Taux négatifs : ce que cela signifie concrètement pour vous

Beaucoup de gens ne comprennent pas encore vraiment toutes les implications des taux négatifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The shrinking dollar by frankieleon(CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Taux négatifs : ce que cela signifie concrètement pour vous

Publié le 25 juin 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les obligations à taux négatifs ont atteint en mai 9 500 milliards de dollars, une augmentation de 10,5% par rapport à avril, a indiqué la chaîne CNBC.

Que signifie « taux négatif » dans notre monde où la monnaie n’est plus une marchandise, de l’or ou de l’argent-métal, ni même des billets de banques sans valeur intrinsèque, mais simplement de la dette ?

L’argent d’aujourd’hui n’est plus qu’une inscription figurant quelque part dans une mémoire d’ordinateur. Cette inscription indique qu’une entité (banque, gouvernement) doit de l’argent à une autre (banque, gouvernement, entreprise ou même individu).

Depuis la nuit des temps, il était généralement admis que lorsque quelqu’un avait de l’argent et le mettait à disposition de quelqu’un qui n’en avait pas, il recevait une récompense, des intérêts. Ce n’est plus le cas.

Les taux négatifs sont la grande innovation financière du XXIème siècle. Mais il n’est pas certain que ce progressisme financier soit source de prospérité.

Concrètement, pour vous et moi que signifient des taux négatifs ?

  • Que si vous avez de l’argent et que vous voulez le parquer en sûreté pour qu’il soit disponible et reste bien à vous, il faut payer. Après tout, pourquoi pas ? On paye bien pour avoir un coffre-fort… Sauf qu’un coffre-fort avec des liasses de billets, ce n’est plus possible avec les restrictions sur le cash, les espèces.
  • Que si vous avez de l’épargne, que vous voulez la placer sans grand risque et la conserver sous forme financière, le rendement que vous pouvez en espérer est très faible.
  • Que si vous aviez des projets qui tablaient sur un taux d’intérêt historique moyen, ils sont anéantis. Par exemple, vous escomptiez que le moment de la retraite venu, le produit de la vente de votre entreprise, ou bien le capital que vous aviez accumulé en prenant quelques risques allaient vous rapporter environ 5% : eh bien c’est raté.
  • Que tout ce que vous achetez est cher, et probablement beaucoup trop cher. Avec des taux aussi bas, chaque acheteur au comptant est en concurrence avec beaucoup d’acheteurs potentiels à crédit, ce qui fait monter les enchères. Ceci explique que les actions soient chères, que l’immobilier soit cher et que les rendements soient à la baisse partout.
  • Que pour espérer que votre patrimoine vous rapporte, il ne vous reste plus que la spéculation : acheter ce qui est déjà cher en espérant le revendre encore plus cher, toutes choses égales par ailleurs.
  • Que ceux qui ont déjà un gros patrimoine peuvent espérer le gonfler grâce à l’emprunt (à l’effet de levier). Seulement espérer puisque tout est déjà très cher.

Comme vous le voyez, ces implications sont nuisibles pour nous.

Ce que les taux négatifs signifient pour les autorités

Maintenant, voici ce que des taux négatifs signifient pour les autorités : gouvernements, industrie financières, banques, etc.

Des taux négatifs signifient que :

  • Les investisseurs institutionnels, les grandes multinationales, les fonds souverains préfèrent parquer l’argent qu’ils ont en dépôt dans de la dette d’État plutôt que dans les banques.
  • Les gouvernements peuvent continuer à « rouler leur dette » et à financer leurs promesses puisque les intérêts ne leur coûtent rien.
  • Les marges des banques dans leur activité de prêt sont très faibles et elles doivent se replier, elles aussi, sur des activités spéculatives.
  • Ceux qui doivent de l’argent sont avantagés par rapport à ceux qui ont de l’argent disponible.
  • Que les zombies, les poids morts, ceux qui survivent alors qu’ils devraient faire faillite se multiplient.

Comme vous le voyez, les taux négatifs favorisent les gouvernements surendettés et dépensiers, les entreprises non performantes et la spéculation pure.

Supernova ou ère glaciaire ?

Bill Gross, l’ancien gérant star de l’obligataire, a prévenu en 2016 que ces 10 000 Mds$ d’obligations à taux négatif serait une « supernova » qui explosera un jour.

En réalité, la monnaie telle qu’elle existe aujourd’hui est une insulte à l’épargne, à la liberté, à la prévoyance et à l’individu.

La monnaie n’est rien d’autre qu’une promesse d’un gouvernement (ou de la Banque centrale européenne dans le cas de l’euro) qu’un chiffre est bien inscrit quelque part. Mais ce n’est plus, depuis bien longtemps, une promesse de payer quelque chose à quelqu’un.

Lorsqu’il faut payer, ce sont les contribuables qui sont appelés.

Peu de gens comprennent encore vraiment toutes les implications des taux négatifs. La volatilité du bitcoin, cette monnaie électronique qui ne dépend d’aucun gouvernement, prouve cependant que de plus en plus de gens se méfient. La volatilité n’est autre que le doute quant à l’établissement d’un prix. Épisodiquement, il semble bien que le bitcoin devienne de plus en plus recherché et prisé.

Bill Bonner, quant à lui, pense que nous n’allons pas assister à l’explosion d’une bulle obligataire mais au contraire à une ère glaciaire durant laquelle les obligations vont tenir bon même si elles ne rapportent rien.

Mais que se passera-t-il lorsque les États-providence n’auront plus la garantie des contribuables pour adosser leurs emprunts qui ne rapportent rien ? Louis Rouanet pense que plus personne ne sera bientôt assez « riche » pour cautionner les dépenses publiques.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’heure est plus que jamais au redressement de notre économie. Mais la guerre en Ukraine ébranle les économies en Europe et les obstacles ne cessent de s’accumuler. Le projet de budget pour 2023 est construit sur une croissance de 1 % mais tous les experts ne partagent pas cet optimisme : la plupart misent plutôt sur un taux de 0,5 %. Il est prévu un déficit s’élevant à 5 % du PIB et une dette se situant à 111,2 % du PIB. Le gouvernement ne pourra ramener le déficit budgétaire en dessous de la barre des 3 % que seulement en 2027. Pour parer à... Poursuivre la lecture

10
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles