L’anti-nucléaire, credo de la religion écologiste

« Il faut avoir une foi absolue dans les énergies renouvelables » a déclaré Nicolas Hulot. Il s’agit bien en effet d’une croyance idéologique car dans ce domaine, la réalité constatée ne corrobore nullement les oukases anti-nucléaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’anti-nucléaire, credo de la religion écologiste

Publié le 20 juillet 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

En projetant de fermer « peut-être » 17 centrales nucléaires pour ramener à 50% la part de l’énergie atomique dans la production d’électricité, Nicolas Hulot a voulu donner des gages à ses amis écologistes.

Chacun sait que cela ne pourra pas se faire, du moins avant 2025. Mais les motivations des écologistes dans ce domaine sont purement politiques. D’où cette incantation anti-nucléaire.

D’où également la déclaration quasi-religieuse de Nicolas Hulot au journal Ouest France : « Il faut avoir une foi absolue dans les énergies renouvelables.» Il s’agit bien en effet d’une croyance idéologique car dans ce domaine, la réalité constatée ne corrobore nullement les oukases anti-nucléaires.

Émissions de gaz à effet de serre : la pollueuse Allemagne

La France est un élève modèle dans ce domaine et elle le doit à son industrie nucléaire, très peu émettrice. Par contre, l’Allemagne obtient de piètres résultats du fait de sa politique énergétique orientée vers les centrales à charbon. Les fameuses énergies renouvelables n’ont pas pu prendre le relais après l’abandon du nucléaire. Voici quelques chiffres extraits d’un tableau plus complet d’Eurostat.

Émissions de gaz à effet de serre en Europe en 2013 par activité (milliers de tonnes équivalent CO2)

Pays Population (millions) Émissions de l’ensemble des secteurs Émissions pour la production

et distribution d’énergie (1)

Total Tonnes

par habitant

Total Tonnes

par habitant

France 66,3 479 321 7,3 36 669 0,5
Allemagne 81,1 1 003 117 12,3 364 500 4,5
Pays-Bas 16,9 225 622 13,3 48 154 2,8
Royaume-Uni 64,7 609 349 9,4 154 594 2,4
Italie 60,7 433 349 7,1 104 848 1,7
Suède 9,7 62 148 6.4 7 737 0,8

(1) Gaz, électricité, vapeur, air conditionné

Les donneurs de leçons dans le domaine écologique (Allemagne et Pays-Bas) se situent en queue de peloton en Europe pour les émissions de gaz à effet de serre. La France réalise une excellente performance écologique pour la production et la distribution d’énergie. Ses émissions par habitant pour ce secteur se situent à 0,5 tonne alors qu’elles sont de 4,5 tonnes pour l’Allemagne et de 0,8 tonne pour la vertueuse Suède.

Rien de plus écologique que le nucléaire

Le fait que 76% de la production d’électricité en France provienne du nucléaire et environ 10% de l’hydroélectricité explique l’excellence du pays dans le domaine des émissions.

Les sources d’énergie fossile (charbon, gaz, pétrole) ne contribuent que pour 6 à 7% à la production d’électricité. Le modèle énergétique allemand est à l’opposé du modèle français. Les énergies fossiles contribuent pour 52% à la production d’électricité, le nucléaire n’en représentant que 14% et les énergies renouvelables 30%.

Face à ce panorama, une question vient à l’esprit de tous : pourquoi nos militants écologistes refusent-ils le nucléaire, énergie très peu polluante ?

Un modèle social à construire

L’argument du risque nucléaire, constamment invoqué, n’est pas sérieux. L’exploitation du charbon a fait beaucoup plus de morts, de blessés et de malades (silicose) que le nucléaire civil. Quant à la production massive de panneaux photovoltaïques en Chine, il faudrait être bien naïf pour penser qu’elle ne s’accompagne pas de conditions de travail désastreuses et de nombreux accidents. Mais la peur du nucléaire est porteuse politiquement du fait de l’image subliminale du nucléaire militaire.

L’opposition au nucléaire résulte en vérité de la volonté de faire émerger un certain type de société. Dans cette société, science et technique ne bénéficieront plus de la liberté dont elles jouissent encore aujourd’hui, quoique de moins en moins. La doxa écologiste veut soumettre la science au politique. Il s’agit là d’un point absolument essentiel. Le chercheur ne doit plus pouvoir chercher librement. L’ingénieur ne doit plus pouvoir développer à sa guise. Dans tous les domaines, le politique doit dominer. C’est le propre d’une société totalitaire.

Une telle idéologie proscrit nécessairement l’énergie nucléaire dont le contrôle ne peut être assuré que par des organismes composés de spécialistes de haut niveau (en France, l’Autorité de sûreté nucléaire comportant presque 500 agents). Le contrôle échappe largement au politique et appartient aux scientifiques et aux techniciens.

L’énergie nucléaire présente un autre inconvénient pour l’écologie politique. La centralisation de la production est inéluctable puisque ce sont des centrales très puissantes qui produisent d’énormes quantités d’énergie. Or, les écologistes chérissent les énergies décentralisées produites par des dispositifs techniquement simples et en petite quantité. L’éolienne, le panneau solaire conduisent donc au paradis écologiste quand la centrale nucléaire mène tout droit en enfer. Avec quelques éoliennes dans une petite commune de dix-mille habitants, le conseil municipal (à sensibilité écologiste) peut faire la loi sur la politique énergétique de la commune. Avec le nucléaire, il n’a rien à dire.

La suppression des centrales nucléaires et celle du moteur à explosion, également annoncée, ne sont ainsi que les prolégomènes du totalitarisme écologiste.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • L’écologie est un système économique particulier qui permet de vendre un concombre 1,99 euro et de s’en vanter à la TV alors que d’autres vous en proposent 3 pour un euro.l’ecologie est une économie de luxe , vous éclairer sera un luxe demain , manger sera un luxe réservé à un minorité…mais les apôtres de cette vie luxueuse ne sont jamais dans le besoin …….

  • Quand le français de base, se sera « aperçu » qu’il lui faut obéir à tout un tas de règles pour circuler en voiture dans sa région, vignette par çi ou par là, radars à tous les virages de campagnes, et caméras à tous les coins de rue, avec pour finalité d’éduquer le récalcitrant grâce à des amendes très frappantes, alors, il deviendra un anti-écolo de raison. Et l’écologie socialisante disparaitra du paysage politique français. Quoique, si un pauvre français venait à trouver un moyen de rendre son foyer « autonome énergétiquement parlant », alors les écologistes seraient parmi les premiers à se plaindre du manque de recette financière de l’État, via les impôts de l’EDF/GDF.

    • @gebe
      Bonjour,
      Les écolos sont des étatistes et ne sont pas pour l’autonomie énergétique personnelle. L’Etat ne l’est pas non plus c’est pour cela qu’il est actionnaire principal d’EDF qui est un monopôle. La distribution d’énergie est une source formidable de pouvoir. Avec un système bancal, on a le pouvoir de donner à qui on le souhaite. Les verts vont se heurter à leur crédo socialo-communiste : l’égalité. Quand certains auront du courant et que beaucoup ne l’auront pas, où sera-t-elle cette égalité ?

  • Les chiffres parlent d’eux même. Quand au comportement des « écologiste » ils rappellent les comportements de l’inquisition ou de l’Islam à l’égard de la science et de la connaissance.

  • Comment les Suédois arrivent-ils à une plus faible production de CO2 par habitant que nous ?
    En France un particulier (riche) peut-il faire un forage profond pour récupérer de la chaleur et faire tourner une turbine perso ? C’est à mon avis la seule énergie permanente disponible ne produisant pas de gaz à effet de serre l’installation d’un petit barrage sur la Seine entre Honfleur et Harfleur rencontrerait quelques protestations.
    Mr Hulot a-t-il ré-inventé la vis sans fin : le panneau solaire intégré à l’écran de TV qui produit l’électricité nécessaire au téléviseur et à la Box pour le téléphone ?

    • Pour faire fonctionner une installation de géothermie il faut pomper un fluide (eau ou air) dans le sol. Pour pomper il faut de l’électricité qui vient… à 80% du nucléaire.

  •  » Le chercheur ne doit plus pouvoir chercher librement « , ce qui est, me semble-t-il, déjà le cas pour la recherche de solutions moins polluantes à l’extraction du gaz de schiste.
    Trésor qui gît sous nos pieds et pourrait, moyennant des solutions adaptées, nous sortir de belles épines financières du pied et nous rendre indépendants des pétrocraties, comme c’est déjà le cas des USA.
    Mais le clergé vert voué à Sainte Précaution a jeté un anathème :  » tu ne chercheras point « .
    Quo usque tandem…

  • Quand la foi est érigée en dogme, que ce soit aujoud’hui ou au Moyen-Age, avec l’inquisition cela ressemble toujours de très près à du totalitarisme.
    On aurait pu penser que le XXème siècle, avec ses deux totalitarismes qui ont fait des dizaines de millions de mort, nous aurait vacciné contre cette gangrène.
    Apparemment pas.

    • XXeme siècle: communisme et nazisme
      XXIeme siècle: écologisme et islamisme
      On a beau dire que l’histoire ne se répète jamais, l’homme ne change pas vraiment et restera toujours écartelé entre son désir de liberté individuelle et son dirigisme au plan collectif. Ce dernier étant plus fort, le totalitarisme tend donc à renaitre continuellement, même si c’est sous des formes différentes.

  • Pour les « progressistes » il s’agit de détruire notre civilisation. Il faut donc s’en prendre à ce qui fonctionne. Pour l’enseignement, c’est fait. Pour l’armée, on s’en occupe. Mais voilà une source d’énergie abondante et bon marché, vite supprimons-la.

  • Cet homme est un dangereux fanatique.

  • Avec quelques éoliennes dans une petite commune de dix-mille habitants, le conseil municipal (à sensibilité écologiste) peut faire la loi sur la politique énergétique de la commune.

    Avec quelques éoliennes sur une petite commune, le conseil municipal est bien content, lorsqu’il n’y a pas assez ou trop de vent, d’être raccordé au réseau alimenté par des centrales puissantes, fiables et pas chères…

  • Les écolos sont doublement incohérents.
    1. Vouloir remplacer des réacteurs nucléaires par des éoliennes et des panneaux PV est utopique, il faudra aussi plus de centrales à gaz (puisqu’on ne veut plus de charbon), donc plus d’émissions d’affreux céhodeux.

    2. On l’a oublié, mais l’ « invention » de la fée électricité est un des plus grands progrès de l’humanité, si ce n’est le plus grand. Et un réseau de production et de distribution d’électricité national et centralisé assurant un tarif identique à tout le monde est la quintessence de la solidarité, d’ailleurs la CSPE a été conçue à l’origine pour permettre aux citoyens résidant hors de la métropole et de ses moyens de production puissants et économiques de bénéficier de ce même tarif.
    Développer des moyens de productions décentralisés – qui plus est inefficaces – avec des opérateurs privés subventionnés par la CSPE (ce qui est un dévoiement de sa vocation initiale) va à l’encontre de cette solidarité.

  • Mettre un écolo à la tête du ministère de l’environnement, ce serait comme de mettre un guérisseur vaudou au ministère de la santé.

  • Les étapes de construction d’une éolienne.
    Intéressant de voir toute la dépendance au pétrole de la filière éolienne

    Vous le referez combien de fois sans pétrole?, idem pour le nucléaire etc

  • On en reparlera quand une centrale pètera.
    Mais bon, ça n’arrive pas aujourd’hui donc ça n’arrivera jamais.
    Mentalité d’enfant et d’inconscient.

    C’est comme ces gens qui croient qu’il n’y aura plus jamais d’inondations ou de séisme dans leur village pcq les derniers en date bah c’est très très loin dans le temps et que aujourd’hui et bah faut pas penser, pas réfléchir on fonctionne mécaniquement jusqu’à se faire surprendre et venir pleurant en critiquant l’Etat: « oh là là mais pourquoi l’Etat n’a pas pris de mesure!!!! » .

    • qu’entendez vous par péter..?

      c’est de la pseudo sagesse…
      les gens habitants auprès d’un fleuve savent qu’il y aura inondation..la question est toujours ..les gens vivent au pieds des volcans.les habitants du japon et d’autres régions du monde savent qu’il y aura tsunami…
      autrement dit ..on assume les risques parce qu’il faut vivre…

      dans l’appréciation du risque, quand on reste dans le qualitatif, on peut dire ce qu on veut..l’important c’est le quantitatif.
      En effet un accident majeur est possible mais je vais rappeler qu’une centrale a déjà subi un séisme de magnitude supérieur à 9 un tsunami dévastateur… et que la conséquence a été une dispersion de radioactivité qui pour les experts n’aura pas d’effets discernable!!!

      l’important c’est le quantitatif sinon on crie pas de pesticide dans mon pinard ou vive le tabac bio…

    • On en reparlera quand une centrale pètera.

      Votre analogie avec les inondations et les séismes mérite qu’on s’y attarde.

      Dans le secteur de Fukushima la centrale a fait deux morts (de mémoire, des opérateurs qui ont fait une mauvaise chute, donc rien à voir avec la radioactivité). Le tsunami a fait 60.000 morts. L’océan est plus meurtrier que le nucléaire… Pourtant personne n’exige de cesser de construire des villes au bord de l’eau.

      Les risques technologiques sont gérables, plus même que les risques naturels. Le nucléaire c’est plusieurs dizaines d’années d’expérience, des centaines de centrales en activité, des petits ou gros incidents ou accidents qui sont autant d’occasion de faire progresser la sûreté de fonctionnement. Malgré les hurlements des écolos le nucléaire a fait ses preuves.

    • Il n’y a eu que 2 accidents et dus à la bêtise humaine. Les nippons ont construit une centrale près de la mer alors que les tsunamis sont nombreux dans la région. Il n’y en a pas en France où la sécurité est draconienne! Donc cela ne pète pas!

  • L’idéologie de la Religion de l’Ecologisme est totalement incohérente. D’un côté, elle prône la réduction drastique des émissions de gaz satanique en imposant des EnR aux bilans carbone particulièrement mauvais (indirectement, car il faut en soutien permanent des centrales thermiques pour gérer l’intermittence), et de l’autre elle veut torpiller le nucléaire dont le bilan carbone est très vertueux. Comprenne qui pourra ! …

    • la seule intermittence est celle du nucléaire : ça n’existait pas il y a cent ans et on peut douter que ça existe dans 100 ans
      quant au soleil et au vent………..

  • Cela démontre bien que les dit écologistes se fichent de l’écologie, puisqu’ils veulent AUGMENTER la pollution et les gaz à effet de serre, qu’ils passent leur temps à dénoncer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

L’origine de la décision politique de l’arrêt définitif du réacteur nucléaire surgénérateur Superphénix par le gouvernement de Lionel Jospin le 2 février 1998 s’apparente au fameux « effet papillon » : le battement de l’aile d’un papillon au Brésil peut aboutir à la formation d’un cyclone au Texas ou en Indonésie. Le résultat de cette décision annoncée (elle figurait dans son programme pour se faire élire avec les voix des Verts) fut un désastre technique (abandon d’une filière d’avenir), humain (pertes de compét... Poursuivre la lecture

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles