Idée reçue : « l’argent rapporte naturellement »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Hamza Butt - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idée reçue : « l’argent rapporte naturellement »

Publié le 4 janvier 2022
- A +

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un monde inflationniste comme le nôtre, c’est l’inverse : votre argent qui dort sur un compte courant vous permet chaque année d’acheter de moins en moins de biens et services.

Non, l’argent ne rapporte pas naturellement

Donc non, dans un monde où les banques centrales sont toutes-puissantes, l’argent ne rapporte pas naturellement. Je pourrais arrêter mon argumentation ici mais ce serait faire fi des idées sous-jacentes de ceux qui évoquent le fait que l’argent rapporte naturellement.

Ces derniers font souvent référence à un rendement annuel sur l’épargne. Lorsqu’elle est investie, l’épargne permet chaque année de créer un surcroît de valeur pour son détenteur. Donc, lorsqu’on est riche on récupère chaque année ce surcroît de valeur qui est réinvesti ; et par la magie des intérêts composés, les personnes riches le restent.

Jolie théorie. Car tout réside dans le terme investir. Demandez aux personnes qui ont investi dans l’immobilier américain avant la crise des subprimes si la magie des intérêts composés a fonctionné pour elles. Demandez aux personnes qui ont investi dans GoPro en 2014 et ont perdu 92 % de la valeur de leurs actions.

La valeur se cultive

Pour que la magie des intérêts capitalisés fonctionne, il faut que la valeur de l’actif augmente. Pour une entreprise, des bénéfices en croissance et donc une bonne capacité à apparier besoins des clients et ressources à disposition seront de forts signes de création de valeur. Pour un bien immobilier, un bon emplacement et un entretien régulier par exemple aideront eux aussi à créer de la valeur.

Mais la valeur ne vient pas ex nihilo. Pour une entreprise c’est un effort quotidien afin de répondre au mieux aux attentes des clients. Pour qu’un investisseur gagne de l’argent à la fin de l’année, il faut qu’il identifie les entreprises qui sauront le faire. Une fois cette tâche accomplie, il faudra par la suite évaluer si le prix proposé ne surestime pas cette capacité de génération de bénéfices.

Faire fructifier son épargne

C’est donc un travail minutieux que celui d’allouer correctement son épargne.

Certains me diront qu’il suffit de placer son épargne sur un fonds indiciel et d’attendre. D’une part, et compte tenu de la multitude des fonds indiciels, il s’agira déjà d’identifier les bons. D’autre part, imaginons que vous choisissiez un fonds indiciel CAC 40, cela suppose que vous pensez que les entreprises composant cet indice généreront des bénéfices dans le futur et que leur prix aujourd’hui ne surestiment pas cette génération.

Si vous aviez appuyé sur le bouton Achat en juillet 2008 à la suite de cette analyse, vous auriez fortement dégluti les mois suivants et loin de rapporter naturellement, votre épargne aurait fondu comme neige au soleil.

Entreprises et performances

Or, les personnes les plus riches de cette planète sont quasiment toutes des entrepreneurs ou des enfants d’entrepreneurs dont la fortune réside dans la valeur de leur société. Et celle-ci peut fortement varier du jour au lendemain.

Enfin, nous parlons jusqu’ici de performance brute, indépendamment de toute fiscalité qui vient parfois réduire à peau de chagrin les performances brutes d’investissements dans des actifs. Il faut d’ailleurs noter que si les entreprises du CAC 40 versent d’importants dividendes bruts c’est aussi parce que les investisseurs réfléchissent en performance nette et incluent donc les différents prélèvements sociaux, taxes et impôts en tous genres qui viennent réduire fortement le dividende net. Et que sans investisseurs, une société ne dispose pas du capital suffisant pour financer sa croissance.

Faire le tri et travailler

En conclusion, il n’existe pas de recette magique pour faire fructifier son épargne, simplement des recommandations. Il s’agit de faire le tri et de travailler. À certains qui me disent qu’une personne riche peut s’adjoindre les services d’un bon conseiller, je répondrai qu’il faut commencer par le trouver (demandez à ceux qui ont fait confiance à Madoff) et ensuite, que tout un chacun puisse aussi lire et se documenter pour investir, le tout quasi-gratuitement.

Et donc, non, l’argent ne rapporte pas naturellement. L’investissement financier ne saurait donner de bons résultats sans investissement personnel.

Sur le web

Un article publié initialement le 28 septembre 2017.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Excellent article, merci.
    Il faudrait l’ajouter d’urgence aux programmes scolaires français…

  • En fait cette haine du « rentier » en France viens des rentes de l’ancien régimes qui étaient pour le coup des privilège accordé ou vendu par le roi et transmissible par héritage.

  • jacques lemiere
    17 août 2021 at 7 h 04 min

    pire..si vous prenez au riche ce qui lui appartient..comme lesparts dans une usine..

    vous ne voyez qu’après un temps les effets d’une mauvaise gestion.. votre production sur l’instant est adaptée au marché…

    beaucoup de français affirment que les actions rapportent trop..
    mais curieusement…ils n’achètent pas d’actions..

  • Question taquine: est-ce qu’avoir du flair c’est « travailler »?
    Que produit l’investisseur plus lucide que les autres?

    • Demandez au chien truffier si son maître l’a fait travailler ou bien l’a laissé dans l’oisiveté heureuse pour qu’il se retrouve avec du flair…

    • Pour la deuxième question, ce que produit l’investisseur plus lucide que les autres, c’est de la récompense pour l’investi plus méritant que les autres, évidemment.

      • C’était le sens subliminal de ma question et votre réponse suggère qu’entre investisseur et investi on est plus près de la symbiose que du paratisme.
        Ce serait réconfortant mais pouvez-vous le justifier?

        • Le justifier, je ne sais pas. Mais c’est en effet ma conviction profonde, le principe fondateur de mes actions : Tout progrès est basé sur des relations gagnant-gagnant, et penser que des relations où l’un domine l’autre (ou où il faudrait protéger l’autre de l’un) ne conduisent pas à du perdant-perdant serait une dangereuse illusion.

      • L’investisseur qui a parié sur le bon cheval et rapidement gagné cent fois sa mise « en dormant » est-il un parasite?
        S’il a souscrit à une augmentation de capital il a directement financé l’entreprise émettrice et assumé une partie du risque: échange gagnant-gagnant.
        S’il a simplement acheté ses actions en bourse c’est parce qu’une contrepartie les a vendues: cet échange contribue à la liquidité sans laquelle personne ne serait entré dans le capital.
        En participant à un financement, à la prise de risque et à la liquidité on favorise un rapport gagnant-gagnant (symbiose).
        Si on gagne cent fois sa mise c’est que le titre était très sous-estimé: les bénéfices ont explosé et le cours de l’action avec: il n’y a pas disproportion entre les gains de l’investisseur et de l’investi, pas de parasitisme. Et ceci sans même tenir compte du bonus social que ce succès répand par capillarité.
        Ceci me paraît comparable au mérite de l’inventeur fûté qui, en quelques jours de réflexion, diffuse l’idée féconde qui enrichira beaucoup de monde y compris lui-même (s’il ne se la fait pas piquer).

        • En fait, un trait commun aux quelques situations que vous évoquez est que l’échange est gagnant-gagnant si les 2 parties le font de plein gré. Quand on y réfléchit un peu, ça va de soit: l’échange ne se ferait pas si les deux parties n’y trouvaient pas leur compte

    • non…

      mais on parle de création de richesse donc de travail.
      la richesse n’est pas le fruit que dui travail ou de la peine qu’on se donne mais aussi en effet de la change d’avoir le talent qu’il faut..et de savoir en profiter..
      ensuite définissez avec plus de précision le flair..
      la gagnant du loto a t il du flair?

  • article un peu biaisé.
    Oui vous pouvez essuyer des pertes si vous investissez au mauvais moment comme l ecrit l auteur en aout 2008 mais les risque est reduit si vous n investissez pas tout d un coup
    de meme il ne faut jamais mettre tous ce soeufs dans le meme painier (ex ici go pro)
    Autrement dit, si vous suivez des conseils de bases vous pouvez raisonnablement esperer gagner sur le long terme sans trop vous poser de questions

    PS: si vous tes proprietaire d une entreprise, peu vous importe la variation de valeur de vos actions. Je pense pas que B Arnault se preoccupe du cours de LVMH ou qu il ait perdu X millions virtuels car l action a fait -1 % hier. Car au final il a toujours le meme pourcentage de LVMH et qu il n a pas l intention de les vendre

    • « si vous suivez des conseils de bases vous pouvez raisonnablement esperer gagner sur le long terme sans trop vous poser de questions »

      Si c’était le cas, 90% des 10 premières fortunes mondiales seraient des héritiers de 4è, 5è, 10è générations… (ou plus d’ailleurs). Or quand vous regardez, vous vous rendez compte que 8 sont des entrepreneurs de 1ère génération, 2 des héritiers de 2è génération. Cette répartition se retrouvent pour les 100 fortunes mondiales avec environ 60% d’entrepreneurs de 1ère génération, 25-30% de 2e génération et 10% pour le reste.
      Donc, avoir une fortune n’est aucunement une garantie de la garder au cours de sa vie et encore moins sur plsrs générations.

    • « Je pense pas que B Arnault se preoccupe du cours de LVMH ou qu il ait perdu X millions virtuels car l action a fait -1 % hier.  »

      Effectivement, sur 1 ou 2 jours, il ne s’en préoccupe sûrement pas. Par contre, si la tendance se poursuit sur plsrs jours ou plrs semaines, vous pouvez être sûr qu’il va s’en préoccuper! 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Avenue des investisseurs[1. https://avenuedesinvestisseurs.fr/] .

Depuis des décennies, l’État oriente l’épargne des Français vers des secteurs dans le besoin (l’immobilier neuf avec le Pinel, les DOM TOM avec le Girardin industriel, le cinéma d’auteur avec les SOFICA, etc.) grâce à la carotte de la défiscalisation.

Et les Français foncent tête baissée. Une fois de plus, les conseillers en gestion de patrimoine constatent que les Français se sont rués sur tout type de produit de défiscalisation en 2021 pour réduire leur impô... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut économique de Montréal

J'ai récemment fait une rencontre qui s'est d'ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m'a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles