Pourquoi les patrons ne veulent pas restreindre le travail détaché

Il existe un tabou sur le travail détaché en France. Alors que le gouvernement bande les muscles sur le sujet, les patrons freinent des quatre fers. Ils savent que la pénurie de main-d’oeuvre employable les contraindra à recourir massivement au détachement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi les patrons ne veulent pas restreindre le travail détaché

Publié le 28 juin 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe. 

Le travail détaché sauvera-t-il la reprise en France ? En écoutant Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), on le comprend rapidement. L’intéressé donnait sa conférence de presse annuelle ce matin, et les faits qu’il présente sont implacables.

Le travail détaché, solution incontournable de l’équation de l’emploi

Les chiffres sont simples. Entre 2008 et 2017, le bâtiment a perdu 200.000 emplois du fait de la crise, soit environ 20% de ses effectifs. Depuis le premier trimestre 2017, le secteur enregistre sa première croissance d’effectifs : environ 16.000 emplois. Mais… ça hurle déjà dans les entreprises, du fait des difficultés de recrutement que nous avons déjà largement évoquées.

Donc, face à la perte globale d’employabilité, le recours au travail détaché est incontournable. Voilà qui éclaire le manque d’empressement du gouvernement à élever le sujet du travail détaché au dernier sommet européen. Peu de patrons se battent aujourd’hui auprès du gouvernement pour obtenir des restrictions à la formule.

Comme l’indique très bien le président Chanut, l’enjeu patronal consiste aujourd’hui à lutter contre les fraudes, pour ne surtout pas perdre la formule elle-même, la seule qui permette d’acheminer intelligemment de la main d’oeuvre prête à l’emploi sur les chantiers français…

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il faut savoir que les métiers du BTP sont fatigants et qu’en hiver, il y fait froid, alors qu’en été, il y fait trop chaud.
    Quand 80% d’une classe d’âge se retrouve avec le bac, il vaut mieux tenter sa chance en « psycho » ou en « socio », toutes activités où l’on risque de se retrouver dans un bureau chauffé et parfois même climatisé, même si les salaires sont inférieurs à ceux du BTP..

    • Tout à fait, et cela ne concerne pas que les travaux pénibles du bâtiment. Mon entreprise peine à recruter de jeunes techniciens et ingénieurs en électronique dotés du minimum de compétences qui devraient pourtant être sanctionnées par leur diplômes. En fait, consciemment ou non, les familles françaises, de connivence avec l’Education Nationale, ont décidé de gentiment se tourner les pouces et de faire faire le travail par les autres. Cela finira mal!

  • J’étais surpris de ne jamais entendre évoqué ce fait là. Le nombre de « réussites françaises » dont les salariés sont des travailleurs détachés c’est assez amusant (chantiers navals avec des soudeurs venus d’Europe entière, Tourneurs Fraiseurs bulgares etc…). Mais d’après nos politiques ces personnes font de la concurrence déloyale aux salariés français qui n’existent même pas sur le marché du travail. Combien de jeunes et moins jeunes formés chaque année en Chaudronnerie, Productique etc… là pas besoin de tirage au sort pour accéder à la formation et trouver un emploi à la sortie.

  • De qui se moque t on?
    Approximativement 6 millions de chômeurs, des minima sociaux familiaux au minima aussi intéressants que le SMIC, et on manque de MO !!!

  • Les patrons français ont une lourde responsabilité dans la situation actuelle. En jouant le jeu pervers de la dolomite, en recrutant prioritairement des diplômés toujours plus élevés pour des postes identiques. en refusant de former leurs employés peu ou pas qualifié, en confiant intégralement leur destin à l’éducation nationale les patrons français ont fabriqué le pétrin même dans lequel ils sont. Ils ont participé à la création du miroir aux alouettes qui laissait croire que tout le monde pourrais faire bac +7 et être payé en conséquence. C’est bien évidemment stupide et délétère et on se retrouve avec des entreprises incapable de trouver la main d’œuvre dont elle a besoin et une énorme portion de la population active qui se tourne les pouce. Un vrai gâchis!

  • venez me voir à Marseille , ville de nombreux chantiers, je vous présenterai nombre de pros du BTP , parfaitement compétents et chômeurs
    pourquoi ? parceque leur place est prise par des travailleurs détachés.
    ainsi mes amis d origine africaine , hier maçon à 2000 – 2500 euros mensuels​ tentent de pénibles reconversion en agents de sécurité smicard à temps partiel, pour ceux qui peuvent .
    c est absolument dégueulasse de jeter ces êtres humains travailleurs comme des kleenex
    nous n avons PAS besoin de travailleurs détachés
    et si la demande en personnel qualifié augmente, il faudra augmenter les salaires. Ainsi nous paierons des salaires au lieu de payer des cotisations chômage
    le reste n est que pipeau mondialiste

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

La vague anti-russe continue. Elle déferle en Occident, punissant des citoyens russes dans des domaines n’ayant rien à voir avec la politique, tels que la culture et le sport. Les avoirs de citoyens russes, sans lien apparent avec le Kremlin, ont été gelés sans que cela ne semble déranger personne.

Maintenant, même l’achat de biens immobiliers en Europe pourrait bientôt être interdit aux Russes. En effet, le sixième paquet de sanctions poussé par l’Union européenne a aussi pour objectif d’interdire à la plupart des Russes d’acheter ou ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles