Répression routière : les drones, nouvelle menace sur la vie privée des conducteurs

Sur les routes des vacances, vous serez surveillés par des drones verbalisateurs. Atout sécurité routière ou nouvelle menace sur la vie privée des conducteurs ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Répression routière : les drones, nouvelle menace sur la vie privée des conducteurs

Publié le 23 juillet 2017
- A +

Un article de la Ligue des conducteurs.

Alors que les contraventions n’ont jamais autant rapporté à l’État (1,8 milliard € en 2016), les pouvoirs publics entreprennent une nouvelle forme de répression routière inédite et sournoise : les drones !

Survolant les usagers de la route, invisibles des conducteurs et extrêmement discrets, ils sont l’arme ultime de racket fiscal des conducteurs français. « L’arrivée de ces mouchards volants participe de la volonté de l’État de limiter le signalement des contrôles routiers. Qui peut, en effet, savoir s’il est survolé par un drone situé à 40 mètres d’altitude ? » dénonce Pierre-Olivier Cavey, directeur des études et des campagnes de la Ligue de Défense des Conducteurs.

L’utilisation de cette technologie à des fins purement lucratives témoigne en outre de la volonté de l’État de ne pas respecter la liberté de se déplacer, et pire encore, la vie privée des conducteurs ! La précision des images transmises en direct par ces mouchards volants va en effet permettre de détecter toutes sortes d’infractions.

Le comportement des conducteurs dans leur véhicule pourra directement être sanctionné. « Rien n’empêche les forces de l’ordre de surveiller en permanence les conducteurs par l’intermédiaire de leur nouveau « jouet » : la liste des infractions par vidéo-verbalisation risque de nouveau de s’allonger » poursuit Pierre-Olivier Cavey.

La voiture est un lieu privé qui évolue dans l’espace public. Le comportement des occupants du véhicule relève donc de leur vie privée. « Cette mesure de contrôle par le biais de drones constitue clairement une atteinte à la vie privée par la puissance publique juridiquement injustifiée » confirme Maître Lesage, avocat en droit routier et vice-président de l’Automobile Club des Avocats.

Si l’État ne veut pas abandonner la politique du tiroir-caisse ni se concentrer sur des mesures de sécurité routière qui ont fait leurs preuves auparavant, comme l’entretien des routes, la Ligue de Défense des Conducteurs demande à ce que les forces de l’ordre démontrent pour chaque infraction, le caractère à risque pour la sécurité des usagers des voies publiques.

Voir les commentaires (71)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (71)
  • <> :
    Oui, ok pour cette double affirmation.
    Il est donc illégitime d’imposer le port de la ceinture, par exemple.
    Pour le reste, si on considère que la vitesse est un comportement dangereux pour les autres utilisateurs de l’espace public, il n’est donc pas illégitime de la contrôler et donc d’utiliser tous les moyens possibles pour ce contrôle.

    • La citation de l’article qui a sauté : La voiture est un lieu privé qui évolue dans l’espace public

    • Si la justice était de mise dans ce pays, il ne faudrait pas considérer par défaut que la vitesse est dangereuse mais démontrer que la vitesse est réellement dangereuse pour les autres au cas par cas, en tenant compte des circonstances particulières rencontrées à chaque verbalisation. Par exemple, il n’y a aucune raison objective de verbaliser une vitesse de 160km/h de nuit sur une autoroute vide, sinon pour faire du fric.

      En poussant le raisonnement à son terme logique, un excès de vitesse ne peut être objectivement prouvé que s’il y a accident. S’il n’y a pas accident, c’est que la vitesse n’est pas excessive. Ainsi, les radars devraient être réservés à la démonstration d’un éventuel défaut de maîtrise du véhicule démontrant la responsabilité d’un accident, mais certainement pas pour verbaliser à la chaîne.

      Ayant démontré que la démarche de sanction systématique est injuste, il suit que les moyens de contrôles nécessaires à la sanction sont illégitimes, peu importe qu’ils soient légaux. La légalité d’une procédure n’implique pas sa légitimité. La loi n’est pas la morale.

      • La vitesse…comme cause permanente des accidents…vaste débat.

        La logique Allemande est bien meilleure.
        SI l’infrastructure le permet vitesse maximale : 250 km/h mais 130 km/h conseillé (si cela n’a pas changé).
        En revanche en cas d’accident la vitesse supérieure à 130 est considérée comme une circonstance aggravante.

        La difficulté est la mentalité des conducteurs…mais celle-ci n’est pas forcement liée à la nationalité…

        Nos voisins les Suisses, quand ils franchissent la frontière, roulent le plus souvent très vite alors même que chez eux ils respectent scrupuleusement les limitations (drastiques et même souvent stupides en valeur).
        Moralité: quand ils sortent de leur univers répressif très sévère : « ils se lâchent ».

        Les drônes peuvent être, je trouve, des instruments plus pertinents en sanctionnant les attitudes réellement dangereuses (distances de sécurité par exemple, gymkhana au milieu du trafic, course entre deux véhicules…).

        Mais dans ce cas il serait bien de nous lâcher les baskets un peu sur la vitesse qui, comme seul paramètre et avec des véhicules bien entretenus, est un épi-phénomène si le conducteur est responsable et adapte sa vitesse au trafic.

        Personnellement le 1er Aôut sur l’autoroute du sud je sors de l’autoroute plutôt que d’âtre à 20 mètres du véhicule de devant à 130 km/h (vitesse dangereuse dans ces conditions) avec un véhicule qui tente de rentrer dans le coffre de ma voiture !

        • Nos voisins les Suisses, quand ils franchissent la frontière, roulent le plus souvent très vite alors même que chez eux ils respectent scrupuleusement les limitations (drastiques et même souvent stupides en valeur).

          C’est pour cela que près de la frontière, la vitesse est limitée à 100 ou 120 km/h.

    • Notre planète lancée dans l’azur à plusieurs milliers de kilomètres-heures (107200 km/h)

  • Vie privée contre privation de vie(s), mon choix est fait!

    • Les conséquences du port de ceinture de sécurité ne concerne que celui qui ne la porte pas. Sauf à considérer, que les frais médicaux sont payés par la collectivité puisque la France a fait le choix d’une système de santé collectiviste exonérant chaque individu de toute responsabilité personnelle.
      Donc pas de doute, quand on a fait le choix d’une société collectiviste, la liberté individuelle doit disparaître sur l’autel du « bien » de la collectivité.
      Votre choix en est une belle illustration: les français sont les responsables actifs de la perte de leurs libertés.
      « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Benjamin Franklin

      • @cyde

        Les délits routiers sont inacceptables et heureusement pas une majorité.
        ils ne doivent en aucun cas être banalisés mais sanctionnés.
        Les drones peuvent être utiles pour constater ces délits, mais avec des conditions restrictives d’utilisation.
        Comme pour les radars leur but ESSENTIEL Doit- être d’assurer avant tout la SÉCURITÉ.
        La valeur de la vie humaine sur la route ne doit pas se résumer à un jeu de cache-cache avec des ordinateurs,et il est primordial de prendre conscience de ses propres responsabilités.
        La formation et l’éducation de chacun en matière de comportement au volant devrait faire l’objet d’un suivi plus sérieux.
        (exemple:contrôles médicaux obligatoires mis en place dans certains pays d’Europe).

        La lutte contre l’insécurité routière c’est aussi, et en grande partie, l’entretien du réseau routier bien différent de l’époque de Benjamin Franklin au 18ème siècle!

        Cet autre sujet très important relève bien de la responsabilité de l’état et du budget.

        • Mais les radars n’ont pas pour but d’assurer la sécurité. Ils sont systématiquement places dans des zones à forte rentabilité.
          Être flashé à 100km/h devant l’école d’un village (où il n’y a en réalité jamais de radar) pourrait avoir du sens.
          Être flashé à 120 sur une route de campagne déserte, dégagée, hors agglomération, avec une voiture récente, c’est du racket.

          • @Pukuratane

            Une route de campagne n’est jamais totalement »déserte » comme vous le dites.
            Par exemple,beaucoup de cyclistes ou motards utilisent justement ces routes tranquilles et peuvent être tués en cas d’excès de vitesse.
            il serait absurde d’établir un code de la route « à la carte »!
            Des circuits connus permettent de se faire plaisir en pilotant de grosses cylindrées qu’il est possible de louer: il n’y a dans ce cas aucun danger pour personne.
            De même certaines portions d’autoroutes, à étudier,devraient permettre des vitesses plus élevées.

          •  » Être flashé à 100km/h devant l’école d’un village (où il n’y a en réalité jamais de radar) pourrait avoir du sens.  »

            Parce que permettre à des automobilistes de pouvoir rouler à 100 km/h devant des écoles en espérant pouvoir les choper au radar vous trouvez cela normal? Super pour le gosse qui se feraient shooter par une voiture qui roule à 100 km/h malgré la radar. A proximité des écoles il faut mettre des ralentisseurs ou des chicanes et un flic bien visible au heures de rentrée et de sortie des écoliers pour éviter que des types roulent à 100 KM/H.

             » Être flashé à 120 sur une route de campagne déserte, dégagée, hors agglomération, avec une voiture récente, c’est du racket.  »

            Vous ne pouvez jamais savoir à l’avance si vous allez être tout du long seul sur une route de campagne apparemment déserte. On pourrait aussi vous rétorquer que cela n’a pas de sens de mettre un radar à la sortie d’un épingle à cheveu ou sur une route fortement fréquentées et surchargée ou les voitures sont au ralenti.

        • Bonjour XERIAVAN

          C’est tjs la même histoire, l’état présente une restriction de la liberté en avançant des arguments de sécurité, (terrorisme, accident circulation, malbouffe etc..) et on se retrouve avec un état violant les droits individuels, pour notre bien.. et une sécurité mal assurée.

          C’est votre choix, la servitude volontaire est votre désir, mais ne venez pas couiner quand l’état policier sera chez vous sans mandat, ou quand Melanchon ou Le Pen seront au pouvoir. Ils auront tous les instruments pour nous asservir.

          • @gillib

            Ne préjugez pas de ce que je souhaite « en matière de servitude volontaire »puisque nous ne nous connaissons pas .
            Mon message vise essentiellement à mettre l’accent sur les délits routiers qui sont inacceptables et qui me font effectivement « couiner »!!!
            Les chauffards ça vous parle???

            • Tout est dans la définition du « délit ». Le terme est d’ailleurs utilisé sciemment car le terme « délit » frappe les esprits, c’est synonyme de qqchose de grave. Le terme « infraction » est moins porteur…
              La focalisation sur la vitesse est bien pratique car 1/elle permet de facilement stigmatiser le conducteur qui en est seul responsable, 2/ permet de développer une politique répressive qui a l’avantage d’être politiquement visible et d’apporter facilement de l’argent à l’Etat. Par contre, d’autres mesures ne seront jamais prises comme la tolérance zéro contre l’alcool au volant quand il est prouvé depuis longtemps que la moindre goutte d’alcool dans le sang altère les réflexes. Mais on ne veut pas heurter le lobby des producteurs et distributeurs d’alcool sous diverse forme qui représentent un poids électoral et financier non négligeable.
              Cette stigmatisation de la vitesse permet également de masquer la quasi impuissance de l’Etat face à la multiplication des conduites sous différentes substances illicites et la multiplication des conducteurs sans assurance et/ou sans permis, les accidents provoqués par ces personnes étant souvent facilement classés dans le tiroir facile de la vitesse excessive. Enfin, je ne m’étendrai pas sur l’état indigent d’une très grande partie du réseau routier français alors que la majeure partie des accidents ont lieu sur ce réseau de départementales et de nationales: http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad411566.pdf
              Les utilisateurs de ce réseau accessoire sont certes plus nombreux que ceux des autoroutes mais le nombre de morts sur ce réseau est très nettement supérieur à ce qu’il devrait être si on lui appliquait les scores des autoroutes ou de certaines nationales bien aménagées rapportés au nombre d’utilisateurs (et pour des vitesses moyennes de circulation très nettement inférieures).
              Mais voilà, sécuriser ce réseau coûte cher, très cher et cela manque de visibilité politique donc peu rentable électoralement parlant…
              Donc il est beaucoup plus rentable financièrement et politiquement de montrer du doigt la vitesse et les chauffards qui roulent trop vite. De bonnes âmes bien conscientisées ne manquent pas de faire écho au discours officiel.
              Ne parlons pas également du permis de conduire qui vous est délivré à vie et où on vous apprend essentiellement à savoir garer une voiture mais pas à garder cette voiture sur la route en cas de problème. Mais augmenter le niveau d’apprentissage et d’exigence risquerait d’en laisser sans permis ce qui électoralement parlant n’est pas acceptable… Il est vrai que le permis de conduire est quasiment un droit en France.

              En Allemagne, le nombre de tués sur la route est le même qu’en France pour une population 30% supérieure avec des vitesses libres sur de nombreuses autoroutes et une limitation à 100 km/H sur l’équivalent des Nationales. Cela ne vous interpelle pas?

              • @cyde

                Je vous remercie pour votre réponse bien digne d’intérêt.
                Faire écho au discours officiel n’est pas mon propos, et il convient simplement d’être objectif pour un sujet de sécurité qui concerne tout un chacun.
                Votre analyse de la situation est très exhaustive et réaliste.
                Vos remarques et constats ont MAINTES fois été formulés et beaucoup reste à accomplir en matière de sécurité routière, vous avez bien raison.
                Pourtant il convient de rester PRAGMATIQUE,en fonction de la situation, et des règles imparfaites cependant en vigueur.
                Prendre le volant ne doit pas être un jeu de loto ou de roulette russe!!!
                Le mot « délit routier »que vous semblez estimer excessif me paraît tout à fait juste: »un délit est un fait illicite d’où naît un dommage ».
                En l’occurrence le dommage est souvent corporel.
                Les blessures, souvent mortelles, occasionnées dans un accident de la route sont presque toujours déclarées « blessures involontaires sans intention de les donner »;ce qui est parfois considéré à tort comme « circonstances atténuante » même dans les cas extrêmes.
                Le mot délit est donc très justement employé car il permet aussi de prendre conscience de sa propre responsabilité en conduisant ,en admettant que CERTAINS comportements à risques n’ont aucune excuse et peuvent avoir des conséquences gravissimes.
                « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ».
                il suffit de pratiquer la conduite pour se rendre compte de la justesse de cet adage connu, puisque l’on est toujours le mauvais conducteur de l’autre!
                il ne s’agit pas « d’être une bonne âme bien conscientisée » ou un benêt qui avalerait n’importe quoi.
                il s’agit de montrer que l’on est sensibilisé par ces problèmes qui concernent bien les décideurs politiques et économiques.
                Pour autant,une automobile ne devrait pas être considérée par certains comme un exutoire finissant en tragédie.
                Les lois en matière de sécurité routière se doivent donc d’être COHÉRENTES, pour réprimer efficacement tout comportement délictueux.
                Tout un chacun doit se sentir concerné car les accidents n’arrivent pas qu’aux autres !
                (voir video : »visite à Garches l’hôpital des grands accidentés de la route).

                Encore mes remerciements pour cet échange.
                Cordialement

                • « En l’occurrence le dommage est souvent corporel. »

                  Votre discours et vos arguments sont intenables pour celui qui espère analyser objectivement et honnêtement la réalité. La réalité, c’est qu’il n’y a pratiquement jamais de dommage, corporel ou mortel, compte tenu du nombre de kilomètres parcourus à l’année, pas loin de 1000 milliards. Pourquoi sanctionner 98% des conducteurs qui n’auront jamais d’accidents responsables dans toute leur vie de conducteur ? Quel délit ont-ils donc commis, sinon de vivre, tout simplement ? Et si vous retirez les jeunes qui s’emplafonnent en sortie de boite, les suicidaires choisissant la voiture pour en finir, les crises cardiaques au volant, quelques motards franchement irresponsables, les piétons et cyclistes qui se font écraser parce qu’il croient avoir le droit de faire n’importe quoi, il ne reste presque plus d’occurrence d’accidents pour l’immense majorité des conducteurs, principales victimes de l’acharnement répressif. Pour vous en convaincre, comparez les ratios dommages/km parcourus et sanctions/km parcourus et vous verrez que la sécurité n’est absolument pas l’enjeu de cet abus de pouvoir caractérisé. Il s’agit plutôt de criminaliser la vie quotidienne de l’ensemble des citoyens sur un aspect essentiel de leur vie, à savoir leur liberté de circulation, afin de s’assurer leur soumission à un pouvoir fondé sur des programmes de surveillance et de répression généralisés.

                  Interdit après interdit, délit imaginaire après délit imaginaire, taxe après taxe, on assiste à des programmes de même nature en ce qui concerne la liberté d’expression ou la liberté économique.

                  C’est l’intégralité de la vie des gens qui est mise en coupe réglée. L’enjeu de la sécurité est un mensonge.

                  • quelques motards franchement irresponsables

                    Que voulez-vous. Nos sots s(i)alauds au pouvoir n’aiment pas les généreux donneurs d’organes. Jeune motard : fonce, va plus vite, le receveur t’attend avec impatience. Sauve une vie 🙂
                    Paradoxal.

                • « un délit est un fait illicite d’où naît un dommage ».
                  Justement non. Les infractions routières ne sont pas toutes (et de loin s’en faut) suivies de dommage. Donc selon votre propre définition, ne pourraient être qualifiés de délits que les actes suivis de dommage. Cela diminue fortement le nombre de ces délits (selon votre définition).
                  Ensuite, si vous reprenez la liste des causes retenues d’accidents avec dommage (décès), vous verrez que les causes sont multifactorielles sans obligatoirement de délits ou infractions initiaux : https://www.preventionroutiere.asso.fr/2016/04/22/statistiques-daccidents/
                  Cette vision « dommage car délit » ne colle pas avec la majorité des faits.

                  L’alcoolémie dite positive vient en 1er lieu avec un flou dans cette définition, positive signifiant « au-dessus des limites légales » ou «présence d’alcool dans le sang ». La première définition éludant tous les sujets ayant une alcoolémie « légale » mais ayant néanmoins pu favoriser l’accident par l’altération des réflexes qu’elle entraine et la 2è définition gommant de facto l’hypothétique sécurité qu’apporterait le respect de cette limite légale d’alcoolémie. Si on considère la 2è définition et/ou la réalité de la physiologie humaine (altération des réflexes dès l’absorption d’alcool), il n’y a pas de délit à chaque fois et pourtant accident.

                  2è cause : la vitesse dite excessive (26%). Il y donc là infraction (ou délit si vous voulez). Rien à dire. Sauf que dans cette catégorie sont souvent rangés par défaut les accidents mal étiquetés (sortie de route dans un virage => vitesse excessive bien sûr. Exit la somnolence, l’écart d’un véhicule venant en sens contraire, le portable, GPS ou autre, la traversée d’un animal, la mauvaise signalisation, l’inattention faisant mettre la roue sur un de nos fameux bas-côtés français toujours accueillants et bien entretenus…).

                  Et qu’avez-vous ensuite ? Aucune infraction ni aucun délit sauf, me direz-vous, pour le port du casque et de la ceinture. Mais ce ne sont que des infractions contre soi-même. Et j’ai déjà dit dans un commentaire plus haut ce que j’en pensais. Maintenant on pourrait considérer qu’une route mal entretenue pourrait constituer un délit mais ce serait l’Etat le responsable…
                  Les délits tels que vous semblez l’entendre ne sont donc responsables que d’une petite partie des décès routiers. Ce discours infantilisant et inefficace (personne ne se voit comme un criminel) permet surtout à ceux qui nous dirigent de détourner le regard des multiples problèmes du réseau routiers, de la formation et de l’évaluation (absente) des automobilistes…etc tout en permettant de verbaliser l’automobiliste, L’Etat ayant toujours besoin de plus d’argent.

                  Une fois de plus, la situation de l’Allemagne (cf post plus haut) ne vous interpelle pas ? L’absence d’amélioration des chiffres français malgré une répression accrue (et COHERENTE dans la répression, ce qui doit vous satisfaire) non plus ?

                  Et je vous en prie, pas de vidéo sur les accidentés de la route de Garches ! Tout plaidoyer commençant à manquer d’argument, se doit de terminer par une petite vidéo appuyant sur le facteur émotionnel. Qui oserait argumenter après cela, n’est-ce pas ? Vous n’avez pas de chance, Garches, je connais bien. C’est un gros centre de Rééducation Fonctionnelle et les accidentés de la route ne sont qu’une petite partie des patients qui sont pris en charge dans cet hôpital. En quoi cela appuie votre argumentaire ? A-t-on jamais dit qu’il n’y avait pas de conséquences graves d’un accident ? Tout à fait le type d’argumentaire qui permet de faire passer des lois liberticides sous prétexte de protéger une population mais surtout de la fliquer. D’ailleurs les budgets indigents consacrés à ces services de rééducation montrent leur faible considération par l’Etat, au même niveau que la considération de l’Etat pour l’entretien du réseau routier.
                  Je pourrais terminer en vous montrant une vidéo sur un service de soins palliatifs s’occupant de patients avec des tumeurs pulmonaires en phase terminale. Cela ne serait néanmoins pas un argument pour l’interdiction du tabac.
                  Cordialement

                  • @cyde
                    Je n’ai jamais écrit que la répression SYSTÉMATIQUE était la solution. (trop simpliste en effet).
                    Vous avez bien fait l’inventaire de la situation comme d’autres intervenants et ne vais pas reprendre les mêmes propos.
                    il existe pourtant bien certains comportements dangereux DÉLIBÉRÉS qui sont une réalité.
                    Même s’ils sont minoritaires et déplaisants à évoquer, je ne vois pas pourquoi le sujet serait tabou, tout comme votre analyse détaillée de faits objectifs qui expliquent des infractions mais sûrement pas des délits.(mot dont la définition est dans le robert,mais dont l’interprétation peut être différente comme d’hab.)
                    Cordialement

                    • Bien sûr qu’il existe des comportements dangereux délibérés et ils doivent être sanctionnés! Mais comme vous le dites, ils sont minoritaires. Ces comportements ne sont aucunement déplaisants à évoquer.
                      Ce qui est déplaisant, c’est l’attitude de nos gouvernants qui cherchent toujours et encore à infantiliser et culpabiliser la multitude d’automobilistes normaux (les dangereux n’en ont rien à battre) sans aucun soucis d’efficacité mais uniquement pour leur soutirer encore plus d’argent et détourner l’attention de la population des causes de la majorité des décès routiers, causes dans lesquelles la responsabilité de l’Etat est énorme. Ce qui est déplaisant, c’est de voir la facilité avec laquelle cette propagande trouve un écho auprès de la population.

                • @Xeravian
                  Bonjour,
                  « Pourtant il convient de rester PRAGMATIQUE,en fonction de la situation, et des règles imparfaites cependant en vigueur.
                  Prendre le volant ne doit pas être un jeu de loto ou de roulette russe!!!
                  Le mot « délit routier »que vous semblez estimer excessif me paraît tout à fait juste: »un délit est un fait illicite d’où naît un dommage ».
                  En l’occurrence le dommage est souvent corporel.
                  Les blessures, souvent mortelles, occasionnées dans un accident de la route sont presque toujours déclarées « blessures involontaires sans intention de les donner »;ce qui est parfois considéré à tort comme « circonstances atténuante » même dans les cas extrêmes. »
                  Après lecture, je ne vous trouve pas très pragmatique.
                  Des « règles imparfaites » : ces règles imparfaites ne peuvent pas être suivies et sont donc illégitimes.
                  « dommage souvent corporel » ; « blessures souvent mortelles »
                  J’ai eu deux accidents de moto, dont un dû à une percussion par l’arrière, j’aurais donc dû mourir deux fois ? En dommage corporel, j’ai eu une simple pizza sur le genou. Si tel était le cas, il n’y aurait plus beaucoup de conducteurs en France, les véhicules à moteur auraient été bannis.
                  « Prendre le volant ne doit pas être un jeu de loto ou de roulette russe. »
                  La grande majorité des usagers prend le volant pour aller d’un point A à un point B. S’encastrer dans un arbre, un poteau, ou une autre voiture ne permet pas de réaliser la phase « atteindre le point B ». La roulette russe, concernant le sujet de l’article, est sur le fait de savoir si on va prendre une prune par un radar caché, alors qu’on a causé de tort à personne.
                  L’enjeu majeur est la perte progressive de la Liberté ainsi que des autres Droits. Si nous perdons la Liberté, nous n’aurons aucune sécurité, car nous serons alors dépendants des humeurs et du bon-vouloir de nos maîtres.
                  « Pour autant,une automobile ne devrait pas être considérée par certains comme un exutoire finissant en tragédie. »
                  Je suis d’accord avec vous. Cependant il n’y a aucun mal à aimer conduire son véhicule, que l’on a payé, ou que l’on paye à crédit. Si tragédie il y a, alors il faut une réponse. Je vous donne un exemple :
                  X roule et percute l’automobile de Z et sa famille, soit 4 personnes. 3 personnes de la famille Z sont décédées, et une est blessée. X doit donc répondre des 3 décès et de la blessure. En France nous sommes compatissants, voire complaisants, 5 ans minimum, pour CHAQUE décès, soit 15 ans de prison, 3 ans de plus pour blessure, interdiction à vie de conduire un véhicule à moteur, prise en charge des soins médicaux non remboursés/assumés par la Sécu et/ou mutuelle de la personne blessée. Si X n’en a pas les moyens financiers, il est mis au service et à la disposition de la personne blessée.

                  • @stf

                    Je vois que vous êtes comme moi motard:
                    pourquoi n’abordez-vous pas le problème de l’agressivité systématique dont fait preuve beaucoup d’automobilistes à notre égard?Vous trouvez cela normal?

                    Les remarques faites par l’ensemble des intervenants me paraissent par ailleurs intéressantes, et il est heureusement exact que le rapport des délits routiers par rapport aux milliards de kms parcourus est faible.(O.K.@cavaignac)
                    Ce n’est pas une raison pour les ignorer même si l’on n’est pas concerné.
                    Cordialement

                    • @XERAVIAN
                      Bonsoir,
                      Je n’aborde pas le sujet de l’agressivité, car elle n’est pas systématique comme vous le mentionnez. Si tel était le cas, ce serait l’enfer pour nous, une automobile pèse bien plus lourd qu’une moto, leur étant en plus bien supérieur. Je ne sais pas comment sont les automobilistes chez vous, mais dans le Sud-Ouest et dans l’Est je les trouve corrects. Une minorité est agressive, elle ne l’est pas qu’avec les motards. Les motards ne sont pas tous des saints ; tous ne sont pas des Hells Angels.

                  • @stf
                    Tout à fait d’accord avec vous:
                    L’agressivité envers les motards est fonction de la région, voire de la ville considérée.
                    La densité de circulation crée aussi des tensions.
                    J’habite une région très accidentogène pour les deux roues et il faut redoubler de vigilance. (Sud-Est).

                    • @XERAVIAN
                      Bonjour,
                      Je vous conseille de revendre votre moto, car avec l’accidentogènéité dont vous faites part, plus l’agressivité ambiante, vous êtes un motard en danger.

                    • @stf
                      Merci pour vos bons conseils,mais ils ne m’intéressent pas car parfaitement hors sujet.
                      La zénitude en moto ne me pose aucun problème:ce sera peut-être le sujet d’autres échanges.
                      Bonjour chez vous !

                    • @XERAVIAN
                      Bonjour,
                      Si vous êtes capable de zenitude en roulant, alors c’est que la situation dans le Sud-Est n’est pas aussi critique que vous le disiez.
                      V à vous.

            • @XERAVIAN

              Je ne préjuge pas ce que vous souhaitez, je juge sur vos écrits que vous souhaitez une politique répressive étendu.

              Les délits routiers ne sont pas inacceptables, ils sont le résultat d’une diarrhée législative et réglementaire qui rend tout susceptible de PV.

              Lisez l’article de CP pour vous faire une idée de l’inefficacité des règles. https://www.contrepoints.org/2011/09/13/45697-lausanne-lefficacite-de-lanarchie-routiere

              Quant au permis de conduire, il devrait être supprimé son utilité étant nulle.

              Cordialement

              • Je vous remercie pour votre réponse.
                Je ne nie pas que les pouvoirs publics ont une responsabilité essentielle pour établir les règles nécessaires pour la sécurité routière,et il est indispensable de le souligner comme vous le faites à votre manière.
                L’absence complète de règles comme vous le préconisez n’est pas de ce monde, et il faut en tenir compte que cela plaise ou non!
                Soyons donc pragmatique et essayons,justement que les règles en matière de sécurité routière puissent être améliorées en commençant par changer notre comportement.
                Avec tous mes remerciements pour nos échanges (voir aussi avec @cyde).
                Cordialement

      • Les français ont horreur de la liberté, car elle exige de la responsabilité. Ils veulent être maternés. C’est la raison de la devise: liberté, égalité, fraternité, mais ils ont évité de préciser que c’étaient les trois sujets à bannir!

    • Si vous voulez ne vivre aucun risque, restez chez vous! Il n’est pas logique, donc normal que la vitesse ait la même limite sur une autoroute (d’ailleurs chère), un jour de départ en vacances ou une nuit de semaine: la largeur libre de la route n’est pas la même et les risques non plus! En cas de neige, idem. A fortiori quand le code vous oblige d’adapter votre conduite à l’état de la route, donc en freinant, jamais en accélérant, ce qui est stupide: il ne faut plus s’étonner de voir des conducteurs freiner en virage (+ dangereux) au lieu d’anticiper ou freiner avant de prendre une bretelle de sortie d’autoroute car les flics sont derrière le premier panneau de limitation de vitesse ou d’encombrer un carrefour au lieu de le libérer le plus rapidement possible.

      Je n’irai plus dans ce pays, en voiture, où ce qui n’est pas interdit est obligatoire!

  • Avez-vous jamais réalisé, entre autres incohérences du code de la route à ré-écrire (vu le contexte du XXIième siècle) , que si, sur le principe le respect de la distance de sécurité est incontestablement basé sur une réalité physique (néanmoins non identique pour tous), son application pratique, en particulier sur les autoroutes à la sortie des grandes agglo, créérait un b… problème insoluble ?

    • De plus avec les nouvelles voitures cette distance est gérée par l’ordinateur de bord……
      Actuellement c’est du PV micrométrique comme pour le franchissement de deux rouges et la plus part des infractions routières…vache à lait qui disparaîtra avec la technologie ?

  • Sortie ou entrée évidemment

    Prenez ne serait-ce que 250 mètres d’une photo aérienne. Il vous faudra combien de kilomètres pour repositionner tous les véhicules sur la photo à bonne distance de sécurité ? Et elles devraient être où les voitures roulant sur les 250 mètres suivants ?

  • Oui à ce nouveau moyen de contrôle mais….. ». en même temps  » il faut remettre en état et améliorer les sections dangereuses de nos routes ou carrefours.
    Bas cotés défoncés , etc
    Plus facile de placer une limitation de vitesse inadaptée pour piéger les automobilistes … vache à lait

    • @ dupond
      Vache à lait, c’est évident! Tout ça à cause de la mauvaise gestion française, toujours sans le sou, pour les raisons qu’on connait!

  • Ces contrôles aériens vont surtout être sources de contestation et d’engorgement des tribunaux pour ceux qui auront le moyen de se payer les avocats ad hoc.
    Si on mesure les distances entre véhicule, il faut disposer d’une évaluation précise de l’altitude de l’engin et de la distance engin/véhicule. Quant à la mesure de la vitesse d’une automobile par le drone, il faut en plus une mesure très précise de la vitesse/sol du drone et de sa direction de déplacement/véhicule. Toutes ces mesures devant être effectuées par des appareils certifiés par le Service des Poids et Mesures… la porte est ouverte à toutes les contestations.
    Ils risquent de se rabattre sur le facile: téléphone au volant, port de ceinture (visible si l’engin ne vole par trop haut), franchissement de ligne jaune, conduite dangereuse (voiture zigzagant entre les autres…)…
    Coyote va rajouter une icone a son avertisseur de danger, l’appareil ne pouvant voler que dans le même périmètre autour de celui qui le dirige.

    • De plus, la fameuse distance de sécurité est différente si on roule  » en convoi  » ou si l’on s’apprête à dépasser : en ce cas, il faut bien se rapprocher de la voiture précédente.
      Quant au Coyote, il est question de le rendre illégal…

      • @ דוב קרבי dov kravi

        Le Coyote interdit, c’est pas malin: un Coyote, ça ralentit le conducteur: ça ne peut pas nuire, cette solidarité entre conducteurs! On pratique toujours l’appel de phare, en France (aussi interdit, sans doute!).

        • @mikylux
          Bonjour,
          « l’appel de phares » est évidemment interdit en France.

          • Non, autorisé pour signaler un danger, ensuite si la maréchaussée ne reconnaît pas que le taureau en vadrouille au milieu de l’autoroute n’est pas un danger, bon, certes elle ne l’a pas retrouvé mais ce n’est pas la première fois qu’elle n’en est pas capable….

    • @Parcoureur
      Merci pour la lucidité de vos analyses sur le site que vous indiquez.

      J’ajoute que le seul contrôle qui vaille, c’est l’auto-contrôle ; la seule façon d’y parvenir, c’est l’éducation. En France, l’Etat a fait le choix de la répression au lieu de faire celui de l’éducation. C’est le choix d’un pouvoir qui vit de la dé-responsabilisation de ceux sur lesquels il s’exerce. Dans cette logique, l’Etat entretient à la fois l’irresponsabilité, la culpabilisation et la répression.

      L’apparente nécessité de l’escalade dans la répression ne vient pas d’une population qui serait réfractaire à toute éducation et irresponsable par nature, elle vient d’un Etat répressif par nature, qui méprise la vertu et qui pousse au crime en permanence par un besoin pathologique de tout contrôler.

      L’abus de réglementations superflues et ruineuses est le révélateur d’une tyrannie qui transforme tout un chacun en délinquant. Quand tout le monde est menacé d’être traité abusivement comme un délinquant, plus personne ne l’est, car les vrais délinquants ne se distinguent plus. La bureaucratie dont nous subissons les caprices nous regarde tellement de haut et de loin qu’elle ne fait même plus la différence entre un citoyen inoffensif et un délinquant dangereux. Tout le monde est mis dans le même sac. Alors ce n’est pas nous qui devrions être contrôlés, mais l’emballement de cette machine bureaucratique infernale qui ne sait pas quoi inventer pour tirer sur tout ce qui bouge! La question est de savoir comment l’arrêter et s’en affranchir.

      Pour retrouver notre liberté et ce qui va avec : la capacité de s’éduquer, de s’auto-contrôler et de coopérer entre nous librement.
      Pour échapper à la misère physique et morale où nous entraîne un Etat bêtement répressif. Il y a quand même mieux à faire du progrès technique que d’en faire une arme de surveillance généralisée et de répression massive !

  • Si on ne peut plus se gratter le nez …
    Et comment sauront-ils que la voiture est en auto-pilote ❓
    Cela viendra, sur autoroute sans problème.

  • Les jeunes de banlieue ne vont pas tarder à développer des drones tueurs de drones pour pouvoir continuer à se livrer à leurs rodéos en « paix » : il suffira de s’en procurer et de les adapter à l’environnement autoroutier…

  • Il me semblait que les tests n’etaient pas concluant : impossibilité de lire la plaque la plupart des cas.
    Qu’en est il exactement ?

  • Et hop ! Encore deux coups de canifs aux droits individuels, et à la Justice.
    « La voiture est un lieu privé qui évolue dans l’espace public. Le comportement des occupants du véhicule relève donc de leur vie privée. »
    Lieu privé, vie privée, propriété, liberté… sont des ignominies pour les socialistes. C’est leur combat de les anéantir.
    Puisque un véhicule est un lieu privé, une propriété, il est sacré et inviolable. Jeter un oeil dedans ne peut se faire qu’avec l’autorisation préalable de la la Justice, par le biais d’une comission rogatoire délivrée par un Juge. Nous en sommes à des années-lumières maintenant puisqu’avec des caméras de « sécurité » nous pouvons être épiés par nos fenêtre, dans la rue, sans le savoir et que nous sommes en état d’urgence où aucun de nos droits fondamentaux n’est respécté. Nous sommes tous suspects de quelque chose. C’est surprenant que les Forces de l’Ordre ne nous arrêtent pas dès qu’on met le contact !
    Les verbalisations automatiques par les radars ont rendu les vidéo-verbalisations possibles, sous le prétexte de la sécurité. Ce sont donc des condamnations sans procès. Il est vrai que pour les dirigeants de la France, la Justice est encombrante. Les Forces de l’Ordre ne devraient même plus pouvoir mettre d’amendes, elles ne n’ont pas vocation à récolter des dettes.

    « Art. 5. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société.  »
    « Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. »

    • Edit:
      Pour tous ceux qui pensent que la vitesse est synonyme de danger immédiat ou de mort imminente, je vous réponds « Non ! » L’Etat n’a pas à nous fixer une limite de vitesse, que lui-même ne suit pas. Son action débute à partir du moment où il y a dépassement des Droits d’autrui : en d’autres termes, si je roule au-delà de la limite de 90km/h sur une départementale, tant que je ne touche personne, l’Etat n’a pas à intervenir. Son champ d’action débute dès le contact d’un pare-choc. Toute personne libre ET responsable, se tiendra à distance de tout pare-choc.
      Si la sécurité routière était la vraie préoccupation de l’Etat, il commencerait par restaurer toutes les routes pourries du réseau ; laisserait de la place sur les bords de chaussées ; ne créerait pas de goulots d’étranglements sur une deux-voies avant d’arriver à un rond-point ; supprimerait tous les dos-d’ânes hors normes ; ne tolèrerait pas les plaques en fonte sur les voies de circulation ; ferait en sorte que nous ne soyons pas plus concentrés sur notre vitesse et notre compteur que sur la route ; etc…

      • L’etat n’a plus les moyens d’entretenir toutes les routes. On ferait mieux de rationnaliser le réseau.
        Ensuite, controler que tous les dos d’anes soient conformes aux normes coute également trop cher. C’est à la responsabilité de l’industriel de faire les choses correctement, mais visiblement, il s’en balance.
        Pour faire de la place sur les bords des chaussées, il va falloir exproprier pas mal de monde.

        Bref, beaucoup de yaka faucon pour dire que c’est pas moi le probleme, c’est les autres.

        La vitesse n’est pas synonyme de danger, non, mais tu ne peux pas sous entendre l’inverse en faisant croire qu’il n’y a aucune conséquence : c’est à minima un facteur aggravant de tout accident, et rarement, mais parfois quand meme, la cause : beaucoup de personnes s’attribuent des compétences qu’ils ne possedent pas.
        Pire, les etudes sur les biais cognitifs ont montré une sous évaluation / minimisation constante des problemes.
        Je suis entierement d’accord avec toi en disant que toute personne libre ET responsable, se tiendra à distance de tout pare-choc (et de genoux de pietons). Mais c’est la théorie. Bien que cela se passe correctement pour la majorité d’entre nous, les études accidentologiques actuelles montrent que malheureusement, la bonne volontée s’avere parfois insuffisante.

        La route est un espace public sur laquelle il faut faire cohabiter des véhicules aux caractéristiques et aux utilisations bien différentes. Et qu’il n’est pas toujours possible malheureusement de dédommager les victimes (par exemple, un mort est mort, aucun tribunal ni aucun jugement n’a pu le dédommager).

        Prenons l’aspect philosophique du libéralisme :
        La liberté est elle de faire ce que l’on veut sur la route , ou de partager un ensemble de regle qui pemettent d’assurer un déplacement libre et sécurisé ?
        Pour cela, je m’inspire d’une citation de contrepoints itself :
         »
        la liberté ne consiste pas à faire ce qu’on veut quand bon nous semble
        (https://www.contrepoints.org/2016/01/24/234312-merci-arnaud-bichon)
        « 

        • @Koriaendre
          Bonjour,
          « L’etat n’a plus les moyens d’entretenir toutes les routes. »
          L’Etat a les moyens quand cela l’arrange. Il en aurait certainement plus s’il dépensait moins dispendieusement ce qu’il nous prend.
          « Ensuite, contrôler que tous les dos d’ânes soient conformes aux normes coute également trop cher. »
          Vu que c’est l’Etat qui pond les normes, et ses représentants locaux qui décident quand et où placer les dos d’ânes, c’est à lui de vérifier que les normes qu’il impose sont respectées. Il est vrai qu’il n’y a pas une machine avec un laser qui mesure la hauteur et l’angle du dos d’âne pour envoyer une facture à celui qui l’aura mal conçu et posé. Même la Police qui roule sur ces ralentisseurs ne les verbalise pas.
          « La vitesse n’est pas synonyme de danger, non, mais tu ne peux pas sous entendre l’inverse en faisant croire qu’il n’y a aucune conséquence »
          Il n’y a pas de conséquence. Je ne vois pas ce que je sous-entendrais, en fait. Tant que tu ne touches personne, il n’y a aucune conséquence.
          « La liberté est-elle de faire ce que l’on veut sur la route »
          Tu réponds à ta question, et j’ai répondu à cela aussi dans un autre commentaire destiné à Mathrix :
          « Etre libre ne veut pas dire faire ce que l’on veut sans se soucier d’autrui. » Je préfère cette citation-ci : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : »

          « Pire, les etudes sur les biais cognitifs ont montré une sous évaluation / minimisation constante des problemes. »
          Les biais cognitifs sont peut-être aussi dûs à un manque de prise de risque progressive et à un manque flagrant de test de ses propres limites. A force de vivre dans un monde asceptisé, où la prise de risque, le dépassement de soi, sont quasiment proscrits, il est difficile de savoir de quoi on est capable et de quel bois on est fait.

          En fait la sécurité routière et les débats en reviennent toujours à la « vitesse » et en particulier « l’excès de vitesse », c’est à dire au-delà de la limite fixée. A croire que dès qu’on dépasse le nombre écrit sur le panneau on devient un chauffard broyeur de genou, ou pire. On pourrait presque croire que si on percute un cycliste ou un piéton tout en respectant la limite, on serait pardonné. Non en aucun cas ! Il y a faute, parce qu’il a contact. Si la vitesse était aussi dangereuse, nous passerions tous un test de 100 mètres départ arrêté en sprint, afin de déterminer notre vitesse maximale, et nous serions obligés de ne pas dépasser cette limite. La vitesse max’ étant détenue par Ben Johnson.

          Pour être clair, je distingue la vitesse du n’importe quoi. La vitesse max sur une voie rapide classique est de 90km/h. Quand il y a des bouchons, on adapte sa vitesse, la panneau ne change pas de couleur ni de valeur, (pas pour l’insant). Les motards qui remontent les files ne le font pas, dans la grande majorité, à 90Km/h. Les pompiers, le SAMU ou les Forces de l’Ordre, en mode prioritaire, n’atteignent pas non plus la limite.
          Il a été question de l’Allemagne dans quelques commentaires. Je suis pour l’adaptabilité de la vitesse aux conditions de circulation. Comme en Allemagne dès qu’il pleut, un ralentissement quelconque, du traffic, la vitesse est limitée. Certaines portions du réseau autoroutier allemand sont illimitées, tant que les conditions de circulation sont favorables. Les limitations de vitesse entrent en jeu à ce moment-là.
          Je précise aussi que je ne suis pas contre quelques règles de bon sens. Seulement, la route, le code de la route, la sécurité routière, n’ont rien à voir avec la liberté. La Liberté n’existe pas en France. Le simple fait de décoller une main du volant, pour faire autre chose que de passer un rapport est interdit. Rarement verbalisé, mais tout de même interdit. Port du casque obligatoire, alors que c’est au motard de se préoccuper de son crâne, pas à l’Etat. Ce dernier doit lui permettre de mettre un casque, certifié non dangereux pour son porteur, s’il en a envie. Le casque permet d’éviter les impacts directs de gravillons/gravier, insectes, poussières sur le visage et les yeux. Du coup, je ne peste plus en voyant des kékés qui roulent à moto vêtus de T-shirts, de shorts et de tongs pendant l’été. C’est leur responsabilité.

          « Et qu’il n’est pas toujours possible malheureusement de dédommager les victimes (par exemple, un mort est mort, aucun tribunal ni aucun jugement n’a pu le dédommager). »
          Un tribunal n’a pas vocation à dédommager des victimes. Il a vocation à juger. S’il y a faute reconnue, alors il doit sanctionner.

    • Edit :
      Heureusement que les vitres teintées ont été interdites récemment, les drones pourront mieux voir !

  • Si le gouvernement laissait les gens libre de faire ce qu’ils veulent sur la routes, ont aurait droit à Grand Thief Auto sur les routes.

    • Merci du -1.

      Vous sazez, ici au QUébec, les photos-radars doivent être annoncée par une pancarte. Malgré tout, des milliers de contraventions sont décernées car les gens ne sont pas assez intelligent pour y faire attention. Sans compter ceux qui textent au volant, se maquille, mange un hamburger avec frites, etc. Vous voudriez que tous ces irresponsables soient libre de faire ce qu’ils veulent? Comme je dit toujours, le jour où les autos volantes seront en fonction, je déménage dans un bunker. Pas le goût de voir un crétin slalomer entre des maisons me foncer dessus alors que je suis sur mon balcon.

      • Tiens, je suis tombé sur un champion il y a quelques semaines. La route étant bloqué par un camion poids lourds qui attendait de pouvoir entrer dans le stationnement d’une compagnie, un type n’a rien trouvé de mieux que de prendre la voie venant en sens contraire pour dépasser le camion. Évidement, des autos arrivaient dans cette voie et ont dû se tasser pour éviter ce crétin. Il a eu droit à quelques coup de klaxons et il leur a fait un beau doigt d’honneur à ceux qui ont dû l’éviter. Et comme les cons se suivent et se ressemble, d’autres automobilistes l’ont suivi.

        • Ce que je veux dire, c’est que le libéralisme ne peut exister que dans une société éclairée. Où les individus seront conscient des autres. Où les individus penseront de façon collective et non pas individuelle.

          Pour l’instant, comme nous privilégeons le crétinisme et l’égocentrisme, laisser les individus sans garde-fou serait suicidaire.

          Au fait, comment se porte le traffic en Égypte? Toujours chanceux de finir sa journée avec 32 dents dans la bouche (blague égyptienne pour démontrer la dangeurosité du traffic égyptien)?

          • @Mathrix

            C’est clair,il n’y rien à ajouter!

          • « Où les individus penseront de façon collective et non pas individuelle. »
            Non, la volonté de faire penser la population de façon « collective », c’est dans les sociétés socialistes qu’on le voit. Avec le succès que l’on sait d’ailleurs…
            Le respect de l’individu d’une société libérale va de paire avec la responsabilité de cet individu et un Etat réduit à ses fonctions régaliennes mais les appliquant de manière juste et forte.

            Vous parlez de l’Egypte. Demi-démocratie dans laquelle comme dans beaucoup d’autres pays de ce type, le fait d’être riche, d’avoir des relations, vous exonère sans conséquences de respecter les règles. Pays où moyennant « accommodement » avec les forces de l’ordre, vos infractions seront sanctionnées ou pas. Pays où les forces de l’ordre ont beaucoup d’autres chats à fouetter et où leur intervention sur les routes servent à arrondir leur fin de mois.
            http://www.lepoint.fr/economie/en-egypte-le-fleau-de-la-corruption-encore-bien-enracine-15-04-2017-2120016_28.php
            Pourtant l’Egypte à des règles en matières routières mais personne ne les respecte avec la complicité active de ceux chargés de les faire respecter. Quand vous avez un tel système, il n’y a plus aucune responsabilité de personne pour quoique ce soit. L’Egypte sort d’un modèle de société se voulant socialiste. Ceci explique en partie cela. Ce n’est pas un pays libéral.
            Prenez un autre exemple.

              • @xeravian
                Désolé, mais à méditer de quoi? Ces décès et blessés sont regrettables, personne ne dit le contraire.
                Ces chiffres n’ont d’intérêt que comparés à ce qui se passe ailleurs avec d’autres méthodes. Sinon, brandis tel un anathème, ils ne servent qu’à anesthésier ou mieux clôturer le débat dès que celui-ci commence à s’aventurer sur les terrains moins convenus de la bien commode stigmatisation des chauffards ou de la vitesse.
                Cordialement

                • @cyde
                  Rebonjour,
                  « ces blessés et décès » ne sont »que » « regrettables »!
                  Bien entendu c’est très facile à dire lorsque l’on a JAMAIS ÉTÉ CONCERNÉ!(réaction humaine basique).
                  Un peu d’empathie enfin! ayez aussi une « petite »pensée pour les milliers de personnes victimes des délinquants de la route qui, avec de graves séquelles, sont parfois réellement PRIVÉES DE LIBERTÉ.
                  Même si ces cas ne sont pas une majorité,il ne faut pas les oublier ne vous en déplaise.
                  Des sanctions cohérentes en fonction du délit ou de l’infraction sont donc nécessaires.
                  La notion de liberté ne doit pas être galvaudée ou à « géométrie variable »sinon ces discussions deviennent oiseuses et donc sans intérêt,( comme je l’ai mentionné avec @STF).
                  Cordialement

    • @Mathrix
      Bonjour,
      Le premier -1, est de mon fait.
      Grand Theft Auto n’a que peu à voir avec la sécurité routière. Il est question d’y être un malfrat total, donc, il ne faut respecter aucune règle. C’est même l’attrait principal du jeu. Et ce qui est souvent incompris, voire inaperçu, dans le jeu, c’est que toutes les actions se paient : je ne connais personne qui n’ait pas fini l’histoire sans avoir jamais été arrêté, blessé ou mort. Sortir un bonhomme de sa voiture en le menaçant avec une arme, est du ressort du crime.

      En France, les radars sont aussi signalés par un panneau plus ou moins distants de la boîte à image. Nous avons même des « leurres », des boîtes vides.
      « Malgré tout, des milliers de contraventions sont décernées »
      Au Québec, comme en France donc, le but n’est pas la sécurité, mais d’empocher de l’argent pour continuer le train de vie de l’Etat.

      Quant à votre champion, il n’est pas le seul de ce type, vous en conviendrez. Hélas, il n’y a pas de radar pour punir ce type de comportement. Les automobilistes devraient porter plainte, mais qui le fait ? Quand on voit un crétin arriver de face sur notre voie, on ne regarde pas sa plaque d’immatriculation. Nos fabuleuses et formidables caméras de « sécurité/surveillance » n’en ont que faire aussi.

      Etre libre ne veut pas dire faire ce que l’on veut sans se soucier d’autrui.

      • @STF

        La zénitude en moto (ou autre), est un sujet personnel philosophique que je n’ai pas l’intention d’aborder ici.
        Je n’ai nullement envie de m’écarter du sujet qui était : La délinquance routière.
        Comme d’hab.on parle d’autre chose pour éviter les vrais questions : c’est très humain et bien plus rassurant.
        Les discussions oiseuses sont inutiles vous en conviendrez (peut-être).
        Je conclurai enfin en vous disant que sur la route il ne faut jamais faire le malin!!!
        Ce n’est pas à un motard que je l’apprendrai!!!
        Bonjour chez vous!

        • @XERAVIAN
          Bonsoir,
          « Je n’ai nullement envie de m’écarter du sujet qui était : La délinquance routière. »
          Le débat d’origine est sur la perte de liberté, par le biais de la « sécurité » routière. La sécurité est encore une fois un prétexte pour rogner la liberté. La sécurité n’existe pas.
          V à vous.

          • Déliquance=perte de liberté(de toute façon) (équation immuable sans aucune inconnue)

            • « Déliquance=perte de liberté(de toute façon) »
              Pour un délinquant, jugé et reconnu comme tel, c’est possible. En grossissant les pages du Code de la route avec toujours plus d’infractions, nous sommes tous des délinquants potentiels en puissance. Le cirque quant aux vitres teintées, l’obligation de porter des gants homologués, montre très bien cet aspect « tous responsables, tous coupables. »

  • eh bien j’ai un drone semblable aux usa!! c’est interessant comment on utilise un drone

  • combien y a t-il de drones qui surveillent les autoroutes? cela fait du bruit.. j’en ai un chez moi que je fais voler juste pour decouvrir le paysage de l’Illinois… mais non pour surveiller les gens..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Comme cela a été indiqué récemment dans Le Figaro, certains préconisent une réforme consistant à rendre une amende pour excès de vitesse proportionnelle au revenu des conducteurs incriminés.

On peut considérer qu’une telle proposition soit justifiée à plusieurs points de vue.

En effet, lorsque l’amende est la même pour tous – comme cela est le cas actuellement – elle peut paraître assez élevée pour ceux disposant de revenus modestes, et assez faible pour ceux ayant des revenus élevés. Il ne serait donc p... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Le déconfinement est le rêve de nombreux Français. Mais avant qu’il soit possible de retrouver un semblant de « vie d’avant », il importe à de nombreux politiques, Emmanuel Macron le premier, de bâtir le « monde d’après ». Et dans le monde d’après, il y aura peu de place pour la liberté.

Surveillés par des drones

La Loi sur la Sécurité globale vient d’être votée. Si elle a beaucoup fait parler d’elle à travers l’article 24, on a tendance à passer sous silence l’autorisation qui est faite dorénavant de l’usage d... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

Le Parlement a définitivement adopté le jeudi 15 avril la proposition de loi très controversée sur la « sécurité globale ».

#PPLSécuritéGlobale : l'Assemblée nationale adopte définitivement la proposition de loi "pour une sécurité globale préservant les libertés". Le texte avait fait l'objet d'une CMP conclusive, c'est-à-dire d'un accord entre députés et sénateurs : https://t.co/dmGvpKnYNS#DirectAN pic.twitter.com/jLIEnP8tKj

— LCP (@LCP) April 15, 2021

Comme la ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles