique. Ceci vaut pour l’Écosse, où le référendum pour l’indépendance (septembre 2014) s’est soldé par la victoire du « non » (plus de 55 % des suffrages exprimés), comme pour la Catalogne et le Kurdistan, où le oui à l’autodétermination vient de l’emporter.

Ce type de situation pose de belles questions de philosophie politique, et appelle une réflexion nuancée et complexe, mobilisant des catégories variées : démocratie, légitimité, nation, etc. Il pose aussi la question du réalisme en politique : le moment du vote n’est pas nécessairement celui où la raison et la réflexion en profondeur l’emportent.

Légitimité et légalité

Un État peut difficilement accepter la sécession d’une partie du territoire national. Pour fonder son refus de toute amputation, il mettra en avant la Constitution, et donc la légalité, et il cherchera dans la communauté des autres États un appui, ou tout au moins une compréhension. Mais la légalité n’est pas nécessairement la légitimité dont les pouvoirs centraux – à Londres, Madrid ou Bagdad – n’ont pas l’exclusivité : comme en Écosse, les mobilisations catalanes et kurdes en Irak ont une réelle légitimité, à défaut d’être légales. Ainsi, deux légitimités s’affrontent dans ces expériences, celle d’un État, de l’ordre, de la légalité, et celle d’une Nation minoritaire qui tente d’être reconnue et de se doter d’un État.

L’État espagnol est un État fort, et démocratique depuis les années 70, l’État irakien est faible. Dès lors, l’affaire catalane est, pour l’essentiel, contenue dans le cadre de l’État-nation espagnol, alors que le dossier kurde est dominé par les intérêts de nombreux États plus ou moins concernés pour lesquels l’indépendance du Kurdistan irakien est inacceptable. Seul à ce jour Israël a fait connaître son soutien au référendum organisé par le Président Barzani.

Dans le cas espagnol, la démocratie est première, et avec elle l’État de droit. Dans le cas irakien, la géopolitique régionale et mondiale joue un rôle décisif. Encore faut-il ajouter qu’en ce qui concerne l’Espagne, la question débouche sur des dimensions européennes importantes – on notera que jusqu’ici, les chefs de gouvernement des pays de l’Union européenne ont été d’une grande discrétion sur ce sujet.

Le périmètre du référendum

Qu’il s’agisse de Madrid ou de Bagdad, l’absence d’ouverture est frappante. Quand David Cameron avait été confronté à la demande écossaise d’autodétermination, il avait su trouver la voie d’un processus démocratique. Quand, en 1988, Michel Rocard avait su faire aboutir à Matignon une négociation particulièrement délicate à propos de la Nouvelle-Calédonie, il s’agissait bien, là aussi, de faire prévaloir l’esprit démocratique.

Ces jours-ci, ce n’est pas ce que l’on observe de la part des pouvoirs espagnol et irakien qui ont choisi, en tout cas pour l’instant, de fermer la porte à toute discussion et même, s’il s’agit de l’Irak, de fermer les aéroports internationaux de Souleymanieh et Erbil.

Enfin, à partir du moment où une séparation est en jeu, le périmètre d’un vote éventuel est susceptible d’être au cœur de conflits. L’exemple récent du débat autour de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, peut illustrer ce type de question : quand le pouvoir a annoncé la tenue d’un référendum, la question qui s’est posée a été celle du territoire concerné par le vote : la commune, l’agglomération nantaise, plus encore… ? De même, bien des adversaires de l’idée d’indépendance pour la Catalogne ont indiqué qu’un référendum n’aurait eu à leurs yeux de sens qu’à l’échelle de l’Espagne.

Des mobilisations profondément démocratiques

Il serait injuste de rejeter les mobilisations de Catalogne ou du Kurdistan irakien dans les ténèbres de la non-démocratie : elles ont été et demeurent profondément démocratiques, et n’envisagent en aucune façon un régime politique qui ne le serait pas. L’autoritarisme et la violence ont été, pour l’instant, du seul côté espagnol face aux indépendantistes catalans. Le quasi-État que constitue déjà le Kurdistan est doté d’institutions démocratiques exceptionnelles dans cette partie du monde, avec notamment, l’inscription dans la Constitution de l’égalité des hommes et des femmes.

En Catalogne, une réelle maturité politique a toujours prédominé, il n’y a pas eu l’équivalent du terrorisme basque d’ETA. De même, le Kurdistan irakien est désireux de discuter et négocier son statut, il pourrait se satisfaire d’une solution intermédiaire – de type confédéral – entre la situation actuelle et l’indépendance. Dans les deux cas, le nationalisme présente, certes, quelques aspects qui pourraient inquiéter, et les tensions internes à la Catalogne comme au Kurdistan irakien sont considérables. Mais rien ne permet d’affirmer que les votes, en Catalogne ou au Kurdistan, annoncent nécessairement des dérives dangereuses.

Dans le cas catalan, il faut regretter que des mécanismes démocratiques internes à l’Espagne n’aient pas à ce jour été activés ; et dans le cas kurde, il faut d’abord s’inquiéter de voir la communauté internationale incapable d’apporter une autre réponse que purement négative et hostile à une initiative légitime, alors même qu’existent des possibilités de sortie du problème par le haut.

L’enjeu de la temporalité

Et c’est ici qu’il faut faire intervenir dans l’analyse la question de la temporalité, indissociable de celle du réalisme politique.

Les ressources dont dispose dans les deux cas chacune des deux parties ne sont pas symétriques. Les pouvoirs centraux ont, en fait, de nombreux et puissants leviers à actionner – économiques, financiers, politiques et géopolitiques. Ils peuvent mettre en place un blocus, au moins partiel, éventuellement avec l’aide d’autres États, exercer des pressions en tous genres. Ils peuvent s’appuyer sur certains acteurs du secteur privé, des chefs d’entreprise qui, par exemple, peuvent en déplacer le siège et les activités.

En face, les dirigeants indépendantistes n’ont pas les mêmes ressources. Si un traitement politique, négocié, de leurs demandes leur est refusé, ils risquent d’entrer en dissidence, d’envisager la violence ou de devoir la laisser apparaître, ou bien encore céder, au risque alors d’un immense découragement de la partie de la population qui les a soutenus.

The ConversationLes pulsions indépendantistes sont chargées d’utopie, d’émotion et de passions, plus que d’anticipation rationnelle et stratégique, et la capacité de traiter dans un esprit d’ouverture et de dialogue des demandes qui sont à la fois démocratiques et nationalistes comme celles de Catalogne ou du Kurdistan irakien est toujours faible. Ne pas tout faire pour aller dans ce sens ne peut que dangereusement pousser vers la violence et le rejet de la démocratie des forces qui, pour l’instant, en sont très éloignées.

Michel Wieviorka, Sociologue, Président de la FMSH, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « Il serait injuste de rejeter les mobilisations de Catalogne ou du Kurdistan irakien dans les ténèbres de la non-démocratie : elles ont été et demeurent profondément démocratiques, et n’envisagent en aucune façon un régime politique qui ne le serait pas. »
    Le raccourci est un peu rapide.
    En Catalogne, en de nombreux endroits, on a rapporté plus de votes dans l’urne que d’inscrit sur le bureau de vote.
    Quant au Kurdistan, l’un des point essentiel de litige est que le vote a été organisé dans les zones en dehors des frontières administratives du Kurdistan. Et l’argument de la démocratie est un peu tiré par les cheveux : référendum organisé par un parlement qui ne s’est pas réuni depuis 2 ans, à la demande d’un président dont le mandat s’est terminé il y a 4 ans et qui est resté en poste. De plus, les kurdes contrôlant le Conseil des Territoires de la plaine de Ninive (en dehors du Kurdistan) ont révoqué tous les maires qui refusaient d’organiser le référendum dans leur village.
    Enfin, le vote au parlement pour autoriser le référendum, s’est tenu en l’absence d’opposants, délibérément retenus à un check-point sur la route entre Suleymania et Erbil…
    Bref, dans un cas comme dans l’autre, on est très loin des standards habituels démocratiques.

  • Commentaire d’un brillant intellectuel qui parle de la théorie et non de la pratique
    Les manifestations du huit octobre ont été faites par des irresponsables qui devaient accepter le merveilleux paradis de la CUP qui décrit un monde de paix, mais dont la jeunesse attaque les bus touristiques à Barcelone, qui considère que les touristes sont indésirables
    Dites moi quand dans le passé la Catalogne a-t-elle été indépendante si ce n’est dans l’esprit d’anarchistes
    Qui a mis le feu aux poudres en 2012, si ce n’est Mas pour sauver sa peau qui maintenant considere que les n’étaient pas mûrs
    Qui falsifie l’histoire
    Est-ce Rajoy qui a décidé que Sabadell, CAIXA changent le lieu de leurs sièges sociaux
    Continuez vos recherches, l’avenir de l’humanité est entre vos mains

    • de toutes façon, l’auteur se place dans l’idée qu’il existe une « bonne  » situation pour l’ensemble d’un peuple…

      Quelque soit le peuple il n’est pas unanime…l’indépendance ‘est d’une certaine façon un non sujet. Il dissimule en général celui plus important de la redistribution des richesses …Car qui empêche un catalan de se dire catalan? comme tu veux lui dira t on mais paye tes impots espagnols.

      Donc au final , nous auront les impots catalans qui se substituent aux impots espagnols…une redistribution différente en généraL

      SI il y a des discussion c’est sur le rôle de l’etat pas vraiment sa surface géographique ou culturelle… quoique le concept d’individu soit aussi culturel…mais bon…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Pour garantir sa continuité au pouvoir, Pedro Sanchez a négocié avec les indépendantistes catalans la suppression du délit de sédition pour lequel ils avaient été condamnés en 2019. Cette énième atteinte à l’État de droit sort définitivement le PSOE de la catégorie de parti constitutionnaliste.

 

CGPJ : le double jeu de Sanchez 

Dans un précédent article, j’avais eu l’occasion d’expliquer de façon détaillée le fonctionnement du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), équivalent espagnol du Conseil de la magistrature, ... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles