Ordonnances : vers la fin du Code du travail ?

Le code du travail n’a pas été abrogé comme certains ont pu en rêver. Mais il n’est plus interdit de le réformer morceau par morceau, et donc dans son principe même.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ordonnances : vers la fin du Code du travail ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 septembre 2017
- A +

Par Hervé Gourio.
Un article d’Emploi 2017

Pour comprendre les effets des ordonnances, il faut des efforts sérieux ! On nous dit que cette réforme est nécessaire, mais pas suffisante, pour réparer le pays, mettre fin au chômage de masse, et autres nobles objectifs.

Dans les commentaires, l’accent mis sur les discussions préalables, si nombreuses, entre les meilleurs experts, semble justifié. Cela n’a vraiment pas l’air d’être de la communication.

Mais l’accusation de technocratie, c’est-à-dire d’être loin du terrain, de la vraie vie, trouve une justification dans cet entre-soi. Heureusement les contorsions de la CFDT et de FO, leur acceptation du bout des lèvres et la balourdise d’une CGT débordée par l’outrance mélenchonienne convainquent qu’il s’est passé quelque chose cet été.

Mais quoi au juste ? Il ne faut pas compter sur les médias pour le savoir. Ils continuent de nous jouer la ritournelle du « bras-de-fer dans la rue », dont dépendra le sort de la réforme et de la présidence à peine commencée pourtant sans bavure majeure, si on veut bien tenir compte de la jeunesse du nouveau président.

… mais c’est plus clair pour les experts

Dans les conversations avec de vrais experts du droit du travail et de son application ces dernières années, on peut commencer à poser quelques hypothèses sensées. Pas encore assurées puisque la production des textes définitifs est encore en cours, pour les raisons habituelles : la technicité des décrets d’application, mais pas seulement. La ligne de partage entre les conventions collectives et les accords d’entreprise ne semble pas encore coulée dans le bronze.

La fin du Code du travail dans les petites entreprises ?

La principale observation concerne la notion même de Code du travail. Certes il n’a pas été abrogé dans un grand élan thatchérien comme certains ont pu en rêver. Mais, on ne saurait l’ignorer, le président élu n’était pas le plus libéral, c’est un social-démocrate de plein exercice.

Mais il n’est plus interdit d’abattre le Code du travail, morceau par morceau, et donc dans son principe même. À part quelques droits fondamentaux des salariés, les entreprises seront effectivement régulées d’une part par des conventions de branche, d’autre part par des accords d’entreprise qui auront le pas dans des domaines clés sur les accords de branche. Il semble bien que les rémunérations, les horaires et l’organisation soient dans le panier des accords d’entreprise.

Surtout, la négociation de ceux-ci est complètement extraite du formalisme bureaucratique pour les TPE de moins de 10 salariés et presque complètement pour les moins de 50. Avec un représentant du personnel élu mais pas forcément syndiqué dans les moins de 50. En réunissant tout le monde autour d’une table pour les moins de 10.

Quel changement de paysage ! Pour décider des points essentiels de la relation salariale ! Si le Léviathan de l’administration ne dévie pas dans les prochaines semaines dans ses décrets d’application, on peut se demander si l’édition d’un bouquin appelé Code du travail aura encore un sens, voire sera même faisable.

Une fenêtre ouverte pour les TPE au niveau de l’entreprise…

Gardons en tout cas cette espérance – ou cette illusion – jusqu’au terme de cet exercice encore inachevé mais d’une ampleur inhabituelle en France. Et posons-nous des questions pratiques de patrons : que devons-nous faire ? Que pouvons-nous faire dans ce contexte ?

À nos yeux, certainement pas d’entrer dans des débats idéologiques rivalisant avec les positions encore imbibées de formol des Insoumis ou de la CGT. Tournons-nous rapidement vers les éléments clés que doivent couvrir les accords d’entreprise dans les entreprises que nous connaissons.

En recherchant les points prioritaires pour l’entreprise de la contribution des salariés. Peut-être la durée du travail mais pas forcément. Les horaires sont peut-être plus importants. Ou bien tous autres paramètres : nombre de connexions ou de transactions, délais de réponse à une demande, etc.

Il restera à formuler une offre aux salariés leur permettant de rapprocher ou d’aligner leurs intérêts avec ceux de l’entreprise. Et pourquoi pas, de la tester d’un commun accord pendant une durée définie. Aux antipodes de la réglementation tatillonne consignée dans des textes pas toujours faciles à comprendre.

Et dans les négociations de branches

Aussi, intervenons rapidement pour sortir de leur ésotérisme et de leur ronronnement les discussions entre fonctionnaires des syndicats des deux bords sur les conventions collectives.

Les patrons de PME ou de TPE doivent annoncer leur intention de refuser de se conformer aux clauses qu’on peut qualifier d’inadaptées, sinon dans le fond au moins dans la forme. Ou demander d’adapter les lois inspirées par une vision soviétique (universelle, uniforme, imposée) de l’économie aux réalités jusqu’à présent négligées de leur profession. En préparant les négociations avec les interlocuteurs définis par les ordonnances.

Prendre nos affaires en main

Il serait pour le moins étrange que les entrepreneurs continuent de se tourner vers le gouvernement pour imposer une solution qui leur convienne, qu’ils continuent de se plaindre alors qu’une fenêtre est ouverte et qu’ils auront les mains peut-être pas totalement libres, mais substantiellement libérées, pour construire des relations de travail utiles à leur entreprise et bénéfiques pour leurs salariés.

Aux amis des entreprises de les aider à lancer cette démarche si nouvelle pour sortir de la camisole dans laquelle nous avons tous été enfermés depuis si longtemps.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le code du travail est un mythe.
    A t’on déjà vu un juge créer un emploi ?
    Il faudrait plutôt parler du code du chômage, ce serait plus juste.
    Mais en France c’est avant tout un monument culturel.

    • @GN
      Bonjour,
      Le Code du Travail est un mythe qui pèse 1400g, qui a quasiment triplé sa masse en près de 40 ans. Je dirai que c’est un boulet.
      Effectivement, il convient de changer le titre du pavé :
      « Comment étouffer les entreprises ? » ou « Comment compliquer et réduire la liberté d’entreprendre ? » Le chômage pour les nuls ».

  • le code du travail au départ était simple..et chaque Président et 1er Ministre et du travail et assemblée au grès des élections ont créé des avenants …si bien que maintenant c’est une jungle …
    chaque profession a ces avenants qui ne peux être inférieurs au code du travail…
    des lois aussi contradictoire je peux ..je peux pas …casse tête chinois…
    le réformer sur quelle base ???
    il faut trouver le juste équilibre. ..
    et se rajoute le droit européen. ..!!!!

  • Le problème de l’inversion des normes, c’est que les entreprises passent leur temps et leur énergie à se faire concurrence sur les salaires, plutôt que d’innover et différencier leurs produits. Pas sûre que ce soit très productif.

    La puissance des branches n’a jamais empêché l’Allemagne d’être un géant de l’industrie.

  • j’ai écoute son discourt a la Sorbonne rappelez vous , il a dit qu’il n’avait trompé personne concernant les ordonnances qu’il allait effectuer ou alors il fallait voter pour marine lepen .vous avez voté pour lui maintenant , subissez. HA HA HA HA ? et travaillez tout en ferment vos g—–s

    • @ pircque
      Que l’on ait voté pour lui ou pas ne change pas qu’il est président et pour 5 ans.
      Avoir voté M.Le Pen, c’est pas malin et c’est surtout perdu pour 5 ans!
      Réformer le code du travail n’est que conflictogène.

      Inverser la hiérarchie entre l’accord de branche et l’accord en entreprise changera tout dans beaucoup d’entreprises! Ça, c’est gagné et ça concerne beaucoup de monde!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles