Code du travail : 3 recettes pour une vraie réforme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: WorldSkills UK - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Code du travail : 3 recettes pour une vraie réforme

Publié le 14 septembre 2017
- A +

Par Francis Pérani.

Le plein emploi est possible, la preuve il existe aux États-Unis et ailleurs

Il est souhaitable que le chômage de 9% à 10% de la population active française baisse significativement, par exemple pour atteindre un jour le niveau historiquement bas de celui des États-Unis à 4.4%.

Les États-Unis ont réussi cette performance sur 10 ans et ont de ce point de vue effacé la crise de 2007. La politique monétaire accommodante de la Fed, la baisse du prix du pétrole grâce à l’innovation de la fracturation hydraulique des gaz de schistes, mais aussi la souplesse du marché du travail américain et l’esprit d’entreprise expliquent pourquoi le plein emploi est revenu.

Le plein emploi est donc possible mais pas en France, du moins pas pendant ce quinquennat. On peut observer une baisse marginale du taux de chômage du fait de la politique accommodante de l’euro, de la croissance mondiale, du taux de change et même pourquoi pas de cette réformette du Code du travail. Mais le plein emploi est hors de portée et voici pourquoi.

Le Code du travail et sa réforme restent à la surface du problème du chômage français

L’enseignement de l’économie étant très faible en France et le libéralisme étant présenté comme un gros mot par les medias convenus, nous avons du mal à comprendre des choses simples à commencer par la loi de l’offre et de la demande. La demande de travail est une fonction décroissante.

Pas besoin de faire un graphique avec une droite qui descend pour comprendre qu’un employeur embauchera d’autant plus de travailleurs que son prix est bas. C’est élémentaire mais tabou parce que personne n’a envie de subir une baisse de revenu ; de ce fait, l’offre et la demande de travail se croisent à un niveau d’emploi qui laisse de côté 10% de la population active, ceux qui poursuivent leurs études faute de travail ou se font mettre en pré-retraite ou renoncent à trouver un emploi n’étant pas comptabilisés dans cette statistique déjà suffisamment déplorable.

La réforme du Code du travail améliore un peu les choses, mais si peu que l’effet sera probablement invisible. Pas besoin de revenir sur le catalogue de mesures plus ou moins anecdotiques. À un tel niveau de chômage, il aurait fallu instaurer des recettes plus radicales et efficaces pour viser le plein emploi d’ici 5 à 10 ans. En voici quelques-unes

Choc libéral pour retrouver le plein emploi

  1. Baisser réellement le coût du travail par plus d’efficacité dans les prestations sociales

Le coût complet du travail peut être considéré comme le vrai salaire brut. Les cotisations patronales et salariales qui pèsent pour environ 50% du coût salarial constituent aussi du salaire même si l’employé ne le reçoit pas de manière tangible. Transférer une partie de ces cotisations (assurances maladie et chômage) vers le revenu sous forme de CSG est à peu près sans effet sur le coût du travail puisqu’on a du mal à imaginer que l’employeur ne va pas répercuter cette baisse de cotisations dans le salaire. Si c’était le cas, l’assiette de revenu que la CSG ponctionne baisserait et la collecte d’impôt ne pourrait plus couvrir les soins de santé ni les allocations chômages au même niveau qu’avant. Ce serait aussi incompatible avec la promesse faite aux salariés que cette réforme des cotisations maladie et chômage allait leur donner du pouvoir d’achat supplémentaire, sans trop dire que ce sera surtout au détriment des retraités et des épargnants.

Nous ne verrons donc pas de réelle baisse du coût du travail dans les réformes à venir. Pour provoquer une telle baisse il aurait fallu baisser le coût des assurances chômage, maladie, retraite par plus d’efficacité ou moins de prestations. Une autre approche aurait pu consister à monétiser la totalité de la valeur créée par l’employé en lui donnant tout son salaire et en le laissant s’occuper librement de son risque de santé, de perte d’emploi et de son âge de départ à la retraite. En procédant ainsi, l’employé reçoit un salaire total potentiellement moindre, mais atténué par la liberté de gérer plus efficacement son salaire total.

  1. Ne pas intervenir dans les contrats de travail

Le Code du travail est une vaste intervention étatique dans ce qui aurait pu rester un simple contrat privé respectant les grands principes des contrats privés, à savoir principalement le consentement des parties et l’échange (non léonin) d’un intérêt économique contre un autre. Au lieu de cela, on définit un prix plancher appelé salaire minimum, on définit les pénalités de sortie du contrat, la manière de mettre fin au contrat, des intermédiaires pour représenter les employés individuels, la durée du travail, les jours où l’on peut travailler, le prix des heures supplémentaires, etc.

Ne pas interférer dans la relation contractuelle entre deux personnes morales est la réforme la plus efficace pour que cette relation puisse se faire à son plein potentiel. En régulant tout et notamment en forçant un prix plancher on empêche l’émergence de tous les emplois qui manquent pour atteindre le plein emploi.

  1. Retrouver le plein emploi et donc augmenter le pouvoir d’achat

Avec le plein emploi, la quantité de biens et services produits dans un pays augmente puisque ceux qui se remettent au travail produisent bien quelque chose. Ainsi le PIB par tête augmente, ce qui indique un enrichissement. De ce point de vue on peut dire que les Américains sont plus riches que les Français d’environ 37% et que leur taux d’emploi ainsi que leur durée du travail y sont pour quelque chose.

Un autre intérêt du plein emploi est que les salaires vont monter surtout pour ceux qui sont moins exposés à la concurrence internationale. Disons que l’avantage revient aux employés dans la négociation contractuelle. Comme tout marché libre d’offre et de demande, il y a des fluctuations et des cycles tantôt à l’avantage des offreurs, tantôt à celui des demandeurs.

Pourquoi une réformette pour le Code du travail ?

Une démarche plus ambitieuse n’aurait probablement pas été suffisamment populaire pour gagner les élections. Les petits pas faits pour assouplir le Code du travail génèrent déjà beaucoup de résistance et de bruits, faire davantage aurait été difficilement imaginable sauf à se suicider politiquement. Il y a bien une préférence implicite pour le chômage (des autres) de la part de ceux qui ont un emploi, et de leurs représentants.

Sachant cela, ne nous berçons pas trop d’illusions sur l’ampleur prétendue des changements et des réformes. La faible amplitude des impacts nous fera mesurer à quel point tout cela reste une forme de sur place bruyant médiatiquement et bientôt dans la rue.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • L’article me semble très orienté et parfois à la limite de l’honnêteté intellectuelle.
    Pour preuve: ce n’est pas la production qui crée la demande, c’est bien le marché qui justifie l’entreprise qui produit (la publicité ne peut pas tout et toute mode créant un besoin artificiel disparait aussi vite qu’apparue!), et encore, avec un prix concurrentiel avec l’importation! Une marge du commerçant final qui n’est plus exprimée en % mais en facteur multiplicateur est suffisamment parlante!

    Le problème, en économie, c’est que toucher à un élément, déséquilibre tout!

    Donc, il n’est pas idiot d’entreprendre une marche arrière économique douce et peu provocante, quasi insensible (5€ sur un loyer!). Qui modifie sans doute peu les flux (quoique! « Les petites rivières…) mais sont enfin un pas dans le bon sens, à contresens du passé!

    Que ne faut-il pas réformer, en France?

    Il est illusoire d’y arriver de façon brutale, sans récolter une grève générale et « au finish » (la CGT n’attend que ça!).

    Donc non les premières mesures ne seront pas très efficaces (homéopathiques) mais si on veut faire plus, il vaut mieux « y aller mollo »!

    L’important est la direction prise, « le premier pas » comme chantait C.M.Schönberg!

    Pour le reste, c’est l’état « jacobin » qui est coupable d’ignorer ce qui se passe « en province », malgré toutes les couches du « mille feuille »!

    • Ben si c’est bien la production qui fait la demande.

      Pas de production, pas de demande solvable.
      Le marché n’est que l’endroit où se rencontre un producteur d’un bien A qui l’échange contre un bien B produit par un autre producteur, via la monnaie.

      On a compris votre adoration de Macron, mais il n’est pas libéral, même pas un à dose homéopathique.
      Il veux réformer le marché pour que l’état providence puisse en prendre encore plus.

    • Le premier pas peut n’être que de faible ampleur si l’ensemble du parcours à faire et le but à atteindre sont parfaitement identifiés et exposés. En revanche, s’il est petit pour ne pas déplaire à la CGT ou à d’autres, il sera forcément contre-productif : il irritera quand même ceux qui veulent aller dans la direction opposée, et il n’aura pas assez d’effets bénéfiques pour convaincre qui que ce soit de faire un deuxième pas après le premier.
      Il y avait un consensus pour dire que sitôt élu, le président devait profiter de sa légitimité pour faire, par ordonnances pour qu’à la rentrée les opposants soient mis devant le fait accompli, un grand mouvement dans la bonne direction. Il aurait alors pu opposer sa légitimité à ses contradicteurs, et bénéficier dans un an des premiers effets pour au minimum éviter de revenir en arrière et si possible poursuivre dans la voie indiquée. Au lieu de ça, il a organisé un grand Grenelle des ordonnances avec les syndicats (sauf qu’il les a reçus un par un plutôt qu’à la même table) et demandé à Bercy un catalogue de mesurettes. L’impression générale, c’est celle d’un acteur sur la scène d’un théâtre qui nous danse le moonwalk.

    • Le point n’est pas d’être pour ou contre la politique des petits pas. Même un petit pas permet d’avancer. L’idée c’est plutôt la consistance entre les objectifs et les moyens. Si l’on vise le plein emploi on a l’exemple américain qui l’a retrouvé au bout de dix ans via une politique monétaire de relance et un marché du travail très libre. Avec les petites réformes qui ont en plus du mal à passer on retrouvera le plein emploi dans 100 ans.

  • si les gens ne peuvent acheter ce qu’ils produisent ….
    si les impôts taxes ETC sont un frein….les salaires…
    donc notre système de société est à refaire et sur quelle base….
    dire le plein emploi…mais sudventionné. ..baisse des cotisations…
    notre modèle de société est en fin de vie …
    taxés et en rajouter ….et de l’autre dépasser les 50% de fonctionnement …le déficit se creusera…

  • C’est un tout petit pas pour l’homme (Macron), et un trop grand pas pour l’Humanité (le journal), mais les réformes profondes sont inscrites en filigrane dans son projet … wait & see !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles