La moralisation de la vie publique au-delà de la politique

Projet prioritaire d’Emmanuel Macron depuis son élection, la loi sur la moralisation de la vie publique a été adoptée dans la douleur par le Sénat, à la veille du week-end du 14 juillet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La moralisation de la vie publique au-delà de la politique

Publié le 22 juillet 2017
- A +

Par Vincent Franci.

Et une étape de plus de franchie, dans la lente (et longue) révolution que sera la loi sur la moralisation de la vie publique d’Emmanuel Macron.

En adoptant, dans la douleur, le projet de loi la semaine dernière, le Sénat a fait avancer les choses alors même que tout ne semblait pas gagné. « Beaucoup de points ne nous plaisaient pas, mais on ne pouvait pas renvoyer l’impression d’un Sénat arc-bouté sur ses petits avantages… » a expliqué un élu LR au Monde ce jeudi.

Non sans se plaindre du climat de suspicion qui a régné au Palais Luxembourg durant tout le temps qu’a duré l’examen de la loi « Quels que soient les efforts que nous fassions, nous encourons toujours les mêmes critiques » aurait déclaré un Bruno Retailleau désabusé, toujours pour Le Monde.

Des affaires qui semblent sans fin

Ces politiques ont beau verser des larmes de crocodile, on ne peut pas dire qu’ils n’avaient pas été prévenus.

Entre l’affaire Fillon et les péripéties de M. Le Pen, l’opinion publique en avait déjà eu assez des casseroles. À cela se sont ajoutées, celles, plus récentes, du gouvernement provisoire et des membres du Modem à la trajectoire météorique.

En acceptant d’entrer dans le gouvernement d’Édouard Philippe, Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez et François Bayrou savaient que la moralisation de la vie publique était un chantier-phare du nouveau mandat présidentiel.

Et à peine un mois après leur nomination, les voilà déjà dehors ! À commencer par le désormais ancien Garde des sceaux, précisément en charge de promulguer la loi visant à bannir les pratiques immorales de la sphère politique.

Incriminé dans l’affaire des emplois présumés fictifs du Modem, le maire de Pau a subi le même sort que ses consœurs des Affaires européennes et des Armées.

Ces accusations qui auraient pu passer inaperçues il y a encore quelques années explosent avec le sentiment de ras-le-bol et de dégagisme qui s’est emparé des Français. Mais le ménage a-t-il été bien fait ? On serait tenté de se dire que non, quand on voit que Richard Ferrand, président du groupe LREM, est toujours en place.

L’affaire Ferrand ou « circulez il n’y a rien à voir »

Richard Ferrand est symptomatique d’un cas de « Circulez, il n’y a rien à voir ».

Soupçonné d’avoir favorisé l’achat de locaux à la société immobilière dirigée par sa femme, lorsqu’il était directeur général des Mutuelles de Bretagne, l’ex-ministre a rapidement été pris dans un implacable tourbillon médiatico-judiciaire.

L’emploi de son épouse, puis ses collaborations régulières en tant que « consultante juridique » auprès du réseau mutualiste dans les années 2000 ont renforcé les soupçons de favoritisme, tout comme les marchés d’aménagement de locaux obtenus par son ancienne compagne, Françoise Coustal.

Les investigations autour des troublantes convergences politique et professionnelle de Richard Ferrand ont surtout révélé un possible conflit d’intérêts à propos de la loi Le Roux, qu’il a proposée en 2012 puis votée en 2014 pour permettre la mise en place de réseaux de soins mutualistes.

À l’époque, le parlementaire occupait également un poste de chargé de mission auprès des Mutuelles de Bretagne, qu’il n’a pourtant pas déclaré à la présidente de la commission des affaires sociales au Palais Bourbon. « Nous avons pu constater en direct, lors de l’adoption de la loi Le Roux […], que Richard Ferrand endossait véritablement un rôle de lobbyiste », affirme Jean-Louis Span, président de la Fédération diversité proximité mutualiste (FDPM).

« Ces liens entre responsables politiques et mutuelles sont d’autant moins admissibles qu’ils sont contraires à l’éthique mutualiste », ajoute le président de la FDPM. Dans un récent communiqué, la FDPM a d’ailleurs demandé à ce que « le code de la mutualité interdise tout cumul de fonctions électives politiques avec des fonctions d’administrateur ou de salarié d’une mutuelle. »

Une loi de moralisation élargie à d’autres secteurs

Mais Richard Ferrand n’est pas le seul à avoir flairé le gros lot des mutuelles. Jean-Louis Span dénonçait déjà, à l’époque, une mainmise des mouvements trotskistes sur les mutuelles qui dépassaient les simples partis politiques.

Des syndicats ont ainsi profité et profitent encore de leurs influences sur les mutuelles, à l’image de la CGT du Livre, soupçonné par la Lettre d’Expansion d’avoir donné un coup de pouce discret aux mutuelles audiens et MRSSC, démissionnaires du Groupe Audiens.

Accusée par la Lettre A d’avoir « semé la zizanie », la CGT du Livre aurait agi de la sorte pour permettre aux patrons de MRSSC et de la mutuelle audiens, Jean-Michel Floret et Laurent Joseph, de conserver leurs affiliés. Ces deux derniers connaissent bien la CGT pour y avoir exercé des fonctions de secrétaire général et de délégué pendant de longues années.

Et cette mainmise syndicale s’étend au-delà des frontières des mutuelles. Ainsi, cette même CGT du Livre avait été accusée, entre autres, d’avoir fait chanter des quotidiens français lors de la crise de Presstalis en leur imposant la publication d’un tract de Philippe Martinez.

Rappelons-nous également du cas récent de l’affaire Le Paon et son appartement rénové à 130 000 euros ou encore les scandales de financement occulte qui égrènent régulièrement ces organismes par ailleurs très politisés.

Si le vote du Sénat de la semaine dernière va dans le bon sens, la multiplication des affaires et des magouilles appellent à se poser une question : la loi de moralisation de la vie publique doit-elle s’arrêter à nos seules politiques ?

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « Moralisation de la vie publique »
    ou
    comment vider la mer avec une petite cuillère …

    • Des élus discutent d’une loi de moralisation de la vie publique!
      Quel sens divin de l’humour!
      C’est délicat, fin, cultivé, c’est le top de la manipulation des masses.
      Avec les médias qui hochent la tête avec sérieux et y vont de leurs commentaires sentencieux, la comédie est parfaite!
      On perd du temps!

  • quels que soit nos efforts nous encourons toujours les mêmes critiques……ben faut dire que côté effort de moralisation , ils auront mis le temps à s’y mettre et encore a t’il fallut les y contraindre , sinon ça ne les auraient pas géné de continuer à se gaver sans vergogne ;

  • Bayrou est maire de Pau, pas de Meaux

  • À quand la limitation à deux mandats (de ville de plus de 30 milles habitants) et deux mandats max pour tous les postes départementaux ou supérieurs) ? Faut-il une modification constitutionnelles pour abolir le « métier de politicien » ?
    J’attends également, la limitation de l’âge pour se présenter (âge de la retraite – durée de la mandature)…
    Et comme émoluments, le salaire moyen des cinq ou six dernières années du candidat avec cotisation à la retraite, à la sécu et au ASSEDIC comme n’importe quel travailleur, en fin de mandature quatre mois assurés puis Pôle-emploi comme tout citoyen ! Bien sûr les frais de déplacements sont pris en charge mais avec les même règles de dans les entreprises privées.
    Mise en place d’un contrôle de présence dans les locaux des diverses assemblées badge + contrôle morpho. (de l’iris ou lobe de l’oreille).

  • Cà ne servira sans doute à rien , les concubins et les maîtresses ne seront pas de la famille . il serait plus judicieux de réduire le nombre de tous les élus , interdire tous les cumuls et retrancher toutes les absences aux séances de l’assemblée nationale ou autres sans avis médical justificatifs
    Comme un simple salarié . Pas de quoi débattre pendant des heures .
    Les candidats seront moins nombreux et les textes plus sérieux

  • Et encore, ça c’est au niveau des élus, vous n’avez pas encore vu ce qui se passe du côté des fonctionnaires, où le népotisme est de rigueur

    • Il est indispensable de lire les bouquins écrits par Zoé SHÉPARD : « Absolument dé-bor-dée ! », « Ta carrière est fi-nie » et « Zoé à Bercy ». Cela donne une bonne idée de ce qui se passe dans les bureaux de la fonction publique quelle soit nationale ou locale…
      Cela dit, il ne faut pas généraliser certains fonctionnaires bossent réellement quelque fois leur boulot consiste à refaire « ce qui a été fait » par un des sur-doués qui serait mieux à faire la manche à la sortie de la Poste (mais comme c’est fatigant le lever la main, ON est devenu fonctionnaire).
      Si, Si ! Il y en a des sérieux j’en ai connus, je faisait, à cette époque, partie de la racaille des sous-traitants pour un service de Bercy vers « Mornes les Vallées » !
      Mais pour certains, le contenu de la prose de Mme Shépard n’est absolument pas surfait.

      • de toutes façons ce n’est pas la faute du fonctionnaire…c’est souvent son administration qui est inutile .
        SI on ne conçoit pas à quoi sert au juste une administration se poser des question sur son efficacité ou le travail de ses agents est absurde.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles