Épargne : Le Livret A et le LDD ne rapportent plus

Livret A et LDD qui ne rapportent rien, comptes bancaires qui pourraient être gelés « en cas de circonstances exceptionnelles » : il faut protéger vos économies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Livret A by François Hollande(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Épargne : Le Livret A et le LDD ne rapportent plus

Publié le 7 août 2017
- A +

Par Jean-François Faure.
Un article de L’Or et l’Argent.com

Ce n’est pas une nouvelle, l’épargne réglementée ne rapporte plus. Pour autant, depuis la crise de 2008, finie l’époque où l’on pouvait épargner dans des produits à la fois rentables et sécurisés. Plus grave, les produits bancaires semblent de moins en moins apporter la sécurité attendue…

Épargne sur le Livret A : maintien à 0,75%

L’État fait une fleur aux dépositaires de Livret A en maintenant le taux à 0,75%… qui reste donc inchangé depuis le 1er août 2015. Depuis sa création en 1818, c’est son plus bas taux jamais enregistré. Le produit d’épargne défiscalisé accessible pour de nombreux Français ne fait plus recette. Mais est-il encore si protégé et garanti que ça ?

Le LDD sur le même chemin qui ne rapporte rien…

Le Livret de développement durable (LDD), devenu Livret de développement durable et solidaire (LDDS) en 2017, voit lui aussi son taux maintenu à 0,75%, au moins jusqu’en janvier 2018. Finie l’époque où l’ancien CODEVI rapportait un peu avec les intérêts.

Les comptes bancaires de plus en plus risqués

Plus inquiétant, selon une dépêche de Reuters, l’Union Européenne envisage de geler les comptes bancaires « en cas de circonstances exceptionnelles ». Une décision qui va dans le sens de la « Directive européenne sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » (BRRD) passée en silence en août 2015, il y a deux ans.

D’après Express.live :

Des États membres de l’UE envisagent d’adopter des mesures qui empêcheraient temporairement les citoyens de retirer de l’argent de leurs comptes bancaires afin d’éviter le risque d’une ruée bancaire (“bank run”).

L’objectif de l’épargne a bien changé ces dernières années. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’accroître son capital avec des produits d’épargne réglementée. À moins de prendre des risques avec quelques actifs dynamiques, mais la plupart de ceux qui sont aujourd’hui encore rentables sont hors de prix…

Pour ceux qui disposent d’un compte épargne en banque, le plus urgent consiste à protéger leurs économies. Les solutions les plus sécurisées ne sont pas forcément celles que l’on propose dans les banques…

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • on sait tous à quoi s’en tenir sur la moralité des banques et des gouvernements ; du coup , que peuvent faire ceux qui ont la chance d’avoir de l’argent pour le protéger ? savez vous qu’il est prévu dans le futur de pucer tout les billets de banque afin de pouvoir les suivre à la trace , même s’ils sont cachés sous votre matelas ?

  • C’est la meilleure preuve que les banques ne font plus leur boulot. Elles préfèrent laisser leurs « clients » prendre les risques de placement tout en gérant les avantages que leur accordent la tenue des portefeuilles de ces mêmes clients. Honteux !

    • C’est du second degré ?
      Je n’ai pas souvenir que le boulot des banques ait jamais été de se substituer à leurs clients pour prendre les risques de placement, ni que les clients aient été assez bêtes pour confier leurs portefeuilles à gérer sans en tirer eux-mêmes d’avantages … à moins que l’Etat ne leur ait mis le pistolet de la réglementation sur la tempe ou que d’autres conseillers financiers ne les aient terrorisés en jouant les Cassandre pour les ramener dans leurs propres filets.

      • @ Michel O Et comment donc les banques faisaient-elles pour rémunérer les carnets d’épargne de leurs petits déposants selon vous ? Et que croyez-vous qu’elles font quand elles vous proposent de participer dans des fonds d’investissement ou autres produits bancaires..

        • Ben quand j’ai poliment répondu non merci aux offres sans intérêt de mon banquier, je n’ai jamais eu d’ennuis.

    • Évitez tout simplement la France.

  • Sujet déjà dépassé au sens où la pression sur le liquide, les seuils de virement, la traçabilité des transactions et le signalement quasi systématique de tout transfert dépassant quelques euros va aboutir à n’avoir le droit que d’avoir un seul compte électronique. Tracé et amputé dans les règles par l’Etat pour ses menues dépenses, pour notre bien et la grandeur du pays (enfin s’il existe encore).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Selon de nombreux commentateurs économiques, la réduction des impôts est un moyen efficace de générer une croissance économique. La baisse des impôts, dit-on, mettra plus d'argent dans les poches des consommateurs, déclenchant ainsi une croissance économique. Cette façon de penser est fondée sur la croyance qu'une augmentation donnée en dollars des dépenses de consommation fera augmenter le produit intérieur brut (PIB) de l'économie d'un multiple de l'augmentation des dépenses de consommation.

Supposons que su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles