Manif contre la loi travail : échec syndical, succès médiatique

Aujourd’hui l’opposition ne se mesure plus au nombre de manifestants dans la rue. L’écoute donnée aux syndicalistes croît en fonction inverse de leur représentativité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Philippe Martinez le 14 juin 2016 by Pascal.Vandon(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manif contre la loi travail : échec syndical, succès médiatique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 septembre 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Selon la police, 24 000 à Paris. Pour la la CGT 60 000 dit.

Les deux ont raison : les 36 000 de différence représentent des manifestants qui s’étaient écartés du cortège pour aller boire un coup ou pour remplacer les grévistes assurant le service minimum. Madame Hidalgo a dû être contente : on ne se bousculait pas dans les rues de la capitale. Mais Philippe Martinez, lui, a salué la forte mobilisation de ses camarades. Il a vu double sans doute.

 

Le ridicule fait recette

Le ridicule ne tue plus, il fait même recette.

Le ridicule c’était des manifestants distants de dix mètres les uns des autres, le vide sidéral étant meublé par de grands drapeaux. Des bannières de Che Guevara rappelaient bien à propos que les crimes contre l’humanité payent toujours. Avec complaisance, quelques cameramen tentaient de donner l’illusion d’une foule compacte, mais rien n’y fit. L’échec de la CGT est-elle pour autant un succès pour Macron et la loi Travail ?

En réalité la manifestation a fait recette politique. Les médias se sont arrachés les leaders, et Martinez et Mélenchon erraient sur toutes les chaînes, radios et télés. Ils ont pu diffuser leur message de dialogue social, de solidarité avec les pauvres et les chômeurs.

 

Manifs pour quelques-uns

Aujourd’hui l’opposition ne se mesure plus au nombre de manifestants dans la rue.

Si c’était le cas, la Manif pour tous, qui par trois fois a rassemblé plus de deux millions de personnes aurait dû bloquer les lois Taubira. Mais leur manif était pour tous, alors que seules comptent les manifs pour quelques-uns. La rareté fait la valeur. L’écoute donnée aux syndicalistes croît en fonction inverse de leur représentativité.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Aujourd’hui l’opposition ne se mesure plus au nombre de manifestants dans la rue. Si c’était le cas, la Manif pour tous, qui par trois fois a rassemblé plus de deux millions de personnes aurait dû bloquer les lois Taubira. »

    Hmm parallèle hasardeux, là non ?
    A moins que l’auteur n’essaie subtilement de faire passer une de ses opinions sur un sujet qui n’a rien à voir avec le thème de l’article ?

  • On appelle ça les effets de bord du microcosme parisien. A partir du moment où il faut taper sur les patrons exploiteurs de petits chatons, la classe jacassante de Paris s’empresse de couvrir de gloire ces défenseurs de la veuve et de l’orphelin que sont ces fiers et braves syndicalistes de la CGT, dont les actions éphémères ne sont plus que le reflet de leur impuissance latente et de la fin de leurs jours de gloire.
    Une interview de n’importe lequel de leurs représentants déroule le même discours insidieux de la haine de classe, de la jalousie réformatrice et de l’enfermement psychologique dans leur délire boboïdo-bisounoursien.
    Le monde peut très bien tourner sans la France. Mais la France peut-elle se passer du monde?
    Les derniers relents crypto-trotskystes affameurs de multinationales ont l’air d’avoir quand même quelques bons jours devant eux malheureusement…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
CGT
1
Sauvegarder cet article

Une grappe de grévistes a pris la France en otage.

Ont-ils mesuré les conséquences de leurs actes ? Oui, selon une thèse provoquante qui propose que les grévistes n’ont pas (d’état) d’âme. Non, selon une thèse accommodante qui propose que les grévistes ont une âme mais limitée. Cet article spéculatif tente de trancher.

Les grévistes ont-ils une âme ? La question est piquante, clivante, mais on s’en moque. Maintenant que la pression semble retomber un peu, et que les stations services ne sont plus des salles de combat, peut-être ... Poursuivre la lecture

réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

La France sera-t-elle bloquée ce mardi 18 octobre ? L’appel de plusieurs syndicats à une grève générale n’a rien de rassurant lorsqu’on observe l’état du pays ces derniers jours.

Un état de délabrement total que la gauche, comme à son habitude, tente de récupérer, à la manière de LFI, trop pressé de se refaire une santé en surfant sur la misère de ses électeurs.

Il n’est donc guère étonnant que la CGT, auparavant antenne du PCF et désormais succursale de la NUPES, se lance dans une guerre contre un gouvernement qui ne fait que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles