Et si l’habit faisait -vraiment- le moine ?

Nos vêtement influencent les autres… mais aussi nous-mêmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Monk by Craig James(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si l’habit faisait -vraiment- le moine ?

Publié le 9 octobre 2017
- A +

Par Olivier Sibony.

On sait depuis longtemps que nos vêtements influencent la manière dont nous sommes perçus par autrui : par exemple, quand on compare des hommes portant un costume sur mesure aux mêmes vêtus en prêt-à-porter, les premiers sont notés plus favorablement sur toutes les dimensions. (Sauf une : l’intégrité. Voilà un papier scientifique que Fillon aurait dû lire…)

Mais il y a autre chose : ce que vous portez vous influence aussi, vous. Une étude étonnante le montre. On y soumet des volontaires à un test d’attention difficile. Si on leur fait enfiler, avant le test, une blouse blanche de médecin, ils sont nettement plus attentifs : presque deux fois moins d’erreurs. La blouse affecte la performance, pas seulement la perception.

Mieux : si on dit aux sujets que la blouse est une blouse de peintre et non de médecin, cet effet sur l’attention disparaît totalement !

Il y a là un effet d’amorçage (« priming ») : le simple fait d’être exposé à une idée nous influence. C’est ainsi que des sujets à qui l’on a fait penser à des sportifs de haut niveau sont plus tenaces dans un test d’endurance ; ou que nous serons plus rapides à reconnaître une banane si nous avons d’abord pensé au mot « jaune ».

Mais l’effet du vêtement va au-delà du simple amorçage, car quand, dans une troisième expérience, on expose des sujets à la vue d’une blouse de médecin, mais sans la leur faire enfiler, l’effet est inexistant : la performance est identique à celle des sujets qui portent une blouse de peintre. L’effet résulte donc de la combinaison de deux facteurs : la charge symbolique du vêtement (médecin ou peintre), mais aussi le fait de le porter physiquement.

De la magie ? Non. « Les vêtements ont un effet profond et systématique sur la psychologie et le comportement de ceux qui les portent », concluent les auteurs.

D’autres études ont montré que le fait de s’habiller de manière formelle est associé à une meilleure performance cognitive ; mais aussi que le fait de porter une blouse blanche, s’il améliore la concentration sur des tâches d’attention, devient nuisible dans celles qui demandent de la créativité

Alors pour briefer l’agence de pub, gardez la chemise à fleurs ; mais pour la réunion de budget, pensez à remettre la cravate !

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Il n’y a que les esprits légers pour ne pas juger sur les apparences. Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible ».
    Oscar Wilde

  • Le test de la blouse de médecin nous interpelle quant au port de vêtements traditionnels de leur pays d’origine par des immigrés en France.

    • J’avoue avoir été tenté par certains accessoires de mode masculine papou plutôt seyants. Sûr que la France terre d’accueil n’y trouverait rien à redire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si la guerre en Ukraine illustrait, une fois de plus, la supériorité du libéralisme ?

Pas seulement sur le plan moral, puisque ce conflit oppose une démocratie à un régime autoritaire et enclin à menacer ou envahir ses voisins, mais en termes tout simplement d'efficacité.

Certes, les succès de Kiev s'appuient sur le courage de ses soldats et l'appui d'une population unie dans un patriotisme qui a surpris les Ukrainiens eux-mêmes, en sus de la qualité du renseignement satellite, ou aérien américain et de la fourniture d'armes ... Poursuivre la lecture

Nous vivons dans un monde marqué par une forte incertitude et ponctué d’importantes surprises qui remettent en question bon nombre de nos croyances. Cette remise en question peut être très anxiogène tant il semble que nous ne puissions plus nous appuyer sur rien de stable pour avancer dans la vie. C’est particulièrement vrai dans les entreprises : la situation peut aller jusqu’à une forme de paralysie, causée par le sentiment que quoique l’on entreprenne, un événement imprévu viendra tout remettre en question. D’où un risque de démotivation. ... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, les participants aux réunions viennent bardés de leur portable, tablette, phablette ou smartphone, dans le but légitime d’enregistrer plus rapidement les notes à prendre. En réalité ils en profitent pour consulter subrepticement les informations entrantes, mails, SMS et autres alertes Internet.

Gérer les réunions pour améliorer la productivité de l'entreprise

Les réunions devraient être un moyen d’améliorer la productivité de l’entreprise. Quand on réunit toute une équipe dans une pièce pendant une heure pour travailler en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles