Idée reçue : « l’argent rapporte naturellement »

Non, l’argent ne rapporte pas naturellement. L’investissement financier ne saurait donner de bons résultats sans investissement personnel.

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que “l’argent rapporte naturellement”. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un monde inflationniste comme le nôtre, c’est l’inverse, votre argent qui dort sur un compte courant vous permet chaque année d’acheter de moins en moins de biens et services.

Non, l’argent ne rapporte pas naturellement

Donc non, dans un monde où les banques centrales sont toutes-puissantes, l’argent ne rapporte pas naturellement. Je pourrais arrêter mon argumentation ici mais cela serait faire fi des idées sous-jacentes de ceux qui évoquent le fait que l’argent rapporte naturellement.

Ces derniers font souvent référence à un rendement annuel sur l’épargne. L’épargne, lorsqu’elle est investie, permet chaque année de créer un surcroit de valeur pour son détenteur. Donc, lorsqu’on est riche on récupère chaque année ce surcroit de valeur qui est réinvesti ; et par la magie des intérêts composés, les personnes riches restent riches.

Jolie théorie. Car tout réside dans le terme investir. Demandez aux personnes qui ont investi dans l’immobilier américain avant la crise des subprimes si la magie des intérêts composés a fonctionné pour elles. Demandez aux personnes qui ont investi dans GoPro en 2014 et ont perdu 92% de la valeur de leurs actions.

La valeur se cultive

Pour que la magie des intérêts capitalisés fonctionne, il faut que la valeur de l’actif augmente. Pour une entreprise : des bénéfices en croissance et donc une bonne capacité à apparier besoins des clients et ressources à disposition seront de forts signes de création de valeur. Pour un bien immobilier, un bon emplacement et un entretien régulier par exemple aideront eux-aussi à créer de la valeur.

Mais la valeur ne vient pas ex nihilo ; pour une entreprise c’est un effort de tous les jours afin de répondre au mieux aux attentes des clients. Pour qu’un investisseur gagne de l’argent à la fin de l’année, il faut qu’il identifie les entreprises qui sauront le faire. Une fois cette tâche accomplie, il faudra par la suite évaluer si le prix proposé ne surestime pas cette capacité de génération de bénéfices.

Faire fructifier son épargne

C’est donc un travail minutieux que celui d’allouer correctement son épargne.

Certains me diront qu’il suffit de placer son épargne sur un fonds indiciel et d’attendre. D’une part, et compte tenu de la multitude des fonds indiciels, il s’agira déjà d’identifier les bons. D’autre part, imaginons que vous choisissiez un fonds indiciel CAC 40, cela suppose que vous pensez que les entreprises composant cet indice généreront des bénéfices dans le futur, et que leur prix aujourd’hui ne surestiment pas cette génération.

Si vous aviez appuyé sur le bouton “Achat” en juillet 2008 à la suite de cette analyse, vous auriez fortement dégluti dans les mois suivants et votre épargne, loin de rapporter naturellement, aurait fondu comme neige au soleil.

Entreprises et performances

Or, les personnes les plus riches de cette planète sont quasiment toutes des entrepreneurs ou enfants d’entrepreneurs dont la fortune réside dans la valeur de leur société. Et celle-ci peut fortement varier du jour au lendemain.

Enfin, nous parlons jusqu’ici de performance brute, indépendamment de toute fiscalité qui vient parfois réduire à peau de chagrin les performances brutes d’investissements dans des actifs. Il faut d’ailleurs noter que si les entreprises du CAC 40 versent d’importants dividendes “bruts” c’est aussi parce que les investisseurs réfléchissent en performance nette et incluent donc les différents prélèvements sociaux, taxes et impôts en tous genres qui viennent réduire fortement le dividende “net”. Et que sans investisseurs, une société ne dispose pas du capital suffisant pour financer sa croissance.

Faire le tri et travailler

En conclusion, il n’existe pas de recette magique pour faire fructifier son épargne, simplement des recommandations. Il s’agit de faire le tri et de travailler. À certains qui me disent qu’une personne riche peut s’adjoindre les services d’un bon conseiller, je répondrai qu’il faut commencer par le trouver (demandez à ceux qui ont fait confiance à Madoff) et ensuite, que tout un chacun puisse aussi lire et se documenter pour investir, le tout quasi-gratuitement.

Et donc, non, l’argent ne rapporte pas naturellement. L’investissement financier ne saurait donner de bons résultats sans investissement personnel.

Sur le web