Maroc : il est urgent d’avoir une société libre

Les incivilités criminelles se multiplient au Maroc, dans une société où les droits des citoyens ne sont pas toujours reconnus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Egalité murale by Blandine Le Cain(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maroc : il est urgent d’avoir une société libre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 août 2017
- A +

Par Farhat Othman.

Le viol collectif d’une handicapée mentale par des mineurs dans un bus à Casablanca n’est ni le premier ni ne sera le dernier, n’étant que la manifestation ultime d’un viol collectif permanent exercé par les lois scélérates du royaume, niant les libertés et les droits citoyens au Maroc.

Les incivilités criminelles se multiplient au Maroc, allant crescendo dans une sorte de descente aux abîmes de l’immoralité sociétale généralisée, ce mixte de l’illégalité de lois injustes mâtinées de religiosité.

Car tout est empreint de patine religieuse, ou se voulant tel, au royaume de Sa Majesté, Commandeur des croyants. Aussi, ce qui est légal au Maroc se veut d’abord halal, conforme à une vision de la foi islamique selon une lecture antédiluvienne, où l’islam est détourné de sa vocation première qui était libertaire ainsi que cela a été incarné par le soufisme.

Retour du refoulé

La terre marocaine ne manque pourtant pas de sépultures soufies et l’esprit de cet islam des origines est le fonds commun de l’imaginaire populaire.

Aussi, sa veine libertaire se retrouve-t-elle aujourd’hui dans le comportement incivil du fait du milieu de contraintes légales, l’arsenal liberticide répressif à outrance des lois marocaines, particulièrement dans la vie intime des Marocains.

De fait, dans l’inconscient collectif, elle manifeste un retour du refoulé ; c’est ce qui est évident chez les jeunes, de la manière hideuse que l’on voit, et qui n’est que son effet dévastateur. D’où le dernier viol collectif dans un bus, oeuvre de mineurs ; c’est dire à quel point le crime commence tôt, dans l’école de la rue, se muant quasiment en un trait ludique inconscient, favorisé par l’environnement légal scélérat.

Un tel crime n’est ni le premier ni ne sera le dernier. En effet, généré par la législation du royaume qui brime la société, sa jeunesse en premier, elle l’amène à se révolter à sa manière, et ce à la mesure de la scélératesse des lois niant tout droit à vivre paisiblement et sereinement leur vie, notamment privée.

Au vrai, les lois liberticides en vigueur forment le terreau, dans l’imaginaire populaire, des crimes des jeunes, dont ce dernier viol collectif qui n’est qu’une manifestation du viol collectif permanent de la législation exercé sur les libertés citoyennes.

Législation criminogène au Maroc

Qu’on ne s’y trompe donc pas ! Les horreurs que vit le Maroc, et que l’on retrouve aussi ailleurs au Maghreb, sont le fruit de la législation obsolète du pays qui encourage au mal, directement ou indirectement, en prétendant vainement cultiver la vertu.

Le vice est dans de telles lois immorales, car niant droits et libertés légitimes des citoyens, plus impératifs encore à reconnaître en notre époque, âge des foules par excellence.

Ainsi, pour prendre un exemple d’actualité, ne pas admettre l’égalité successorale des sexes en matière d’héritage au nom d’une fausse lecture de l’islam, c’est maintenir la femme dans un statut inférieur. Ce qui en fait une proie toute destinée aux délinquants, des mâles s’illusionnant, du fait de la loi même, de se croire supérieurs, estimant d’autant mieux que tout leur est permis qu’ils excipent de la bénédiction de la foi confirmée par la loi.

Prenons un autre exemple des sujets tabous dont on ne veut parler, alors qu’ils sont éloquents sur le refus des droits au différent à travers l’admission. Il s’agit de cet emblème du différent absolu qu’est l’homosexuel en terre d’islam, qu’on stigmatise avec la consécration de l’homophobie.

Cela implique toute une catégorie de la population, n’ayant même pas le droit de vivre sa sexualité librement.

Pourtant, son droit à une intimité souveraine est bien garanti dans la religion sur laquelle on se base, et est une constante anthropologique, socialement incrustée dans les traditions marocaines où il est loisible de tout faire en catimini, donc en privé.

Fatalement donc, pris par leurs émois en cette postmodernité qui est l’ère des sens en effervescence, les gens sont amenés à enfreindre les lois illégitimes, à tort ou à raison. D’où le viol du bus, mais aussi toutes les autres agressions dont on a parlé ou qu’on a tues.

Le viol du bus de Casa est et restera — hélas! — permanent tant qu’on n’aura pas aboli les lois qui les permettent, ces textes qui stigmatisent et infantilisent, donnant naissance, non pas à des citoyens responsables, mais à des criminels en puissance ou en acte.

Ce sont de telles lois qui sont à l’origine, dans le meilleur des cas, des suicides dans les milieux jeunes, en constante augmentation, ou du phénomène d’expatriation clandestine ; au pis, elles donnent lieu aux crimes, comme le dernier viol collectif, ou encore le ralliement des rangs terroristes.

Défi méditerranéen

Une réforme juridique d’ampleur est donc urgente impérativement, donnant ses droits et libertés à la société dans la vie privée à défaut de la juger mûre pour une démocratie qui ne soit pas un simple théâtre d’ombres comme c’est le cas actuellement.

Toutefois, une telle réforme n’est ni facile à faire ni possible eu égard aux jeux géostratégiques qui impliquent le Maroc, et tous les pays du Maghreb, dans une destinée les dépassant. On l’a vu, d’ailleurs, avec la dernière initiative de la Tunisie en matière d’égalité successorale et la levée de boucliers qu’elle a entraînée.

Aussi, qu’on veuille le reconnaître ou non, la réforme législative d’envergure au Maroc (et c’est aussi le cas de la Tunisie), ne peut se faire que dans le cadre d’un système de droit qui soit en vigueur et qui veillera à permettre des avancées réelles. Ce qui implique l’investissement de l’Union européenne, d’une manière ou d’une autre, dans les avancées en termes d’États de droit du Maghreb. Cela est d’autant plus incontournable au Maroc que la présence européenne y est bien patente sur son territoire.

Affirmons-le donc haut et fort : la réforme impérative des lois scélérates au Maroc, et ailleurs au Maghreb est bel et bien un défi méditerranéen, car son absence augmente les périls en cette mer commune, alors que son advenue y instaurera la paix. Aussi faut-il s’y atteler incontinent.

S’agissant du Maroc plus particulièrement, l’Europe — dont la France, incontournable au royaume — est appelée à rééditer le rôle joué pour désamorcer la crise qui a suivi les événements du Coup du peuple tunisien en 2011 ; ce qui a donné lieu à la constitution actuelle du Maroc.

Or, les droits et libertés qu’elle a prévus sont demeurés lettre morte. Il s’agira de les mettre en vigueur dans les meilleurs délais en articulant le Maroc, démocratie virtuelle, à la démocratie réelle en Europe.

Ainsi aura-t-on une chance, en abolissant son terreau légal, d’en finir avec le viol collectif permanent qui défigure le Maroc et la bonhomie, réelle pourtant, de son peuple ; les lois scélérates, agissant en douceur, mais sans discontinuer, en arrivant à altérer la psychologie populaire paisible à la base.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Si ce sont les lois marocaines qui sont à l’origine des crimes des marocains, dites-moi alors pourquoi, une fois rendu illégalement en Europe, sous d’autres lois, le taux de criminalité des marocains notamment pour les viols sur mineures est astronomique à tel point que les juridictions européennes réputés laxistes sont obligés de revoir à la hausse les peines. On peut donc constater que les marocains font bouger les lois … européennes.

  • Non, les problèmes de ce genre ne se prennent pas à la légère. Il y a deux manières de s’y prendre soit premièrement ,vous rentrez en guerre contre tout se qui bouge et donc automatiquement à une troisième guerre mondiale ,puisque le terrorisme est de dimension internationale avec des États terroristes comme Qatar ou encore des pays occidentaux qui se cachent derrière le petit doigt , ou soit deuxièmement, une coopération approfondie avec les peuples arabes et marocain surtout qui souffre des dictatures sanglantes des pouvoirs dictatoriaux en place. Il suffit de voir lr Rif marocain qui souffre en silence depuis 1958 et voire même depuis 1926 ; un peuple en danger qu’il faut secourir au nom du droit de s’immiscer que je peux définir par deux volets : un volet contre le pouvoir en place ,tout en sachant que les droits de l’homme ne sont pas respectés ; Zefzafi et compagnie sont tous mal traités ,humiliés dans les prisons du Makhzen et dont les chefs d’accusation sont virtuels et de deux un volet avec le peuple marocain de supprimer les visas ,de rendre l’acquisition de la nationalité européenne à la disposition de tout le monde et donc des droits et des devoirs …Il faut savoir que les millions d’émigrés maghrébins et marocains en particulier sont suspendus à leur sort et que faire devant ce dilemme impitoyable : de rentrer au Maroc et ils seront chassés par les bergagues en sus pas de travail ,pas de politiques et en sus ils seront condamnés à l’aéroport ou aux ports , il s’agit d’un autre monde loin de la démocratie et de deux , s’ils restent en Europe ,malgré eux ,ils porteront le parapluie du terrorisme et subiront du racisme et de la xénophobie et de l’isolement de la population de souche européenne. Donc, il semble, ces manifestations ne servent que les politiques extrémistes européens et servent surtout DAESH et confrères et n’apportent rien de plus ,puisque vous montrez au monde que vous êtes poings et mains liées et vous ne possédez aucune initiative … Il suffit d’encourager les militaires marocains à rétablir l’ordre comme le premier ministre portugais avait essayé de le faire lors d’une visite officielle au Maroc . Si le maréchal Sissi ,en Égypte,n’avait reçu d’encouragement de la part des pays puissants et européens , il ne serait jamais faire le pas . Il faut savoir , les sénateurs américains ,des démocrates et des républicains, s’intéressent de plus en plus et lèvent la voix contre ce fléau des dictateurs arabes en place qui sont des orfèvres à utiliser les deux poids et les deux mesures ,cela n’empêche pas de condamner Israël qui ne date que de 1948 et qui manipule tous les gouvernements arabes ,des corrompus jusqu’à la moelle…

    • Il m’aurait étonné que vous ne mettiez pas en cause israël. Mais qu’est ce que vous avez pour avoir un antisémitisme aussi hystérique?

  • J’ai du mal à le croire, mais c’est dans la dépêche. çà n’ pas l’air d’être un hoax :
    « Certaines agressions vont même encore plus loin, allant jusqu’à la zoophilie, comme c’était le cas il y a quelques jours, avec le viol d’une ânesse par 15 mineurs.  »
    Incroyable, triste,horrible,….

  • Résumé : les cambriolages c’est à cause des maisons fermées à clef.

    Incohérence : l’auteur fustige à longueur d’article le colonialisme, et là il demande l’intervention de l’Europe et de la france en particulier.

  • C’est avant tout une question d’éducation. Les gens bien élevés au Maroc sont très minoritaires. La tendance d’avoir une mentalité, un esprit, un formatage de délinquant, est un fait très majoritaire au Maroc. Cet indicateur est le symptôme alarmant d’un grave ébranlement des valeurs dans la société Marocaine, de la faillite de tous ses systèmes d’éducation scolaire et familiale. Le résultat de cette faillite, c’est par exemple des gamins de 15 et 17 ans qui violent une fille dans un bus, sous le regard indifférent des adultes.

  • Ce sont les pesanteurs d’une interprétions calamiteuse, fallacieuse et rétrograde de la religion, ainsi que des années d‘errance culturelle, intellectuelle et civilisationnelle, qui ont pourri, jusqu’à l’os, l’éducation des adultes et des enfants des maghrébins et de l’immigration maghrébine, jusqu’à en faire des schizophrènes et des terroristes en puissance !
    A ceux qui se bercent d’illusions avec cette rhétorique à deux sous de l’ennemi extérieur, il est une vérité définitivement acquise : Les maghrébins et plus généralement les musulmans, tel qu’ils se donnent à voir en Europe, tel que nous les voyons tous les jours, ne seront jamais solubles dans la modernité. Les maghrébins qu’on rencontre tous les jours dans les rues de Casablanca, d’Alger, de Paris, de Londres, de Barcelone, de Hambourg ou d’ailleurs… les maghrébins de tous les jours en Europe, et les maghrébins du Maghreb qui aspirent à venir en Europe, ne sont pas solubles dans les sociétés occidentales, car ils ne seront jamais solubles dans l’idéale occidentale de la liberté émancipatrice… Ils ne seront jamais solubles dans les hautes valeurs de l’éducation (Al Akhlaq), ni dans la pensée humaniste (Al Inssaniya). Ces notions leur sont, malheureusement, à jamais étrangères !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles