Non ! Marisol Touraine n’a pas vaincu le déficit de la sécu !

Y a-t-il ou non un déficit structurel de la Sécurité sociale qui la rend insoutenable pour les Français ? Le gouvernement précédent s’est employé à faire croire le contraire. La Cour des comptes vient d’en montrer l’étendue et la profondeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marisol Touraine - Crédit photo Photo Mathieu Delmestre - Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non ! Marisol Touraine n’a pas vaincu le déficit de la sécu !

Publié le 22 septembre 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Non, contrairement à la légende propagée par Marisol Touraine en son temps, le déficit structurel de la Sécurité sociale n’a pas disparu. Bien au contraire, et le mérite revient à la Cour des comptes de le montrer avec brio dans son dernier rapport sur l’application des lois de financement.

La légende d’un déficit dû à la crise

Depuis plusieurs années, ceux qu’Emmanuel Macron a baptisé maladroitement les « fainéants » font courir la rumeur selon laquelle, s’il n’y avait pas de crise financière, la Sécurité sociale française ne serait pas en déficit. La Cour des comptes vient de quantifier ce mensonge. Sur les 220 milliards€ de déficit accumulés par la Sécurité sociale depuis 2002, seuls 50 milliards€ sont dus à la crise. 170 milliards€ sont donc d’origine structurelle, soit une écrasante majorité !

Le graphique ci-contre montrent, selon la Commission Européenne et selon le gouvernement français, l’impact de la conjoncture sur les comptes de la Sécurité sociale. Jusqu’en 2008, celle-ci a apporté quelques milliards annuels de recettes qui n’ont d’ailleurs pas suffi à rétablir les comptes des régimes (déficitaires depuis 2001 sans discontinuer). À partir de 2009, le déficit, dû à une baisse des cotisations dans la foulée de la crise, a coûté entre 5 et 10 milliards€ par an aux régimes. Sur une quinzaine d’années, ce volume global ne suffit donc pas à expliquer l’essentiel du déficit cumulé de la Sécurité sociale.

Si la Cour relève que la baisse des déficits structurels explique l’essentiel de l’amélioration faciale des comptes, ils restent présents dans le fonctionnement même de la Sécurité sociale.

Le déficit structurel a diminué grâce à une hausse des cotisations

Plus inquiétant, la Cour des comptes montre que la réduction du déficit structurel s’est essentiellement opérée par une augmentation des recettes (donc de la pression fiscale) sans réforme structurelle sur les dépenses. Entre 2000 et 2016, c’est un cumul de 37 milliards€ de recettes nouvelles qui sont venues abonder les recettes de la Sécurité sociale. Cette somme a permis de maquiller une partie du déficit structurel qui plombait les comptes.

On notera que la pression a particulièrement augmenté à partir de 2013. De 2013 à 2015, le surplus de recettes dû à une augmentation de la pression socio-fiscale atteint 14 milliards€. Le quinquennat Hollande a bien été celui de l’augmentation massive de la fiscalité pour « boucher les trous » d’une dépense sociale excessive.

Une surcompensation des allègements de charges

Autre légende tenace : la Sécurité sociale serait en déficit à cause des allègements de charges.

La Cour des comptes là encore ne se contente pas de rappeler la compensation effective de ces allègements par l’État. Elle montre que l’État surcompense en apportant l’argent du contribuable en plus des obligations de compensation. Ainsi, ce seraient près de 4 milliards€ que la Sécurité sociale perçoit au-delà des simples obligations du contribuable. À ces transferts illégaux s’ajoutent les transferts entre régimes qui consistent, dans la pratique, à « taper » dans les caisses de la branche famille et de la branche accident du travail pour financer la maladie et la vieillesse.

On est donc là encore très loin du mythe courant selon lequel la Sécurité sociale serait ruinée par l’État ou selon lequel les déficits auraient disparu.

La Sécurité sociale est en déficit structurel

Reste une évidence incontournable : le déficit structurel de la Sécurité sociale demeurera tant que des réformes de fond ne seront pas entamées. Il ne s’agit pas ici de « faire plaisir à Bruxelles » ou de « faire des cadeaux aux actionnaires », mais de simplement équilibrer les régimes. Sans quoi la Sécurité sociale disparaîtra.

Étant entendu que le levier des hausses de cotisations n’est plus jouable aujourd’hui, tant celles-ci plombent la compétitivité des entreprises.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • a quoi sert la cour des comptes,
    puisque cet un avis consultatif !!! et en plus certains de cette corporation deviennent ministre des finances ….et voir le résultat des déficit à l’issue de leur passage…..
    il serait bon de la supprimer …enfin des économies à faire de ce côté là. ..

    • Au contraire, cette cour est sans doute la seule à nous apporter un peu de sincérité dans la réalité des comptes de notre pays. Dommage effectivement qu’elle n’ait aucun pouvoir. Et certains disent que le meilleur programme économique à appliquer pour nous sortir d’affaire serait tout simplement de suivre ses recommandations.

      • Son président a eu du pouvoir sur Grenoble pendant 5 ans. Les finances de la ville s’en souviennent encore : + 54 % de dette. faites ce que je dis, oubliez ce que j’ai fait.

  • a Warem..expliquez moi ou nous …
    2 de la cour des comptes qui ont été ministre des finances…lors de leur fonction ont été incapable de réduire le déficit qui plus est ;ont augmenté taxe et impôts.. .

  • ça fout la trouille quand on ouvre et qu’on a la photo d’MST en grand, on avait perdu l’habitude.
    Cour des comptes,déficits,dette,etc…pfff,j’ai 64 balais et j’ai l’impression d’avoir toujours entendu ça

  • c’est bien beau d’être le pays des droits de l’homme quand çà les arrange. ..
    Je comprend quand les gens touchent le RMI …quand Rocard l’a créé. .c’était l’envolée du chômage qui a augmenté d’année après année. ..
    l’etat, les régions les département ont financés des entreprises à fond perdu….
    et quand les élections passées. .ces sociétés ont quand même deposer le bilan….
    aller dans les milieux ruraux ou des gens ont travaillé toute leur vie….
    pas de transports. .plus de boulangerie voir certains plus d’écoles. ..
    ces villages disparaîtront. …
    il faut refaire une politique nationale des entreprises .l’internet c’est pas pour les chiens…

    avant de changer le code du travail…
    la 1ére chose était de revoir les impôts des entreprises,taxes,etc….
    dépenses de l’état a revoir…
    quand vous voyer un service qui 9 personnes et 4 suffirer mais pour ne pas baisser leur budget
    quand une personne s’en va tout de suite il embauche..
    quand un régiment a un budget…..
    il doit impérativement le dépenser voir plus..
    sinon il baisse leur dotation …

  • Dans le combat pour le titre du plus mauvais ministre du quinquennat Hollande,Touraine n’est pas trop distancée par Belkacem

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques mois, dans un article appelant les nouveaux députés à mettre fin[1. Ce qui fut chose faite au 31 juillet 2022, quelques dispositions de veille sanitaire restant néanmoins en vigueur jusqu’au 30 juin 2023 et la réintégration des soignants non-vaccinés étant soumise au feu vert de la Haute Autorité de Santé, laquelle est pour l’instant bloquée sur rouge.] à l’état d’urgence sanitaire, je soulignais en conclusion combien il était nécessaire que les citoyens montrent la plus grande vigilance, non seulement à court terme à propos d... Poursuivre la lecture

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La France fait bande à part parmi les pays de l’UE, elle est l’un des derniers à résister encore et toujours à la libéralisation du marché de l’électricité. À plusieurs reprises l’Iref a pointé les limites du modèle régulé dans lequel évoluent nos énergéticiens.

La Cour des comptes a rendu mardi 5 juillet un rapport très critique sur l’organisation du marché de l’électricité sans néanmoins proposer d’aller plus loin dans sa libéralisation. Pourtant, plus de dix ans après la loi ... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles