SNCF : derrière les « résultats », la quasi-faillite

Cumulant une dette supérieure à son chiffre d’affaires malgré un total de subventions de 28 000 millions €, une situation de monopole et des facilités comptables, la SNCF est aujourd’hui une société exsangue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

SNCF : derrière les « résultats », la quasi-faillite

Publié le 1 août 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe

Il y a quelques mois, la SNCF a publié ses résultats financiers 2016, évidemment repris par les journaux spécialisés. 0n pouvait lire : « SNCF a sauvé son année 2016 en maîtrisant ses coûts » dans Les Échos ou dans Le Figaro. Les articles soulignaient une année difficile mais des résultats améliorés et encourageants.

Rassurant donc, l’entreprise est bien gérée. Cependant, les papiers se terminaient parfois par une note négative, effleurant un problème concernant SNCF réseau dont la dette aurait augmenté.

Dette et déficit de SNCF réseau

Et en effet tous ces titres flatteurs ne concernaient que SNCF mobilité, laissant de côté SNCF réseau (ex RFF) qui cumule dette et déficit. De plus, la création de la Caisse autonome de Prévoyance et de Retraite du Personnel de SNCF (CPRPSNCF), le 30 juin 2007, a eu pour conséquence de dégager SNCF de ses engagements de retraite et de prévoyance.

C’est ainsi que SNCF mobilité dégage 511 millions € de résultat net, ce qui explique ces titres optimistes. D’autant plus que l’année passée s’était refermée par une perte de 2 187 millions €.

Il n’y a cependant pas de quoi pavoiser, puisqu’il ne s’agit que d’une rentabilité commerciale de 2,9%. Quant au chiffre d’affaires, à périmètre et effet de change constant, il enregistre une baisse de 1,4%. Il s’établit à 30 517 millions €.

Une situation précaire

La dette augmente de 202 millions € à 7 974 millions €, soit un gearing de 1,7 quand l’attention doit être éveillée au-dessus de 1, soit 100% de dettes rapportées aux capitaux propres. Tout cela en recevant 1 481 millions de subventions et en encaissant 138 millions de revenus de cessions. La situation n’est donc pas si brillante de ce côté-là !

Qu’en est-il chez SNCF réseau ? L’ex-RFF (de 1997 à 2014) publiait ses résultats également : ici on enregistre une perte de 157 millions tandis que la dette augmente de 2,6 milliards pour s’établir à 44,9 milliards. C’est 6,5 fois le CA et 40 fois le résultat opérationnel !

En faillite du point de vue de toute société normale

Un endettement qui a coûté 1 408 000 000 € d’intérêts en 2016. Et là aussi le CA est déclinant, de 1%. Pourtant SNCF réseau bénéficie de 1 207 millions € de subventions et elle enregistre des impôts différés à hauteur de 3,8 milliards. Enfin, cette société a des capitaux propres négatifs, à hauteur de 9,87 milliards €, ce qui est un motif de faillite pour toute société normale.

Cumulant une dette supérieure à son chiffre d’affaires malgré un total de subventions 28 000 millions €1, une situation de monopole et des facilités comptables, la SNCF est une société exsangue qui ne trouverait pas beaucoup de soutien si elle était privée. Son chemin boursier ressemblerait alors probablement à celui d’EDF ou d’AREVA, voire à celui de THOMSON.

Sur ces 44,9 milliards de dettes portées par SNCF réseau, on apprend d’ailleurs que seulement 25% en sont rapportés à la dette publique2.

Malgré toutes les restructurations ou réorganisations opérées, la SNCF est une société en faillite qui poursuit son déclin. Ce n’est pourtant pas une fatalité, de nombreuses compagnies ferroviaires réussissant à créer de la valeur, à commencer par la Deutsche Bahn ou la Central Japan Railway Company.

Cet article a été publié une première fois le 1 avril 2017.

Sur le web

  1. L’État verse à SNCF Réseau des subventions d’exploitation ainsi que des subventions d’investissement dont 26 807 milliards € en 2016 sont inscrites au bilan qui viennent compenser les capitaux propres négatifs, le reste étant des subventions d’exploitation au titre de l’année 2016.
  2. Entre les publications des comptes nationaux de mai 2013 et mai 2014, la dette des administrations publiques (APU) au sens de Maastricht est revue en raison de l’intégration de nouvelles données sources et de changements de traitements. Elle est ainsi révisée de +19,5 Md€ à la fin 2010, +21,0 Md€ fin 2011 et +21,6 Md€ fin 2012.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Sans la garantie de l’Etat La SNCF serait déclarée en faillite avec une situation nette négative de 7 milliards d’euros (actifs moins dette de 50 milliards, dette hors bilan non comptabilisée évidemment dans la dette de l’Etat…). La SNCF n’est pas gérée depuis longtemps (ou plus exactement, elle est gérée par la CGT) avec une productivité infèrieure de plus de 20% (par exemple sur le fret) comparée aux acteurs privés, avec une activité voyageurs totalement subventionnée à hauteur de la moitié de son chiffre d’affaires !!! soit 14 milliards par an (régions 10 milliards, participation de l’Etat au régime spécial de retraite des cheminots 4 milliards), avec des investissements absurdes (dont les lignes de TGV non rentables alors que le réseau Ile de France est en déconfiture), avec un coût de péage exorbitant (40% du chiffre d’affaires ) au réseau ferré, avec des statuts délirants des personnels (conducteurs en retraite à 53 ans) , de l’absentéisme, des régimes spéciaux d’un autre siècle.
    Il faut démanteler d’urgence cette « entreprise » car chaque jour aggrave la note que devra payer le contribuable.
    Avez-vous entendu un candidat parler de la SNCF ? d’EDF qui suit le même chemin ? d’AREVA ? de la SNCM ? de la RATP ?.. bref de tous ces monopoles ultra syndicalisés, mal ou pas gérés, que le seul sauvetage possible consisterait à privatiser dans les meilleurs délais pour stopper l’hémorragie réglée par le contribuable.
    Les candidats préfèrent naturellement parler de l’exonération de la taxe d’habitation, du revenu universel, de la suppression de l’ISF, de la baisse des impôts…
    Cette élection est à nouveau une farce.

    • Eh oui tous ces fleurons paralysés se cassent la gueule les uns après les autres, le corps ankylosé, prêt à rendre l’âme sans ce stimulant vivifiant qu’est  » l’investissement à coefficient multiplicateur de St Keynes « .

  • C’est pas grave tout ça! c’est le contribuable qui paiera la note quand l faudra renflouer le bousin comme ça s’est passé à chaque fois (Air France, EDF, la poste…).

  • Pour traiter efficacement le soucis de la SNCF ne faudrait-il pas que l’état reprenne l’intégralité de la dette mais avec des engagement de la part des syndicats ? la SNCF travaille actuellement à la réduction des heures improductives mais quand certains élus veulent imposer une ligne TGV qui sera un gouffre financier la compagne par la voie de Mr Pepy puisse mettre un terme au projet alors qu’actuellement on le lui imposerait.
    Pour faire revenir les client une réforme en profondeur de la politique tarifaire est inévitable, pour toutes personnes vivant avec une AAH par exemple devraient avoir un abonnement illimité TER / Intercités et TGV à régler tous les mois avec un engagement de deux ans

    • Ah oui, le coup de l’aspirine : ça ne marche pas, alors il faut faire encore plus !

      « toutes personnes vivant avec une AAH par exemple devraient avoir un abonnement illimité TER / Intercités et TGV à régler tous les mois avec un engagement de deux ans »

      Ah, on défend ses propres intérêts ? 😀

  • Oui mais voila, la SNCF est gérée par des français, c’est ça le problème!

  • la SNCF reçoit en subventions annuelles l’équivalent de 6 années d’OPEX mais là on ne peut rien économiser

  • aucune entreprise d’État est rentable..
    quand a certaine entreprise privé. .ex : la Presse qui reçoit des subvention de l’état inadmissible….la niche fiscale des journalistes !!!doit être suprimer…

    par contre ;lorsque la COUR DES COMPTES fait des remarque sur des disfonctionnements ..
    l’état doit rectifier les anomalies..
    Et que ne soit pas un avis consultatif sans effet..
    sinon supprimons la cour des comptes…
    Si leur contrôle ne sert à rien..

  • Mettre des gens compétents. ..
    Pas les copains des copains …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Sur la ligne P du réseau transilien, celle qui dessert l’est de la région parisienne, la voiture située au bout du quai est surnommée « le wagon fumeur ». Depuis des années, malgré les amendes, des usagers ont pris l'habitude d'y fumer, boire, manger et de jeter leurs détritus à même le sol…

Ce n’est qu’une déviance parmi bien d’autres dans un océan d’incivilités qui ne frappent pas que les trains de banlieue mais aussi les rames du métropolitain et les vélos en libre accès.

 

Un tsunami d’incivilités

La firme hongko... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles