Réchauffement climatique sous le crâne de Macron !

Macron a fait savoir, par l’intermédiaire de son gouvernement, que la France allait faire un effort pour attirer des chercheurs sur la question du réchauffement climatique. Combien cela va-t-il coûter ?

Par Serge Federbusch.

Deux semaines après l’invitation lancée par Macron aux étrangers de venir travailler en France sur le climat, la France a annoncé débloquer 30 millions d’euros pour les attirer. Par communiqué du samedi 17 juin :

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement, ont décidé de mettre en place un programme prioritaire de recherche sur la lutte contre le changement climatique

Pour 1 euro financé par les organismes et universités de recherche, l’État mettra 1 euro de moyens additionnels.

60 millions d’euros sur la table

Le ministère précise :

l’effort global de financement sera ainsi d’un montant de 60 millions d’euros pour l’accueil d’une cinquantaine de chercheurs sur une durée de cinq ans

30 millions de crédits publics pour 50 chercheurs sur 5 ans ? Cela fait donc 120 000 euros par chercheur et par an.

Rappelons qu’un directeur de recherches au CNRS de classe exceptionnelle, en fin de carrière et au sommet absolu de sa pyramide, gagne au maximum 6000 euros par mois selon le site du ministère : voir ICI.

Le chercheur français sur la touche

Même si l’on tient compte de toutes les primes auxquelles ce chercheur hors classe peut avoir droit, Macron va donc rétribuer ses prises de guerre plus de 30% plus cher que tout ce que peut espérer le pauvre chercheur français qui aura eu l’idée de se fourvoyer dans la physique nucléaire, le sanskrit ou la peinture de la renaissance flamande.

La démagogie, ça n’a pas de prix, surtout sous le soleil !

Sur le web