Un projet de loi pour prendre l’argent sur votre compte

Après avoir prévu le gel des assurances-vie en euro pour étouffer toute crise de la dette publique, les autorités mitonnent le possible recours au gel des dépôts bancaires pour stopper une crise de la dette privée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lladre-Thief by josep salvia i boté(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un projet de loi pour prendre l’argent sur votre compte

Publié le 27 août 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les lois spoliatrices s’enchaînent dans l’indifférence générale tandis que les autorités s’affairent à border leurs arrières dans la nouvelle crise qui s’annonce.

Après avoir prévu le gel des assurances-vie en euro pour étouffer toute crise de la dette publique, les autorités mitonnent le possible recours au gel des dépôts bancaires pour stopper une crise de la dette privée.

Est-ce la grande réconciliation avec la réalité qui commence sur les marchés ? Les indices actions hésitent depuis la semaine dernière.

Début juillet, l’Autorité des Marchés Financiers faisait publiquement part de ses inquiétudes.

On ne comprend pas bien  la hausse des valorisations des actions (…) Les valorisations élevées et la volatilité faible ne paraissent pas refléter le niveau de la croissance économique ni l’incertitude ambiante, y compris géopolitique. (Stéphane Gallon, chef économiste de l’AMF)

Il n’y a pas que les actions qui soient source de soucis.

L’endettement privé, cause de crise

Récemment, certaines bonnes âmes s’inquiétaient aussi de la quantité des dettes privées – celle des ménages et des entreprises – présente dans l’économie en France, en Europe et aux États-Unis. Grosso modo, les niveaux actuels flirtent avec ceux qui prévalaient juste avant que n’éclate la crise financière.

La Banque de France vient de publier l’endettement du secteur privé. Il atteint 129,6% du PIB et en dix ans, il a augmenté de 34 points de PIB soit une hausse voisine de celle de la dette publique qui est passée de 66% du PIB en 2007 à 99% au début de 2017.

La crise de 2008 a éclaté en raison du surendettement des ménages américains. Dix ans plus tard, dette publique ET dette privée sont revenus à des niveaux insoutenables, la création de richesse ne suivant pas le rythme. Avec une différence : on ne pourra plus nous faire le coup des États qui sauvent les banques et inversement avec du crédit gratuit.

En coulisses, nos grands argentiers le savent.

Un projet de loi pour prendre l’argent où il est : sur votre compte

C’est pour cela que, dans une ultime tentative de sauver leur système monétaire intrinsèquement malhonnête, les autorités préparent un projet de loi permettant de geler les dépôts bancaires afin de prévenir la fuite.

Si les marchés baissent, les illusions créées par le crédit gratuit et infini risquent de se dissiper rapidement. L’argent gratuit ou le crédit gratuit ne créent aucune richesse.

C’est pourquoi ce projet de loi se discute en ce moment même, alors que les marchés donnent des signes inquiétant d’essoufflement.

Depuis des années, cher lecteur, je vous prépare à ce risque. C’était le thème de mon livre  Main basse sur votre argent, publié dès 2013 aux éditions Ixelles.

C’est une évidence pour qui veut bien regarder au delà des apparences. L’inflation, cet impôt qui ronge l’épargne pour sauver les institutions et individus surendettés (États, banques, grandes entreprises, consommateurs insolvables) n’est pas au rendez-vous. Pour se tirer d’affaire, les autorités ont besoin de prendre autoritairement l’argent là où il est : le vôtre, sur votre compte bancaire.

Déjà, à l’échelon français, la loi Sapin 2, qui prévoit le gel possible des contrats d’assurance-vie, permettait de couvrir le risque d’une crise de la dette publique. Cette nouvelle loi en projet à l’échelle européenne, en prévoyant le gel des comptes bancaires, permet de couvrir le risque d’une crise de la dette privée.

Comment sauver votre épargne du désastre qui s’annonce ?

Vous savez que nous vous préconisons de placer une partie de vos liquidités en or physique. L’or est une vraie monnaie depuis des millénaires et il n’est la dette de personne.

C’est à présent le seul actif dont les prix sont en retard comparés aux valorisations insensées des actions, des obligations et de l’immobilier.

Voici ce qu’en pense mon collègue Graham Summers :

Nous avons enregistré un repli au début de la semaine dernière, lundi et mardi, l’or baissant à 1 280 $ l’once. Il a ensuite rebondi en fin de journée mardi pour terminer la semaine en repli de seulement 0,06%.

J’anticipai un repli un peu supérieur à 1 275 $ l’once. La mauvaise nouvelle est qu’en raison de ce repli rapide, l’or reste légèrement suracheté (…) son cours reste dans une sorte de « no man’s land » entre 1 280 $ l’once et 1 300 $ l’once.

Selon toute probabilité, cette semaine qui s’ouvre ne devrait pas donner lieu à des mouvements importants. Toutefois, la tendance générale est à la hausse vers 1 325 $ l’once. De plus, je m’attends à ce que l’or soit bien au dessus de 1 350 $ l’once à la fin du mois de septembre.

C’est maintenant, alors que le billet n’est pas cher, qu’il faut monter dans le grand train de l’or qui s’est ébranlé dès 2000. Oui, 2000, souvenez-vous, krach des valeurs internet, début des grandes folies de baisse des taux d’intérêt et de « guerre contre le terrorisme ». L’or valait alors 250$ l’once. Le grand train de l’or qui s’est ébranlé à ce moment est loin, très loin d’être arrivé en gare, celle d’un nouveau système monétaire honnête.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • J’en ai marre des pages de publicité de Mme Wapler dans Contrepoints.
    Mme Wapler a bien raison de se servir de votre média, je respecte son business, mais si vous voulez que vos lecteurs soient réellement informés, et pas influencés, faites intervenir différents auteurs sur ce sujet.
    Cette critique sur la forme n’enlève rien à l’intérêt de fond du sujet évoqué.
    Bien à vous, cher Contrepoints.

    • Contrepoint devrait éviter de publier des articles publicitaires. Les lecteurs sont suffisamment instruits pour chercher sur internet les oeuvres d’un auteur qu’ils ont apprécié

  • Tout à fait d’accord avec Fabrice. Sur le fond, comme sur la forme.
    Maintenant, à qui s’adresse Mme Wapler ? Les gens qui ont beaucoup d’argent savent comment le placer et le protéger et n’ont besoin ni de ses conseils ni de son bouquin. Et la plupart des gens, qui sont de petits épargnants, veulent garder l’accessibilité à leur épargne de précaution : ce n’est pas en la transformant en or.
    Autre point : qui est assez idiot pour garder son argent sur un compte bancaire qui ne rapporte rien ? Pour ma part, je redoute beaucoup plus le blocage des comptes d’assurance-vie par exemple, car si on bloque les comptes bancaires, on arrête toutes les dépenses courantes, c’est à dire le fonctionnement de l’activité ordinaire, loin des acrobaties des financiers.

    • @ Rica
      On ne préviendra jamais assez le public que quand on parle d’or, il faut comprendre or « physique » (pièces ou lingots), l’or « papier » (ou les actions en mines d’or), détenu par d’autres avec des intermédiaires peut, lui, voir sa valeur devenir spéculative et « bloqué » en cas de crise: l’or peut-être comparé à une monnaie-papier, qu’on peut difficilement « multiplier »!

    • « si on bloque les comptes bancaires, on arrête toutes les dépenses courantes, »
      Il ne s’agit pas d’un blocage complet mais juste d’empêcher des gens de retirer tout leur argent sous forme de liquide. On leur permettra de retirer une petite somme pour les dépenses courantes justement (comme il y eu en Grèce).
      Et en parallèle, on encourage une société sans cash (CB, CB sans contact, paiement par smartphone, entraves aux paiements en liquides…etc) pour, entre autre, limiter les risques de « bank run ». Avec un argent devenu entièrement virtuel, vous contrôlez le peuple et reculez la survenue de la faillite.

      • @ cyde
        Je ne crois pas que c’était en Grèce mais bien à Chypre que, pour la première fois (de mon vivant) une banque s’est servie sur les comptes-clients. Pour le reste, une vie sans cash, sans pourboires, sans étrennes aux enfants ou petits enfants, ou sans geste face à un ami dans une mauvaise passe, tant qu’un pays maintiendra son cash, il verra affluer une clientèle mondiale! Ce n’est pas demain la veille!

  • J’attendais du lien prétendument vers le projet de loi censé autoriser les banques à prélever de l’argent sur les comptes qu’il en donne les grandes lignes, et non qu’il pointe vers un autre billet du même auteur.

  • Contrepoints => Commentaire modéré : l’incitation à la violence n’est pas tolérée en ces lieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Par Mark Thornton.

Nous allons nous intéresser à ce qui se passe avec une augmentation de la masse monétaire, plutôt qu'une augmentation de l'épargne. Ceci est d'une importance capitale. L'idée mercantiliste selon laquelle l'augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon[1. Richard Cantillon, Essai sur la Nature du Commerce en Général, translated and edited by Henry Higgs (1755; London: Cass, 1931), chap. 1.].

L'orthodoxie monétaire contemporaine

... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles